Le blues du blogueur influent… Suite et fin ?

Je ne comptais pas faire un nouveau billet aussi vite sur le thème du blogueur influent, mais un commentaire m’a fait sortir de mes gonds.

Je copie verbatim le commentaire en question d’un certain J qui a oublié les règles de base de syntaxe et de typographie :

faut arrêter la jalousie, y’a rien de mal à vouloir gagner sa vie

Ma réponse a été cinglante et simple :

Quelle jalousie ? Je ne suis nullement jaloux de Manuel Dorne. Qu’il ait mis de l’argent de côté, tant mieux pour lui. Je ne lui envie pas. On a suffisamment d’argent quand on est en train de se décomposer entre quatre planches de sapin.

Vouloir gagner sa vie, soit. Mais tant qu’on respecte la loi et qu’on ne foule pas au pied l’article 20 de la LCEN de 2004, aucun problème.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006421566&cidTexte=JORFTEXT000000801164

« Toute publicité, sous quelque forme que ce soit, accessible par un service de communication au public en ligne, doit pouvoir être clairement identifiée comme telle. Elle doit rendre clairement identifiable la personne physique ou morale pour le compte de laquelle elle est réalisée.

L’alinéa précédent s’applique sans préjudice des dispositions réprimant les pratiques commerciales trompeuses prévues à l’article L. 121-1 du code de la consommation. »

Des blogueurs influents seront un jour ou l’autre condamné pour publicité dissimulée. Ce n’est qu’une question de temps. La loi reste la loi. Trop dur à comprendre ? Car sortir l’argument de la jalousie tombe à plat ici.

Bon, d’accord, j’ai été un peu brut de décoffrage, mais c’est une réalité. Notre argent ne nous sert plus à rien une fois qu’on est passé de vie à trépas. On ne pourra cependant pas éternellement mettre sous le tapis le problème liée à l’indépendance des blogueurs influents dans leurs domaines respectifs. Qui est plus ou moins lié à la guerre contre les bloqueurs de pubs sur laquelle je reviendrais en début de semaine prochaine.

D’ailleurs, j’ai reçu coup sur coup deux courriers électroniques, au fort parfum de spam, qui me font penser qu’il y a quelque chose de pourri dans la blogosphère francophone. Je sais, c’est mal de copier verbatim des courriers électroniques, je vais donc les anonymiser.

Continuer la lecture de « Le blues du blogueur influent… Suite et fin ? »

Comment répondre poliment à un casse-bonbon ? Un exemple.

Étant un blogueur influent – tiens, j’entends des rires dans la salle – je reçois régulièrement des propositions de partenariat. Je pensais que c’était calmé depuis quelques temps, et pas plus tard qu’hier soir, je reçois encore un courrier type d’une boite que je ne nommerais pas pour lui faire de la publicité indirecte. Idéal pour vous pourrir un début de vacances en famille.

Vous trouverez la capture d’écran du courrier anonymisé un peu plus bas. Mais surtout, j’ai voulu vous faire partager la réponse que j’ai envoyé.

J’ai mis le texte du courrier publiposté en italique.

Bonjour,

Moi : Bonjour.

Je suis Xxxxxx Xxxxxxx, directeur du marché français pour xxxxxx.xx, un agrégateur d’emplois rassemblant plus de 640 000 emplois en France.

J’ai tenté de vous joindre aujourd’hui sans succès, et je souhaite vous permettre d’attirer de nouveaux utilisateurs sur votre site avec du contenu riche et diversifié.

Moi : C’est bizarre. Je n’ai eu aucun appel sur ma ligne fixe ou mon portable avec le numéro indiqué à la fin du courrier auquel je réponds. Bizarre.

Continuer la lecture de « Comment répondre poliment à un casse-bonbon ? Un exemple. »

Quand les régies publicitaires essayent d’acheter les blogueurs, le retour…

En février 2011, je poussais déjà une petite gueulante contre les régies publicitaires qui confondent blogueurs et passeurs de publicités sous prétexte de faire gagner quelques précieuses pépettes aux personnes qui tiennent le blog en question.

Bien qu’étant encore dans le top 10 de blogs de eBuzzing (anciennement wikio) dans le domaine du logiciel libre (8ième fin mai) je reçois encore ce genre de courrier qui me facilitent plus le transit intestinal qu’autre chose. Je le copie en l’anonymisant, histoire de montrer le coté peu appétissant de ce genre de prose :

Bonjour,

Chargé de projet pour la société Xxxxxx, je me permet de vous relancer suite à ma proposition de partenariat consistant à relayer des articles touchant au domaine des IT, du web, sur votre site http://www.frederic.bezies.free.fr/blog/.

Je vous rappelle en effet que, dans le cadre de nos campagnes marketing, nous recherchons des blogueurs influents en mesure de publier des articles qui pourront s’intégrer efficacement à leur site. Articles bien entendu rédigés dans le respect de la ligne éditoriale du blog et l’intérêt des lecteurs, qui est une priorité.

Si cette proposition vous intéresse, n’hésitez pas à revenir vers moi.

Je reste également à votre disposition pour de plus amples informations.

Dans l’attente de votre retour.

Cordialement

Xxx,

Community Manager @ Xxxxxx

www.xxxxxx.com

Non seulement, c’est du courrier automatisé, étant donné que si l’on utilise l’adresse http://www.frederic.bezies.free.fr/blog/, c’est une erreur 404 qui apparaît, mais cela sent la publication de billets commerciaux, histoire de vendre la dernière diarrhée commerciale en date, du genre iPhone 5 ou la dernière tablette à la mode… Aucun rapport avec ma prose habituelle qui ose mettre les pieds dans le plat, même si cela donne la colique à certains fanboy

Continuer la lecture de « Quand les régies publicitaires essayent d’acheter les blogueurs, le retour… »

Non, mon blog n’est pas à vendre… Et puis, quoi encore ?

Avec une régularité de coucou helvétique (tous les 15 jours), une agence de mise en relation d’annonceurs avec des blogueurs – une régie, quoi ! –  m’envoie un courrier tout sauf personnalisé.

Voici le dernier, que j’ai volontairement rendu anonyme :

Cher Bloggeur bonjour,

Vous êtes l’origine d’un blog ou d’un webzine ? Ce qui suit pourrait vous intéresser ! Xxxxxx spécialiste de la mise en relation entre annonceurs et bloggeurs, vous propose désormais de faire découvrir à vos lecteurs : nouveaux produits/nouvelles offres de grandes enseignes.

Rédigez des articles sur votre blog ou webzine et monnayez vos talents de rédacteurs entre 30 Euros et 1 500 Euros par article publié.

Le principe est simple, une fois inscrit sur le site http://www.xxxxxx.com vous pourrez participer aux campagnes proposées par nos annonceurs, une opération simple, rapide et totalement gratuite.

Si ce projet vous intéresse, n’hésitez pas à vous inscrire dès à présent sur le site http://www.xxxxxx.com/ ou contactez nous l’adresse x.xxxxx@xxxxxx.com

A bientôt

Bien cordialement,

Xxxxxxxxx XXXXX
Chargée de campagne

Quand on va sur le site, on sent que quelquechose cloche. Non seulement, il faut donner un numéro de SIRET, dixit la FAQ du site :

Dans le cas où vous n’avez pas le statut d’entreprise, il vous faudra obtenir celui d’auto entrepreneur ou collaborer avec une société de portage salarial afin de pouvoir facturer vos prestations.

Vous pouvez commencer à rédiger et à publier des articles avant l’obtention de votre statut d’auto entrepreneur. Simplement, vous ne pourrez toucher vos gains que dès lors que vous nous fournirez un n° de Siret. En d’autres mots, Xxxxxx collecte pour vous vos gains et ce, jusqu’à votre immatriculation.

J’ai mis en gras les morceaux intéressants… Il serait étonnant d’avoir régulièrement des paiements de 1500 €… Et 30 € ? C’est mon budget alimentaire hebdomadaire moyen… Quel intérêt dans l’absolu ?

Vendre mon blog pour quelques paquets de nouilles ? J’ai une moyenne de 300 à 500 pages par jour. Et encore, par vent dans le dos.

Je sens un mot commençant par « ar- » et finissant par « -que » en voyant cette offre.

Et je ne suis pas le seul è être spammé et à me méfier de cette entreprise…

Quelques articles trouvés sur la toile, dont deux très intéressants. Le premier et le second

Blogueuses et blogueurs influents (par exemple, les divers top 20 sur Wikio), préparez-vous à être spammé contacté !

Et m**** ! Identi.ca devient la cible de spammeurs :(

Ce matin, en ouvrant mon client de microblogging, Pino, j’ai eu droit à une série de messages (spams) de « BestDietPlus » (meilleur régime plus)… Il est vrai que je dois suivre un régime, vu que je mesure 1,87 m et que je pèse environ 73 kg 😉

Spam sur identi.ca

Après avoir viré le lien avec mon compte dans Pino, je suis allé sur identi.ca pour signaler ce robot spammeur.

Il m’a suffit de le sélectionner dans la liste de mes abonnés, de cliquer sur désabonnement, puis « flag » et enfin « bloquer ».

Si vous voulez combattre le spam, connectez à votre compte identi.ca, et quand vous voyez un spam, il suffit de cliquer sur le nom du spammeur.

En deux images avec un spammeur pour vendre des produits technologiques, le nom étant volontairement flouté :

Plus de spam, partie 1

Plus de spam, partie 2

Un peu long, mais si cela permet de faire un peu le ménage…

Ah, la bonne vieille ingéniérie sociale.

J’ai reçu récemment un pourriel (spam pour les anglophones) qui m’a fait bien rire. En utilisant le principe de l’ingéniérie sociale, on m’annonçait – sous peine de poursuites judiciaires – qu’il fallait que je légalise certains de mes logiciels soit disant piratés.

Le tout pointant vers un site qui doit pomper les infos comme des numéros de carte bancaire. Non seulement c’est une arnaque classique, mais utilisant uniquement du logiciel libre depuis des années, je n’ai plus besoin de me poser de questions au niveau des licences d’utilisations 😉

Oh, le joli spam pour piquer des infos financières ;)

Mieux vaut en rire qu’en pleurer, quoique la question se pose : sur 100 personnes ayant reçu ce courrier, combien auront été piégées ?

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer