Les DGLFI en recrudescence ou simplement plus visibles ?

Quand j’ai commencé vers 2017 ou 2018 à parler des DGLFI, à savoir les Distributions GNU/Linux Franchement Inutiles, je ne pensais pas que la série de vidéos que je leur dédierai atteindra la cinquantaine, voire la dépasserait légèrement.

Pour m’alimenter dans ce genre de distributions qu’il serait suicidaire de mettre sur un PC en dur, je me basais souvent sur la liste d’attente de Distrowatch.

C’est ainsi que j’ai alimenté régulièrement cette série de vidéos. C’est ainsi que j’ai pu faire l’épisode 51, visible ci-dessous.

Cependant, j’ai parfois utilisé les nouveautés côté distributions pour me servir. Comme cela a été le cas pour l’épisode 52 des DGLFI.

D’où débouche une question existentielle ? Les DGLFI sont-elles en retour ou simplement sont-elles plus visibles ?

J’espère simplement que je n’atteindrai jamais – ou le plus tard possible – l’épisode 100 de cette série.

L’espoir fait vivre après tout 🙂

Pérenniser une DGLFI, pourquoi pas ? :)

Normalement, je laisse les DGLFI pourrir sur pied.

Mais dans le cas de la SDesk (cf vidéo ci-dessous), j’ai laissé ma bonté s’exprimer.

Voici les étapes de pérennisation mises en place :

  1. Remplacer le fond d’écran
  2. Modifier le fichier /etc/mkinitcpio.conf pour virer plymouth des hooks
  3. Générer une image noyau avec minitcpio -p linux
  4. Installer lsb-release
  5. Nettoyer le /etc/pacman.conf pour virer le dépôt tiers
  6. Modifier le /etc/default/grub pour récupérer les 5 secondes au niveau du grub, sans oublier le splash
  7. Régéner le grub.cfg avec grub-mkconfig -o /boot/grub/grub.cfg
  8. Optionnel : modifier le fichier /etc/hostname pour refléter la pérennisation de l’ensemble

J’ai donc enregistré la courte vidéo ci-dessous pour montrer l’ensemble en action.

Je suis sûrement un peu trop bon sur le coup, mais j’avais envie de m’amuser un peu avec la SDesk qui aura peut-être disparue dans les mois qui viennent.

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce premier samedi de mars 2023.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Carline Van Roos, surtout connue pour son projet Aythis, vient de publier son premier EP de musique électronique sous le pseudonyme d’Electra Lore. L’EP s’appelle « Alignements ».

Sur ce, bon week-end !

Tiens, les rolling releases sont revenues à la mode ?!

Cela fait longtemps que je ne commente plus l’actualité des distributions, mis à part en parlant dans les billets « en vrac' » de la dernière éja… mentale, euh la dernière production inutile qui tiendra 6 mois avant d’être abandonnée en rase campagne.

La mode est cyclique et le meilleur moyen d’être à la mode est d’aller en contre sens de celle-ci. Dans l’univers des distributions GNU/Linux, il y a deux mondes : celui des fixed releases et celui des rolling releases.

Dans le premier, des versions qui se veulent stables sortent à intervalles réguliers, avec un cycle allant de 3 mois à 2 ans. Dans le second, on installe la distribution et elle se met à jour au fil du temps. C’est ainsi que mon installation d’Archlinux mise en place avec feu Anarchy Linux approche doucement de ses 5 ans.

Le monde des rolling est déjà assez chargé. On trouve, liste non exhaustive :

Le monde Archlinux

Le monde Gentoo

Le monde OpenSuSE

Le fourre-tout

Soit un total de 15 projets. Rien que cela. Mais une annonce récente sur Distrowatch va permettre de faire gonfler ce total. C’est l’arrivée de la OpenMandriva ROME, pour Rolling OpenMandriva Edition ?

Encore une rolling release me direz-vous… Mais elle est différente, car elle utilise des paquets au format RPM – comme le duo OpenSuSE Tumbleweed et Gecko Linux Rolling – mais elle emploie aussi le compilateur Clang au lieu de gcc pour compiler tous les logiciels, noyau compris.

Est-ce que cela justifie une nouvelle rolling release ? Est-ce que les mainteneurs de la distributions préfère ce modèle pour ne plus s’encombrer d’une publication en fixed release qui est assez chronophage ?

Je dois dire que je n’ai pas installé le projet dans une machine virtuelle, n’étant pas fan d’OpenMandriva à la base. Mais pour les quelques dizaines de personnes – avec du vent dans le dos ? – qui seront intéressées, ce projet en vaut la peine.

Décidément, l’espoir de ne plus voir les projets de distributions se multiplier comme des bactéries dans un milieu de culture est et restera vain… Dommage.

Que sont devenues les distributions de 2017, 5 ans après, partie 4 : Novembre et décembre 2017.

Dernier billet de la série pour 2022, et je pense que je ne ferai pas le même genre de billets en 2023. Du moins jusqu’à preuve du contraire.

Novembre 2017 :

Décembre 2017 :

Au final, 4 projets, 3 étant encore actifs, la Frugalware Linux semblant être dans le coma depuis quelques mois. Aucune nouvelle image ISO n’étant disponible depuis la sortie de la Frugalware Linux 2.1 en septembre 2016. 6 ans, ça commence à faire très long !

Et le bilan de l’année ?

Septembre et octobre 2017 : 4 distributions, toutes en vie.

Juillet et août 2017 : 4 distributions, 3 en vie.

Janvier à Juin 2017 : 13 distributions sur 16 en vie. Enfin 12, depuis la mort d’Anarchy Linux.

Un total de 28 billets. 23 concernant des projets encore en activité, ce qui fait un bilan de survie de 22/28e soit 78,57%. Ce qui n’est pas si mal, même si en 2017 j’ai eu du mal à pondre des billets sur les distributions GNU/Linux.

Ce qui présageait l’abandon de ce genre de billets, car je l’ai déjà dit plusieurs fois, aussi bien les environnements de bureau que les distributions ont atteint une certaine maturité qui ne justifie plus trop le fait de pondre de nouvelles distributions.

Les distributions mères (Archlinux, Debian, Fedora, OpenSuSE ou encore Slackware) et leurs filles (Manjaro, Ubuntu et Linux Mint, ou encore SalixOS) suffisent largement pour 98% des utilisateurs bureautiques. Je me dois d’inclure des projets tiers comme Emmabuntüs ou encore Primtux, histoire de ne pas être traité de tous les noms dans les commentaires 🙂

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce pluvieux vendredi de juin 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Fan de clinquant dans le monde linuxien ? La Deepin 20.6 est arrivée pour vous satisfaire.
  • Fan de distributions novatrices en terme de gestion des logiciels installés ? La NixOS 22.05 vous conviendra parfaitement.
  • Fan de distributions qui se disent légère et sont aussi lourde qu’une éléphante enceinte ? Alors dans ce cas, la LinuxLite 6.0 est pour vous.
  • J’adore quand des jeux sont étendus. En fin d’année 2021, j’avais parlé du casse-tête pour Commodore 64, « Tenebra ». Son créateur vient de proposer une version « extended » avec 6 nouveaux niveaux pour un total de 31. Bon courage avec le niveau 26 🙂

Côté culture ?

La chanteuse d’Heligoland vient de sortir un album en duo avec le compositeur Pepo Galan. L’album s’intitule « The Sweet Wait ».

Sur ce, bon week-end !

On ne peut pas mentir sur sa popularité, spécialement dans le monde des distributions GNU/Linux…

J’aime bien distrowatch pour son côté indexation et actualité des distributions GNU/Linux. C’est en ce jeudi de l’ascension que j’ai été faire mon tour quotidien sur le site. Et dans les dernières nouvelles, je tombe sur une entrée qui me semble étrange : « Linuxfx exposes its small database of users » ce qui donne traduit : « Linuxfx expose sa petite base de données d’utilisateurs »

Linuxfx est une des dérivées d’Ubuntu reprenant l’apparence générale de MS-Windows 11, sachant que sur les 271 distributions indexées et en vie, on a 52 entrées listées, soit 19,18% du total. Donc en gros, une distribution sur 5 est liée plus ou moins directement à Ubuntu. Ce qui est énorme.

Linuxfx annonce des chiffres mirobolants sur son site : 1 million d’utilisateurs et 15 000 téléchargements par semaine. Des hackers du site kernal.eu ont pu vérifier ces affirmations un brin optimistes.

Dans un premier article intitulé « Dumping Linuxfx customers – A Windows-like distro including the spyware and activation » qu’on peut traduire par « Récupération des clients Linuxfx – Une distro semblable à Windows, y compris le logiciel espion et l’activation », le groupe de hackers est parti du logiciel espion qui permet d’effectuer de la télémétrie en douce ou presque 🙂

En partant de ce logiciel espion, ils ont pu remonter jusqu’à la base de données des installations réelles. En copiant la base de données, la surprise a été assez énorme. Environ 20 000 entrées, donc autant d’installations effectuées depuis le début du traçage. Soit 50 fois moins d’utilisateurs réels (si tant est qu’une installation effectuée soit conservée) qu’annoncé sur le site, capture d’écran à l’appui.

Continuer la lecture de « On ne peut pas mentir sur sa popularité, spécialement dans le monde des distributions GNU/Linux… »

Que sont devenues les distributions GNU/Linux de 2016, dernier épisode, décembre 2016.

Après un mois de novembre des plus cléments, quel va être le bilan de décembre 2016 ?

8 décembre : Void Linux

Bilan : un seul billet et donc un taux de survie de 100%. C’est le mois le moins chargé de l’année 2016.

Et le bilan annuel ?

Quel bilan annuel ? En comptant les inévitables doublons, sur les 59 articles, on constate que 45 concernent des distributions encore en vie, soit 76,27% du total.

Pour 2015, comme je le disais dans l’article de décembre 2020, c’était 75% de survie. Un certain murissement que l’on constatait déjà à l’époque et qui a fait naitre la série des vidéos DGLFI.

On est dans les mêmes rapports de survie. Le bilan des distributions dont j’ai parlé en 2017 ? Peut-être, on verra bien 🙂

Ah, le « Desktop-hopping »… C’est moins long à mettre en place que le « distro-hopping » après tout…

Il y a deux semaines environ, je parlais en mots choisis du « distro-hopping » en 2021.

S’il est assez difficile de justifier désormais le changement de distribution au moindre gaz intestinal en travers, on peut toujours satisfaire son besoin de nouveautés en passant au niveau supérieur et en changeant d’environnement de bureau – desktop environment en bon anglais – en utilisant quelques arguments plus ou moins solides.
Sur mon installation actuelle d’Archlinux qui remonte à février 2018, j’avais à l’origine installé le Mate-Desktop de l’époque, soit une version 1.20, sorti trois semaines plut tôt.

Je suis retourné sur Gnome en juin 2020 ce qui fait presque un an et demi maintenant, après une période sous Mate-Desktop remontant à novembre 2015, après une tentative d’utilisation de Gnome 3.18 qui suivait une période sous Xfce commencée en mars 2015.

Donc, depuis mars 2015, soit 6 ans et 8 mois, j’ai changé 3 fois d’environnement de bureau, avec une utilisation continue de Mate Desktop durant 4 ans et demi environ. Côté stabilité, je pense qu’il est difficile de faire plus long. Depuis 2006 et le début de mon mono-démarrage linuxien, j’ai toujours été utilisateur de Gnome. Sauf une très courte période sous KDE… À l’époque de KDE 4.3 en août 2009 et qui dura quelques semaines. Je n’ai pas trouvé le billet où j’annonçais retourner sous Gnome dans mes archives.

Continuer la lecture de « Ah, le « Desktop-hopping »… C’est moins long à mettre en place que le « distro-hopping » après tout… »

Ah, le distro-hopping… Quelles justifications peut-on lui apporter en 2021?

Octobre 2018. À quelques jours de mon départ de Youtube, j’ai rédigé un article assez long sur le distro-hopping et la difficulté de le justifier, surtout avec un niveau de maturité plutôt poussé dans le monde des distributions GNU/Linux.

J’écrivais ceci en 2018 :

[…]
Depuis le milieu des années 2010, les distributions « grand public » sont arrivées à un degré de perfectionnement et de ressemblance qui justifie de moins en moins le fait de sauter d’une distribution à une autre au moindre « pet de travers ».

J’ai depuis rajouté les environnements de bureau dans la liste des logiciels à la maturité certaine, même si en ce moment dans quelques milieux bien informés, cracher sur Gnome est tendance. J’ai eu aussi une période où j’ai craché sur Gnome, critiquant la tabletisation de l’interface. Mais la lenteur de l’évolution de Mate-Desktop à laquelle se rajoutent des manques criants comme un outil de renommage de masse m’a fait retourner sur Gnome.

Début novembre 2021, je parlais de ce qui restait d’intéressant au niveau de la sphère linuxienne francophone sur Youtube. C’est en suivant d’un oeil et d’une oreille distraite que j’ai appris qu’un des grands noms de la dite sphère avait fait une espèce de distro-hopping. En effet, pour diverses raisons qu’il a expliqué, Adrien a quitté Calculate Linux pour revenir sur Gentoo. Pas un distro-hopping monstre, mais pour celui qui a défendu durant des années la Gentoo précompilée qu’est Calculate, ce n’est pas anodin.

Cela m’a étonné et m’a fait me dire qu’il était parfois difficile à justifier de sauter d’une distribution à une autre.

Continuer la lecture de « Ah, le distro-hopping… Quelles justifications peut-on lui apporter en 2021? »