C’est mercredi, c’est musique.

Oui, je sais, je comptais ne rien publier aujourd’hui, mais j’ai changé d’avis.

  • Si vous aimez le bon gros rock qui ne se prend pas la tête, Ilan Rubin propose un nouvel album de son groupe « The New Regime », « Exhibit A ». Uniquement disponible en numérique, apparemment. Dommage, j’aurais bien voulu la galette qui va avec 😉
  • Nikos alias Zero Project propose une nouvelle version d’une ancienne piste, « Woman » en version acoustique. Merci à Agnès de Destination Passions pour l’info.
  • J’ai reçu il y a une quinzaine de jours un courrier d’un groupe espagnol « They » pour me vanter leur musique. Vous prenez des habits à la Blues Brother pour le chanteur et le guitariste, des titres en anglais classique pour du rock classique. Pas de quoi fouetter à mort un âne avec des figues molles, mais ça pourrait vous plaire, donc je fais toujours passer.
  • Si vous aimez le Folk rock progressif avec des clins d’oeil, à Jethro Tull, Eyevory et l’album « Euphobia » vous plairont sûrement. Merci à Greg pour l’info !

Je sais c’est court, mais mon actualité musicale est limitée en ce moment, donc…

Bilan culturel de l’année 2011.

J’ai toujours été un passionné de musique. Et sur les 280 albums de ma musicothèque, voici ce que j’ai acheté cette année, une partie que je n’aurais jamais surement daigné écouté voire acheter sans le prêt d’amis, l’écoute en flux ou de manière moins avouable 😉

rhythmbox - près de 3000 morceaux !

Collection 2011

Sans oublier de nombreux artistes et groupes qui publient sous licence art libre ou creative commons comme Garmish, Goodbye Kumiko, Bats On A Swing, et tout ceux dont j’ai parlé en cette année 2011. Et je tiens à remercier « Au Bout Du Fil » et « @diffuser.net » pour certaines découvertes.

Continuer la lecture de « Bilan culturel de l’année 2011. »

En vrac’ divers et (a)variés ;)

Derrière ce jeu de mots pas franchement très frais, un en vrac’ de derrière les fagots, qui mélange de tout.

Commençons par le non-libre 😉

  • J’ai reçu hier le deuxième opus de The New Regime, groupe du dernier batteur en date des Nine Inch Nails. En gros, du bon gros rock actuel, avec des mélodies sympa, entrainantes, dont le superbe « Live In Fear » ou le très bon « State Of Possession », sans oublier l’excellent « The Great Decline ». Et pour le moment, je n’ai que le CD, ben ouais, y avait pas de coffret proposant à la fois le vinyl et le CD 😉
  • Digne  d’un Aragon à l’époque où Staline était encore vivant, les propos d’une certaine députée laisse réveurs sur ce que doit être l’internet civilisé… Surtout avec certains projet de lois… Bienvenue en URSS, je veux dire en République Française.

Maintenant, en ce qui concerne le libre dans sa grande généralité 😉

C’est tout pour aujourd’hui !

Le retour des vinyles : effet de mode ou petite claque à l’obsolescence programmée ?

Arte a consacré un documentaire au vitriol – et largement justifié – sur l’obsolescence programmée. En commençant en parlant d’une ampoule qui brûle depuis 1901… D’ailleurs, on peut la voir sur l’internet sur le site des pompiers de Livermore et son ampoule mondialement célèbre. 109 ans au moment où j’écris ces quelques lignes.

Ploum parle dans un article de rendre obsolète l’obsolescence programmée.

Un phénomène qui est un peu anachronique en cette période de dématérialisation et de soupe commerciale à outrance (Justin Bieber dont les foules d’adolescentes en furie me font étrangement penser à une scène de 1964 à un aéroport JFK de New York avec un quatuor d’anglais, ou encore Stefani Joanne Angelina Germanotta et ses extravagances), c’est le retour en force des disques vinyles, que les moins de 20 ans n’ont pas connu : je parle des 33 et des 45 tours.

Par exemple : le dernier coffret de Jean-Louis Aubert, qui en version deluxe offre un double vinyle en plus du double CD.

Sans oublier qu’un nombre croissants d’artistes indépendants propose le trio : musique numérisée, CD et vinyle.

Trent Reznor propose tous les albums de sa propre marque sous plusieurs formats ; par exemple pour la bande son du film « The Social Network » : CD, blue-ray audio, format numérique ou double vinyle !

Idem pour Ilan Rubin de « The New Regime » qui en attendant la sortie de son deuxième album « Speak Through The White Noise », propose une version deluxe de son premier album : double cd + un 33 tours, DVD, un livret de 16 pages.

Et pour ne citer qu’un dernier groupe, RadioHead proposera une version deluxe de son dernier album avec deux maxi 45 tours

Ayant pu me procurer récemment quelques 33 tours pour pas grand chose, j’ai pris une version d’origine du cinquième album des Eagles, un certain « Hotel California ». Et malgré son age, le 33 tours est encore en très bon état, et offre ce son typiquement « chaud » des vyniles. Surtout, j’ai eu la chance d’avoir le coffret complet, avec la photo du groupe.

Pochette et coffret d'Hotel California

pochette verso d'Hotel California

En comparaison de la version CD de l’album, y a pas photo. Bon, l’encombrement est plus important, le vinyle demande un coup de chiffon antistatique avant la lecture, il faut bien viser avec la tête de lecture, mais la qualité du coffret vinyle est largement supérieure.

Si l’on m’avait dit il y a 5 ans que je me remettrais à la recherche de 33 tours, j’aurais rigolé gentiment. Mais j’avoue que ce son imparfait est une plongée dans une époque où on ne produisait pas que du potage de légumes moisis en matière de musique.

Il est vrai que le coté effet de mode « nostalgie » joue un peu, mais la qualité sonore, la possibilité de retrouver des albums qui ont bercé une enfance ou une adolescence en format original, la possibilité d’avoir des beaux coffrets, et non pas un coffret en platique moche et froid, cela fait du bien. 🙂

L’offre légale et facile d’utilisation existe… Je l’ai rencontré ;)

L’offre légale – par rapport à la copie illicite de contenus sous copyright – est souvent une offre peu intéressante : chère, interopérabilité nulle (cf iTunes qui ne fonctionnent vraiment bien qu’avec les iPod), limitée, bref un cauchemar à l’utilisation.

Même si le CD est un format vieillissant et que j’ai déjà parlé de sa mort prochaine, il a un énorme avantage : on peut toujours – et jusqu’à preuve du contraire c’est légal – le copier sur le disque de son ordinateur, histoire de copier le fichier obtenu (sans le moindre DRM) sur un baladeur quelconque.

J’ouvre une parenthèse : suite à une fausse manipulation, j’ai perdu le contenu de mon disque dur externe qui contenait les quelques 15 GiO de musique (libre et commerciale) de ma collection… Encore heureux que c’était une copie de la musicothèque de mon disque dur principal 😉

Comme je disais avant cette digression, il existe une offre légale, de prix abordable : ce sont des sites comme Noomiz, Dogmazic (et sa filiale Pragmazic), Altermusique ou encore Jamendo pour ne citer que les plus célèbres.

Il existe de plus en plus de groupes et d’artistes qui vendent directement leur musique en ligne, ou la propose en libre téléchargement en se protégeant avec des licences creative commons / art libre. Voici une liste qui est tout sauf exhaustive :

Et je dois surement encore en oublier. Il suffit d’être curieux pour découvrir des artistes ayant réellement du talent, et non des produits formatés pour pondre quelques titres et se tirer ensuite avec l’oseille engrangée.

Et si un voie de sortie de la crise de la musique enregistrée était l’autoproduction ?

De plus en plus d’artistes – plus ou moins connu – ont décidé de se débarrasser de l’intermédiaire qu’est le producteur de disque pour vendre directement au consommateur.

Quelques exemples :

  • Lisa Gerrard, la chanteuse du groupe Dead Can Dance qui propose ses dernières créations uniquement depuis son site internet et du magasin en ligne lié. J’ai d’ailleurs acheté « The Black Opal » (5 semaines pour arriver d’Australie) et j’en parlerais dans un prochain article.
  • Trent Reznor, avec les 2 derniers opus du groupe Nine Inch Nails (Ghost I-IV et The Slip), mais aussi avec son nouveau groupe How To Destroy Angels.
  • Alessandro Cortini, claviériste de Nine Inch Nails, qui sous le nom de SonoIo vient de sortir son premier opus.
  • Ilan Rubin, dernier batteur du groupe Nine Inch Nails, qui propose les productions de son groupe « The New Regime« 
  • Metaform, alias Justice Aaron.

Et il doit sûrement en y avoir d’autres. En tout cas, que ce nombre croît ne serait pas étonnant, surtout si les artistes veulent controler la vente de la copie de leur oeuvre.

Bilan musical du mois de mai… Plus calme qu’en avril ;)

Ce mois-ci, j’ai réussi à tenir à peu près mes achats de musique. Voici les nouvelles pièces de ma collection musicale :

Yes :

Genesis :

Deep Purple :

  • Burn
  • The Collection

The New Regime : « Coup »

Barclay James Harvest : « The best Of » – Centenary Collection

Rainbow : « Long live Rock’n’Roll’

Nine Inch Nails : « Head Like A Hole »

ZZ Top : « Eliminator »

Achat de CDs en mai 2010

Pas beaucoup au final, il faut savoir être raisonnable 😀

« Coup » de « The New Regime »… Où comment l’ultime batteur de NiN montre son talent.

En 2009, l’ultime batteur du groupe Nine Inch Nails a – à l’image de Trent « Nine Inch Nails » Reznor – produit un album pour son groupe, « The New Regime« . Son nom « Coup« , avec un morceau de la célèbre toile de David, « La mort de Marat ».

Durant un temps (jusqu’en janvier 2010), on pouvait télécharger gratuitement l’album. Depuis, on peut acheter l’album en version simple (7$) ou en version luxueuse (45$).

Bien qu’ayant télécharger l’album à l’époque de sa gratuité, j’ai voulu l’avoir sous forme « réelle ». Je suis donc allé le magasin en ligne proposant la vente du disque.

Achat : le 2 mai.
Envoyé : le 4 mai.
Reçu : le 12 mai.

Quelques photos – plus ou moins floue, mon APN commence à se faire vraiment vieux – du paquet et de l’album.

Vivement le deuxième opus d’Ilan Rubin 😉

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer