En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, l’obligatoire billet en vrac’. La Saint Valentin pluvieuse me laisse un esprit chagrin. Avec un très court billet à la clé.

Pour le logiciel libre ?

Côté musique ?

Bon week-end malgré tout. Spécialement pour les célibataires qui échappe à cette fête commerciale… À leurs corps défendants ?

Opération transparence !

Avec un titre digne d’un mauvais film d’espionnage, j’ai décidé de faire un petit listing des coûts engendrés par la catégorie musique de mon blog. Je vais prendre la période janvier à juillet 2014 comme exemple, en sachant que la moyenne est à peu près la même depuis environ deux ans, même si j’ai levé un peu le pied.

Comme je l’ai précisé dans un précédent article, chaque fois que je parle d’un album, c’est que je l’ai acheté, ou encore et je le précise en toutes lettres, je l’ai reçu en cadeau de la part du groupe ou de l’artiste, comme pour l’EP d’In Limbo.

Juillet 2014 : Transition et Cyborgs de Kassiel : 2×5€

Juin 2014 :

Mai 2014 :

Continuer la lecture de « Opération transparence ! »

« Transition » et « Cyborgs », les deux opus de Kassiel sorti en 2014.

Kassiel est un artiste que je suis depuis plusieurs années. A l’origine – si mes souvenirs sont bons – j’avais entendu les premières oeuvres de Kassiel via Jamendo, ce qui doit remonter à 2007 ou 2008.

Puis, j’ai suivi de loin en loin les réalisations, comme celle de son compère Uzziel avec qui il compose le duo « Planète Sauvage« . Agnès de Destinations Passions avait parlé rapidement de la sortie d’Exode produit par Uzziel, en avril 2013.

Note : Les albums du duo sont disponibles sur Bandcamp, en téléchargement à prix libre, et sous licence CC-BY-NC-ND. De plus, si vous voulez vous faire vos propres boitiers en gravant une galette pour chaque album, tout est fourni.

Je comptais déjà parler de « Transition », mais ayant pris du retard suite à plusieurs contretemps, je profite pour faire d’une pierre deux coups.

L’album est sorti en janvier 2014.

Pour qualifier le style de Kassiel, on peut dire que c’est la musique électronique à tendance progressive. En effet, les pistes ne font pas moins de 6 minutes en moyenne.

On se trouve avec des rythmes électroniques classiques, même un peu « old-school » par moment. La première piste « La revanche des krolls » fleure bon des titres de science fiction de la fin des années 1970 début des années 1980.

D’ailleurs, en écoutant cette piste, je n’ai pu m’empêcher d’imaginer des décors de Blade Runner.

La deuxième piste, la plus courte de l’album, est plus « mélancolique », surtout son introduction. La troisième piste « Les vents d’Eole » fait penser à un slow à la sauce musique électronique. C’est une piste très reposante, très planante, presque idéale pour se relaxer et méditer.

Je parlais de Blade Runner un peu plus haut. Le clin d’oeil est énorme avec la quatrième piste qui s’appelle « Do computers dream of analogic devices »… Pour info, le livre dont est tiré le film culte de Ridley Scott en anglais s’appelle « Do Androids Dream of Electric Sheep ? » de Philip K. Dick.

C’est une piste tout en douceur et en rondeur. L’avance dernière piste « Tangram III » se la joue oriental, avec une introduction qui pourrait s’entendre en Asie. Vraiment très bon !

L’album se termine avec la piste éponyme. C’est la plus longue de l’album mais elle le termine en beauté. On y retrouve la douceur et le coté « mélancolique » des pistes qui ont précédé.

Continuer la lecture de « « Transition » et « Cyborgs », les deux opus de Kassiel sorti en 2014. »

En vrac’ rapide et libre.

Un petit en vrac’ rapide et libre avant d’attaquer un week-end « studieux ».

Bon week-end !

En vrac’ culturel…

N’ayant que peu de temps à accorder au blog en ce moment – les projets se bousculant – je fais un en vrac’ culturel pour alimenter le flux RSS, en attendant que les choses se calment.

  • J’avoue que je ne suis pas un grand fan des sagas d’Heroic Fantasy, mais le premier tome du cycle des « Enfants de Dana » m’a bien plu. Si vous voulez une Heroic Fantasy qui ne tombe pas dans la facilité des dragons et autres créatures de ce style, essayez donc. Plus d’info sur le site de l’auteure, Isabelle Rozenn Mari.
  • Agnès du blog destination passion vient d’ouvrir un forum consacré à la culture, qu’elle soit musicale ou litteraire. Pour le moment, le forum est en rodage. Espérons qu’il trouvera vite sa vitesse de croisière.
  • Vous aimez les mélodies néo-classiques, quand le violoncelle, le violon, le piano et la voix se marient ? Dans ce cas, laissez trainer vos oreilles du côté du premier album d’Abby Gundersen, « Time Moves Quickly »
  • Pour finir, même si c’est avec un peu de retard, Je tenais à vous parler du nouvel album de Kassiel, « Transition », qui mélange musique électronique et tendances progressives.

Pour les deux derniers albums, j’essayerais d’en parler de manière plus complète très bientôt.

Point rapide sur les artistes / groupes de musique libre de ma musicothèque.

Ce matin, après avoir acheté un album conseillé par Toine du site @diffuser.net, j’ai voulu voir sur les 199 artistes / groupes de ma musicothèque la proportion d’artistes produisant des albums sous licences Art Libre et Creatives Commons.

Musicothèque au 20 août 2012

Voici donc la liste alphabétique que j’ai pu tracer. J’ai essayé de mettre un lien pour chaque ligne. Et de nombreux genres sont représentés. La liste est assez longue, et j’espère ne pas en avoir trop oublié… 🙂

Continuer la lecture de « Point rapide sur les artistes / groupes de musique libre de ma musicothèque. »

Parfois, cela fait du bien de fouiller dans ses archives.

Hier, fouinant dans mes archives de marques-pages, je suis tombé sur ce lien que j’avais mis de coté il y a plusieurs mois. J’en avais oublié jusqu’à son existence. Et j’avoue que je suis tombé sur un des plus beaux albums de musique électronique que j’ai écouté de l’année.

En début de l’année 2011, j’avais déjà écouté un album du duo « Planète Sauvage ». C’est donc avec curiosité que j’ai récupéré la version flac de l’album « The Past And Promise » sorti en juin 2011…

Je ne suis pas un super critique pour parler de musique, et souvent les mots me manquent pour parler d’un album. Non pas par manque de vocabulaire, mais car il m’est parfois difficile d’exprimer mon ressenti.

Tout ce que je peux dire de cet album, c’est : « pourquoi je suis passé à coté cette année ? » C’est un petit bijou, chaque morceau complétant le précédent, et faisant passer les 52 minutes de sa durée sans qu’on s’en aperçoivent.

Le plus simple : récupérez l’album et écoutez-le. Faites-vous votre propre opinion 🙂

C’est un album d’une douceur comme j’en ai rarement entendu, qui ne tombe pas dans la facilité de répéter à l’infini trois accords sur différentes tonalités.

Pour ne rien gâcher, l’album est publié sous licence Creative Commons. Bonne écoute.

 

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer