En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce troisième mercredi d’août 2022..

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Pour finir le billet, le dernier épisode des tutos à la con de Tonton Fred, avec des morceaux de Gnome dedans.

Sur ce, bonne fin de semaine !

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 46 : Maguy, la première sitcom française.

Nous sommes en 1985. Les sitcoms sont déjà connues en France avec entre autres « Ma sorcière bien aimée » (Bewitched) ou encore « Happy Days ».

Cependant, des créateurs de série veulent produire la première sitcom française. Ce sera « Maguy », inspiré du sitcom américain « Maud ».

Au casting, on retrouve entre autres Rosy Varte (Maguy), Jean-Marc Thibaut (Georges Bossier), Henri Garcin (Pierre Bretteville) et Marthe Villalonga (Rose Le Plouhannec). La sitcom se déroule dans la ville imaginaire du Vézinet (avec un Z), et on suit les aventures de Maguy, quincagénaire mariée en troisième noce avec Georges, directeur du magasin d’életroménager « Boissier Maxi Discount ».

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 46 : Maguy, la première sitcom française. »

Merci Archlinux pour la glibc 2.36…

J’adore Archlinux – sinon cela ne ferait pas 13 ans que je l’utilise en démarrage simple – même avec ses travers comme d’avoir certaines technologies un peu à l’avance.

Il y a bientôt 12 ans, j’avais piqué une colère avec l’arrivée de Python 3.0 en avance sur le reste du doucéreux monde des distributions GNU/Linux.

Plus récemment, c’est l’arrivée de la glibc 2.36 qui a provoqué quelques problèmes. Un en relation avec Qemu corrigé par un patch que j’ai rajouté à mon paquet AUR qemu-git. Mais le bug le plus laxatif – de mon point de vue – c’est un bug qui bloque la compilation de Mozilla Firefox et Mozilla Thunderbird.

C’est ainsi que j’ai rapporté un bug. Au début j’ignorais que c’était en relation avec la glibc 2.36, penchant plus pour un bug du compilateur utilisé, clang.

Quelle ne fut pas ma surprise quand j’appris que c’était un bug lié à la glibc. Côté importance du bug, on tape dans le lourd.

Bien qu’au moment où j’écris cet article, les deux patchs correctifs ne sont pas encore intégrés dans le code source de Mozilla Firefox, cela montre qu’il n’y a pas de petits bugs… Après il y aura des personnes qui par fainéantise ou par un niveau d’anglais trop faible ne rapporte pas des bugs. Cela est dommageable.

J’aurais pu me mettre en colère…

… mais finalement, je vais passer tous mes ressentiments en restant aussi calme que c’est possible. Ça ne sera pas facile.

J’avoue que si je vais quotidiennement sur distrowatch, c’est pour connaitre l’arrivée de nouveaux projets qui pour la plupart ne souffleront pas leur première bougie.

C’est ainsi que j’ai pu constater en cette fin de première semaine du mois d’août, deux distributions que l’on peut ranger sans aucun problème dans le cadre général des DGLFI.

La première ? AaricKDE, ajoutée à la liste d’attente le 18 juillet et la FreedomOS, ajoutée le 5 août.

Continuer la lecture de « J’aurais pu me mettre en colère… »

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce premier mercredi d’août 2022..

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Prenez une dose de metal progressif, une de post-metal, une dose de stoner, secouez le tout longuement. Vous obtiendrez le premier album « LP01 » des parisiens de Homecoming.

Sur ce, bonne fin de semaine !

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce dernier samedi de juillet 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Vous aimez OpenMandriva ? Bonne nouvelle pour vous, la technical preview – une version alpha ? – 1 de la version 5.0 de la distribution est disponible.
  • Fan de casse-tête comme Tetris et Columns ? Un jeu pour Amstrad CPC est en cours de développement. Son nom ? « CPC Jewels ». Espérons qu’une version numérique sorte en plus de la version en cassette.
  • Dans la série « projets complètement fous », je demande C64OS, un OS en mode « graphique » pour le Commodore 64 de base.

Côté culture ?

Sur ce, bon week-end !

Décidément, l’écriture revient à triple galop.

Le lundi 18 juillet, je parlais de la publication de « Ah, chat alors » qui avait été le projet M le temps que je l’écrive.

En plus d’Atramenta avec des versions epub et pdf, il est disponible à l’inabordable prix de 0,99€ sur Amazon. Uniquement en format électronique, le texte n’est pas assez long pour faire une version papier.

C’est en fouillant dans mes archives de textes entamés mais en pause pour une durée inconnue, que j’ai retrouvé un texte commencé en 2018 et dont j’avais oublié jusqu’à l’existence.

La mémoire est très sélective par moment. Du nom de code « Projet C », il est actuellement constitué de 41 pages écrites avec la police Liberation Serif en 12 points et un interligne de 1,5 lignes.

Ce qui fait une dizaine de pages de plus que « Ah, chat alors ». Pour le moment, je n’en dirait pas plus. Je profite que mon inspiration soit au beau fixe pour continuer à travailler sur ce projet. Date de publication prévisionnelle ? Premier semestre 2023 pour le moment. Tout dépendra de mon inspiration, de mon temps libre et du courage à me poser devant mon clavier pour écrire les 1000 mots ou 3 pages quotidiennes.

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce troisième mercredi de juillet 2022..

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Sur ce, bonne fin de semaine !

Projet M : suite et fin.

Dans un billet de janvier 2022, je parlais du projet M, un court texte humoristique.

Je disais ceci concernant ses ventes potentielles :

[…]Il est vrai que j’espère que ce court texte aura le mérite de battre mon record de vente de ma précédente oeuvre qui a dû atteindre 10 copies physiques et 15 numérique.[…]

Cependant, avec sa petitesse (à peine une trentaine de pages), il n’est pas envisageable de faire une version papier. J’ai déposé le texte sur Atramenta, et je pense le publier aussi sur Amazon, une fois que j’aurai « antidoté » le texte, au prix symbolique de 0,99€ en numérique uniquement.

Le nom final est « Ah, chat alors » et voici le quatrième de couverture :

Que pensent les chats ? Comment vivent-ils auprès des humains ?

Un court texte plein d’humour et de sarcasmes tente d’y répondre.

Pour la version sur Amazon, je compte m’en occuper d’ici la fin du mois de juillet, le temps de trouver le courage nécessaire pour effectuer la dernière relecture, celle grammaticale et orthographique.

« Lykia – The Lost Island », un Zelda pour Commodore 64 de haut vol.

En fin d’année 2021, je parlais de l’excellent clone de Zelda « Briley Witch Chronicles » sortit pour le Commodore 64 (ainsi que pour Vice et le duo C64Mini / 64Maxi).

En attendant que le deuxième épisode des aventures de Briley sorte, un autre clone de Zelda appellé « Lykia – The Lost Island » vient de sortir, créée par l’équipe de Pulsar. Il existe aussi une version pour le Commodore Plus 4.

Côté quantité, il n’y a pas de quoi être déçus. Outre la version numérique gratuite, la numérique payante et la future version cartouche à venir chez Psytronik Software et Protovision.

On y joue le rôle de Nora, 16 ans qui à la suite de la demande de sa maman de lui amener un « apogy fruit » se trouve embarqué dans diverses aventures.

Continuer la lecture de « « Lykia – The Lost Island », un Zelda pour Commodore 64 de haut vol. »

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce chaud mercredi du mois de juillet 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Encore une découverte de Stéphane, « Sunir » de IANAI. Un mélange de Dead Can Dance et de Heilung. Du très bon qui me ferait acheter l’album dans sa seule version qui existe, en numérique.

Pour finir, une petite vidéo de Bubble Shooter… Jusqu’au niveau 4, ça va… Ensuite ? Sans commentaire 🙂

Sur ce, bonne fin de semaine !

En vrac’ de fin de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce deuxième samedi de juillet 2022.

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ?

Pour finir, une petite gâterie, un épisode des pitreries du libre pas piqué des hannetons.

Sur ce, bon week-end !

Que sont devenues les distributions de 2017, 5 ans après, partie 2 : Juillet et août 2017.

Le 21 juin, je proposais le premier billet récapitulatif concernant les distributions dont j’avais parlé en 2017. Attaquons-nous aux mois de l’été 2017.

Juillet 2017 :

30 juillet : Trisquel Linux

Et oui, c’est tout pour juillet. Ça fait plutôt court 🙂

Août 2017 :

  1. 15 août : Solus
  2. 16 août : VeltOS
  3. 17 août : Archlabs

Bilan ? 4 articles, 3 distributions encore en vie, VeltOS devint un projet d’environnement de bureau avant de disparaître. 75% de survie, c’est pas si mal que cela 🙂

En vrac’ de milieu de semaine…

Minuscule en vrac’ en ce premier mercredi de juillet 2022..

Côté logiciel libre, informatique et internet.

  • Amateur de base Slackware Linux ? Le tout sous format de live ? Alors, jetez un oeil du côté de Porteus 5.0.
  • La DGLFI de la semaine : prenez une base Debian, rajoutez-y votre environnement préféré. Proposez l’ensemble sous la forme d’une image ISO SystemBack. Secouez le tout et vous aurez la Lion Linux.
  • Est-il possible de faire un shoot’em’up dans les 3,5 Ko de la mémoire du Vic 20 ? La réponse est oui avec Galaxian Sleena.

Côté culture ?

Si vous aimez les musiques créées pour Sid, le circuit son du Commodore 64, le dernier opus de MASTER BOOT RECORD, « PERSONAL COMPUTER » sera pour vous. Merci à Stéphane pour la découverte.

Sur ce, bonne fin de semaine !

Au bout de 7 mois, quel bilan d’utilisation pour mon Commodore 64 de 1985 ?

Comme je le précisais dans un article de décembre 2021, j’avais gracieusement reçu un Commodore 64 modèle « huche à pain ». Fourni nu : pas de cable d’alimentation, ni de cable vidéo.

J’avais donc sur les conseils du donateur de l’ordinosaure acheté une alimentation neuve chez c64psu.com.

J’avais complété l’équipement avec une carte SD2IEC pour charger plus facilement des jeux depuis une carte SD. Puis une cartouche de chargement rapide Final Cartridge III+.

Quel bilan à l’utilisation ? Malgré le fait que la mise en place demande 5 bonnes minutes pour brancher tous les cables, vérifier que la carte SD est bien insérée, idem pour la cartouche de chargement rapide, je prends un malin plaisir à redécouvrir certains titres plus ou moins récents sur mon vrai C64. Il ne me manque qu’une cartouche à la Kung Fu Flash pour les titres n’étant disponibles en format cartouche.

Continuer la lecture de « Au bout de 7 mois, quel bilan d’utilisation pour mon Commodore 64 de 1985 ? »