La scène rétroludique du Commodore Vic20 est parfois impressionnante.

Dans un article de juillet 2023, je faisais par de mon étonnement face aux titres sortis sur ordinosaures, principalement orienté vers le Commodore 64 qui est devenu un coup de coeur sur le tard, n’ayant pas eu accès à un vrai Commodore 64 durant sa période d’exploitation commerciale.

Le Commodore Vic20 est une plateforme qui me parle un peu moins. Cela n’empêche pas la sortie de titres que l’on pensait théoriquement impossible sur le Commodore Vic20… Ok, il est souvent recommandé d’avoir une extension mémoire de 32 Ko pour les titres dont je vais parler dans cet article.

C’est en découvrant le shoot’em’up « Future Fighter » pour le Commodore Vic20 en configuration par défaut avec sa petite nouveauté de faire perdre des points quand les ennemis atteignent le bas de l’écran, que j’ai pris connaissance des créations de Mika « Misfit » Keränen.

Elles sont assez nombreuses et on doit frôler la bonne vingtaine. Dans le lot, il y a deux titres qui poussent les limites du Commodore Vic20, c’est par ordre chronologique « Pentagorat » (2016) et « Cheese and Onion » (2017) et dont la dernière révision date de 2021.

Continuer la lecture de « La scène rétroludique du Commodore Vic20 est parfois impressionnante. »

« Broken Mirror » ou l’aventure-horreur en point’n’click sur Commodore 64.

Je dois dire que j’ai toujours aimé les jeux d’aventures, qu’ils soient en mode texte, semi graphique voire point’n’click. Le genre point’n’click soit à la première personne soit à la troisième personne est très répandu sur le Commodore 64.

Il ne faut pas oublier que « Maniac Mansion » a été porté sur le Commodore 64 en 1987.

Mais revenons à « Broken Mirror ». C’est un point’n’click en vue à la première personne. On commence l’aventure enfermé dans une cellule, mais on ne sait plus qui on est et pourquoi on a été emprisonné.

Le jeu est divisé en quatre parties, du moins si j’en crois le catalogue de la disquette du jeu. Vous pourrez le récupérer sur le site csdb.dk.

Je vous offre la solution de la première partie du jeu. Les autres parties ? Peut-être un jour, si j’arrive à finir le jeu 🙂

Sur ce, bonne fin de journée 🙂

En vrac’ de fin de semaine…

Petit en vrac’ en ce deuxième samedi du mois de mai 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Dans la série des distributions basées sur la RHEL, je demande la EuroLinux 9.4.
  • Ou encore la Rocky Linux 9.4.
  • Dans la série « les distributions portent parfois un nom trompeur », je demande la Linux Lite 7.0rc1. C’est une base Ubuntu avec xfce dessus. Et l’image ISO n’est pas légère, elle pèse plus de 2,1 Go !
  • Haplo propose la préversion d’un jeu qu’il vient de porter pour le Commodore 64 et les Atari 8 bits. Comme d’habitude, c’est un jeu d’action-réflexion où on jongle avec chaque niveau en le tournant à 180° sur lui-même. Le nom du jeu ? « Shift », disponible sur itch.io.

Côté culture ?

Rien cette fois ci.

Pour finir, les 9 premiers niveaux résolus de « Shift » en version preview. Je vous laisse résoudre le 10e niveau par vous-même. Ne me remerciez pas, c’est de bon coeur 🙂

Sur ce, bon week-end

Le rétro-ludique, c’est bien, même si c’est parfois laxatif…

Vous avez pu le lire et le comprendre, j’adore le rétro-ludique. Je prends un plaisir non négligeable à lancer des jeux sur des ordinosaures qui sont – à cause de la mode du vintage – devenus inabordables alors qu’il y a encore 5 ans, on les trouvait pour une poignée de biftons.

Oui, je regrette de ne pas avoir pu m’équiper il y a quelques années. Si je devais avoir un exemplaire de chaque ordinosaure pour lequel je trouve des jeux qui me parlent, il me faudrait trouver :

    • Un Amstrad CPC 6128/6128+ avec son écran
    • Un ZX Spectrum
    • Un BBC Micro
    • Un Atari 800XL ou 130XE
    • Un Commodore Vic20 avec la cartouche PenUltimate 2+ pour les différentes configurations mémoire
    • Un Commodore PET 4032 ou un miniPET (qui semble être indisponibles désormais)

Et encore, je suis resté dans les principaux. Il faudrait que je trouve pour chacun un lecteur de carte SD à l’image du SD2IEC qui équipe mon Commodore 64.

Pour le côté laxatif que j’ai abordé dans le titre, quand j’ai envie de lancer des jeux sur mon vrai Commodore 64, il faut que je branche :

  1. Le cable vidéo composite entre le Commodore 64 et mon téléviseur
  2. Le cable d’alimentation électrique du Commodore 64
  3. Le SD2IEC branché sur le port cassette avec un cable connecté au port IEC
  4. Ma cartouche FinalCartridge III+ pour un chargement plus rapide des images disquettes d64
  5. Le joystick sur le port controleur 2

Continuer la lecture de « Le rétro-ludique, c’est bien, même si c’est parfois laxatif… »

Confession rétroludique : la scène Amiga me laisse froid.

Mon parcours informatique, en gros, c’est ça :

  1. Amstrad CPC durant 5 années (1988-1993)
  2. Commodore Amiga 1200 durant 18 mois à 2 ans (1993-1995)
  3. PC depuis 1995, avec une parenthèse Apple en 2004-2005 avec le premier Mac Mini

Ce doit être le parcours de nombreuses personnes ayant commencé l’informatique personnelle dans les années 1980. Cela fait maintenant 36 ans que j’ai touché à mon premier clavier en informatique, le temps passe plutôt vite.

Et cependant, contrairement à certaines personnes, je ne prends aucun plaisir ou presque à lancer UAE via FS-UAE pour émuler un des ordinateurs 16/32 bits de Commodore.

Continuer la lecture de « Confession rétroludique : la scène Amiga me laisse froid. »

Quel avenir pour mon équipement rétroludique ?

Ici, je ne vais parler que de mon équipement rétroludique principal, à savoir le Commodore 64 et les ajouts que je pourrais y faire. Mon PC ne nécessite plus qu’un investissement modique (un beeper à remplacer) pour être 100% fonctionnel.

Cela fait deux ans que j’ai reçu en cadeau un Commodore 64, sans câbles ni alimentation. J’ai donc dans un premier temps investi dans une alimentation moderne et un câble vidéo pour pouvoir brancher le Commodore 64 à ma vieille (7 ou 8 ans ?) TV avec un affichage LCD.

J’ai ensuite investi dans un SD2IEC (pour charger les images disques depuis une carte SD), une cartouche Final Cartridge 3+ (pour avoir un accélérateur de chargement entre autre), sans oublier un incontournable joystick à brancher sur le port 2.

J’ai pris une photo avec tous les périphériques que je possède branchés au « cul » de l’ordinosaure. À savoir de gauche à droite :

Quels sont les équipements que j’envisage de prendre d’ici la fin de l’année 2024 ? Une carte Kung Fu Flash qui est bien pratique pour lancer les jeux au format cartouche qui sont de plus en plus nombreux. Et si c’est possible, un lecteur de disquettes 1541 / 1541-II pour les quelques disquettes 5 pouces 1/4 au format Commodore que je possède. C’est quand même mieux de lancer un jeu depuis un format physique de temps à autres 😉

En gros, j’en aurai pour une grosse centaine d’euros, 150 en cumulé au pire. J’écume les annonces sur eBay donc je garde confiance, au moins pour la carte Kung Fu Flash.

C’est bien le rétroludique, surtout sur le matériel d’origine, même si quelques frais sont à prévoir régulièrement.

« Huck on the Mississipi », un jeu pour Commodore 64 qui aura mis 37 ans à être publié…

Le monde du jeu vidéo est cruel. Chaque année, nombre de projets sont abandonnés à divers états de finition. Il y a un site qui s’appelle « Game That Weren’t » et que je visite de temps en temps. On tombe ainsi sur des projets de jeux vidéos à divers états de développement… Avec des niveaux de disponibilité variables. C’est toujours une adresse à avoir sous la main au cas où 🙂

C’est via IndieRetronews que j’ai appris l’existence d’un petit jeu où il faut faire le meilleur score possible, « Huck on the Mississipi ». C’est un jeu commencé en 1987 et terminer en 2024. Oui, il y a eu une pause de 35 ans dans le développement du jeu. Ce qui doit être facilement la plus grande pause jamais connu dans le monde du jeu vidéo.

C’est l’auteur du jeu, Frank Abbing qui le dit sur la page archive.org où on peut récupérer le jeu :

After a break of 35 years, I have finished programming this game for the C64.

Besoin de traduire ?

Le principe est simple : On est Huckleberry Finn et on est sur un tronc d’arbre au milieu du Mississipi. Il faut récolter les fruits en évitant d’être touché par les animaux qui s’y promène. On n’a qu’une seule vie et on ne peut être touché que 5 fois avant que la partie ne s’arrête.

J’ai enregistré une vidéo où je suis arrivé au 3e niveau des 10 qui existent. Le niveau de difficulté monte rapidement et c’est déjà bien d’arriver au niveau 3 !

Ce jeu est assez sympa, mais il est aussi un peu frustant au niveau difficulté. On se retrouve avec un titre qui aurait sûrement eu des bonnes notes dans les magazines des années 1980-1990. On y retrouve la difficulté classique des jeux de cette époque, et c’est un bon challenge que d’essayer d’arriver au niveau 4 🙂

Je vous laisse le découvrir… Faites attention, ça devient rapidement addictif 🙂

Petit guide rapide pour se lancer dans le rétroludique.

Vous en avez assez des jeux AAA à 60€ pièce ? Vous avez envie de (re)découvrir le rétroludique des années 1980-1990 ?

Voici quelques conseils pour débuter. L’idéal est bien entendu de mettre la main sur l’ordinosaure désiré. Ensuite, acquérir une alimentation externe neuve – C64PSU pour les ordinosaures Commodore 8 bits et d’autres ordinosaures – (si votre ordinosaure a une alimentation externe) ou demander à une connaissance qui a un bon niveau en électronique de vérifier l’alimentation interne et vérifier qu’elle ne vous explosera pas à la figure.

L’idéal est aussi d’avoir un dispositif lecteur de carte SD pour stocker les images cassettes ou disquettes de votre ordinosaure. Même avec le meilleur stockage du monde, des disquettes 5 pouces 1/4 des années 1980 auront tendance à devenir illisible. D’où l’utilisation d’un dispositif SD2IEC (pour les ordinosaures Commodore 8 bits) ou encore un gotek pour d’autres ordinosaures comme l’Amstrad CPC 6128.

Tout cela demande un certain budget et de fouiller eBay pour tomber sur la bonne annonce à prix raisonnable.

Si vous ne voulez pas exploser votre budget, l’émulation logicielle viendra à la rescousse. Quelques émulateurs multi-plateformes :

J’ai sûrement dû en oublier un ou deux au passage. Pour se fournir en jeux et logiciels plus sérieux, le plus simple est d’utiliser des sites comme CPC-Power, C64.com ou encore IndieRetroNews qui est plus généraliste.

J’espère que ce petit article vous aidera à vous plonger dans le rétroludique et à découvrir les scènes « homebrew » des différents ordinosaures.

Une semaine de pause, quel bilan ?

Cela fait une semaine que j’ai mis le blog en pause. Et bon sang que ça fait du bien de se mettre au repos.

Mis à part quelques commentaires que j’ai eu à valider et des articles sur lesquels j’ai coupé les commentaires au bout de 10 jours, je n’ai rien eu à faire sur le blog.

En plus, j’ai été en déplacement en fin de semaine pour un dépannage informatique auprès d’une connaissance : en gros, changement de pile pour un PC portable, mis à jour de la Manjaro Tux’n’Vape (oui, ça date !) installée dessus avec un petit combat avec des clés gpg récalcitrantes.

Bref, cela a été intéressant et je n’ai pas vraiment envie de m’y replonger dessus. J’ai aussi eu à copier des données depuis un MacBook Pro vers un disque dur externe… Sans y réussir, car il n’y a pas de support en écriture du NTFS… Ce que sait faire toute distribution GNU/Linux moderne dès le départ.

Je vous passe la liste des jurons que j’ai relaché en une seule fois. Je pense même avoir exploser mon propre record dans ce domaine !

J’en ai aussi profiter pour rajouter deux vidéos rétroludique. Une concernant le jeu « Binary Battle » de Haplo, l’autre étant un longplay en niveau facile (faut bien commencer quelque part !) de « Delve Deeper » de MadCap Studio.

Et « Delve Deeper » :

Autant dire que cela a été une semaine studieuse 🙂

En vrac’ de milieu de semaine…

Petit en vrac’ en ce premier mercredi de janvier 2024.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Emmabuntüs annonce la sortie de la version DE5-1.01 de sa distribution orientée recyclage de vieux ordinateurs.
  • La DGLFI de la semaine. Partez d’une Fedora Linux Gnome. Configurez l’extension dash-to-panel pour obtenir une présentation générale à la MS-Windows. Rajoutez-y les dépôts RPM Fusion. Secouez le tout, et vous aurez la Oreon Lime.
  • Dans le monde des distributions GNU/linux légères, je demande la WattOS R13, une base Debian avec Openbox comme gestionnaire de fenêtres.
  • Haplo qui nous a déjà proposé la série des « Tenebra » ou encore « Caim » revient sur le Commodore 64 avec un jeu d’exploration assez stratégie, « Binary Battle ». On y joue le rôle d’un antivirus qui doit nettoyer une disquette des véroles sur 5 niveaux constitués de 5 sous-niveaux pour y récupérer le code source d’un jeu. Bon courage 🙂
  • Dans la série, « tiens le projet bouge encore », je demande la version 4.1.15 d’Apache OpenOffice. Pourquoi tant d’acharnement thérapeutique ?

Côté culture ?

Rien cette fois.

Sur ce, bonne fin de semaine !