Vieux Geek, épisode 323 : le double visage de MS-Windows 95

Le temps passe très vite. Il y a 27 ans en cette année 2022 que le révolutionnaire MS-Windows 95 sortait. Attendu comme le messie par nombre de personnes, il proposait l’interface qui serait la sienne jusqu’à nos jours, modulo la période de MS-Windows 8.x.

Cependant, ce qui est peu connu, c’est que MS-Windows 95 pouvait avoir deux visages. Un peu comme le chevalier d’or des Gémeaux dans Saint Seiya… Point culture geek ? Fait 🙂

Loin de la méchanceté de ce personnage de l’animé et du manga, les deux visages étaient soit l’interface nouvelle génération (avec le menu démarrer et tout le tintouin) soit l’interface de MS-Windows 3.x.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 323 : le double visage de MS-Windows 95 »

Vieux Geek, épisode 322 : Ah, les manuels d’utilisation en informatique dans les années 1980…

Dans notre époque du tout dématérialisé et de la recherche pour tout et n’importe quoi, les manuels d’utilisation ont perdu tout intérêt. Pourquoi se trimballer un manuel papier de plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de pages, hein, pourquoi ?

Ce n’était cependant pas le cas avec les ordinosaures des années 1980, spécialement la génération des ordinateurs 8 bits, avec des ordinateurs mythiques comme les Amstrad CPC, Commodore 64/128 ou encore les ZX Spectrum.

Oui, je me suis limité aux principaux ordinateurs de l’époque où j’ai commencé à m’intéresser à l’informatique, vers 1988.

Je me souviens encore du pavé qu’était le manuel utilisateur de l’Amstrad CPC 6128. Je ne sais combien de fois je me suis amusé à taper les listings en fin de manuel. Il y avait – de mémoire – un casse brique, un jeu de bombardier, un clone de Pong ou encore un jeu où on était Arsène Lupin. Pour le côté sérieux, un logiciel de gestion de base de données primitif.

On était loin des manuels actuels – quand ils existent – et qui se résume à trois pauvres pages qui ressemblent à du papier hygiénique sur lequel le texte est écrit tellement petit qu’il faut presque un microscope électronique pour les lire.

En fouillant sur la toile, j’ai pu trouver des numérisations des manuels de programmation et d’utilisateur du Commodore 64. Bien que le Basic 2.0 fourni avec était plutôt incomplet en ce qui concerne la gestion du son, des graphismes et des couleurs (parfois), les listings proposés étaient décortiqués et on savait pourquoi telle commande POKE (qui écrit une valeur dans la mémoire vive) était utilisée.

Avec les deux bouquins on pouvait arriver à faire des programmes Basic avancés, bien que plus lent que le langage machine utilisé par la plupart des logiciels.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 322 : Ah, les manuels d’utilisation en informatique dans les années 1980… »

Vieux Geek, épisode 321 : ah, les jeux sur cassette des années 1980 !

Dans l’histoire du jeu vidéo sur ordinateur personnel des années 1980, il y a eu trois grandes périodes : les jeux sur cartouches (Atari 8 bits, Commodore Vic20/C64, les Thomson 8 Bits comme le MO5 ou le TO6).

Il y a eu ensuite les cassettes (Vic20/C64, Amstrad 464/464 Plus, les Thomson MO5/TO7, les ZX Spectrum de Sinclair) et les disquettes (C64/128, Amstrad 664/6128/6128 Plus, les derniers Atari 8 bits comme le 130 XE).

J’ai eu la chance – et le bonheur – de ne connaitre que les jeux sur disquettes, avec un format bizarre, le 3 pouces alors que la concurrence utilisait soit du 5,25 pouces, soit du 3,5 pouces.

Cependant, depuis que j’ai commencé à m’intéresser à la scène Commodore 8 bits, j’ai pu trouver des jeux au format tap/t64 et j’ai vite compris pourquoi la disquette a été rapidement accepté dans certaines régions de la planète.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 321 : ah, les jeux sur cassette des années 1980 ! »

Vieux Geek, épisode 320 : QEMM, le gestionnaire de mémoire vive sous MS-DOS.

J’ai déjà eu l’occasion de parler des optimiseurs de mémoire vive qui compressait les données en mémoire, histoire d’en maximiser l’utilisation. C’était le cas en novembre 2019 avec Magnaram de Quaterdeck.

Mais ce n’était pas le coup d’essai de Quaterdeck dans le domaine. Depuis 1990, il proposait un outil pour optimiser l’utilisation de la mémoire vive avec un outil du nom de Quaterdeck. Si la dernière version de l’outil, la 9 rajoutait le support de MS-Windows 95, la dernière version à fonctionner uniquement sous MS-DOS fut la 8, sortie en 1995 qui contenait aussi une version de l’outil Magnaram.

Quand on jouait sous MS-DOS, avant l’arrivée d’outils comme DOS4GW pour gérer la mémoire vive directement, il fallait jongler avec les fichiers config.sys et autoexec.bat pour coller aux pré-requis en terme de mémoire conventionnelle (les 640 premiers Ko), la mémoire UMA (qui contenait les 384 Ko nécessaire pour atteindre le premier Mo), la mémoire étendue, etc…

On pouvait utiliser des outils basiques comme memmaker fournit avec MS-DOS, mais on arrivait rapidement à des limites. Memmaker était utilisé faute de mieux.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 320 : QEMM, le gestionnaire de mémoire vive sous MS-DOS. »

Vieux Geek, épisode 319 : MS-Windows XP Professional x64, le premier MS-Windows pour processeurs 64 bits.

En 2021, Microsoft Windows 10 ou 11 est principalement disponible en version 64 bits. Les versions 32 bits sont de moins en moins fréquentes. L’arrivée d’un MS-Windows 64 bits ne remonte pas à l’époque de MS-Windows Vista ou de son successeur MS-Windows 7.

Non, il faut se replonger en 2005 pour qu’un premier MS-Windows pour processeur x86-64 – à l’époque appellé AMD64 – sorte et soit disponible.

En septembre 2003, AMD propose le premier processeur en 64 bits pour PC. C’est l’Athlon64, connu sous le nom de code de K8 à une fréquence de 1,8 Ghz. Évidemment, il est rétro-compatible avec les autres processeurs 32 bits de l’époque, contrairement à l’Itanium d’Intel.

Microsoft créera une version compatible de MS-Windows XP pour les processeurs d’AMD puis d’Intel – sauf erreur de ma part à partir du Pentium D 805 fin 2005 – pour commencer à exploiter les capacités des dits processeurs.

Comme pour MS-Windows Vista, la version 64 bits de MS-Windows XP est basé sur MS-Windows Server 2003 SP1. Visuellement, cette version ressemble à celle du MS-Windows XP classique, bien que les mises à jour soient différentes.

Vous l’avez vu, sur le plan de l’apparence, difficile de voir la différence entre un MS-Windows XP 32 bits classique de la version 64 bits. Cependant, il y a des subtiles différences, comme l’absence du support de l’UEFI (pas mortel, surtout à l’époque !), fourni en anglais par défaut même si on peut facilement traduire l’ensemble avec un paquet de traduction. L’ultime mise à jour est un Service Pack 2 différent de celui de son « cousin » en 32 bits.

Dommage que je n’ai pas réussi à activer la moindre connexion réseau. Cela aurait été marrant de voir Internet Explorer 8 en action. Ce fut une version bouche trou, le temps que le développement du détesté MS-Windows Vista soit terminé.

Vieux Geek, épisode 318 : Ah, les jeux d’action-puzzle en 3D isométrique…

S’il y a un genre de jeu qui a marqué la deuxième moitié des années 1980, ce sont les jeux d’action-puzzle en 3D isométrique. Ce sont des jeux en vue du dessus mais avec un petit plus. au lieu d’avoir un affichage « droit » de la zone de jeu, l’ensemble est décalé de 45° ce qui donne l’impression d’avoir une vue en losange.

Ma première rencontre avec ce genre de jeu, c’est durant l’été 1991. Dans le numéro 39 d’Amstrad Cent Pour Cent, un jeu est proposé en listing. C’est un repompage complet du jeu « Sortilège 3D » de Claude Le Moullec sorti deux ans et demi plus tôt.

On y dirige Xunky (clin d’oeil à un titre mythique du genre) qui doit libérer quatre camarades tout en évitant de se faire capturer par les gardiens du jeu.

Le genre est né en 1984 avec un titre devenu mythique, « Knight Lore ». Je vous renvoie à cette vidéo de l’excellente chaine Génération Micros.

Knight Lore est sorti en 1984. En 1986, Ere Informatique propose « Crafton et Xunk » où on pilote deux personnages. C’est un succès. En 1988, c’est au tour de « Crafton et Xunk 2 : L’ange de Cristal » de sortir.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 318 : Ah, les jeux d’action-puzzle en 3D isométrique… »

Amstrad Cent Pour Cent, n°50 : la suite du mythique magazine, 28 ans après sa mort.

Octobre 1993 : je suis utilisateur d’un Amstrad CPC depuis 1988 et lecteur régulier d’Amstrad Cent Pour Cent depuis octobre 1989. De mensuel, le magazine était devenu bimestriel, puis trimestriel.

Lorsque je partis en ce début octobre 1993 chercher ma dose d’A100%, je ne pensais pas tomber sur un numéro qui serait celui d’un adieu. J’ai longtemps conservé le magazine avant de le perdre dans un déménagement.

Sur un groupe Facebook créé à l’occasion, un projet fou voit le jour : faire renaître le magazine pour un numéro 50. Inutile de préciser que j’ai sauté sur l’occasion. Un site dédié est même mis en ligne pour l’occasion.

Après une trop longue attente, le magazine a fini par pointer le bout de ses pages. Voici la vidéo de son déballage.

Le contenu ? Digne de la grande époque, avec quelques nouveautés déjà publiée et à venir, des rubriques de bidouilles et surtout un hommage à Alain Massoumipour alias Poum qui nous a quitté en 2019. Sans lui, difficile d’avoir un A100%.

Mais je ne vais pas bouder mon plaisir et je pense que le magazine sera sur ma table de chevet durant quelques jours.

En avril-mai 1994, soit six mois après la mort d’A100%, une deuxième mort me touchera, celle de CPC Infos qui n’était plus devenu qu’un magazine de listings. Cela signait la fin de ma période Amstradienne… Machine de coeur qui est désormais inabordable en occasion 🙁

Les scènes rétroludiques ne cesseront jamais de m’étonner…

Mis à part les prix honteusement gonflés – que ce soit pour le matériel ou le logiciel d’époque – les differentes scènes rétroludique continuent d’envoyer du lourd, comme avec le très récent jeu typé Zelda sorti le 26 octobre et créé par Sarah Jane Avory.

C’est en suivant IndieRetroNews que je suis une nouvelle fois tombé sur le cul. Prince of Persia premier du nom a été porté sur Atari 8 bits. J’avais parlé de ce jeu développé à l’origine pour Apple II et dont le code source avait été publié en 2012 sur Github par Jordan Mechner.

Mais d’autres titres arrivent sur des ordinateurs qui sembleraient être incapables de gérer les dits jeux. Par exemple, un port de Puzzle Bobble pour Amstrad CPC par l’équipe de Crazy Piri.

Continuer la lecture de « Les scènes rétroludiques ne cesseront jamais de m’étonner… »

Vieux Geek, épisode 317 : Real Player ou la grande époque des vidéos au format « timbre poste »…

C’est un article qui était sur ma liste de sujets à traiter depuis… plusieurs années ! C’est en écoutant l’excellent « The Devil You Know » (2009) qu’il m’est venu l’idée de parler du symbole de la vidéo en ligne des années 1998-2004. Ensuite, ce sera Flash qui prendra le relais jusqu’au début de sa mise à mort entamée, entre autres choses – en janvier 2015 par le passage de Youtube en HTML5.

Mais revenons à RealPlayer. Sa première version date de 1996 et ce format s’impose rapidement pour les flux vidéos avec une résolution… 160×120 voire 320×240 pour les connexions les plus rapides. Il faut se souvenir qu’entre 1998 et 2002, avoir une connexion ADSL, c’était le luxe monstrueux.

Lors de la sortie de MS-Windows 98 (seulement ?), il était proposé à l’installation, comme le montre la capture d’écran ci-dessous. Il fallait choisir l’installation personnalisée et Real Audio Player apparait dans la liste. Même s’il propose aussi la vidéo, comme quoi… 🙂

En fouillant un peu sur la toile, j’ai pu mettre la souris sur la version 5.0 de Real Player. Mais trève de bavardages, une petite vidéo s’impose.

Étant donné l’âge de la version utilisée et le fait que Macromedia puis Adobe Flash ont régné durant une grosse décennie (2004 à 2015 pour donner une idée), il m’était impossible de montrer le lecteur en action.

Mais sa vidéo slogan, un peu à l’image du « It Really Whips the Llama’s Ass » d’un WinAmp v2.x, cela a marqué son époque… Et donne un coup de vieux aux personnes qui ont connu la préhistoire de l’internet actuel.

Vieux Geek, épisode 316 : Microsoft Multiplan, l’ancêtre de Microsoft Excel.

Dans l’épisode précédent de la série vieux geek, je parlais de Visicalc, le premier logiciel auquel on pouvait donner le qualificatif de « killer app ».

En 1982-1983, le logiciel est en fin de vie. Le PC commence sa montée en puissance, et deux tableurs existent alors : Lotus-1-2-3 et Microsoft Multiplan.

Ce logiciel développé par Microsoft a pour but d’offrir un tableur au monde du PC et aux autres plateformes pour éviter de se retrouver dans un cul-de-sac. Durant 3 ans, ce sera un tableur alternatif à Lotus-1-2-3. L’ergonomie est un peu spéciale et avec la première génération, il faut configurer sa disquette par rapport à l’affichage. Un peu lourdingue comme manipulation… Et surtout sur laquelle il était difficile de revenir en arrière…

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 316 : Microsoft Multiplan, l’ancêtre de Microsoft Excel. »

Vieux Geek, épisode 315 : Visicalc, la première « killer app »…

Il y a un terme qui est très parlant, c’est celui de « killer app » traduit en français par application phare ou vedette. Dans un domaine plus familier, on dirait un truc du genre « Application de la mort qui tue ».

Derrière ce principe se cache un logiciel – sérieux ou ludique – qui lança la carrière d’un ordinateur, d’une marque ou d’une console de jeu. Peut on imaginer la console Nintendo GameBoy sans son Tetris qui lui servi de tremplin ?

La première « killer app », on la trouve en 1979. C’est la première incarnation d’un outil rébarbatif, j’ai nommé le tableur. Si en 2021, Microsoft Excel est devenu synonyme de tableur, le premier dénommé VisiCalc, bien que rugueux et très limité dans ses premières versions qui ne supportent qu’une vingtaine de fonction de base, c’est un outil qui permit à l’Apple II de s’imposer dans les bureaux du monde entier.

Cette création du duo Dan Bricklin et Bob Frankston répondait à un besoin simple : faire rapidement des tableaux de calculs qui jusqu’à l’arrivée de Visicalc était souvent un tableau noir avec les données rentrées à la craie. Quelques calculatrices bien rudimentaires pour éviter les erreurs de retenue. Autant dire que côté praticité ce n’était pas cela.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 315 : Visicalc, la première « killer app »… »

Vieux Geek, épisode 314 : OS/2 Warp 4, l’ultime tentative connue d’IBM pour répandre son OS.

Dans l’épisode précédent de la série vieux geek, je parlais d’OS/2 2.x. En septembre 1996, IBM tente une dernière fois de se faire sa place au soleil et sort OS/2 Warp 4 connu sous le nom de code de Merlin.

L’article paraissant le 29 septembre 2021, c’est un peu un article pour les 25 ans d’OS/2 Warp 4.0, celui ayant été publié le 24 septembre 1996, dixit IBM 🙂

MS-Windows 95 est sur le marché depuis une grosse année. IBM sait que c’est sa dernière chance pour qu’OS/2 se propage et il mise tout sur un WorkPlace Shell retravaillé, sur Java et sur le réseau. Le gros point faible d’OS/2, à savoir sa gourmandise en ressources est présente.

Il faut au minimum un 486 DX à 33 Mhz, 12 à 16 Mo de mémoire au minimum. Si on veut utiliser la fonction de dictée vocale, c’est au minimum un Pentium à 100 Mhz avec 8 à 12 Mo en plus, dixit Big Blue.

Par contre côté disque dur, n’essayez pas de lui proposer une capacité supérieure à 2 Go… Ça gueulera rapidement. Bien qu’il soit disponible dans plusieurs lantgues, je n’ai pas réussi à trouver une image ISO en français 🙁

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 314 : OS/2 Warp 4, l’ultime tentative connue d’IBM pour répandre son OS. »

Vieux Geek, épisode 313 : OS/2 2.x, la première version uniquement développée par IBM.

J’ai déjà parlé plusieurs fois d’OS/2 dans la série des billets vieux geeks. Par ordre de publication :

Ne manque à l’appel que OS/2 2.x et Warp 4. Même si je pense que j’ai déjà parlé de ce dernier auparavant. Au pire, ce sera le sujet d’un autre billet vieux geek 🙂

En 1991, le torchon brûle déjà entre Microsoft et IBM. Une rupture suivra et donnera naissance à MS-Windows NT 3.1 en 1993, comme je l’avais évoqué dans un billet de mars 2018.

Big Blue se met donc au travail tout pour proposer OS2 2.x. La version 2.0, la première entièrement 32 bits sort en avril 1992 avec son interface orientée objet et le Workplace Shell en remplacement du Presentation Manager des versions 1.x.

Le slogan est clair : « a better Windows than Windows » et « a better DOS than DOS » que l’on peut traduire par « un meilleur Windows que Windows » et « un meilleur DOS que DOS ».

Un an plus tard, c’est OS 2.1 qui sort en rajoutant des extensions multimedias. Une version 2.11 sortira en incorporant un exemplaire de MS-Windows renommé pour l’occasion Win-OS/2, histoire de pouvoir faire tourner des programmes MS-Windows sous OS/2.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 313 : OS/2 2.x, la première version uniquement développée par IBM. »

Vieux Geek, épisode 312 : « Deluxe Galaga » pour Amiga 1200, un shoot’em’up de haut vol.

Je suis arrivé dans le monde de l’Amiga en 1994, pile au moment où Commodore rendait l’âme. Autant dire que je ne pouvais pas arriver à un pire moment. Cependant, j’ai pu avoir de bonnes expériences ludiques comme avec « Civilization » (dont j’ai parlé en novembre 2015), les jeux d’aventure de DTO Software (dont j’ai parlé en mai 2020), « Scorched Tanks » (dont j’ai parlé en août 2017) ou encore le macabre « Child’s Murderer » (dont j’ai parlé en mai 2020).

Mais il manquait un titre qui m’a fait passer de longues heures, c’est « Deluxe Galaga » d’Edgar M. Vigdal.

Sorti en 1993 sur les Amiga 500 et 600, le jeu terminera sa carrière sur Amiga 1200, l’ultime version, la 2.6 sortant en septembre 1995. Je n’ai pas connu celle-ci, ayant migré vers avril ou mai 1995 dans le monde du PC.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 312 : « Deluxe Galaga » pour Amiga 1200, un shoot’em’up de haut vol. »

Vieux Geek, épisode 311 : CP/M, l’OS incontournables des micro-ordinateurs des années 1975-1982.

Il y a des OS maudits, comme OS/2 par exemple. Mais ce ne fut pas le premier à souffrir durement de la concurrence de Microsoft. Avant lui, il y eut le CP/M de Gary Kildall (1942-1994). En 1974, il acquiert un micro-ordinateur, l’Intel Intellec-8. Même s’il a la gueule d’un Altaïr, il le précède d’environ un an.

Quand Gary Kildall récupère le matériel, il lui manque un OS. Il développera alors CP/M : Control Program for Monitor puis Control Program for Microcomputer.

Pour commercialiser le CP/M, il fonde Intergalactic Digital Research, Inc qu’il renommera Digital Research.

En 1980, tandis qu’IBM prépare son premier micro-ordinateur, il contacte Gary Kildall et pour des raisons qui varient selon la légende, c’est finalement Microsoft et Bill Gates qui décroche le contrat. Il faut dire que le port de CP/M pour l’Intel 8088 (une version castrée du 8086) choisi par IBM n’est pas terminé et ne le sera qu’en avril 1982.

Autant dire que c’était déjà trop tard, et le PC-DOS avait déjà commencé à se faire sa place au soleil.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 311 : CP/M, l’OS incontournables des micro-ordinateurs des années 1975-1982. »