Ah, le « Desktop-hopping »… C’est moins long à mettre en place que le « distro-hopping » après tout…

Il y a deux semaines environ, je parlais en mots choisis du « distro-hopping » en 2021.

S’il est assez difficile de justifier désormais le changement de distribution au moindre gaz intestinal en travers, on peut toujours satisfaire son besoin de nouveautés en passant au niveau supérieur et en changeant d’environnement de bureau – desktop environment en bon anglais – en utilisant quelques arguments plus ou moins solides.
Sur mon installation actuelle d’Archlinux qui remonte à février 2018, j’avais à l’origine installé le Mate-Desktop de l’époque, soit une version 1.20, sorti trois semaines plut tôt.

Je suis retourné sur Gnome en juin 2020 ce qui fait presque un an et demi maintenant, après une période sous Mate-Desktop remontant à novembre 2015, après une tentative d’utilisation de Gnome 3.18 qui suivait une période sous Xfce commencée en mars 2015.

Donc, depuis mars 2015, soit 6 ans et 8 mois, j’ai changé 3 fois d’environnement de bureau, avec une utilisation continue de Mate Desktop durant 4 ans et demi environ. Côté stabilité, je pense qu’il est difficile de faire plus long. Depuis 2006 et le début de mon mono-démarrage linuxien, j’ai toujours été utilisateur de Gnome. Sauf une très courte période sous KDE… À l’époque de KDE 4.3 en août 2009 et qui dura quelques semaines. Je n’ai pas trouvé le billet où j’annonçais retourner sous Gnome dans mes archives.

Contrairement à un saut de distribution qui impose une réinstallation, une distribution qui a les reins solides peut se permettre de voir l’environnement de bureau – plus ou moins complet – être changé à la volée.

Je suis un Gnomiste dans l’âme. Depuis 2006, donc en l’espace de 15 ans, j’ai passé les deux tiers du temps (en arrondissant légèrement) sous les diverses versions de Gnome qui ont pu existé entre temps. Autant dire que j’ai connu quasiment toutes les nouveautés, comme l’arrivée de Gnome 3.0 et de son shell en avril 2011. Comme le temps passe vite.

Comme pour l’article sur le distro-hopping, je me dois de conclure en disant qu’il n’y a pas d’environnement de bureau parfaits. Il y a juste celui qui est le mieux adapté à vos besoins. Après une période où j’ai eu la dent dure contre la tablettisation de l’interface de Gnome 3, je dois dire que j’ai retrouvé mes repères et que je ne compte plus bouger de Gnome pendant encore plusieurs versions.

Si j’ai besoin ponctuellement utiliser un environnement différent, une machine virtuelle fera parfaitement l’affaire.

Je n’ai plus l’âge ni l’envie de me prendre la tête. Après, chaque personne voit midi à sa porte, non ?

14 réflexions sur « Ah, le « Desktop-hopping »… C’est moins long à mettre en place que le « distro-hopping » après tout… »

  1. « Je n’ai plus l’âge ni l’envie de me prendre la tête. Après, chaque personne voit midi à sa porte, non ?  »
    Tout a fait d’accord avec toi, moi je suis plutôt adepte de XFCE où je trouve mon compte et je n’impose à personne mon choix 🙂
    A pluche.

  2. Absolument. J’ai débuté linux avec KDE 1.x qui pour moi était le plus abouti à l’époque. Et j’en garde un super souvenir. Je suis resté KDE jusqu’aux version 3. Puis pendant un temps vite fait fluxbox et une période enlightenment 0.17. Je suis revenu en dm avec gnome/mate et suivi d’une longue période xfce. Passage sur openbox et finalement retour à gnome 3/4x cette fois ci.

    A chaque fois j’ai eu une envie de changement et sans forcément envie de changer de distri. Si la multiplication des distris est problématique, avoir le choix dans les wm/dm est appréciable. Il y en a pour tous les goûts. Ils ont tous leur avantage mais en ce qui me concerne il y a toujours un truc imparfait qui me pousse à changer. Si actuellement j’aime bien gnome, je n’aime pas son système d’extension que je trouve trop bancal car trop en dehors du projet. Une gestion du double écran encore perfectible là où xfce fait mieux (wallpaper en random sur chaque écran par exemple)

    Je regrette surtout ceux qui se lance dans la création d’un nouveau desktop et qu’ils veulent en faire une distri a part entière. Il faut se concentrer sur sa distri respecter les normes pour faciliter un portage sur les autres distris. L’exclusivité dans le domaine linux est un frein et peut desservir la distri exclusive.

  3. Hello.

    Ça fait quelques temps que le changement de DE me trotte dans la tête, j’ai fais le changement encore dernièrement.

    Je suis à la base kdeiste convaincu, ça c’était avant plasma 4 qui a tout flingué et que plasma 5 tente de réparer les dégâts. À l’époque de kde3, c’était un bureau lent à démarrer (plus lent que gnome2) mais qui ensuite était bien plus rapide que gnome pour lancer ses applications attitrées (les applications kde) là où gnome était plus lent.

    À partir de plasma 4 ce fut tout qui se trouva lent, le boot ainsi que le lancement des applications comme dolphin.

    J’ai fuis sous gnome un long moment… Je suis revenu assez récemment à plasma 5, mais le lancement des applications même ceux de kde restent lent, par exemple Dolphin, qui est pourtant le gestionnazire de fichiers est vraiment lent à se lancer, ça donne une senstaion de lourdeur et ce même sur une machine récente. Mettre à la corbeille un simple fichier texte mettait une plombe… Je me suis rendu compte que j’avais des dossier de config datant de 2006… J’ai purger tous les dossiers et fichiers et je n’avais plus la lenteur des mises a la corbeille, mais ça n’a rien fait pour les lancements des logiciels.

    Je sais pas si c’est clair ce que je raconte, mais je vais tacher, Gnome3 est lourd, c’est un fait, plus lourd que plasma en terme de ressources, MAIS il est ultra rapide dans le lancement des applications, File par exemple je clique et il apparaît aussitôt là ou Dolphin sur kde va mettre 2 sec.

    Je sais suis pas à deux secondes, c’est ce que je me disais, mais en vrai ça donne une sensation de lenteur, pourtant ma bécane est pas si mauvaise que ça, elle fait tourner gnomeshell sans sourcilier avec ses 8 go de ram. Je me dis juste pourquoi le DE le plus lourdingue est rapide à lancer les applications tandis que celui qui soit disant a perdu du poids (c’est vrai qu’il consomme moins de ram, autant qu’un mate) met si longtemps à ouvrir ses propres applications, je parle même pas de ceux externe au projet (mozilla en tête).

    Ça, le bordel des fichiers explosés dans divers dossiers et sous dossiers et pour finir, le fait que je n’utilise pas les applications kde.

    Pour le moment je me suis mis à ce que je met sur mes machines peu puissantes, c’est à dire xfce. Ça permet de faire mes choix perso pour mes applications sans m’en imposer, par exemple sous gnome, c’est con mais je n’utilise pas evolution et pourtant il tourne en tache de fond pour diverses raisons, notamment le planning, ect…

    Je sais pas si je resterai longtemps avec xfce seul, j’ai l’habitude de l’avoir toujours en deuxième desktop, comme une sorte de roue de secours, comme ça quand j’en ai marre du principal, ça me permet de « bouger ». Là il est seul alors on verra bien.

    J’aime bien Gnome, mais des trucs sont juste impensables pour moi, comme le fait de ne pas avoir de system tray (gestionnaire de taches autrement dit une zone de notification), remarques quand on se rappel la gueule et l’emplacement du system tray dans les premières montures de gnomeshell (un tiroir en bas à gauche), c’est pas plus mal de l’avoir viré. Je parlerai bien de l’ergonomie qui change tout les 4 matins, l’emplacement des menus, en burger ou intégrale, en haut dans la barre ou dans l’application… ; la lourdeur ou en fait la consommation de l’ensemble, je monte assez facilement à 3 go de ram et je parle même pas de « load average » (https://www.youtube.com/watch?v=8Fr-2BVIr1g) ou de mes CPU. C’est simple quand je compile mes paquets ça tire à fond.

    Mais encore une fois, c’est pas grave, le bureau donne un certain confort que les autres n’ont pas, si c’est le prix à payer c’est d’accord, le seul truc c’est que je me tape des extensions qui sont codé me semble t’il en javascript (je crois pas sur), plus ça va et plus j’en ai pour corriger un comportement qui pour moi est de moins en moins ergonomique et c’est con car c’était justement l’ergonomie qui faisait que ce bureau sortait du lot.

    Je verrai bien, peut être que d’ici la fin de semaine je serais de retour sous gnome.

  4. Durant une longue période j’utilisais Xfce sous Slackware il y a une dizaine d’années, puis je suis passé à OpenSuse et depuis je n’utilise que Gnome. Durant toutes ces années où j’utilisais Slackware, j’ai essayé divers windows manager ou DE, dwm, pwm, puis Xfce, KDEet enfin Gnome. En ne comptabilisant pas KDE avec lequel je n’ai pas d’affinité, seul Gnome me permet de ne pas avoir un écran hachuré, je m’explique, j’ai toujours eu de très bonnes cartes graphiques dans mon PC et pourtant, j’ai toujours eu ce blême d’hachurage, comme-ci qu’il s’agissait d’un problème hardware, portant des lunettes, cela me gêne, cela en devient pénible et quand je suis passé à Gnome, cet hachurage de mon environnement graphique, notamment lors de surfs internet a disparu. Du coup je reste sur Gnome. Alors c’est con comme explication, mais c’est comme ça. Mon préféré est quand même Xfce dans la pratique.

    1. Marco -> on appelle cela du Tearing est c’est encore très courant malheureusement.
      Cela apparait en général quand tu scrolles verticalement sur une page internet ou quand tu regardes une vidéo.
      Le matériel n’est pas en cause car tu arrives à le faire disparaitre parfois en changeant d’environnement de bureau, comme cela a été le cas pour toi.
      Parfois on y arrive également en faisant des modifications dans /usr/share/X11/xorg.conf.d ou encore dans /etc/X11/xorg.conf.d
      Il faut consulter la documentation de ta distribution qui indiquera la démarche à suivre. Celles d’Ubuntu et d’Archlinux sont très complètes à ce sujet.

      1. Mudochon, tu imagines bien que j’ai tout essayé, de même qu’une modification de la config Xorg, que dalle, ce problème a persisté et j’en avais marre tout simplement. C’était vraiment un problème tout con, mais insupportable pour mes yeux, donc je ne me suis pas fait chier, je suis passer à Gnome et bingo, maintenant tout est réglé. De petit problèmes peuvent faire chier grandement.

        1. Marco -> je comprend parfaitement car ce Tearing me pourri la vie depuis des années.
          Parfois même j’ai remarqué que sur un PC précis, en passant d’une distribution à l’autre sans changer de bureau le Tearing disparait. Par exemple en passant sur Manjaro -> plus de Tearing
          Parfois aussi je ne trouve aucune solution.
          Bref ça me gave tellement que je retourne petit à petit sous Windows la queue entre les jambes. Avec le sentiment d’avoir perdu des années à m’acharner sur un système qui ne cherche absolument pas à s’améliorer, tout du moins pour le monde de l’informatique personnelle.

  5. Salut Fred.

    Perso j’ai testé beaucoup de DE et WM (KDE, Gnome, Enlightenment, Xfce, Lxqt, Window Maker, Open Box ….) et dernièrement je suis tombé sur « Awesome ».
    A part le fait que cela m’ai pris 2 bonnes semaines à configurer, j’y ai trouvé un certain confort d’utilisation que je ne retrouve pas sur les autres.

    PS: Bonus- Et même si je laisse mon ordi allumé, ma femme est incapable de faire quoi que ce soit en mon absence. 😛

  6. Salut Fred,

    Pour ma part, je suis assez rigide. J’ai souvent tendance à penser qu’il faut utiliser le DE par défaut ou mis en avant par une distribution.
    Après avoir utilisé Unity, KDE4, Mate puis Gnome, je séjourne sous Debian + Xfce depuis maintenant plusieurs années. Mais le matos décide aussi. Mon ordi de 2008 devenait trop vieux pour Gnome et Plasma. J’ai reboosté la ram (8Go ddr2) et le proc (Phenom 9600, excusez du peu… 😉 ) récemment. Ce n’est pas le Pérou mais peut-être que ça vaudrait le coup de retenter Gnome ou Plasma.

  7. Personnellement je suis sous KDE pour 3 raison :
    Dolphin : Je n’ai pas trouvé mieux comme gestionnaire de fichier
    Konsole : Terminal ultra complet (scinder en 2 ou 4 vue, paramétrable a souhait…)
    Le desktop ultra personnalisable : je peux definir mon panneau(=barre de taches) comme je le souhaite avec la disposition qui me convient le mieux

  8. Hello fred,

    Moi je suis gnome3 et suivant l’envie du moment ou pour maximiser l’écran je me connecte en i3
    (tout en utilisant les outils gnome) mais là ce n’est pas un DE mais gestionnaire de fenêtre et je dois dire qu’il a ma préférence !

    tchio et au plaisir de te lire

  9. Je suis un mate convaincu mais xfce me fait de l’oeil donc je teste sur une manjaro xfce (ma fille l’utilise). Tout cela dépend de la puissance du pc….l’avantage de linux c’est que j’ai recyclé 1 pc windows 10 (rame) donc j’ai converti la mami à linux!
    Petite question pour Fred: Baba o rhum va bien? es-tu toujours en contacte avec lui?
    On ne le voit plus en vidéo depuis tux n vape ….

    Bonne soirée

  10. Utilisant Mate depuis plusieurs années, il y a quelques mois j’ai voulu un peu de changement et j’ai essayé divers bureaux :
    -Gnome : je n’y arrive pas, je ne suis pas à l’aise. Quand Gnome se lance la 1ère fois tu as une sorte de mini tuto qui s’affiche, déjà ça c’est pas bon signe.
    -KDE : ça aurait pu me plaire mais je le trouve trop bordélique, notamment au niveau des outils de configuration
    -Cinnamon : me plait bien mais trop de bugs, avec les gestionnaire de fichiers mais pas seulement
    -XFCE : mouais c’est plus ou moins la même chose que Mate
    -LXQT : trop dépouillé
    —> Bilan je suis revenu à Mate, il est pas extra mais ça me convient.

  11. Personnellement, je suis débutant sous GNU/Linux (je connais par contre très bien Windows), et j’ai testé un certain nombre d’environnements de bureau (sous Debian 10). Parmi ceux-ci, MATE, XFCE, KDE plasma et TDE pour les environnements « complet »; LXQT et CDE pour les environnements « légers ».

    J’ai finalement adopté TDE, qui me convient quasiment parfaitement, notamment par la forte personnalisation qu’il permet, la cohérence et la sophistication des applications natives, et l’apparence des paramètres (affichées sous forme de page de propriétés individuelle et non pas un centre de configuration général exaspérant pour la modification régulière de paramètres). Pour mon utilisation, TDE ne possède quasiment aucun inconvénient (les seuls problèmes que j’ai constatés et l’absence de panneau d’indication wifi natif et le plantage régulier du panneau d’indication d’alimentation). Je ne vois d’ailleurs absolument pas pourquoi il se dit que TDE serait « dépassé » par d’autres environnements, même en cherchant en dehors de mon utilisation habituelle (il y a même un système de gestion d’emoji, comme sur les smartphones, ce qui est quand même impressionnant pour un environnement de bureau du début des années 2000).

    Pour les autres environnements « complet » testés, j’ai apprécié KDE Plasma pour sa capacité de personnalisation et la sophistication des applications natives (qualité similaire à TDE, mais tout de même en deçà), et j’ai détesté l’apparence monolithique du centre de contrôle (contrairement à son ancêtre, TDE). J’ai aussi apprécié certains aspects de MATE , mais je l’ai abandonné, car je préfère largement les graphismes QT aux graphismes GTK. Je n’ai pas apprécié XFCE, notamment à cause du gestionnaire de fichiers. Je n’ai pas testé GNOME, car je n’avais pas envie de devoir refaire tout ce que j’ai du ajuster sous Windows pour rendre l’apparence plus « classique » et moins « moderne » (je n’arrive absolument pas à travailler avec une interface dite « moderne », j’apprécie au contraire les interfaces très personnalisables, complexes et aux contrôles de petite taille). J’ai beaucoup apprécié LXQT et CDE, que j’utilise de manière secondaire. Pour l’utilisation principale, je suis donc resté sous TDE. Je suis d’accord sur le fait que le choix d’un environnement de bureau est, et doit rester un choix personnel.

    Ce qui est certain, c’est que j’ai découvert avec GNU/Linux la liberté de choisir, et que j’ai compris ce que signifie « logiciel libre ».

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer