« Celestial Exile », le sixième album d’Aythis, une réussite.

Je suis le projet solo de Carline Van Roos depuis septembre 2014 avec son album « The New Earth ». Autant dire que je suis un fan de longue date du projet solo de Carline Van Roos.

J’ai ensuite parlé de « The Illusion and The Twin » (en 2016), de « Secret from Below » (en 2021).

J’ai donc une longue histoire avec Aythis comme fan. Pas de la première heure (ayant découvert « Doppelganger » et « Glacia » sur le tard).

Donc trois ans sont passés depuis le dernier album et un EP, « Samhain » est sorti en 2022. Autant dire que j’attendais d’oreille ferme le nouvel album qui est sorti le 7 juin 2024.

Comme pour l’opus précédant donnait une bonne part au post-rock et aux ambiances un peu rock, cet album est aussi hybride avec des pistes plutôt orientées néo-classique Côté longueur, on a 8 pistes pour un peu plus de 43 minutes. En gros, chaque piste fait entre 4 et 6 minutes.

Continuer la lecture de « « Celestial Exile », le sixième album d’Aythis, une réussite. »

En vrac’ de milieu de semaine…

Petit en vrac’ en ce troisième mercredi de mai 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Aquilus a sorti récemment un nouvel album, « Bellum II ». C’est à destination des personnes aimant le black metal atmosphérique. Je dois dire que j’ai donné et que je n’accroche plus à ce genre de black metal.

Sur ce, bonne fin de semaine !

En vrac’ de milieu de semaine…

Petit en vrac’ en ce deuxième mercredi de mai 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Prenez une dose de black metal, une de death metal, un peu de musique traditionnelle et des chants en gascon. Secouez-le tout et vous aurez le premier album de Moisson Livide, « Sent Emp​è​ri Gascon ».

Sur ce, bonne fin de semaine !

« .​.​.​And We Will Move The Stars », un gros retour de la part de Cyclocosmia.

C’est en septembre 2016 que je parlais pour la première fois de Cyclocosmia.

Près de 8 ans sont passés, et entre temps a été publié un EP intermédiaire, « Immured ». Pour compenser l’attente depuis l’EP, un album massif de 84 minutes est proposé à l’écoute et à l’achat. Oui, j’ai bien dit 82 minutes pour 16 pistes. Ce qui fait une moyenne de 5 minutes par piste. L’album s’intitule « .​.​.​And We Will Move The Stars ».

Dès le premier titre, on retrouve le métal symphonique du premier album, ou encore avec les pistes « Bread And Circuses », « Nero », « Redde Legiones », « Home », « Ophidia ».

Mais on trouve aussi des influences de doom metal, avec les pistes « Idriss », « Harihara », « Dikalosyne »,

Il y a des influences metal progressif dans des pistes comme « Lockstep », « Madimi » et « Temple Of The Spider Prince ». Sans oublier des influences au metal industriel avec des pistes comme « Restrained », « Entropy ».

La dernière piste est une longue ballade acoustique qui tranche avec les guitares lourdes du reste de l’album.

C’est un album complet, complexe, du moins à la première écoute. Une chose est sûre, on n’est pas noyé par la lassitude, vu les changements de style, sans oublier une liste de personnes invitées sur les différentes pistes qui est assez longue, dixit la page bandcamp de l’album.

En vrac’ de fin de semaine…

Petit en vrac’ en ce premier samedi du mois de mai 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Vous aimez le post-rock instrumental un brin aérien ? Alors le dernier album de « When Colors Are Fading » est pour vous.

Ajout à 17 h 35, le 4 mai 2024.

Un longplay de la version anglaise de « The Key ». Merci à Xyphoe pour sa vidéo qui m’a bien aidé !

Et oui, je ferai de même avec la version française quand elle sera disponible !

Sur ce, bon week-end

En vrac’ de milieu de semaine…

Petit en vrac’ en ce troisième mercredi d’avril 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Des projet naissent et d’autres meurent. C’est le cas du port pour ARM d’EndeavourOS. Paix à ses octets.
  • Comme chaque mois d’avril depuis 2005, la nouvelle version d’Ubuntu à venir entre en phase bêta. Uniquement conseillée aux personnes qui n’ont pas peur de la ligne de commande en cas d’emmerdes.
  • La Archcraft, une base archlinux orientée légèreté logicielle a sorti sa nouvelle version, la 2024.04.06. Pour les ordinateurs qui rament avec les distributions GNU/Linux classiques.
  • Côté rétroludique, un titre du nom de Pirka vient de sortir pour Amstrad CPC. Un classique casse-tête où il faut aligner 3 tuiles identiques verticalement. Il n’y a pas d’écran de game over. Simplement quand on ne plus rien faire, les commandes « gèlent » et seule la touche ESC permet de revenir au début du jeu. Les oreilles les plus fines auront reconnu la mélodie de « El condor pasa » immortalisé par Simon et Garfunkel.

Côté culture ?

Cosmic Ground vient de sortir son nouvel album, « Melt ». Pour les personnes qui aiment l’ambiant et le kraut rock.

Pour finir, une rapide partie de « Pirka » pour Amstrad CPC. Enfin deux, dont une qui a été plus longue que l’autre. Si on s’applique, on peut avoir de très gros scores, même si c’est un jeu pour quand on a 5 minutes dans la journée.

Sur ce, bonne fin de semaine !

« Qu4rtus », le retour d’In Limbo.

In Limbo, c’est un groupe de rock progressig français qui existe depuis 2002, avec son premier album « Somnebuleux » en 2008. Vous pouvez écouter l’album en question sur Altermusique.org.

La dernière fois que j’avais parlé du groupe, c’était en février 2016, avec « Allegories ».

Depuis plus rien. Le groupe semblait avoir disparu. C’est ainsi que j’ai été surpris d’apprendre la sortie de « Qu4rtus » via une alerte de Bandcamp.

Comme son nom peut le laisser penser, c’est le quatrième album du groupe. Comme les autres albums et EP du groupe, on est sur du « copieux » : près de 48 minutes pour 6 pistes. Toutes les pistes font entre 4 et 5 minutes, mis à part deux plus longues de 12 et 13 minutes respectivement.

Le groupe ne se renie pas et nous propose un rock progressif qui aurait pu trouver sa place aisément à cette époque bénie de la musique où l’auto-tune tenait de la science fiction.

Le mixage est propre, on peut dire même meilleur que sur l’album précédent. La deuxième piste « Chaos » me fait penser à la première période de King Crimson dans sa composition et son ressenti. L’influence crimsonniene se fait aussi entendre sur la piste « L’entrave [The Hindrance] ».

Comme pour l’album précédent, les pistes s’enchaînent les unes après les autres sans trop de difficulté. On a au final l’impression d’avoir une seule piste de 48 minutes, découpée en sous-pistes. Cela me fait un peu penser à l’album « Tales from Topographic Oceans » de Yes avec une piste par face de disque vinyle.

Quant à la piste la plus longue de l’album, « K.O. », je ressens des influences floydiennes dans sa mélodie.

L’album aura pris son temps à arriver, mais il en vaut largement l’écoute. De plus, il est en téléchargement à prix libre sur Bandcamp, autant se faire plaisir !

En vrac’ de fin de semaine…

Petit en vrac’ en ce premier vendredi du mois d’avril 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Dans la série des BSDs libres, je demande OpenBSD qui vient de sortir en version 7.5. Plus d’information dans les copieuses notes de publication.
  • Gee qui est déjà à l’origine de l’excellent « Superflu Riteurnz » a annoncé la sortie à venir d’un petit jeu sous le nom de « Little Brats ». Il faut – sans être attrapé par la maitresse – faire un maximum de bétises…
  • Prenez une dose de PipeMania, une dose de chemin à construire, un Amstrad CPC 6128. Secouez bien le tout et vous aurez « Auto Amy », un casse-tête assez intéressant.

Côté culture ?

In Limbo renait de ses cendres pour proposer un nouvel album à prix libre, « Qu4rtus ». Si vous aimez le rock progressif franchement inspiré des années 1970, cet album vous parlera.

Pour finir, un aperçu de « Auto Amy » joué avec l’émulateur RetroVirtualMachine.

Sur ce, bon week-end

En vrac’ de fin de semaine…

Petit en vrac’ en ce dernier samedi du mois de mars 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Vous aimez le jazz expérimental ? Alors l’album « Commons » de Gerigk·Ianes·Mellan sera pour vous.

Pour finir, une vidéo des 16 premiers niveaux – soit les premiers 20% du jeu – du casse-tête « Gridlock » dont la difficulté devient rapidement punitive. Je m’y suis repris à 30 fois pour finir le niveau 35, et je ne souviens plus ce que j’ai fait pour résoudre le niveau.

Pour le moment, j’en suis au niveau 41, ayant fini le quatrième jour dit « challenging »… La preuve en image.

Sur ce, bon week-end

En vrac’ de milieu de semaine…

Petit en vrac’ en ce deuxième mercredi de mars 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Dans le petit monde des navigateurs basés sur Webkit/Blink – tout sauf Mozilla Firefox en gros – je demande le projet Badwolf. Orienté vie privée, vous connaissez le topo. Et oui, il est disponible sur AUR 🙂
  • Dans la série « je fais mon retour en fanfare », je demande la Damn Small Linux qui revient en version 2024-rc1. Merci à Éric pour m’en avoir parlé via les commentaires.
  • La DGLFI de la semaine. La continuation de CutefishOS, une distribution avec un environnement graphique à la Mac, du nom de Ligmo OS. Merci à Éric pour m’en avoir parler en commentaire.
  • Côté rétroludique, un jeu de casse-tête nommé « Hermanos Catrat » vient de sortir pour le Commodore 64. Le but ? Récolter dans les 20 niveaux du jeu où on ne peut se déplacer de plateforme en plateforme qu’en utilisant les ponts de téléportation. Il faut vider les niveaux des trésors qu’il contient et on est limité à 250 secondes par niveau.

Côté culture ?

  • Vous vous souvenez des Forces de Protection (FDP) de Tubonia ? Un album dérivé de l’univers en question et intitulé « Le Soulèvement des Viouveurs » est disponible à la précommande sur Ulule. Les précommandes se termineront fin mars.
  • Aythis a lancé la précommande de son nouvel album qui sortira le 2 juin 2024. Il s’appelle « Celestial Exile ».

Pour finir, les trois premiers niveaux du jeu « Hermanos Catrat ». Et oui, je suis resté bloqué au troisième niveau, comme quoi c’est un casse-tête aux règles simples mais aux niveaux qui sont dignes d’une intense réflexion.

Sur ce, bonne fin de semaine !