La bureautique libre ne se limite pas à LibreOffice, petit article pratique.

Les outils de bureautique libre ne se limite pas à LibreOffice, même si celui-ci s’est imposé au fil des mois comme l’outil incontournable. Il y a au moins deux suites bureautiques libre, et un duo qui permet de remplir les fonctions classique de traitement de texte et de tableur. On m’a fait la remarque que je ne parlais que de LibreOffice, donc acte !

J’ai nommé Apache OpenOffice, Calligra et le duo Abiword plus Gnumeric.

Commençons par Apache OpenOffice. Remontons au début des années 2000. À l’époque, vouloir faire de la bureautique libre relevait de la gageure. En mai 2002, Sun Microsystems, acquéreur de la suite bureautique StarOffice, propose la version 1.0 d’OpenOffice.org, dont le code est publié sous licence libre.

C’est à l’époque une bouffée d’air frais, même si on est très loin du mastodonte qu’est MS-Office 2000, en terme de qualité ou de compatibilité. Les années passent, les versions 1.x et 2.x d’OpenOffice.org aussi. Oracle rachète Sun Microsystems en 2009 et la communauté du libre se dit, non sans raison : ça empeste le sapin pour OpenOffice.org sur le long terme.

En effet, en avril 2011, trois mois après la sortie d’OpenOffice.org 3.3.0, Oracle annonce qu’il arrête les frais. Le code est alors forké et LibreOffice naît. Il prend rapidement de l’ampleur. Néanmoins, le code détenu par Oracle et qui avait été forké est donné à la fondation Apache.

Ce qui donnera naissance en mai 2012 à la version 3.4 d’Apache OpenOffice. La version la plus récente est la 4.1.1, sortie en août 2014. Même si les deux suites sont compatibles sur le plan des documents, chacune vit sa vie. Le retard pris par Apache OpenOffice au démarrage lui est dommageable. Il n’est que rarement proposé par les distributions GNU/Linux.

Continuer la lecture de « La bureautique libre ne se limite pas à LibreOffice, petit article pratique. »

KDE SC 4.10 : ça donne quoi au final ?

KDE SC 4.10 est sorti en ce 6 février, l’ensemble est disponible sur le dépot testing de la distribution ArchLinux. J’ai donc voulu voir à quoi ressemblait la première version finale de KDE SC 4.10.

J’ai récupéré la dernière ISO d’installation en date, et j’ai lancé une machine virtuelle qemu.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom archlinux-2013.02.01-dual.iso -no-frame -boot order=cd &

Après avoir activé le dépot testing, et avoir installé Xorg, j’ai rajouté KDE SC. Il m’a suffit de faire en root (ou pour les paranoïaques personnes prudentes en rajoutant sudo)


pacman -S kde

Oui, seulement 2,1 Go, ce qui n’est pas excessif. Pour avoir la traduction, il m’a fallu rajouter le paquet kde-l10n-fr.

Continuer la lecture de « KDE SC 4.10 : ça donne quoi au final ? »

Amusons-nous avec FreeBSD 9.1rc1 : faisons une station multimédia et bureautique avec :D

J’ai testé récemment PC-BSD 9.1rc1. J’ai voulu revenir aux sources de l’OS, et donc j’ai récupéré l’image ISO de FreeBSD 9.1rc1.

Après avoir récupéré via ftp l’image ISO du CD en AMD64, j’ai créé une machine virtuelle dans VirtualBox. Et pour varier encore les plaisirs, j’ai décidé de tester KDE SC sur FreeBSD 9.1rc1.

L’installateur, déjà employé pour FreeBSD 9.0 est d’une efficacité incroyable et malgré tout assez simple. Et en l’espace d’une dizaine de minutes, la base est installée.

Continuer la lecture de « Amusons-nous avec FreeBSD 9.1rc1 : faisons une station multimédia et bureautique avec 😀 »

En vrac’ rapide et libre.

Quelques liens en vrac’ en rapport avec le logiciel libre, et le libre en général.

C’est tout pour le moment !

KDE 4.9 sur Archlinux… Ca donne quoi ?

KDE 4.9 sort ce premier août 2012. Depuis quelques temps, j’avais créé une machine virtuelle archlinux avec une préversion de KDE 4.9 (la version rc2 pour être plus précis). Comment ? Simplement, en utilisant le dépot kde-unstable.

Cet article sera en partie périmé quand les paquets migreront vers testing voire vers extra. Mais, comme tout dépot avec « unstable » dans le nom, c’est réservé aux connaisseurs.

Pour activer le dit dépot, il faut auparavant activer le dépot [testing] et son camarade [community-testing]. Enfin, il faut rajouter les lignes suivantes, en haut de la liste des dépots du fichier /etc/pacman.conf :


[kde-unstable]
Include = /etc/pacman.d/mirrorlist

Et un petit sudo pacman -Syu… Et patienter le temps que les 985 Mo (environ, hein) de mises à jours soient installées. Ok, j’ai fait une installation complète de l’environnement, auquel j’ai rajouté Amarok, Calligra et Digikam.

Une fois l’ensemble installé, et après avoir recopié les 40 Go de ma musicothèque j’ai fait une vidéo de KDE 4.9, qui – bien qu’on soit noyé sous les options – est une bonne mouture de l’environnement.

Mais il faut aimer les interfaces qui reprennent les fondements de MS-Windows 🙂

Seul et énorme hic : pourquoi ne pas proposer directement Konqueror avec le support du moteur Webkit ?

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer