Que sont devenues les distributions GNU/Linux de 2016, premier épisode, janvier 2016.

Je m’étais dit au début que je ne prolongerai pas cette série d’articles pour savoir comment les distributions GNU/Linux de 2016 s’en tirait. Finalement, j’ai changé d’avis. Plongeons-nous donc dans les articles de janvier 2016.

Bilan : sur les cinq distributions, deux ont disparu : ApricityOS et la MicroLinux Enterprise Desktop. La Handy Linux est devenue la DFLinux par la suite. 60% de survie, c’est bien pour commencer le bilan de l’année 2016 🙂

15 réflexions sur « Que sont devenues les distributions GNU/Linux de 2016, premier épisode, janvier 2016. »

  1. La Zenwalk vit toujours, c’est devenu la Slackel, les iso sont frais et c’est basé sur Slackware Current donc rolling release, tres simple a installer et a entretenir avec les outils fournis en provenance de Salix OS.

      1. Si Zenwalk (anciennement Minislack) est toujours maintenue par Hyperion et la Slackel (basée sur Salix) continue son bonhomme de chemin en Grèce.
        Zenwalk évolue beaucoup vers les appimages après avoir intégré les flatpacks. La mienne tourne tranquillement mais le développeur préconise de réinstaller régulièrement au gré des isos rafraîchies qui sortent 2 fois par an en moyenne.

      2. Si si, zenwalk c’est du cocorico slackware Xfce en mode easy access et slackel c’est une slackware avec les outils Salix

  2. Microlinux existe toujours mais Nicolas Kovacs (alias kikinovak) l’a « rebasé » sur OpenSUSE Leap 15. Ce n’est plus vraiment une distribution, il installe et maintient des serveurs et postes de travail pour ses clients à partir d’un script de configuration d’OpenSuse qu’il a écrit. Je l’ai félicité pour son nouveau site, qui me semble bien conçu: https://www.microlinux.fr/

    Je confirme que le développement de Zenwalk par Jean-Phippe Guillemin est sans relation directe avec Slackel de Dimitris Tzemos, même si Salix est maintenu par un transfuge de Zenwalk, George Vlahavas, qui coopère avec Dimitris.

    1. Pas de relation directe mais on trouve quand meme une Slackel sur le site de Zenwalk, je vois mal une Manjaro sur le site d’Archlinux si on peut comparer

  3. Je suis content que la HandyLinux existe encore via la DFLinux. Et à noter que leur nouvelle collaboration avec le projet Emmabuntüs peut apporter une dynamique intéressante.

      1. « HL était pas pour les publics en situation de handicap ? »
        Non, elle était pour les débutants en informatique et en Linux. C’est justement l’erreur (la confusion ?) qu’ont fait les auteurs du fork agressif¹ « HandyDV Linux », quand arpinux a décidé de mettre fin à son propre fork (qui ne devait pas en être un, mais seulement une initiation au monde Debian, destinée à être convertie ensuite en Debian pure avec les outils fournis dans HL) et rediriger les utilisateurs vers DFLinux.

        Pour arpinux, il fallait comprendre « Handy » de HandyLinux comme le mot se traduisant par « pratique » (facile à prendre en main), pas « pour personnes ayant un handicap » (essentiellement visuel, du moins à l’origine, pour les auteurs d’HandyDV).

        ¹ « Agressif », car HandyDV a été conçue en réaction à la décision d’arpinux et leur manière de présenter le projet laissait clairement comprendre qu’il s’agissait (l’arrêt de HL) pour eux d’une trahison. Ce fut à peu près du même acabit que pour la naissance de Devuan, en opposition avec la décision de Debian de passer à systemd par défaut.

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer