En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce finissant mois de février 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Une capture d’écran de Turdle qui montre le côté « pipi-caca » du vocabulaire du jeu 🙂

Côté culture ?

Rémy Delahaye alias Watchmaker vient de sortir un nouvel EP, « Lumières ».  Un article à venir dans la semaine ? Pas impossible 🙂

Suite du longplay pour « Briley Witch Chronicles », avec la sixième heure de jeu… Déjà !

Sur ce, bon week-end !

En vrac’ de milieu de semaine…

Petit en vrac’ en ce troisième mercredi de février 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Nouvel épisode du longplay consacré au jeu « Briley Witch Chronicles » avec la cinquième heure du jeu.

Sur ce, bonne fin de semaine !

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce mercredi de février 2022, veille de mes 48 bougies.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Alwaid après son financement participatif bouclé de justesse a mis en précommande son troisième album, « Twelve Daemons » dont la date de sortie est prévue pour début juin 2022.

Pour finir ce billet, la suite du longplay consacré au jeu « Briley Witch Chronicles » avec la deuxième heure du jeu.

Sur ce, bonne fin de semaine !

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en cette fin du mois de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Alwaid, groupe de metal progressif français est dans la dernière ligne pour le financement participatif de son troisième album sur Ulule. Le financement s’arrêtera le 29 janvier 2022.

Sur ce, bon dimanche !

« Oblikva » de Romeo Bonvin : un mélange au poil entre post-rock, électro et musique atmosphérique.

Je l’ai dit je ne sais combien de fois – et j’ai pas envie de passer pour un radoteur ! – des groupes et des artistes me contacte pour parler de leur dernier album ou EP. C’est encore une fois le cas avec l’helvète Romeo Bonvin. C’est un « vieux routard » du post-rock, de l’électro et de la musique atmosphérique car son premier album, « Game Over » est sorti en 2003. Depuis, 7 autres opus sont sortis dont le dernier, « Oblikva » date du 8 janvier 2022.

L’EP est assez court avec 5 pistes pour un peu plus de 24 minutes. C’est du post-rock bien « tassé » car on est loin des pistes dépassant les 6 à 7 minutes.

Dès le début de la première piste, éponyme de l’EP, on a droit à une ambiance éthérée et intime. Avec les habituels dialogues entre les guitares et les percussions.

La deuxième piste, « open the eyes » prend cette même ambiance, mais un peu plus positivement que la piste précédente. Un pur régal pour les oreilles. Le mélange de post-rock, d’électro et de musique atmosphérique donne très bien. On sent que la maitrise du trio est franchement poussée. Et c’est tant mieux !

Continuer la lecture de « « Oblikva » de Romeo Bonvin : un mélange au poil entre post-rock, électro et musique atmosphérique. »

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce troisième mercredi de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Sur ce, bonne fin de semaine !

« Paddy’s Club », nouvel album des Anozel : le post-rock français en a encore sous le pied.

Le 4 janvier 2022, je parlais de leur deuxième EP, « The Eternal Sunday ».

Je rédige et publie ce billet le 17 janvier 2022 au matin, quelques heures après l’officialisation de la publication de leur troisième EP, « Paddy’s Club ». Il y a 5 pistes pour un total de 28 minutes. Il faut dire qu’avec une piste d’introduction qui dépasse les 10 minutes, on pouvait s’attendre à plus long au final.

On commence l’EP avec la piste la plus longue, « Falaise » qui consomme à elle seule un tiers de la durée d’écoute. Ce que j’apprécie dans la piste, outre le rythme presque hypnotique de l’ensemble, c’est le duo des voix qu’on peut y entendre dans le premier tiers de la piste. Avec le solo de guitare saturée dans le dernier tiers.

À partir de « Mirliflore », on attaque des pistes assez courtes, de 3 à 5 minutes maximum. C’est ici qu’on comprend que l’EP est découpé en plusieurs « sous-pistes ». Encore une fois, le duo de voix, la guitare qui joue un rythme hypnotique rendent l’ensemble prenant.

Continuer la lecture de « « Paddy’s Club », nouvel album des Anozel : le post-rock français en a encore sous le pied. »

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce milieu de mois de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Alwaid, groupe de metal progressif français continue le financement participatif de son troisième album sur Ulule. Le financement s’arrêtera le 29 janvier 2022.

Pour finir, une vidéo pour finir les niveaux 16 à 20 du casse-tête « Tenebra » dont j’ai parlé dans un article récent. Vous pourrez voir que les niveaux sont parfois tordus 🙂

Sur ce, bon week-end !

« The Eternal Sunday » d’Anozel : Vive le post-rock français.

J’ai été contacté par le groupe qui m’a parlé de leur EP qui sortira, ou sera sorti, le 17 janvier 2022 – un article dédié lui sera sûrement consacré – et en attendant, j’ai voulu parler de leurs créations et de leur univers post-rock qui sait envoyer du bois par moment.

Anozel est un groupe de post-rock originaire des Vosges, né en 2017. Après un premier EP du nom de « No name » (en février 2019), un deuxième – celui concerné par cet article – est sorti en septembre 2020.

L’album est téléchargeable à prix libre et coûte 10€ en version physique.

On est dans un album varié avec 7 pistes, allant de 2 à 14 minutes pour un total qui frôle les 48 minutes. Oui, c’est un grand écart facial en terme de durées.

Continuer la lecture de « « The Eternal Sunday » d’Anozel : Vive le post-rock français. »

En vrac’ de fin de semaine.

Un petit en vrac’ en cette veille de Noël.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture :

Sur ce, bonne Noêl !

En vrac de milieu de semaine…

Un très court billet, pour ce maussade mercredi de décembre.

Côté informatique :

Côté culture :

Petite vidéo humoristique sur les dérives du monde du libre avec le 46e épisode de la série des DGLFI :

Bonne fin de semaine 🙂

En vrac’ de fin de semaine

Minuscule en vrac’ en ce vendredi nuageux du mois de décembre…

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Dans la série des BSD, je demande FreeBSD 12.3 qui est sorti en ce début décembre 2021.
  • Dans la série des OS exotiques, je demande OpenIndiana 2021.10, continuation d’OpenSolaris.
  • Pour continuer dans l’exotique, je demande ArcaOS 5.0.7, continuation payante (129$ pour une licence simple utilisateur) d’OS/2.
  • Pour les amateurs de Gentoo précompilée, je demande la Calculate Linux 22.
  • Vous voulez faire vos achats de Noël en restant discret ? Alors la nouvelle version de Tails est pour vous 🙂

Côté culture ?

Sur ce, bon week-end 🙂

Souvenirs musicaux d’un enfant des années 1970, épisode 3 : « Video Killed The Radio Star » des Buggles.

Dans l’épisode précédent, j’évoquais le titre mythique – et le plus connu des Buggles – sorti en 1979. C’est le plus gros succès du groupe, sorti sur l’album « The Age of Plastic » en 1980.

Le duo composé par Geoff Downes (clavier, synthétiseurs, batterie et percussion) et par Trevor Hornes (chant, basse et guitare) se séparera en 1982, après avoir composé le titre qui serait le résumé musical des années 1980.

Le clip est plus que mythique, avec les effets spéciaux de la fin des années 1970. Outre le fait que ce fut le premier clip diffusé par MTV en août 1981, un invité qui deviendra une énorme star de la création de musiques de film y apparait. C’est un certain… Hans Zimmer à qui l’on doit les bandes originales de (liste non exhaustive)

  • Rain Man
  • Armageddon
  • Gladiator
  • La chute du faucon noir
  • Iron Man
  • Inception
  • The Dark Knight Rises
  • Interstellar
  • Les figures de l’ombre

Et encore je suis resté dans les films que j’ai vu ou que je connais de nom au minimum.

Le titre était en quelque sorte prémonitoire, car la plupart des artistes de la radio se prirent de plein fouet l’arrivée des clips vidéos et de l’apparence avant tout.

Tant qu’on présentait bien, peu importe le talent, ce qui donnera des scandales comme celui des Milli Vanilli en 1989 où les deux chanteurs se limitaient à faire de la figuration sur scène.

Ah, les années 1980… 🙂

Souvenirs musicaux d’un enfant des années 1970, épisode 2 : « C’est comme ça » des Rita Mitsouko.

Les années 1980 sur le plan musical ont connu tout et n’importe quoi. Du rock classique au heavy metal, de la cold wave à la musique inspirée de la renaissance, sans oublier les dernières cartouches tirées par le punk et le disco.

Une énorme nouveauté des années 1980, c’est l’arrivée des clips. Après le titre prophétique des Buggles « Video Killed The Radio Star », on a vu arriver des clips musicaux dans tous les genres possibles. Un de ceux qui m’a marqué, c’est celui du titre « C’est comme ça » des Rita Mitsouko.

Le groupe fondé en 1979 avait déjà marqué le monde musical avec son premier titre « Marcia Baïla » en 1984.

En 1986, le titre « C’est comme ça » sort et c’est une claque musicale. Aussi bien que visuelle, car il faut dire que c’est Jean-Baptiste Mondino qui est à la réalisation.

Même si je n’ai jamais été un grand fan des Rita Mitosuko à l’époque, je dois dire que ce titre avec « Les Histoires d’A. » font parti de mes favoris. Le groupe s’est officiellement arrêté avec le décès de Fred Chichin en 2007, mais les titres du groupe des années 1984 à 1988 font désormais partie des classiques des années 1980 en France.

Souvenirs musicaux d’un enfant des années 1970, épisode 1 : « L’Affaire Louis Trio ».

J’ai envie de commencer une nouvelle série de billets, cette fois-ci consacré à mes souvenirs musicaux. Autant commencer avec du lourd, et le groupe « L’Affaire Louis Trio ».

C’est un groupe fondé en 1982 à Lyon avec Hubert Mounier (alias Cleet Boris) au chant, son frère Vincent (alias Karl Niagara) à la guitare et François Lebleu (alias Bronco Junior) au clavier.

Le groupe devient célèbre avec l’album « Chic Planète » dont est tiré le premier titre du même nom.

Un autre titre sortir, « Tout mais pas ça ». Toujours avec la même dose d’humour et de rythme un peu à la tcha-tcha-tcha, complètement décalé en 1987.

C’est en 1993 que le groupe prend un tournant plus sérieux avec leur quatrième album – et le meilleur selon moi, « Mobilis in mobile » où la franche rigolade du premier album n’est plus qu’un vieux souvenir.

Le sublime « Mobilis in mobile » montre que le groupe était largement plus qu’une simple bande de joyeux lurons.

Le groupe se sépare en 1998. En 2008, François Lebleu meurt d’une attaque cérébrale. En 2016, c’est au tour de Hubert Mounier de nous quitter suite à une rupture aortique.

Je vous laisse, je vais m’écouter en entier l’album « Mobilis in mobile ».

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer