Au bout de 7 mois, quel bilan d’utilisation pour mon Commodore 64 de 1985 ?

Comme je le précisais dans un article de décembre 2021, j’avais gracieusement reçu un Commodore 64 modèle « huche à pain ». Fourni nu : pas de cable d’alimentation, ni de cable vidéo.

J’avais donc sur les conseils du donateur de l’ordinosaure acheté une alimentation neuve chez c64psu.com.

J’avais complété l’équipement avec une carte SD2IEC pour charger plus facilement des jeux depuis une carte SD. Puis une cartouche de chargement rapide Final Cartridge III+.

Quel bilan à l’utilisation ? Malgré le fait que la mise en place demande 5 bonnes minutes pour brancher tous les cables, vérifier que la carte SD est bien insérée, idem pour la cartouche de chargement rapide, je prends un malin plaisir à redécouvrir certains titres plus ou moins récents sur mon vrai C64. Il ne me manque qu’une cartouche à la Kung Fu Flash pour les titres n’étant disponibles en format cartouche.

Continuer la lecture de « Au bout de 7 mois, quel bilan d’utilisation pour mon Commodore 64 de 1985 ? »

Vieux geek, épisode 332 : Les aventures de Pepito au Mexique, quel étrange sponsor :)

J’ai déjà eu l’occasion de parler de jeux sponsorisés par une marque, le premier exemple me venant à l’esprit étant « Chex Quest », un doom-like pour enfants basé sur une marque de céréales, dont j’ai parlé en juillet 2016.

Cependant, ce n’était pas le premier jeu à être supporté par une marque. En 1991, la marque Belin (filière de LU si je ne me trompe pas !) proposa en partenariat avec Microïds un jeu de plateforme mettant en avant la célèbre marque de biscuit chocolaté, Pepito.

On est face à un jeu de plateformes, avec ses sauts millimétrés, ses ennemis plus casse-bonbon les uns que les autres.

L’histoire est simple : des bandits ont dérobé un coffre remplis à ras-bord de boites du célèbre biscuit. À vous de les retrouver et de mettre la main sur le précieux trésor. Constitué d’une bonne vingtaine d’écrans, il y aura de quoi s’arracher les cheveux sur certains passages. Je me demande combien de joysticks ont fait des vols planés, mais je pense qu’avec la difficulté parfois poussée du jeu, le nombre doit être impressionnant.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 332 : Les aventures de Pepito au Mexique, quel étrange sponsor 🙂 »

Vieux geek, épisode 330 : Mozilla Firefox 1.0, celui qui relança la diversité dans le monde des navigateurs internet.

En ce mois de mai 2022, on a fêté la sortie de Mozilla Firefox 100. Son lointain ancêtre, Mozilla Firefox 1.0 est sorti en novembre 2004. À l’époque, Internet Explorer 6.0 règne en tyran sur le monde des navigateurs, avec une part de marché qui frôle les 95%.

La première guerre des navigateurs avait été gagnée par Microsoft grâce à l’encastrage d’Internet Explorer dans MS-Windows et aussi par la faible qualité de Communicator 4.x de Netscape.

Les choses ont commencé à changer avec la sortie de Mozilla Firefox 1.0 en novembre 2004. Ne me souvenant plus très bien de l’apparence générale du premier panda roux, j’ai voulu le faire revivre le temps d’une vidéo.

Après de nombreux déboires techniques, j’ai dû me replier sur un MS Windows 98SE émulé dans PCem. Mes tentatives d’utiliser MS-Windows XP s’étant toutes plantées. Mais trève de bavardage, place à une poignée de minutes nostalgiques avec Mozilla Firefox 1.0.

L’interface générale a bien changé en l’espace de 17 ans et demi. Mais au moins, les préférences étaient joliment présenté et le thème général avait son cachet. Pour les personnes qui comme moi on connut le premier Mozilla Firefox, la nostalgie a sûrement pris le dessus. Mais c’est la vie après tout !

Vieux geek, épisode 329 : Outlaws, un FPS à la sauce western.

Lucas Arts est connu pour ses jeux d’aventures de la série Monkey Island, mais aussi pour ses FPS se déroulant dans le monde de Star Wars (Dark Forces, Jedi Knight I et II). En 1997, le studio change son fusil d’épaule et nous propose un FPS à la sauce western.

C’est ainsi qu’Outlaws voit le jour. Basé sur un moteur qui n’a rien à envier au Build Engine de Duke Nukem 3D, on est plongé dans l’époque de la conquête de l’ouest. On joue le rôle d’un marshall à la retraite qui part venger sa famille assassinée. Bref, le scénario classique pour casser du méchant cow boy à tour de bras 😀

Il y a un point distinctif sur ce fps, c’est sa présentation en bande dessinée. Faut accrocher, mais je dois dire qu’en 1997 des FPS en 2.5D et les titres en 3D réelle jouait plus sur un réalisme croissant qu’autre chose.

C’est grace à PCem – dans lequel est émulé un MS-Windows 95 – que j’ai pu installer Outlaws et que j’ai pu enregistrer la vidéo ci-dessous.

Vous avez pu le voir, on est dans le monde du far west. Un bon point est la présence d’un mode histoire et d’un mode où on peut jouer des missions précises. Cela permet de varier le plaisir. Mais je dois dire qu’en 1997 je n’avais pas accroché. Et 25 ans plus tard, c’est toujours le cas. Mais c’est un FPS qui a marqué son temps, il aurait été dommage de l’oublier.

Vieux geek, épisode 328 : « Turok : Dinosaure hunter », un des premier FPS de la Nintendo 64.

Si je vous dis Nintendo, vous allez me répondre Mario, Luigi, Peach, bref tout l’univers du plombier moustachu qui a permis au jeu vidéo de reprendre des forces après la crise de 1983-1984.

Le monde de Nintendo n’est pas trop orienté FPS, même si le mythique GoldenEye 007 est paru pour la Nintendo 64 en août 1997. Cependant, ce n’était pas le coup d’essai de la console dans le domaine des FPS, car en janvier 1997, « Turok : Dinosaure hunter » était publié sur Nintendo 64 et PC.

On joue le rôle d’un amérindien, Turok, un guerrier aussi voyageur dans le temps. Dans le jeu, on doit traverser 8 niveaux dans le but de se débarrasser du Campaigner qui est venu mettre le bazar.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 328 : « Turok : Dinosaure hunter », un des premier FPS de la Nintendo 64. »

Vieux geek, épisode 327 : Le TI99/4, ordinateur oublié de la génération 16 bits.

Pour nombre de personnes, si on dit ordinateur 16 bits, les réponses seront principalement :

  • L’Atari 520ST et ses successeurs à partir de 1985
  • L’Amiga 1000 et ses successeurs à partir de 1985
  • Le premier MacIntosh d’Apple, celui de 1984

Quel est le point commun ? L’utilisation d’un microprocesseur de la famille des Motorola 68000, premier processeur 16 bits digne de ce nom.

Cependant, alors que l’Apple II, le Commodore Pet et le TRS 80 régnait sur l’informatique personnelle, Texas Instruments proposa lui aussi un microprocesseur 16 bits maison, le TMS9000. L’ordinateur construit autour sortira sous le nom de TI99/4 en 1979 avec une ultime révision 4A en 1981. La production s’arrêta fin 1983.

L’ordinateur était franchement mal équipé en terme de mémoire vive : seulement 16 Ko… Soit la taille moyenne de la ram au début des années 1980.

Soit 16 fois moins de mémoire que l’Amiga 1000 (256 Ko extensibles à 512) et 32 fois moins que l’Atari 520ST (avec 512 Ko extensibles). Le premier MacIntosh (celui de 1984) proposant 128 Ko de mémoire vive, soit 8 fois plus que le TI99/4A.

Continuer la lecture de « Vieux geek, épisode 327 : Le TI99/4, ordinateur oublié de la génération 16 bits. »

Vieux Geek, épisode 326 : 1996, l’année de la 3D pour les jeux sur PC.

1996 est pour moi une année qui marque la fin de la transition des jeux en 2D vers la 3D. Sur PC, 3 titres majeurs symbolisent ce passage de relai :

  1. Duke Nukem 3D en janvier 1996, même si c’était de la 2,5D hyper avancée
  2. Quake en juin 1996, premier FPS potable en 3D complète
  3. Tomb Raider premier du nom en novembre 1996, pour un mélange d’exploration et d’aventure

Il y avait eu des précurseurs, notamment Descent en 1994 et Terminal Velocity en 1995, mais ce qui donna un coup de fouet indirectement, c’est l’arrivée de la Playstation première du nom entre décembre 1994 et septembre 1995. L’une de premières consoles qui imposa la vue en 3D pour ses jeux.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 326 : 1996, l’année de la 3D pour les jeux sur PC. »

Vieux Geek, épisode 325 : Microsoft Bob, un échec du skeuomorphisme…

En septembre 2020, j’avais parlé d’une cartouche pour Commodore 64, « Magic Desk » qui jouait à fond le skeuomorphisme.

C’est quoi le skeuomorphisme ? C’est : « un élément de design dont la forme n’est pas directement liée à la fonction, mais qui reproduit de manière ornementale un élément qui était nécessaire dans l’objet d’origine. »

En gros, un agenda papier sera utilisé pour symboliser un agenda informatique, une machine à écrire pour un traitement de texte, etc…

En 1995, Microsoft qui travaille en parallèle sur MS-Windows 95 décide de lancer le projet Microsoft Bob qui pousse le skeuomorphisme dans ses ultimes retranchements. Dès le départ, nous sommes accueilli par le chien Rover qui nous dit que pour entrer, il faut frapper à la porte.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 325 : Microsoft Bob, un échec du skeuomorphisme… »

Vieux Geek, épisode 324 : DesqView X 2.1, le meilleur de MS-DOS et d’Unix ensemble ?

En 1995, Quaterdeck connu pour Magnaram (que j’ai évoqué en novembre 2019) ou encore Qemm sort l’ultime version d’une surcouche graphique pour MS-DOS, j’ai nommé DesqView X.

Pour la plupart des personnes ayant connu l’informatique dans le début des années 1990, MS-DOS est obligatoirement accompagné de MS-Windows 3.x, la version ayant démocratisé réellement MS*Windows étant la 3.1 sortie en 1992.

Cependant, il y a eu des projets de surcouches graphiques un peu plus étranges, et DesqView X en fait partie.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 324 : DesqView X 2.1, le meilleur de MS-DOS et d’Unix ensemble ? »

Confession d’un vieux geek : je n’ai jamais vraiment été un grand fan de l’Amiga !

Oui, je sais, je vais me faire tomber dessus à bras raccourcis par pas mal d’ancien(ne)s amigaistes qui vont vouloir allumer un bûcher pour me faire rotir dessus.

J’ai parlé de nombreuses fois de jeux qui m’ont marqué quand j’ai eu l’opportunité de m’équiper d’un Amiga 1200 en 1993-1994, période qui a correspondu à la descente aux enfers de Commodore.

Voici quelques articles où j’ai pu parlé de jeux sur Amiga qui m’ont donné du plaisir à être lancé de nouveau :

Mais aussi des logiciels plus sérieux comme PC-Task en juin 2020 ou le Magic Workbench en août 2020.

Mais je dois le dire, je ne regrette pas tant que ça ma période Commodore Amiga. J’étais bluffé par les captures d’écran dans les magazines vidéoludiques, et je bavais d’envie sur les images dans les publicités des jeux qui montraient toujours soit la version Amiga, soit la version Atari ST.

Continuer la lecture de « Confession d’un vieux geek : je n’ai jamais vraiment été un grand fan de l’Amiga ! »

Vieux Geek, épisode 323 : le double visage de MS-Windows 95

Le temps passe très vite. Il y a 27 ans en cette année 2022 que le révolutionnaire MS-Windows 95 sortait. Attendu comme le messie par nombre de personnes, il proposait l’interface qui serait la sienne jusqu’à nos jours, modulo la période de MS-Windows 8.x.

Cependant, ce qui est peu connu, c’est que MS-Windows 95 pouvait avoir deux visages. Un peu comme le chevalier d’or des Gémeaux dans Saint Seiya… Point culture geek ? Fait 🙂

Loin de la méchanceté de ce personnage de l’animé et du manga, les deux visages étaient soit l’interface nouvelle génération (avec le menu démarrer et tout le tintouin) soit l’interface de MS-Windows 3.x.

Continuer la lecture de « Vieux Geek, épisode 323 : le double visage de MS-Windows 95 »

Y a pas à dire, c’est du rapide la Final Cartridge III+ pour Commodore 64.

Depuis que j’ai reçu gracieusement un Commodore 64, je m’équipe petit à petit des composants indispensables pour le faire fonctionner. Que ce soit un bloc d’alimentation, un cable composite pour le brancher à un vieux téléviseur, une carte SD2IEC pour pouvoir lancer des jeux sur images de disquettes.

Il ne manquait plus qu’une cartouche de chargement rapide. Ayant été agréablement surpris par le sd2iec de Faszination, j’ai donc décidé de rester avec ce fournisseur et je me suis pris une version pré-montée (je suis nul à pleurer avec un fer à souder) d’un clone de la cartouche Final Cartridge III de 1987.

C’est un modèle dit « plus » qui outre le fait qu’elle propose un chargement accéléré, on peut geler les logiciels en cours d’exécution, avoir un moniteur système, et plein de bonnes choses que je découvrirai avec le temps.

Continuer la lecture de « Y a pas à dire, c’est du rapide la Final Cartridge III+ pour Commodore 64. »

« Tenebra », suite et fin.

Dans une billet du 14 janvier 2022, je revenais sur l’excellent casse-tête « Tenebra » sorti pour Commodore 64 et Plus/4 (sans oublier Vice).

Je m’étais lancé dans une quête assez simple dans le principe : montrer les solutions idéales pour les 25 niveaux peuplant le jeu.

Dans le précédent billet, j’avais terminé les 15 premiers niveaux. Dans le « en vrac’ de fin de semaine » du 15 janvier 2022, j’avais rajouté les niveaux 16 à 20.

Après une bonne prise de tête et un entrainement préalable à l’enregistrement, voici donc les 5 derniers niveaux, et vous verrez à quel point certains niveaux de fin sont quand même assez vicieux, spécialement le dernier avec ses deux wagonnets…

Je dois dire que j’apprécie vraiment ce genre de torture de méninges qui n’ont pas besoin de la dernière carte nVidia pour fonctionner. Ensuite, je peux très bien comprendre que certaines personnes préfèrent les bons vieux FPS.

Cela m’arrive aussi, mais quand je tombe sur un titre de cette qualité dans le monde de la rétro-informatique, je ne boude pas ma joie.

« Tenebra », le casse-tête qui ne paye pas de mine, suite.

Le 12 décembre 2021, je parlais de la version de démonstration de « Tenebra », un jeu de casse-tête développé sur Commodore 64 et 128.

À l’époque, c’était une démonstration avec les 8 premiers niveaux sur les 25 prévus à l’origine.

Le 23 décembre 2021, la version finale est annoncée. Elle est suivie le 1er janvier 2022 d’une version pour Commmodore Plus/4.

J’avais déjà montré une partie des niveaux de « Tenebra » dans le précédent article. Je me suis alors dit que ce serait sympathique de montrer les niveaux par lots de 5, qui sont d’une difficulté assez croissante. Cela aurait été dommage de ne pas proposer les (??) solutions de chaque puzzle.

Continuer la lecture de « « Tenebra », le casse-tête qui ne paye pas de mine, suite. »

Les jeux rétro-ludique, supérieurs sur bien des points aux jeux vidéo modernes ?

Je sais ici que certaines personnes vont froncer les sourcils en se demandant si je n’ai pas abusé de substances plus ou moins illicites. En quoi des jeux sortis dans les années 1980-1990 ou beaucoup plus récemment comme le port de « Sonic the Hedgehog » – version Sega Master System – sur Commodore 64 avec une extension mémoire de 256 Ko, ou encore l’excellent clone de Zelda (avec des combats à la Final Fantasy), j’ai nommé « Briley Witch Chronicles » (transférable sur le format Easy Flash 3) sont supérieurs à un jeu sorti sur les dernières consoles à la mode ou le dernier PC de la mort qui tue ?

Je pourrais aussi citer les scènes Atari 8 bits avec le port de « Prince Of Persia », Amstrad CPC avec un port réussi de Puzzle Bobble.

Il est vrai que je cite le haut du panier et que toutes les productions ne sont pas aussi avancées. Ce genre de jeux ont un avantage : fonctionner soit sur un émulateur, soit sur le vrai matériel modulo quelques extensions par moment. Pour les jeux tournant sous MS-DOS, rien ne vaut – si on a pas un vieux PC sous la main – l’excellent Dosbox-X dont la version 0.83.22 qui sera – ou aura été – celle de février 2022 apporte le support du Pentium 3 !

La preuve en image.

Continuer la lecture de « Les jeux rétro-ludique, supérieurs sur bien des points aux jeux vidéo modernes ? »

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer