En vrac’ de fin de semaine

Minuscule en vrac’ en cette fin septembre 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Un collègue auto-édité, Xavier Delgado, vient de rajouter une nouvelle sur son site, intitulée « Vie et Mort ». Plus d’info sur son site.

Bon week-end 🙂

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en cette fin d’été 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

La vidéo officielle du titre « Pantha Rei » d’Aephanemer, ça dépote.

Bon week-end 🙂

En vrac de milieu de semaine…

Un court billet, en ce milieu de mois de septembre 2021.

Côté informatique :

Côté culture :

Un exemple des reprises de Sershen & Zaritskaya, « Soldier of Fortune », une ballade qui m’arrache toujours une petite larme.

Bonne fin de semaine 🙂

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en ce vendredi maussade de septembre 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Ça faisait longtemps que Manjaro n’avait pas fait un partenariat étrange. Cette fois, c’est l’inclusion de Vivaldi (la surcouche de Chromium ayant le vent en poupe) dans la version Cinnamon qui est communautaire. Plus d’infos sur le communiqué de presse de Vivaldi.
  • Pour les fans de FreeBSD, GhostBSD 21.09.06 arrive avec une nouveauté majeure : l’abandon d’OpenRC au profit du rc.d natif à FreeBSD. Tiens donc… Une technologie native fonctionne mieux qu’une importée ? Comme c’est étrange !
  • Pour naviguer en toute tranquillité, Tails 4.22 est sorti.

Côté culture ?

Pour finir, voici le clip du premier extrait du deuxième album d’Altesia, « Mouth of the Sky ». Et oui, ça dépote pas mal !

Bon week-end 🙂

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en ce premier samedi d’août 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Vous connaissez HelloSystem qui est un FreeBSD avec une interface à la MacOS ? Un autre projet reprenant les mêmes principes vient de voir le jour, et s’appelle Ayrix.
  • Dans la série « tout le monde s’en contrefiche », je demande la dernière version de la Freespire, lointaine descendante de Lindows/Linspire.
  • Dans la série « Tiens, ça bouge encore », on apprend que le port AMD64 de ReactOS s’améliore… Mais il est vrai qu’on a besoin d’un clone libre de MS-Windows Server 2003 en ce qui concerne la compatibilité logicielle 🙂

Côté culture ?

Pour finir, une courte vidéo sur les nouveautés de Dosbox-X 0.83.17 qui sera / aura été la version de septembre 2021 :

Bon week-end 🙂

Master of the Universe: Revelation, le massacre d’une licence ou une mini-série au mauvais titre ?

Je viens de m’infliger le visionnage de la « suite » de la série des années 1980, Les maitres de l’Univers qui n’avaient été conçus à l’origine que pour vendre des jouets de la firme Mattel. Il y a eu ensuite la série dérivée She-Ra avec comme rôle principal la soeur jumelle d’Adam / Musclor (He-Man en version originale).

Quand on avait pu avoir la bande annonce de cette nouvelle série, on était toujours dans les canons de la série d’origine, bien que Musclor / He-Man avait pris au passage 30% de masse musculaire. Déjà que la version des années 1980 faisait de l’ombre aux bodybuilders réels…

Mais peu importe, l’univers – c’est le cas de le dire – était respecté.

La série est bien jusqu’à la 18ième minute du premier épisode. Je tiens à préciser que ça va spolier à mort par la suite. Vu le massacre de l’univers d’origine, ce n’est qu’un juste retour du bâton.

Dans la série d’origine, Adam conservait son secret jalousement. Or, lors de la séquence qui voit à la fois mourir Skeletor et Musclor / He-Man, Adam est visible aux yeux des autres personnages. Autant dire que c’est déjà le premier accroc à la série.

Les personnages masculins sont virés les uns après les autres, dont le maître d’armes dès la fin du premier épisode.

Donc à la fin du premier épisode, Skeletor et Musclor sont morts. Le maître d’armes virer. Les trois personnages principaux qui ont le malheur d’être masculins sont tués ou virés. C’est Master of the Universe, le nom. Pas Mistress, jusqu’à preuve du contraire.

Continuer la lecture de « Master of the Universe: Revelation, le massacre d’une licence ou une mini-série au mauvais titre ? »

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en cette fin de juillet 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Pour les fans de Debian GNU/Linux Sid, la dernière Siduction, numérotée 21.2.0 est disponible avec Cinnamon, KDE, LXDE, LXQt et Xfce. Plus d’infos sur les notes de publication.
  • Pour les utilisateurs de la distribution n°1 du classement de curiosité de distrowatch en cette fin juillet 2021, la première bêta de la MXLinux 21 est disponible. Plus d’infos sur les notes de publication.
  • Incroyable mais vrai… Haiku, la réécriture de BeOS, bouge encore et nous propose la bêta 3 de sa version R1 un an après la précédente bêta. La bêta 4 sera la prochaine étape. Plus d’infos sur les notes de publication.

Côté culture ?

  • Cosmic Grounds, le projet solo de Dirk Jan Muller, propose un EP dénommé « Soil 3 ». Environ 70 minutes en 4 pistes.
  • Altesia, le groupe de rock progressif bordelais, a officialisé la sortie de son deuxième album, « Embryo » pour le 25 septembre 2021. Miam !

Pour finir, une vidéo qui montre Dosbox-X 0.83.16 (la version d’août 2021) en français sous MS-Windows :

Bon week-end 🙂

Un peu plus de dé-GAFAM-isation : Funkwhale pour héberger sa musique.

Fin mai 2021, je faisais un bilan de ma dé-GAFAM-isation. Ce n’était pas trop mal : agenda auto-hébergé (plus de Google Agenda) sur un Raspberry Pi 2, serveur pour héberger le blog et l’instance peertube (Youtube uniquement en tant que « spectateur »).

Je disais aussi ceci :

[…]
Le reste n’a pas bougé, même si j’envisage fortement – j’ai un serveur qui héberge le blog et qui peut me laisser entrevoir l’hébergement d’une copie de ma musique en ligne en utilisant un service comme Funkwhale.
[…]

Ce dernier point a été traité. Depuis la mi-juin 2021, j’ai une instance privée FunkWhale qui héberge mes quelques 100 Go de musique. Étant donné que j’étais encore à l’époque avec une connexion VDSL2, cela m’a pris une petite semaine pour tout envoyer. Avec la fibre ? Une après-midi aurait été suffisante je pense, même si le traitement des fichiers était un peu long.

Mais c’est fait. On dit souvent que l’informatique est l’école de la patience, c’est le cas. J’avais été franchement déçu par Youtube Music qui ne permettait de réduire l’application dédiée que si on s’abonnait auprès de Google. Autant dire que quand j’ai purgé la bibliothèque importée, j’ai senti un grand ouf de soulagement.

Voici donc un aperçu de la vue albums de mon instance Funkwhale. Vous remarquerez que j’ai caché l’adresse. Même si vous pouviez la deviner, vous ne pourriez pas y accéder. L’ami qui a mis en place l’instance l’a bien sécurisée. Sans rentrer trop dans les détails, seules certaines adresses IPs sont admises… Les miennes, ce qui est logique après tout 🙂

Continuer la lecture de « Un peu plus de dé-GAFAM-isation : Funkwhale pour héberger sa musique. »

« First Blood », premier et meilleur film de la saga John Rambo ?

J’ai toujours considéré la série John Rambo comme un ensemble de films d’action ressemblant à des films de commande pour la propagande de l’époque de Ronald Reagan, combattant les méchants viet-namiens ou encore les méchants afghans et soviétiques. Rambo 2 est sorti en 1985 et le 3 en 1988.

C’est en écoutant la pluie tomber en ce 13 juillet – ou octobre en avance ? – que j’ai eu envie de voir le premier film de la saga John Rambo, celui sorti en 1982. Car j’avais entendu dire que ce n’était pas un bête film d’action.

Je dois dire que j’ai adoré le film, bien que n’étant pas franchement amateur de ce genre cinématographique.

Replaçons-nous dans le contexte de l’époque. Silvester Stallone sort tout juste du succès du deuxième film de la saga Rocky Balboa qu’il intègre le film basé sur le roman de David Morell sorti près de 10 ans plus tôt en 1972.

John Rambo est un ancien béret vert, vétéran du conflit qui secoua la péninsule indochinoise entre 1961 et 1975. Le film commence alors qu’il est à la recherche d’un de ses camarades de combat. Il apprend que ce dernier est mort quelques mois plus tôt d’un cancer lié à l’agent orange.

Il repart donc sur la route, et arrive dans la petite ville de Hope où le shérif Teasle, incarné par Brian Dehenny – le prend pour un vagabond. Il l’emmene jusqu’à la sortie de la ville. John Rambo étant écoeuré décide de faire demi-tour et il est arrêté assez violemment. Il est par la suite maltraité par les hommes du shérif ce qui refait monter en lui les souvenirs douloureux des maltraitances subies.

Il s’évade et s’ensuit une chasse à l’homme qui est le thème principal du film. On n’est pas face à un soldat entraîné à tuer mais face à un vétéran qui se fit cracher dessus dès son retour par les mouvements pacifistes qui rejettait aussi bien la guerre au Viet-Nam – à raison vu comment la chute de Saigon s’est déroulée – mais aussi les vétérans qui ne revenait pas complètement intacts.

Il faut se souvenir qu’en 1982, la guerre du Viet-Nam est à peine fini depuis un peu plus de 6 ans. Autant dire que cela a été un film – surtout avec le dénouement qui arracherait des larmes au coeur le plus dur – qui a marqué et qu’il faut revoir, même si sur certains plans, il fait son âge.

Un quart d’heure ou quarante minutes de célébrité ? Il faudrait savoir :)

Une citation – aprocryphe ? – d’Andy Warhol est restée dans les mémoires collectives : « In the future, everyone will be world-famous for 15 minutes. » ce qui est traduit par « A l’avenir, chacun aura son quart d’heure de célébrité mondiale. »

Je suis très attaché au rétro-ludique, et avec la sortie du jeu « Attack of the PETSCII Robots », j’ai accumulé pas mal de bon temps durant les longues soirées passée devant ce jeu que devant certains émissions de télévision 🙂

Comme j’ai pu le préciser, après avoir rapporté quelques bugs génants, le développeur du jeu m’invita à participer au bêta test de la version pour les ordinosaures Apple II. À la même époque, Anders Enger Jensen, qui avait déjà participé à la bande son et aux brochures des précédents titres de David Murray (Planet X2 et Planet X3) me contacta pour me demander des captures d’écran pour le manuel.

Je gagnais un peu de célébrité en étant cité à la fin du manuel, même si une petite coquille pas bien méchante concernant mon prénom me faisait sourire à l’époque. Et encore aujourd’hui !

J’ai été recontacté fin juin 2021 par Anders Enger Jensen pour me demander l’autorisation d’utiliser mes vidéos de parties enregistrées pour illustrer une bande son alternative  développée pour « Attack of the PETSCII Robots ». J’ai accepté avec joie.

La bande son alternative – qui représente une quarantaine de musique – a été publiée sur youtube.

La seule vidéo qui n’utilise pas un contenu que j’ai créé est la piste 4, qui utilise une vidéo enregistrée par David Murray, pour montrer la version Apple II en action.

La bande son sera disponible en version physique à savoir en vinyle et en cassette plus tard dans le courant de l’année 2021… En clair, elle sortira quand elle sera prête. En attendant, vous pouvez toujours l’acheter en version numérique.

Bonne dégustation de la bande son et bonne fin de journée.

En vrac de milieu de semaine…

Un court billet, en ce dernier jour du mois de juin, entre deux averses…

Côté informatique :

Côté culture :

Bonne fin de semaine 🙂

Merci Alternatives Économiques pour le hors-série sur le charabia économique :)

J’ai fait un cursus économique au début des années 1990, en passant un bac B (devenu ES) en 1993. J’ai toujours été en désaccord avec les grands penseurs du modèle imposée par le duo Margaret Thatcher et Ronald Reagan dès le milieu des années 1970, début des années 1980, ce qu’on a qualifié à poster de néo-libéralisme voire d’ultra-libéralisme par moment.

Je suis aussi un lecteur plus ou moins régulier – en fonction de mon temps libre – d’Alternative Économiques car il chie allègrement dans les bottes de la pensée économique dominante. Quand le magazine avait annoncé la sortie d’un hors sujet consacré au charabia des économistes, j’ai foncé sur l’occasion pour le précommander sur Ulule.

Je l’ai reçu ce mardi 22 juin. Je ne l’attendais pas aussi tôt et je dois dire que j’ai été agréablement surpris.

Le principe est simple : une page avec un concept expliqué et sur la page d’à côté avec ce qu’il faut d’acide sulfurique pour démonter les idées reçues et concepts fumeux (comme la main invisible, le ruissellement par exemple).

Ce hors-série vous intéresse ? Vous pouvez le commander directement chez Alternatives Économiques.

Bonne découverte !

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 41 : Les petits génies.

C’est une série qui m’a marqué étant mome. Comme je l’avais déjà dit dans un article que j’ai écrit il y a environ 10 ans (que le temps passe vite) :

Ce ne sont pas les séries les plus longues qui marquent forcément le plus. Voici celles qui m’ont laissés de sacrés souvenirs.
[…]
« Whiz Kids » alias « Les petits génies » , la série qui m’a branché à l’informatique et m’a donné cette passion dévorante depuis. 18 épisodes

On devrait parfois ne pas revoir les séries marquantes de notre jeunesse, car elle passent très mal l’épreuve du temps et font leur âge.

« Whiz Kids » en fait partie.

Outre le fait qu’il est marrant de revoir les ordinateurs de l’époque, soit de 1983-1984, c’est aussi intéressant de constater que dans la liste des acteurs et actrices de la série, il n’y a que trois noms qui ressortent vraiment.

  1. Matthew Laborteaux dont le rôle le plus connu a été celui d’Albert Ingalls dans la série « La petite maison dans la prairie »
  2. A. Martinez qui sera Cruz Castillo dans le soap opera « Santa Barbara »
  3. Andrea Elson qui aura un rôle majeur dans une sitcom, « Alf » dans le rôle de la fille ainée des Tanner

Après avoir revu le pilote, je n’ai pas réussi à aller plus loin dans le visionnage. Tout est trop daté, les limites techniques des ordinateurs de l’époque – contemporains du krach du jeu vidéo de 1983 – sont largement dépassées et les scénarios sont irréalistes.

La série dura à peine une saison. Il est vrai que l’évolution de la micro-informatique dans les années 1980 – on commença avec des ordinateurs comme le Commodore PET/Vic20 et on termina avec des ordinateurs comme la série des ST/TT d’Atari et les Commodore Amiga 500/2000. Autant dire que c’était un superbe grand écart facial technique.

Maintenant, si vous n’avez jamais vu la série, le seul intérêt sera de voir l’informatique personnelle en 1983-1984. Sinon, passez votre chemin.

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en cette mi-juin 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Le financement participatif lié au projet de livre sur les Vikings de Nota Bene est toujours en cours et s’arrêtera au 1er juillet 2021.

Pour finir, une vidéo que j’ai enregistré avec un sujet qui fâche, l’argent :

Et cadeau, l’épisode DGLFI dédié à la Aravilli-OS…

Bon week-end 🙂

En vrac de milieu de semaine…

Un court billet, en ce début de mois de juin plutôt chaud.

Côté informatique :

Côté culture :

Pour finir l’article, une petite vidéo de la série des distributions GNU/Linux (in)justement oubliées dédiée à la VeltOS.

Bonne fin de semaine 🙂