Et si les grands projets du logiciel libre étaient des êtres humains…

…dans quelle catégorie d’âge se trouveraient-ils ? Je parle des projets à destination bureautique et grand public, pas des langages de programmation, des serveurs web ou autres. Ce billet m’est venu à l’esprit alors que je fouillais le blog et que je suis retombé sur deux billets écrits en janvier 2021 :

  1. Les jeux vidéos de 1996
  2. L’informatique matérielle et logicielle de 1996

La liste que je vais faire sera non exhaustive, bien entendue. Je prendrai comme catégories les tranches suivantes : adultes (25 ans et plus), jeunes adultes (18 à 24 ans), adolescents (13 à 17 ans), enfants (moins de 13 ans).

Les adultes :

  • Le noyau Linux (30 ans) : Annoncé en 1991, linux 1.0 sortant en 1994
  • Slackware Linux (28 ans) : juillet 1993.
  • Debian GNU/Linux (28 ans) : Commencée en 1993, la version 1.1 est sortie en 1996
  • Red Hat Linux (27 ans) : La première version de la distribution 1.0 est sortie en 1994
  • SuSE Linux (25 ans) : La première version à s’appeller SuSE Linux fut la 4.2 sorti en 1996
  • KDE (25 ans) : Annoncé en 1996, première version stable en 1998
  • Gnome (24 ans) : Annoncé en 1997, première version stable en 1999
  • GIMP (25 ans) : Annoncé en 1996, première version stable en 1998

Les jeunes adultes :

Les adolescents :

  • Ubuntu (17 ans) : La première version, la Warty Warhog est sortie en octobre 2004
  • Mozilla Firefox (17 ans) : La version 1.0 est sorti en novembre 2004
  • OpenSuSE (16 ans) : la première version est sortie en octobre 2005
  • Linux Mint (15 ans) : La version « Ada » alias 1.0 est sortie en août 2006

Les enfants :

Il doit sûrement une tripotée de logiciels, mais j’ai pris ceux qui m’ont le plus marqué. Si vous avez envie de compléter la liste, je vous laisse le soin de le faire 🙂

Ah, les hallucinations auditives :)

Je voudrai commencer cet article avec une vidéo publiée par Bruce d’e-penser en 2016, sur les hallucinations auditive. C’est surtout la deuxième moitié de la vidéo qui met en oeuvre les hallucinations liées à l’utilisation d’une langue autre que maternelle comme l’anglais, l’allemand, l’italien ou encore le russe pour une personne issue de la francophonie.

Dans une récente vidéo des pitreries du libre de la fin de l’aventure du fork plus qu’agressif de Gimp dénommé Glimpse, il y a aussi une forme d’hallucination auditive.

Si vous allez à 7 minutes 32, vous serez peut-être comme Flabby Owl – que je salue et remercie au passage – qui m’a fait une remarque qui m’a fait explosé de rire dans une réponse à un tweet où je parlais de la vidéo :

Oui, le mot prononcé qui était gloriole a été pris pour le duo de mot anglais « glory hole ». Le terme gloriole, dérivé de gloire définit, dixit mon ami le dictionnaire Larousse :

« Vaine gloire qui se tire de petites choses : Agir par gloriole. »

Entre ce sentiment qui passe de la brosse à reluire à l’égo et une spécialité des commerces pour adultes informés, il y a quand même une certaine différence.

Voici ce que je dis à ce moment précis de la vidéo.

Quel intérêt de forker Gimp ? Mis à part pour se faire un petit peu de gloire, de gloriole…

Bref, vous comprendrez que je tiens à remercier encore une fois pour sa remarque éclairée. Peut-être que dans la douzaine des développeurs qui ont forké Gimp, il y a des personnes qui sont amatrices des commerces pour adultes et de leur spécificité au niveau de certains murs. Mais cela ne nous regarde pas.

Sur ce, bonne journée !

Tiens, forker un logiciel libre uniquement car son nom n’est pas « bienveillant », ça ne fonctionne pas ?

On attribue la citation apocryphe suivante à Manon Roland quelques minutes avant qu’elle ne périsse sur l’échafaud de la guillotine en 1793 : « Ô Liberté, que de crimes on commet en ton nom ! »

Je dirai pour la paraphraser, « Ô bienveillance, que de projets techniquement inutiles on lance en ton nom. »

C’est au nom d’une forme de bienveillance linguistique qu’en 2019, un groupe de personnes décida de prendre le code de l’éditeur d’images The Gimp et de le forker sous le prétexte que gimp en anglais signifie… boîteux !

Je vous renvoie à ce long commentaire d’un des codeurs de GIMP pour connaître les tenants et aboutissants. Fork agressif dès le départ alors que depuis 1995 (soit 24 ans au moment du fork) personne ne s’était plaint du nom, mais peu importe.

Ce qui compte, c’est que la roue du karma continue de tourner et j’ai appris via un article d’OMG Ubuntu qu’on m’a fait parvenir que le projet se mettait en pause pour une durée indéterminée.

Si on regarde sur le billet du blog qui explique l’arrêt, on peut se dire que le projet est bon pour le cimetière. En effet, on peut lire, entre autres qu’après avoir accusé le coronavirus (qui a bon dos ?!) que :

Our problem was not a lack of financial contributions or users, because the project was still growing in those areas. Our main issue was that we could not find contributors willing to step up and help with non-code tasks like moderating communication channels, triaging bugs, fixing packaging problems, working with the GNU Image Manipulation Program contributors, monitoring our social media accounts, running servers, testing/documenting new releases, and answering questions that users reached out to us with. As a result, we struggled to scale the project to match increasing demand.

Que l’on peut traduire par :

Notre problème n’était pas un manque de contributions financières ou d’utilisateurs, car le projet continuait à se développer dans ces domaines. Notre principal problème était que nous ne trouvions pas de contributeurs prêts à s’investir dans des tâches non codées comme la modération des canaux de communication, le triage des bogues, la correction des problèmes d’empaquetage, la collaboration avec les contributeurs du programme de manipulation d’images GNU, la surveillance de nos comptes de médias sociaux, le fonctionnement des serveurs, le test et la documentation des nouvelles versions, et la réponse aux questions des utilisateurs qui nous contactaient. En conséquence, nous avons eu du mal à faire évoluer le projet pour répondre à la demande croissante.

Continuer la lecture de « Tiens, forker un logiciel libre uniquement car son nom n’est pas « bienveillant », ça ne fonctionne pas ? »

En vrac’ de fin de semaine

Ultime en vrac’ de fin de semaine pour l’année 2020. Pas trop tôt !

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Pour finir, une petite vidéo présentant les nouveautés de Dosbox-X 0.83.9 (version de janvier 2021) qui prouve que parfois on peut faire des trucs utiles avec 🙂

Bon week-end 🙂

Le deuxième confinement, le retour de « Un jour sans fin » ?

Je crois me souvenir que j’avais déjà parlé de ce film de 1993 avec Bill Murray et Andy McDowell lors du premier confinement. C’était dans le cadre d’un billet « Culture et confinement… » Je dois dire que je ris toujours autant devant la bande annonce.

En dehors de deux jours qui me permettent d’améliorer l’ordinaire, j’ai l’impression de vivre le reste de la semaine le même jour. On finit presque par se demander si on ne vit pas dans le monde de Truman Show…


Je préfère la première hypothèse et vous ?

Il est vrai qu’il est dur de s’occuper l’esprit quand les journées se ressemblent presque au poil de cul de chameau près. Quand les seules différences consistent à remplir une attestation pour aller faire ses courses une à deux fois par semaine (en fonction de la possession ou non du permis de conduire), il y a de quoi devenir complètement cinglé au bout de quelques semaines.

Continuer la lecture de « Le deuxième confinement, le retour de « Un jour sans fin » ? »

En vrac’ de fin de semaine…

Comme chaque fin de semaine, l’habituel en vrac… Et non, je ne vais pas revenir sur la sortie d’Ubuntu 18.04 LTS qui doit pulluler un peu partout 🙂

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

  • Le groupe polonais de post rock instrumental « Beyond The Event Horizon » a publié le 18 mars 2018 un EP intitulé « FAR ». Un article à venir sur le blog.
  • La cagnotte de Péhä pour l’aider à financer des travaux liés à la maladie de son fils, souffrant d’un syndrome cérébelleux continue. Et déjà près d’un tiers de la somme espérée a été récoltée. Plus d’infos sur la page Leetchi.

Bon week-end 🙂

Bilan final des prédictions pour 2017… Ma boule de cristal était-elle cassée ?

Peu après noël 2016, je cédais aux prédictions pour 2017. Voici donc le billet bilan des prédictions.

Premier point, les distributions pour lesquelles 2017 serait une année tendue.

La Mageia Linux. Sa version 6.0 est sortie finalement mi-juillet 2017 après une saga qui m’a fait comprendre que l’on ne pouvait en parler qu’en bien sous peine de se prendre une volée de bois vert de la part de ses zélotes.

Sa soeur ennemie, la OpenMandriva a sorti fin novembre 2017 la troisième révision mineure de sa version 3.0. Une sortie au forceps faut-il le dire.

Pour la Trisquel GNU/Linux 8.0, elle pointe toujours aux abonnés absents. Je veux bien que la 7.0 soit basée sur la Ubuntu 14.04 LTS (qui sera mise à mort en avril 2019), mais un peu de fraîcheur pour la distribution 100% libre dérivée d’Ubuntu, cela ne ferait pas de mal, non ?

Continuer la lecture de « Bilan final des prédictions pour 2017… Ma boule de cristal était-elle cassée ? »

En vrac’ rapide et libre de fin de semaine.

Un petit en vrac’ plus ou moins lié au logiciel libre et au libre en particulier.

Voici le clip officiel du premier titre du dernier album de Josh Woodward.

Bon week-end 😀

En vrac’ repide et libre :)

Petit en vrac’ rapide et libre pour finir la semaine en beauté.

Voila, c’est tout pour aujourd’hui 🙂

La « gueulante » de la disparition de Gimp du média d’installation d’Ubuntu cache-t-elle un autre problème ?

Depuis quelques jours, une nouvelle fait le tour de la blogosphère : la future version LTS d’Ubuntu Linux ne proposera pas Gimp par défaut sur le média d’installation.

Plusieurs billets s’en sont fait l’écho, soit pour approuver, soit pour gueuler sur la décision. Personnellement, j’avoue qu’avoir Gimp est souvent un petit plus, même si comme pour l’éléphantesque Adobe Photoshop, le logiciel doit être utilisé à hauteur de 10% dans le meilleur cas coté utilisation.
Continuer la lecture de « La « gueulante » de la disparition de Gimp du média d’installation d’Ubuntu cache-t-elle un autre problème ? »

Merci GetDeb ;)

Ce matin, en allant sur GetDeb, j’ai eu le grand plaisir de voir que Gimp 2.6.0 est enfin disponible… Après avoir récupérer les paquets et les avoir regroupés dans un répertoire, l’installation s’est limité à une simple commande dans le terminal :

sudo dpkg -i *.deb

Après quelques instants de patience, Gimp 2.6.0 était installé sur mon Ubuntu Linux 8.04.1 LTS…

L’écran de démarrage de Gimp 2.6.0 :

Pour les nouveautés, il suffit de se reporter au site francophone sur Gimp qui a écrit un article dessus.

Le plus visible étant une interface ressemblant à celle du mastodonte Adobe Photoshop… Bref, l’un des meilleurs outils de retouche photo du monde libre qui s’améliore encore.

gimp 2.6 en action

Que demander de plus ? Apprendre à l’utiliser au maximum de ses capacités ? 🙂