Merci Alternatives Économiques pour le hors-série sur le charabia économique :)

J’ai fait un cursus économique au début des années 1990, en passant un bac B (devenu ES) en 1993. J’ai toujours été en désaccord avec les grands penseurs du modèle imposée par le duo Margaret Thatcher et Ronald Reagan dès le milieu des années 1970, début des années 1980, ce qu’on a qualifié à poster de néo-libéralisme voire d’ultra-libéralisme par moment.

Je suis aussi un lecteur plus ou moins régulier – en fonction de mon temps libre – d’Alternative Économiques car il chie allègrement dans les bottes de la pensée économique dominante. Quand le magazine avait annoncé la sortie d’un hors sujet consacré au charabia des économistes, j’ai foncé sur l’occasion pour le précommander sur Ulule.

Je l’ai reçu ce mardi 22 juin. Je ne l’attendais pas aussi tôt et je dois dire que j’ai été agréablement surpris.

Le principe est simple : une page avec un concept expliqué et sur la page d’à côté avec ce qu’il faut d’acide sulfurique pour démonter les idées reçues et concepts fumeux (comme la main invisible, le ruissellement par exemple).

Ce hors-série vous intéresse ? Vous pouvez le commander directement chez Alternatives Économiques.

Bonne découverte !

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 41 : Les petits génies.

C’est une série qui m’a marqué étant mome. Comme je l’avais déjà dit dans un article que j’ai écrit il y a environ 10 ans (que le temps passe vite) :

Ce ne sont pas les séries les plus longues qui marquent forcément le plus. Voici celles qui m’ont laissés de sacrés souvenirs.
[…]
« Whiz Kids » alias « Les petits génies » , la série qui m’a branché à l’informatique et m’a donné cette passion dévorante depuis. 18 épisodes

On devrait parfois ne pas revoir les séries marquantes de notre jeunesse, car elle passent très mal l’épreuve du temps et font leur âge.

« Whiz Kids » en fait partie.

Outre le fait qu’il est marrant de revoir les ordinateurs de l’époque, soit de 1983-1984, c’est aussi intéressant de constater que dans la liste des acteurs et actrices de la série, il n’y a que trois noms qui ressortent vraiment.

  1. Matthew Laborteaux dont le rôle le plus connu a été celui d’Albert Ingalls dans la série « La petite maison dans la prairie »
  2. A. Martinez qui sera Cruz Castillo dans le soap opera « Santa Barbara »
  3. Andrea Elson qui aura un rôle majeur dans une sitcom, « Alf » dans le rôle de la fille ainée des Tanner

Après avoir revu le pilote, je n’ai pas réussi à aller plus loin dans le visionnage. Tout est trop daté, les limites techniques des ordinateurs de l’époque – contemporains du krach du jeu vidéo de 1983 – sont largement dépassées et les scénarios sont irréalistes.

La série dura à peine une saison. Il est vrai que l’évolution de la micro-informatique dans les années 1980 – on commença avec des ordinateurs comme le Commodore PET/Vic20 et on termina avec des ordinateurs comme la série des ST/TT d’Atari et les Commodore Amiga 500/2000. Autant dire que c’était un superbe grand écart facial technique.

Maintenant, si vous n’avez jamais vu la série, le seul intérêt sera de voir l’informatique personnelle en 1983-1984. Sinon, passez votre chemin.

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en cette mi-juin 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Le financement participatif lié au projet de livre sur les Vikings de Nota Bene est toujours en cours et s’arrêtera au 1er juillet 2021.

Pour finir, une vidéo que j’ai enregistré avec un sujet qui fâche, l’argent :

Et cadeau, l’épisode DGLFI dédié à la Aravilli-OS…

Bon week-end 🙂

En vrac de milieu de semaine…

Un court billet, en ce début de mois de juin plutôt chaud.

Côté informatique :

Côté culture :

Pour finir l’article, une petite vidéo de la série des distributions GNU/Linux (in)justement oubliées dédiée à la VeltOS.

Bonne fin de semaine 🙂

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en cette fin de mois de mai 2021.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end 🙂

« Dead Zone », le film de 1983 de David Cronenberg, meilleur que la série du même nom ?

J’ai toujours aimé la SF et le fantastique, surtout quand on prend comme base un roman aussi connu que celui de Stephen King.

En 1983, David Cronenberg sort la première adaptation en film de l’oeuvre de Stephen King. Avec Christopher Walken dans le rôle de Johnny Smith, l’homme ayant acquis des dons de voyance suite à plusieurs années dans la coma, et surtout un inoubliable Martin Sheen dans le rôle du salaud, pardon, je voulais dire Greg Stillson. Les pouvoirs de Johnny lui pourrissent rapidement la vie, même si durant le film, ils lui sont plus d’une fois utiles. Et comme tout pouvoir, c’est une arme à manier avec précaution.

Je viens de revoir le film et je dois dire qu’il est largement meilleur que la série sortie dans les années 2000 et qui s’étira sur 6 interminables saisons.

Je trouve que la série prend un peu trop de liberté par rapport au film, surtout l’histoire du fils de Johnny Smith qui est inexistante dans le film et dans le roman. Si vous voulez voir le duo Christopher Walken et Martin Sheen, ce film est pour vous. Les effets spéciaux dans les visions de Johnny ont très bien vieilli.

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 40 : La petite merveille.

Il y a des séries qui vous marquent et d’autres moins. Cependant, il arrive parfois qu’une compilation de génériques d’une période donnée ravive votre mémoire, et ce fut mon cas.

Je vais donc parler rapidement d’une série qui a duré 4 saisons dans les années 1980, « Small Wonder » alias « La petite merveille ». On y vit les aventures d’une famille classique, les Lawson. Le père, Ted est ingénieur pour une entreprise du nom de United Robotronics. Dans le but de créer un robot gynoïde pour aider des personnes handicapées, Ted ramène Vicky – le robot en question – pour lui permettre de se perfectionner.

Avec sa femme Joan et leur fils Jamie, Vicky devient partie intégrante de la famille. Bien entendu, il y a la fillette de la maison d’à côté qui joue le rôle de la trouble fête. les situations lié à une interprétation au pied de la lettre de certaines expressions idiomatiques, les supers pouvoirs de Vicky sont des sources de gags sans fin.

Le générique est mièvre à souhait.

La série fut tournée et diffusée entre 1985 et 1989. Je ne me souviens pas que la série ait été rediffusée après son passage sur Canal + en 1985, puis sur Antenne 2 entre 1989 et 1991. Rien que pour le côté kitsch de l’ensemble, ça devrait le faire 🙂

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en cette veille de la Pentecôte. Pas grand chose, mais c’est déjà pas si mal !

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Bon week-end 🙂

Aimer la période Dio de Black Sabbath, c’est pas donné :(

J’aodre le metal, que ce soit le metal progressif d’un Opeth (d’Orchid à Watershed inclus), le heavy metal de Deep Purple (époque Mark II et III) et de Led Zeppelin, sans compter d’autres genres dont j’ai parlé sur le blog, sans oublier les périodes Ozzy Osborne et Dio de Black Sabbath (en dehors des ovnis « Technical Ecstasy » et « Never Say Die »).

J’avais fait un article dédié à ce sujet en 2017. Comme le temps file !

Il faut dire qu’avec des classiques comme « Heaven and Hell » et « The Mob Rules », Dio avait donné du sang neuf à un des groupes qui a fondé le metal en 1970. Il ne manquait qu’un album des deux époques Dio, c’était le très lourd et sombre « Dehumanizer ».

J’avais appris à connaître un des titres de cet album sans le savoir. En effet, une des musiques de Doom II (sur les map 10 et 16) reprenait l’introduction du très bon « After all (the dead) », sous le nom de « The Demon’s Dead ». Merci à l’excellent Doom Wiki pour les références.

J’ai pu le trouver à petit prix sur eBay. Il me tarde qu’il rejoigne ma collection.

Continuer la lecture de « Aimer la période Dio de Black Sabbath, c’est pas donné 🙁 »

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en ce samedi du milieu de mois de mai. Pas grand chose, mais c’est déjà pas si mal !

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Le label « Le fondeur de Son » vient d’annoncer la sortie du dernier album de Tikkun, « dawn ceremony for dreadful days ». C’est un mélange de jazz, d’improvisation et de musique traditionnelle.

Bon week-end 🙂

En vrac de milieu de semaine…

Un court billet, en cette veille du jeudi de l’Ascension de mai 2021…

Côté informatique :

Côté culture :

  • Le magazine Alternatives Économiques vient de lancer une campagne sur Ulule pour une bande dessinée « L’éco fait des bulles » qui vulgarise un peu la science économique. La campagne s’arrêtera le 13 juin 2021.
  • Toujours sur Ulule, l’ancienne rédaction de Science et Vie lance son nouveau magazine. Il s’appelle « Epsiloon ». La campagne s’arrêtera le 10 juin 2021.

Deux vidéos pour finir ce billet. D’abord l’épisode DGLFI consacré à la CyberOS :

Et une vidéo qui montre comment activer le support de Wayland dans Plasma, pour les bases Archlinux :

C’est tout pour aujourd’hui.

Bonne fin de semaine 🙂

« Dans la peau de Jacques Chirac », 15 ans après… Déjà ?

Mon enfance, mon adolescence et mes premières années de jeune adulte ont été marquées par une figure incontournable de l’opposition politique, Jacques Chirac. Mis à part la parenthèse de 1986-1988, Jacques Chirac a été la figure de l’opposant politique.

Pourquoi est-ce que je parle de ce film réalisé par Karl Zéro et dont la voix off est assuré par Didier Gustin ?

Tout simplement que j’ai eu envie de le revoir partant d’un article qui parlait des disquettes 8 pouces utilisées le 10 mai 1981 pour l’annonce du résultat de l’élection présidentielle, à un article de France Inter parlant des différents débats de 1974, 1981 et 1988 et des phrases chocs retenues. Je me suis alors souvenu de ce film sorti en 2006.

L’extrait concernant le débat de 1995 en Jacques Chirac et Lionel Jospin étant tiré du film de 2006, « Dans la peau de Jacques Chirac ».

La bande annonce nous accueille avec la pastille concernant l’annonce de la dissolution de l’assemblée nationale en 1997.

Continuer la lecture de « « Dans la peau de Jacques Chirac », 15 ans après… Déjà ? »

En vrac’ de fin de semaine

Petit en vrac’ en ce début de mois de mai.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

La petite vidéo habituelle de chaque billet en vrac’. Cette fois-ci, une vidéo consacré à un logiciel dont je suis étonné qu’il existe encore, SeaMonkey.

Bon week-end 🙂

En vrac de milieu de semaine…

Un court billet, en ce milieu de semaine…

Côté informatique :

  • Dans le domaine des distributions GNu/Linux « sérieuses », je demande la Fedora Linux 34.
  • Toujours dans ce domaine, je demande la KaOS 2021.04, mais faut aimer KDE 🙂
  • Tiens, une arrivée à prévoir dans le monde agité des gestionnaires de services ? Alpine Linux – dont la coeur de cible est le serveur et les conteneurs – serait en train de prévoir le sien.
  • La DGLFI de la semaine : prenez une base Archlinux avec soit Openbox (comme ArchLabs) ou Bspwm (comme EndeavourOS). Secouez le tout et vous aurez le projet ArchCraft.

Côté culture :

Altesia, groupe de rock progressif bordelais, continue le financement participatif pour son deuxième album, prévu pour septembre 2021. Le financement s’arrêtera le 9 mai 2021.

Comme le monde du logiciel libre n’arrêtera jamais de surprendre par ses choix et ses affirmations à l’emporte-pièce, voici donc les deux derniers épisodes de ma série « Les pitreries du libre ». Et oui, c’est du lourd !

L’épisode 39 :

Et l’épisode 40 :

C’est tout pour aujourd’hui.

Bonne journée 🙂

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 39 : La Princesse insensible.

Nous sommes en 1983. Sur ce qui s’appellait encore Antenne 2, une courte série d’animation de 13 épisodes de 4 minutes est diffusée – si mes souvenirs sont bons – dans le cadre de l’émission Récré A2.

C’est une série qui mélange l’animation classique et le papier découpé. L’histoire est simple :

« La fille du roi est indifférente à tout. Le roi promet de donner sa main au prince qui saura l’émerveiller. Treize prétendants défilent devant la princesse, installée dans un théâtre, et tentent de l’étonner par toutes sortes de tours. »

Une série assez spéciale qui m’est surtout resté en mémoire pour l’introduction chantée par une fillette de 8 ou 9 ans – qui doit donc avoir maintenant une bonne quarantaine bien tassée – avec une voix qui irrite vraiment les oreilles.

Durant les 13 épisodes, on voit en ombre chinoise le chambellan du roi qui annonce quel prince va tenter sa chance pour faire enfin réagir cette princesse que rien ne déride.

Voici donc le premier épisode. Et oui, la mini-chansonnette de début tape rapidement sur les nerfs.

Le réalisateur de la série, Michel Ocelot, est aussi la voix du narrateur. Une série que j’avais oubliée jusqu’à récemment par une association d’idées.

Si vous ne connaissez pas cette série qui fait quand même son âge, n’hésitez pas à la découvrir, en passant en accélérer l’insupportable générique.