En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce chaud mercredi de juin 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ? Rien 🙁

Pour finir, une petite vidéo concernant Brain Break, avec la solution des 4 premiers niveaux. Ça monte rapidement en difficulté…

Autre vidéo, celle montrant les solutions des niveaux 26 à 28 du jeu « Tenebra Extended ».

C’est tout pour cette fois.

Sur ce, bonne fin de semaine !

Vieux geek, épisode 332 : Les aventures de Pepito au Mexique, quel étrange sponsor :)

J’ai déjà eu l’occasion de parler de jeux sponsorisés par une marque, le premier exemple me venant à l’esprit étant « Chex Quest », un doom-like pour enfants basé sur une marque de céréales, dont j’ai parlé en juillet 2016.

Cependant, ce n’était pas le premier jeu à être supporté par une marque. En 1991, la marque Belin (filière de LU si je ne me trompe pas !) proposa en partenariat avec Microïds un jeu de plateforme mettant en avant la célèbre marque de biscuit chocolaté, Pepito.

On est face à un jeu de plateformes, avec ses sauts millimétrés, ses ennemis plus casse-bonbon les uns que les autres.

L’histoire est simple : des bandits ont dérobé un coffre remplis à ras-bord de boites du célèbre biscuit. À vous de les retrouver et de mettre la main sur le précieux trésor. Constitué d’une bonne vingtaine d’écrans, il y aura de quoi s’arracher les cheveux sur certains passages. Je me demande combien de joysticks ont fait des vols planés, mais je pense qu’avec la difficulté parfois poussée du jeu, le nombre doit être impressionnant.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 332 : Les aventures de Pepito au Mexique, quel étrange sponsor 🙂 »

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ du deuxième dimanche de mai 2022…

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Le groupe français de folk The Orchid vient de sortir son premier album, « Les embellies ».

Sur ce, bonne fin de week-end !

Ah, la dure vie de bêta-testeur dans le monde de la rétro-informatique :D

J’ai déjà eu l’occasion de dire que j’aimais vraiment la rétro-informatique, spécialement quand elle est ludique.

J’ai déjà eu l’occasion de parler plusieurs fois du jeu de David Murray, « Attack of the Petscii Robots ». Depuis la version Apple II (sortie en avril 2021), j’ai eu l’occasion de bêta-tester :

  1. La version Atari 8 bits
  2. La version pour Commodore 128
  3. La version pour ZX Spectrum

J’ai eu l’occasion durant le mois de mars de bêta-tester 4 ou 5 roms du port pour Sega MegaDrive / Genesis. Je dois dire qu’au début j’en ai bavé, surtout que je n’ai aucun controlleur qui ressemble à celui de la Sega MegaDrive / Genesis.

Inutile de préciser que j’ai été atomisé, caliné par des evilbots (les robots les plus dangereux du jeu), fusillé, bref, ça a été une sacrée boucherie, mais vu que le port était déjà de bonne qualité, ça m’a donné envie de continuer à le bêta-tester.

J’avais même enregistrer une partie gagnante sur la carte « Forest Moon » :

Continuer la lecture de « Ah, la dure vie de bêta-testeur dans le monde de la rétro-informatique 😀 »

Vieux geek, épisode 329 : Outlaws, un FPS à la sauce western.

Lucas Arts est connu pour ses jeux d’aventures de la série Monkey Island, mais aussi pour ses FPS se déroulant dans le monde de Star Wars (Dark Forces, Jedi Knight I et II). En 1997, le studio change son fusil d’épaule et nous propose un FPS à la sauce western.

C’est ainsi qu’Outlaws voit le jour. Basé sur un moteur qui n’a rien à envier au Build Engine de Duke Nukem 3D, on est plongé dans l’époque de la conquête de l’ouest. On joue le rôle d’un marshall à la retraite qui part venger sa famille assassinée. Bref, le scénario classique pour casser du méchant cow boy à tour de bras 😀

Il y a un point distinctif sur ce fps, c’est sa présentation en bande dessinée. Faut accrocher, mais je dois dire qu’en 1997 des FPS en 2.5D et les titres en 3D réelle jouait plus sur un réalisme croissant qu’autre chose.

C’est grace à PCem – dans lequel est émulé un MS-Windows 95 – que j’ai pu installer Outlaws et que j’ai pu enregistrer la vidéo ci-dessous.

Vous avez pu le voir, on est dans le monde du far west. Un bon point est la présence d’un mode histoire et d’un mode où on peut jouer des missions précises. Cela permet de varier le plaisir. Mais je dois dire qu’en 1997 je n’avais pas accroché. Et 25 ans plus tard, c’est toujours le cas. Mais c’est un FPS qui a marqué son temps, il aurait été dommage de l’oublier.

En vrac’ de fin de semaine…

Petit en vrac’ en ce dernier vendredi d’avril 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Fan de jeu de stratégie temps réel ? Une réécriture de Dune 2 dénommée « Dune II – The Maker » pour les ordinateurs modernes vient d’arriver en version 0.70. Intéressant, surtout si on ne retrouve pas sa copie du titre original de Westwood Studio.
  • La DGLFI de la semaine, la Rolling Rhino Remix qui veut transformer la branche de développement d’Ubuntu en une rolling release…
  • Un excellent jeu à prix libre pour Commodore 64 où l’on doit diriger un personnage avec une bande son musicale qui envoie du bois, c’est « We Are Stardust » de Megastyle.

Côté culture ?

Après l’excellent jeu vidéo, voici la bande originale du jeu, « We Are Stardust » par Lukash. Idéal si vous aimez les chiptunes et autres musiques typique des années 1980 en informatique.

Sur ce, bon week-end !

Vieux Geek, épisode 326 : 1996, l’année de la 3D pour les jeux sur PC.

1996 est pour moi une année qui marque la fin de la transition des jeux en 2D vers la 3D. Sur PC, 3 titres majeurs symbolisent ce passage de relai :

  1. Duke Nukem 3D en janvier 1996, même si c’était de la 2,5D hyper avancée
  2. Quake en juin 1996, premier FPS potable en 3D complète
  3. Tomb Raider premier du nom en novembre 1996, pour un mélange d’exploration et d’aventure

Il y avait eu des précurseurs, notamment Descent en 1994 et Terminal Velocity en 1995, mais ce qui donna un coup de fouet indirectement, c’est l’arrivée de la Playstation première du nom entre décembre 1994 et septembre 1995. L’une de premières consoles qui imposa la vue en 3D pour ses jeux.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 326 : 1996, l’année de la 3D pour les jeux sur PC. »

Après l’Amstrad CPC, au tour du Commodore 64 de profiter d’un port de « Puzzle Bobble ».

Dans un article d’octobre 2021, je disais tout le bien que je pensais des diverses scènes rétroludiques. Dans la vidéo illustrant l’article, il y avait un port de Puzzle Bobble pour l’Amstrad CPC.

Quelques mois sont passés, et c’est au tour du Commodore 64 de connaitre un port de ce jeu sorti en 1994, et qui est un de mes préférés de l’univers de « Bubble Bobble », avec « Bubble Bobble » en premier, « Puzzle Bobble » en deuxième et « Rainbow Islands » en troisième.

On peut télécharger soit une image disquette, soit une image cartouche du port du jeu. Il est de haut vol, et je dois dire que le jeu rend hommage au Commodore 64 en lui sortant les tripes par endroit.

Continuer la lecture de « Après l’Amstrad CPC, au tour du Commodore 64 de profiter d’un port de « Puzzle Bobble ». »

« Zeta Wing » de Sarah Jane Avory : le shoot’em’up pour se réconcilier avec ce genre de jeux vidéos ?

Avec mon âge avancé – j’approche petit à petit du demi-siècle – j’ai connu les consoles de deuxième génération, dont les plus célèbres sont l’Atari 2600 ou encore la ColecoVision.

J’ai connu Galaga en version deluxe pour Amiga, Galaxian, Slap Fight, 1942 et 1943 (sur Amstrad CPC), bref des shoot’em’up parfois punitif qui avait failli m’écoeurer du genre. Je ne suis resté que sur ceux qui m’ont vraiment marqué.

En faisant de recherches sur itch.io, je suis tombé sur un shoot’em’up deux fois récompensés (RGN et IndieRetroNews), « Zeta Wing » développé comme le Zelda-like « Briley Witch Chronicles » par Sarah Jane Avory pour le Commodore 64 que ce soit avec un vrai ordinateur, Vice ou les C64 mini et c64 maxi.

Continuer la lecture de « « Zeta Wing » de Sarah Jane Avory : le shoot’em’up pour se réconcilier avec ce genre de jeux vidéos ? »

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce milieu de mois de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Alwaid, groupe de metal progressif français continue le financement participatif de son troisième album sur Ulule. Le financement s’arrêtera le 29 janvier 2022.

Pour finir, une vidéo pour finir les niveaux 16 à 20 du casse-tête « Tenebra » dont j’ai parlé dans un article récent. Vous pourrez voir que les niveaux sont parfois tordus 🙂

Sur ce, bon week-end !

« Tenebra », le casse-tête qui ne paye pas de mine, suite.

Le 12 décembre 2021, je parlais de la version de démonstration de « Tenebra », un jeu de casse-tête développé sur Commodore 64 et 128.

À l’époque, c’était une démonstration avec les 8 premiers niveaux sur les 25 prévus à l’origine.

Le 23 décembre 2021, la version finale est annoncée. Elle est suivie le 1er janvier 2022 d’une version pour Commmodore Plus/4.

J’avais déjà montré une partie des niveaux de « Tenebra » dans le précédent article. Je me suis alors dit que ce serait sympathique de montrer les niveaux par lots de 5, qui sont d’une difficulté assez croissante. Cela aurait été dommage de ne pas proposer les (??) solutions de chaque puzzle.

Continuer la lecture de « « Tenebra », le casse-tête qui ne paye pas de mine, suite. »

Les jeux rétro-ludique, supérieurs sur bien des points aux jeux vidéo modernes ?

Je sais ici que certaines personnes vont froncer les sourcils en se demandant si je n’ai pas abusé de substances plus ou moins illicites. En quoi des jeux sortis dans les années 1980-1990 ou beaucoup plus récemment comme le port de « Sonic the Hedgehog » – version Sega Master System – sur Commodore 64 avec une extension mémoire de 256 Ko, ou encore l’excellent clone de Zelda (avec des combats à la Final Fantasy), j’ai nommé « Briley Witch Chronicles » (transférable sur le format Easy Flash 3) sont supérieurs à un jeu sorti sur les dernières consoles à la mode ou le dernier PC de la mort qui tue ?

Je pourrais aussi citer les scènes Atari 8 bits avec le port de « Prince Of Persia », Amstrad CPC avec un port réussi de Puzzle Bobble.

Il est vrai que je cite le haut du panier et que toutes les productions ne sont pas aussi avancées. Ce genre de jeux ont un avantage : fonctionner soit sur un émulateur, soit sur le vrai matériel modulo quelques extensions par moment. Pour les jeux tournant sous MS-DOS, rien ne vaut – si on a pas un vieux PC sous la main – l’excellent Dosbox-X dont la version 0.83.22 qui sera – ou aura été – celle de février 2022 apporte le support du Pentium 3 !

La preuve en image.

Continuer la lecture de « Les jeux rétro-ludique, supérieurs sur bien des points aux jeux vidéo modernes ? »

« Briley Witch Chronicles » : suite et fin… Déjà ?

Dans un article du 3 janvier 2022, je faisais le bilan du jeu au bout d’une dizaine d’heures.

Je viens de le terminer en environ 14 heures. Je dois dire que j’ai été surpris d’atteindre aussi rapidement la fin.

Au final ? Le jeu a une fin excellente, ouvrant la voie pour le deuxième volume des aventures de Briley. Sur la carte du jeu – qui me fait penser à Iron Lord sorti en 1989 par Ubisoft sur CPC, C64, ZX Spectrum, MS-DOS, Atari ST et Amiga – on peut voir qu’il y a une bonne douzaine de lieux à explorer. J’ai pensé que cela ne gâcherai pas trop le contenu riche du jeu.

Sur la quête annexe de la récupération des renards, sur les 56 à retrouver, j’en ai récupéré 51. Soit 91,07%, la preuve en image. Pas mal au final 🙂

Que dire pour conclure ? Je pense que je retenterai l’aventure au niveau de difficulté normal d’ici quelques semaines. Que ce jeu vaut largement les 9,99$ de sa version numérique. Un bijou rétro-ludique comme j’aimerais en avoir plus souvent sous la main. Moralité ? Dès que le deuxième volet sort, je l’achèterai sans hésitation !

Bref, je vous recommande chaudement ce jeu.

« Briley Witch Chronicles » : Quel bilan après une dizaine d’heures de jeu ?

Dans un article du 28 décembre 2021, je parlais du RPG à la japonaise pour Commodore 64, « Briley Witch Chronicles ».

Pour éviter de finir trop vite le jeu, je me mets une heure de jeu par jour. Sur la page officielle du jeu, la durée de vie annoncée est de 16 heures minimum. Dans les commentaires, on peut lire que certaines personnes ont fini le jeu en 20 heures.

Je serais donc en gros à la moitié de l’aventure. À chaque jour, il y a une voire deux quêtes à remplir, certaines étant assez laxative, surtout quand on doit supporter une demi-douzaine de combats pour considérer une mission comme remplie.

Continuer la lecture de « « Briley Witch Chronicles » : Quel bilan après une dizaine d’heures de jeu ? »

« Shattered Pixel Dungeon », le rogue-like deluxe.

S’il y a un genre de jeu vidéo qui m’a toujours attiré, ce sont les rogue-like. Comme je l’avais précisé dans l’épisode 14 de la série « Vieux geek » en juin 2013.

Je me suis dit que conclure l’année 2021 sur un rogue-like de haut vol serait une bonne idée. En effet, en attendant la sortie d’un rogue-like pour Commodore 64 du nom de Rogue64 en précommande au moment où je rédige cet article, il serait bon de parler d’un rogue-like qui existe aussi bien sur Android, Linux et iOS du nom de « Shattered Pixel Dungeon ».

Au menu ?

  • 4 héros dont 3 qu’il faut débloquer
  • 8 sous-classes
  • 13 capacités différentes
  • Plus de 100 talents
  • 26 niveaux à explorer
  • 60 ennemis, 30 pièges, 150 objets
  • 5 boss

Autant dire que le jeu est plutôt bien fourni 🙂

Continuer la lecture de « « Shattered Pixel Dungeon », le rogue-like deluxe. »

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer