Depuis 16 ans sous Linux, j’ai du mal à utiliser MS-Windows.

Un des premier billets consacré à du mono-démarrage linuxien remonte à l’année 2006. Fin mai, où je publiais un article depuis une Ubuntu et après une expérience non concluente envers l’utilisation de l’OpenSuSE de l’époque en dur.

Bref, à un gros trimestre près au moment où je rédige cet article, cela fait 16 ans que je n’ai plus fait démarrer le moindre ordinateur type PC avec le MS-Windows correspondant. Sur le plan pratique, depuis septembre 2011, je n’ai plus toucher techniquement à un PC sous MS-Windows. Les quelques rares connaissances que j’ai sont désormais soit sous Mac, soit avec une distribution GNU/Linux installée par mes soins.

2011 ? À l’époque, MS-Windows 7 entame sa deuxième année commerciale, ignorant que sa durée de vie serait prolongée jusqu’à 2020 à cause des catastrophiques MS-Windows 8.x et leur ergonomie à la ramasse.

Quand j’ai besoin d’un MS-Windows, je prends 95% du temps un MS-Windows 7. Pas MS-Windows 10 ou 10.5 pardon, je voulais dire MS-Windows 11.

Pourquoi ? Moins lourd, moins d’options dans tous les sens. Pas de Cortana, pas de navigateur qui se résume à une surcouche maison à Chromium tout comme Brave, Opera, Vivaldi, bref, tout ce qui n’est pas Mozilla Firefox, ou des forks à la c.. comme PaleMoon ou encore Waterfox.

Continuer la lecture de « Depuis 16 ans sous Linux, j’ai du mal à utiliser MS-Windows. »

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce troisième mercredi de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Sur ce, bonne fin de semaine !

Y a pas à dire, c’est du rapide la Final Cartridge III+ pour Commodore 64.

Depuis que j’ai reçu gracieusement un Commodore 64, je m’équipe petit à petit des composants indispensables pour le faire fonctionner. Que ce soit un bloc d’alimentation, un cable composite pour le brancher à un vieux téléviseur, une carte SD2IEC pour pouvoir lancer des jeux sur images de disquettes.

Il ne manquait plus qu’une cartouche de chargement rapide. Ayant été agréablement surpris par le sd2iec de Faszination, j’ai donc décidé de rester avec ce fournisseur et je me suis pris une version pré-montée (je suis nul à pleurer avec un fer à souder) d’un clone de la cartouche Final Cartridge III de 1987.

C’est un modèle dit « plus » qui outre le fait qu’elle propose un chargement accéléré, on peut geler les logiciels en cours d’exécution, avoir un moniteur système, et plein de bonnes choses que je découvrirai avec le temps.

Continuer la lecture de « Y a pas à dire, c’est du rapide la Final Cartridge III+ pour Commodore 64. »

« Paddy’s Club », nouvel album des Anozel : le post-rock français en a encore sous le pied.

Le 4 janvier 2022, je parlais de leur deuxième EP, « The Eternal Sunday ».

Je rédige et publie ce billet le 17 janvier 2022 au matin, quelques heures après l’officialisation de la publication de leur troisième EP, « Paddy’s Club ». Il y a 5 pistes pour un total de 28 minutes. Il faut dire qu’avec une piste d’introduction qui dépasse les 10 minutes, on pouvait s’attendre à plus long au final.

On commence l’EP avec la piste la plus longue, « Falaise » qui consomme à elle seule un tiers de la durée d’écoute. Ce que j’apprécie dans la piste, outre le rythme presque hypnotique de l’ensemble, c’est le duo des voix qu’on peut y entendre dans le premier tiers de la piste. Avec le solo de guitare saturée dans le dernier tiers.

À partir de « Mirliflore », on attaque des pistes assez courtes, de 3 à 5 minutes maximum. C’est ici qu’on comprend que l’EP est découpé en plusieurs « sous-pistes ». Encore une fois, le duo de voix, la guitare qui joue un rythme hypnotique rendent l’ensemble prenant.

Continuer la lecture de « « Paddy’s Club », nouvel album des Anozel : le post-rock français en a encore sous le pied. »

Rogue64, un excellent rogue-like pour Commodore 64.

J’ai déjà eu l’occasion d’en parler, j’adore les rogue-like, ces jeux inspirés par « Donjons et Dragons », où on doit descendre à tel sous-sol pour récupérer un trésor fabuleux.

J’avais parlé d’un rogue-like aussi bon que punitif, Shattered Pixel Dungeons, fin décembre 2021.

Il y avait un rogue-like dont j’attendais avec impatience la sortie, c’était Rogue64, la suite du minimaliste Rogue4k développé par Badger Punch.

Rogue64 est disponible au format numérique et pour les collectionneurs, il y a le format cartouche. Autant la version numérique à 4,99$ (soit 4,37€) ne me dérange pas, autant le prix de la cartouche est franchement plus douloureux. Il faut compter, hors frais de port, 35£ (soit 41,93€).

Continuer la lecture de « Rogue64, un excellent rogue-like pour Commodore 64. »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 42 : Les génériques en dessins animés.

S’il y a une caractéristique bien distinctive des émissions télévisées des années 1970, c’est l’utilisation des dessins animés pour leurs génériques.

Il y a eu dans les années 1980 quelques émissions, comme l’excellentissime « Aventure des plantes » dont j’ai parlé en 2014.

Il y avait aussi le générique du journal de 13 heures ou de 20 heures sur la toute jeune TF1, inséparable de Roger Gicquel et d’Yves Mourousi. Et oui, y a du lourd 🙂

Il y a eu de nombreuses émissions qui ont eu droit à leurs génériques en dessin animé. Par exemple :

Ou pour les amateurs de sport :

Sans oublier une émission mythique des années 1970, présentée par Danielle Gilbert, j’ai nommé Midi Première. Je n’ai pas trouvé le générique seul, mais une émission de juillet 1976. Ça pique côté présentation 🙂

Il y en a d’autres, qui sont sûrement inclus dans cette compilation de l’INA. J’avoue ne pas l’avoir regardé en entier, pour éviter de me prendre un trop gros coup de vieux…

Je vous laisse (re)découvrir les génériques d’émissions parfois oubliées. Allez, bon courage 🙂

« Tenebra », suite et fin.

Dans une billet du 14 janvier 2022, je revenais sur l’excellent casse-tête « Tenebra » sorti pour Commodore 64 et Plus/4 (sans oublier Vice).

Je m’étais lancé dans une quête assez simple dans le principe : montrer les solutions idéales pour les 25 niveaux peuplant le jeu.

Dans le précédent billet, j’avais terminé les 15 premiers niveaux. Dans le « en vrac’ de fin de semaine » du 15 janvier 2022, j’avais rajouté les niveaux 16 à 20.

Après une bonne prise de tête et un entrainement préalable à l’enregistrement, voici donc les 5 derniers niveaux, et vous verrez à quel point certains niveaux de fin sont quand même assez vicieux, spécialement le dernier avec ses deux wagonnets…

Je dois dire que j’apprécie vraiment ce genre de torture de méninges qui n’ont pas besoin de la dernière carte nVidia pour fonctionner. Ensuite, je peux très bien comprendre que certaines personnes préfèrent les bons vieux FPS.

Cela m’arrive aussi, mais quand je tombe sur un titre de cette qualité dans le monde de la rétro-informatique, je ne boude pas ma joie.

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce milieu de mois de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Alwaid, groupe de metal progressif français continue le financement participatif de son troisième album sur Ulule. Le financement s’arrêtera le 29 janvier 2022.

Pour finir, une vidéo pour finir les niveaux 16 à 20 du casse-tête « Tenebra » dont j’ai parlé dans un article récent. Vous pourrez voir que les niveaux sont parfois tordus 🙂

Sur ce, bon week-end !

« Tenebra », le casse-tête qui ne paye pas de mine, suite.

Le 12 décembre 2021, je parlais de la version de démonstration de « Tenebra », un jeu de casse-tête développé sur Commodore 64 et 128.

À l’époque, c’était une démonstration avec les 8 premiers niveaux sur les 25 prévus à l’origine.

Le 23 décembre 2021, la version finale est annoncée. Elle est suivie le 1er janvier 2022 d’une version pour Commmodore Plus/4.

J’avais déjà montré une partie des niveaux de « Tenebra » dans le précédent article. Je me suis alors dit que ce serait sympathique de montrer les niveaux par lots de 5, qui sont d’une difficulté assez croissante. Cela aurait été dommage de ne pas proposer les (??) solutions de chaque puzzle.

Continuer la lecture de « « Tenebra », le casse-tête qui ne paye pas de mine, suite. »

Pourquoi il n’y aura pas de bilan de l’année 2017 pour les distributions GNU/Linux.

Je comptais en ce mois de janvier relancer la série « Que sont devenues les distributions GNU/Linux dont j’ai parlé en 20xx, 5 ans plus tard ».

Cependant, en fouillant les archives, je me suis aperçu qu’il n’y avait quasiment rien à se mettre sous la souris. De plus, il y a certains billets assez polémiques dans la liste, et je n’avais pas envie de remettre « 100 francs dans le nourrain » comme disait un certain Jacques Cappellovici dans une émission des années 1970, « Les jeux de 20 heures ».

