Vieux geek, épisode 350 : MS-Windows Millenium et ses jeux en version internet

Dans un article de juin 2021, j’évoquais l’arrivée des jeux multijoueurs en ligne en 1999.

Microsoft, toujours à l’écoute de la dernière tendance pour lui faire gagner de nouvelles parts de marché décida de se lancer dans les jeux en ligne, des jeux bien plus pacifiques que des FPS comme Quake 3 Arena et Unreal Tournament 99.

Il les introduisit avec une des versions les moins aimées de MS-Windows, j’ai nommé Millenium. Oui, il n’y avait pas que la restauration système côté nouveautés, dont j’ai parlé en juillet 2018.

Pour vous montrer les dits jeux – même s’il est techniquement impossible de les lancer de nos jours, les serveurs nécessaires ayant dû être recyclé depuis une petite éternité – j’ai installé dans Pcem deux MS-Windows : 98Se et Millenium.

Vous avez pu le voir, les ajouts en question ne sont plus trop fonctionnel même si MSN Games (le nouveau nom de Zone.com) est toujours disponible. En tout cas, c’était un coup d’essai pas franchement audacieux, mais de nos jours, jouer en ligne est devenu si courant que ce premier effort sorti il y a près de 25 ans – au moment où j’enregistre cette vidéo – était quand même notable.

Vieux geek, épisode 348 : ah, les easter eggs de MS-Windows dans les années 1990.

Les easter egg en informatique, ce sont des fonctionnalités cachées qui la plupart du temps permet de connaitre qui est à l’origine de quel produit. Un site très fourni sur les easter eggs se trouve à l’adresse https://eeggs.com/

Dans les années 1990, les développeurs de Microsoft ont en mis partout, que ce soit dans MS-Windows ou dans les outils bureautiques, voire le navigateur internet. La pratique a été officiellement interdite chez Microsoft à compter de 2002. Dommage 🙁

Dans le cadre de ce court article, je vais parler des easter eggs concernant MS-Windows 3.1, MS-Windows 95 et 98.

Ce sont ceux que j’ai connu entre 1995 et 1999. Si l’easter egg de MS-Windows 3.1x est assez simple à trouver, celui de MS-Windows 95 est des plus capricieux. Celui de MS-Windows 98 est le plus avancé et aussi le plus multimédia des trois.

J’ai donc enregistrer une vidéo qui montre les easter eggs en action, même si celui de MS-Windows 95 m’a envoyé paître.

Vous l’avez vu – et merci youtube pour l’easter egg de MS-Windows 95 – c’était sûrement les parties les mieux codées de l’ensemble. Cela aurait été bête qu’un easter egg ne provoque un écran bleu de la mort.

Quant à l’easter egg bonus dans la vidéo, il ne faut pas oublier qu’à compter de MS-Windows 98, Internet Explorer faisait partie de l’OS, dixit Microsoft !

Vieux geek, épisode 347 : Ubuntu 12.04 LTS ou quand Unity devenait enfin utilisable.

Unity, cela a été l’environnement de bureau pour les outils Gnome développé par Canonical pour les versions d’Ubuntu entre la 11.04 et la 17.04.

Je n’ai jamais été un grand fan d’Unity, son ergonomie ne me parlant pas outre mesure. Et un autre fait qui m’a fait rejeter Unity était sa non portabilité congénitale. En effet, en faisant une recherche sur mon blog avec les mots clés Archlinux et Unity, on tombe sur plusieurs tentatives faites au fil des années pour proposer l’environnement de Canonical sur autre chose qu’une Ubuntu.

C’était en partie peine perdue, car il suffisait de voir le nombre de rustines qu’il fallait appliquer pour faire fonctionner tant bien que mal l’environnement Unity. D’ailleurs en avril 2012, j’avais rédigé un article que je concluais ainsi :

[…]
Ce sera surement une bonne version de la Ubuntu, qui s’approche de plus en plus du « one size fits all », car l’interface est clairement pensée pour une utilisation tablette et / ou écran tactile.

Par contre, un point qui me semble étrange est le suivant : pourquoi proposer la plupart des outils de Gnome 3.4 (dont Unity est une surcouche), mais certains de la génération Gnome 3.0 donc vieux d’un an ?

Maintenant, est-ce que cette version LTS sera convaincre les réticents à Unity ? La question est dans le camp des utilisateurs.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 347 : Ubuntu 12.04 LTS ou quand Unity devenait enfin utilisable. »

Vieux geek, épisode 346 : Kubuntu 5.04, la deuxième saveur liée au projet Ubuntu.

Quand Ubuntu 4.10 est sorti en octobre 2004, il se basait sur Gnome. Il a fallu attendre une version supplémentaire pour que KDE soit empaqueté sur une base Ubuntu pour devenir Kubuntu. À l’époque – et jusqu’à la 6.06 LTS – il y avait deux images ISO disponibles : une pour le système « live », une autre pour l’installation. Et installation en mode texte, s’il vous plaît 🙂

Les autres saveurs sont arrivées au fil des versions, et je n’ai pas envie de toutes les lister, même si ça me ferait un paragraphe rempli rapidement 😉

Le nom de code de la version 5.04 est sympa, c’est « Hoary Hedgehog » ce qui donne « Hérisson cendré ». On a connu pire par la suite, comme avec la « Jaunty Jackalope » (Ubuntu 9.04) pour rester dans les versions historiques.

Pour l’émulation, j’ai bien commencé avec VirtMachineManager, mais la souris ne répondait pas aux ordres. Je me suis donc replié sur Pcem, ce qui a ralenti pas mal la vélocité de l’ensemble. Côté technique, on se retrouve avec un noyau linux 2.6.10, une partition /boot en ext2, le reste en ext3… Et oui, on parle d’une version sortie il y a un peu plus de 19 ans 🙂

Pour récupérer l’image ISO qui va bien, je suis passé par les archives d’ubuntu et plus précisément celle consacré à Kubuntu 5.04, à savoir https://old-releases.ubuntu.com/releases/kubuntu/5.04/ À l’époque, il y avait aussi les versions pour PowerPC et pour AMD64, mais ce n’était pas super utilisable sur cette plateforme. Je me souviens d’avoir attendu jusqu’à Ubuntu 6.10 pour tenter le 64 bits en février 2007. Et c’était épique à l’époque 😀

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 346 : Kubuntu 5.04, la deuxième saveur liée au projet Ubuntu. »

Vieux geek, épisode 345 : Lindows, ou quand Linux avait une tronche à la MS-Windows…

Depuis que les distributions GNU/Linux existent, il y a toujours eu des tentatives pour proposer une ergonomie générale ressemblant à celle de MacOS – comme avec le projet PearOS que les vieux de la vieille se rappelleront ou encore ElementaryOS et CutefishOS – ou encore MS-Windows. Pour ce dernier, faire la liste serait longue et ennuyeuse.

Parmi les derniers projets dans cette catégorie, on peut citer la DGLFI Wunbuntu (la continuation de WindowsFX ?) ou encore la FreeSpire 10 proposée par PC/OpenSystems LLC.

C’est justement à cette dernière dont nous allons faire un historique rapide. Tout commence en 2002. Une entreprise du nom de Lindows Inc propose une distribution basée sur la Debian GNU/Linux de l’époque en lui mettant une interface à la Windows. Il y aura en l’espace de deux ans les versions 1.x, 2.x, 3.x et 4.x.

Microsoft voyant d’un mauvais oeil ce projet fait entendre sa voix, et les dernières versions du projet seront les 4.5 et 5.x en 2004/2005. Xandros rachetera le projet et l’abandonnera dans la foulée. Il faudra attendre 2017 pour que le projet renaissence de ses cendres avec l’intervention de PC/OpenSystems LLC qui proposera un duo Linspire (à 29,99$ la license simple en téléchargement sans support technique) et FreeSpire qui sera gratuite.

Mais revenons à Lindows. À l’époque, proposer une interface à la MS-Windows en bidouillant le KDE 3.x contemporain est une idée assez neuve. Il y avait bien eu des adaptations de fvwm pour le faire ressembler à MS-Windows 95, mais on était loin de ce que proposait Lindows.

Outre un ancêtre des « applications store » dénommé Click’n’run, on avait aussi une version revampée de la suite Mozilla, le support intégré d’Adobe Flash – et oui à l’époque Flash était incontournable – et plein de petites choses qui sont évidentes de nos jours. Cependant, il y a un hic, Lindows n’est disponible qu’en anglais.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 345 : Lindows, ou quand Linux avait une tronche à la MS-Windows… »

Vieux geek, épisode 344 : QBasic Money Manager, l’ancêtre de Microsoft Money.

Nous sommes en 1991. Microsoft sort la version 5.0 d’une de ses vaches à lait, j’ai nommé MS-DOS. Même si MS-Windows 3.0 est sorti un an plus tôt, MS-DOS est toujours l’OS principal des PCs de l’époque. Il faudra attendre encore un an pour que MS-Windows 3.1 ne sorte.

Mais restons avec MS-DOS. Dans les programmes Basic proposés avec l’OS, on a le jeu de gorilles qui se tatannent la gueule à grand coup de bananes, il y a aussi un programme qui s’appelle money.bas. Oui, le même nom que le logiciel bien connu de Microsoft qui a commencé sa carrière en 1991 pour MS-Windows 3.0.

Il suffit d’ouvrir et de lancer le programme, avec la combinaison touche maj + F5. Et on a droit à un logiciel de gestion de finances – uniquement en anglais – qui apparait. L’écran titre est parlant… QBasic Money Manager, autant dire que l’on est dans le même ordre d’idée du logiciel qui a été développé entre 1991 et 2008 pour aider les utilisateurs à gérer leurs finances.

Mais le mieux, c’est de voir l’ensemble en action, même s’il est assez austère.

Évidemment, on est dans un logiciel simplifié et qui n’est pas aussi puissant que MS Money lui même, mais cette version est un peu un prototype de MS-Money, mais uniquement pour MS-DOS. La version de Microsoft Money sera quand même largement plus évoluée, comme vous avez pu le voir dans la vidéo.

Vieux geek, épisode 343 : les jeux d’aventures textuels, pas si archaïque que cela.

J’ai déjà eu l’occasion de parler plusieurs fois dans la série « Vieux geek » des jeux d’aventures textuels.

Voici une liste non exhaustive :

On pourrait penser que les jeux d’aventures textuels appartiennent à une époque révolue, avant l’arrivée des jeux graphiques comme ceux de Sierra à compter de « Mystery House » en 1980.

Il n’en est rien et le genre est toujours bien vivace en 2024. En 2021, des titres en français – ce qui est rare ! – comme « L’ile Tristam » avec sa douzaine de plateformes supportées a pointé le bout de ses octets.

Il faut aussi noter que le site CASA qui recensent les jeux d’aventures textuels avec parfois des solutions et / ou des cartes a dépassé début 2024 les 10 000 fiches ! Je cite un extrait de l’article du 26 janvier :

As of yesterday, the Classic Adventures Solution Archive has been online for 25 (!) years. No mean feat for a small, clumsily named hobby site which was never intended to do much more than host the various solutions your truly had jotted down over the years. And here we are, several incarnations and a whopping 10,000 games later.

Ce qui donne traduit :

Depuis hier le Classic Adventures Solution Archive a été en ligne depuis 25 (!) ans. Ce n’est pas une mince affaire pour un petit site de loisirs maladroitement nommé qui n’a jamais été destiné à faire beaucoup plus que d’héberger les diverses solutions que votre serviteur avait notées au fil des ans. Et nous voici, après plusieurs incarnations et 10 000 jeux plus tard.

Pour un petit site né en 1999, c’est une sacrée histoire au final. Avec des jeux en anglais, français, allemand, italien, etc.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 343 : les jeux d’aventures textuels, pas si archaïque que cela. »

Vieux geek, épisode 342 : ARJ, l’archiveur des années 1990.

Depuis les débuts de l’informatique, on archive et compresse des données, quelque soit le type : texte, image, son, etc.

Au fil des années, il y a eu des archiveurs qui ont marqué leur époque. L’archiveur roi des années 1990, c’était ARJ qui offrait une compression plus poussée que le grand classique zip de PKZip.

Pour la petite anecdote, c’est avec une archive arj multi-volume – traduire plus de deux disquettes – que j’avais récupéré à l’époque de mon service militaire un certain économiseur d’écran, « Johnny Castaway », dont j’ai parlé dans le billet n°243 de la série vieux geeks, en décembre 2020.

ARJ ? Archiver by Robert Jung. Il existe toujours le site arjsoftware.com où on peut récupérer la dernière version en ligne de commande (sortie en 2012(??), la version 2.86) et la version pour MS-Windows, ARJ32 en version 3.20 qui apporte le support de MS-Windows 7 et 8.

L’archiveur était aussi puissant que complexe au niveau de sa ligne de commande. Mais le mieux est de vous le montrer en action.

Vous avez pu voir que les commandes et options sont plutôt nombreuses et sentent bon la grande époque du MS-DOS tout puissant. On aurait presque l’impression d’être devant des outils GNU de coreutils, pour les linuxien(ne)s qui lisent l’article.

Vieux geek, épisode 341 : « Le sceptre d’Anubis », l’un des premiers coups d’éclat d’Éric Chahi.

Qui dit Éric Chahi pensera immédiatement à son titre de 1991, « Another World » qui est sorti sur Atari ST et Amiga entre autres. Cependant, avant le mythique « Another World », Éric Chahi roula sa bosse sur l’Oric Atmos et l’Amstrad CPC.

En 1984, il publie via Micro Programmes 5 un de ses premiers jeux, « Le sceptre d’Anubis ». C’est un jeu d’aventure avec des graphismes vectoriels qui – bien que programmé en Basic – est plutôt rapide et réactif.

Il y a eu un port pour l’Amstrad CPC, mais ce n’était pas franchement un port de grandes qualité en comparaison de l’original. La version Oric est disponible sous la forme d’une image de cassette sur le site officiel d’Éric Chahi.

Je dois dire que c’est un jeu qui m’a toujours intrigué. On y joue le rôle d’un archéologue qui doit fouiller une pyramide pour trouver le sceptre d’Anubis qui est férocement gardé. Car les pièges sont nombreux et variés.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 341 : « Le sceptre d’Anubis », l’un des premiers coups d’éclat d’Éric Chahi. »

Vieux geek, épisode 340 : « Elite » sur BBC Micro, le vénérable ancêtre des jeux de commerce spatiaux

Nous sommes en 1984 et depuis 2 ans environ, Acorn produit les BBC Micro mis aux point pour initier le Royaume-Uni à l’informatique personnelle. C’est un peu l’équivalent réussi du plan Informatique pour Tous que la France a connu en 1984.

Qui dit ordinateur dit jeu. Chaque plateforme majeure a son jeu mythique : « Barbarian » sur l’Amstrad CPC, « Dungeon Master » sur l’Atari ST, « Defender of the Crown » pour le Commodore Amiga ou encore « Mission Impossible » sur Commodore 64.

Dans un article de fin juillet 2023, je parlais de la méthode que j’avais suivi pour pouvoir empaqueter un des émulateurs des plus vivaces de la série des BBC Micro sur Archlinux, EndeavourOS, Garuda Linux et Manjaro Linux.

Mais revenons-en au jeu. Pour l’époque, il casse la baraque avec entre autre :

  • Une vue en 3D fil de fer pour la partie spatiale du jeu
  • Un énorme terrain avec quelque chose comme 2000 planètes jouables
  • Une gestion plutôt poussée des relations commerciales
  • Des combats contre les pirates lors des déplacements entre planètes

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 340 : « Elite » sur BBC Micro, le vénérable ancêtre des jeux de commerce spatiaux »