Il faudra donc que je trouve des articles pour nourrir le blog. Je trouverai sûrement une idée 🙂

Sur ce, bonne journée.

 

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce deuxième mercredi de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Alwaid, groupe de metal progressif français continue le financement participatif de son troisième album sur Ulule. Le financement s’arrêtera le 29 janvier 2022.

Sur ce, bonne fin de semaine !

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce deuxième samedi de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Alwaid, groupe de metal progressif français continue le financement participatif de son troisième album sur Ulule. Le financement s’arrêtera le 29 janvier 2022.

Sur ce, bon week-end !

Les jeux rétro-ludique, supérieurs sur bien des points aux jeux vidéo modernes ?

Je sais ici que certaines personnes vont froncer les sourcils en se demandant si je n’ai pas abusé de substances plus ou moins illicites. En quoi des jeux sortis dans les années 1980-1990 ou beaucoup plus récemment comme le port de « Sonic the Hedgehog » – version Sega Master System – sur Commodore 64 avec une extension mémoire de 256 Ko, ou encore l’excellent clone de Zelda (avec des combats à la Final Fantasy), j’ai nommé « Briley Witch Chronicles » (transférable sur le format Easy Flash 3) sont supérieurs à un jeu sorti sur les dernières consoles à la mode ou le dernier PC de la mort qui tue ?

Je pourrais aussi citer les scènes Atari 8 bits avec le port de « Prince Of Persia », Amstrad CPC avec un port réussi de Puzzle Bobble.

Il est vrai que je cite le haut du panier et que toutes les productions ne sont pas aussi avancées. Ce genre de jeux ont un avantage : fonctionner soit sur un émulateur, soit sur le vrai matériel modulo quelques extensions par moment. Pour les jeux tournant sous MS-DOS, rien ne vaut – si on a pas un vieux PC sous la main – l’excellent Dosbox-X dont la version 0.83.22 qui sera – ou aura été – celle de février 2022 apporte le support du Pentium 3 !

La preuve en image.

Continuer la lecture de « Les jeux rétro-ludique, supérieurs sur bien des points aux jeux vidéo modernes ? »

« Briley Witch Chronicles » : suite et fin… Déjà ?

Dans un article du 3 janvier 2022, je faisais le bilan du jeu au bout d’une dizaine d’heures.

Je viens de le terminer en environ 14 heures. Je dois dire que j’ai été surpris d’atteindre aussi rapidement la fin.

Au final ? Le jeu a une fin excellente, ouvrant la voie pour le deuxième volume des aventures de Briley. Sur la carte du jeu – qui me fait penser à Iron Lord sorti en 1989 par Ubisoft sur CPC, C64, ZX Spectrum, MS-DOS, Atari ST et Amiga – on peut voir qu’il y a une bonne douzaine de lieux à explorer. J’ai pensé que cela ne gâcherai pas trop le contenu riche du jeu.

Sur la quête annexe de la récupération des renards, sur les 56 à retrouver, j’en ai récupéré 51. Soit 91,07%, la preuve en image. Pas mal au final 🙂

Que dire pour conclure ? Je pense que je retenterai l’aventure au niveau de difficulté normal d’ici quelques semaines. Que ce jeu vaut largement les 9,99$ de sa version numérique. Un bijou rétro-ludique comme j’aimerais en avoir plus souvent sous la main. Moralité ? Dès que le deuxième volet sort, je l’achèterai sans hésitation !

Bref, je vous recommande chaudement ce jeu.

En vrac’ de milieu de semaine…

Petit en vrac’ en ce premier mercredi de janvier 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Dans la famille sans fin des distributions basées sur Debian, je demande la Neptune 7.0, une base Debian GNU/Linux 11 avec KDE dessus et son thème personnalisé. Sans commentaire.
  • Dans la série « En avait-on vraiment besoin ? » une nouvelle distribution pour prendre le relai de la CentOS vient de sortir, la Circle Linux.
  • Fans du mythique shoot’em’up Slap Fight aussi connu sous le nom d’Alcon ? Une version cartouche pour Amstrad CPC/CPC+ est mis en vente. Il n’y aura que 128 cartouches produites.
  • Toujours dans le monde des ordinosaures, je demande la version 3.1 de SymbOS qui fonctionne sur Amstrad CPC, Amstrad PCW et MSX.

Côté culture ?

Alwaid, groupe de metal progressif français continue le financement participatif de son troisième album sur Ulule. Le financement s’arrêtera le 29 janvier 2022.

Une petite vidéo pour montrer que certains environnements de bureau sont la sixième roue du carosse. L’exemple avec Gnome sur Artix Linux.

Sur ce, bonne fin de semaine !