Les distributions n’aiment pas la simplicité…

…Ou n’aiment pas le « one size fits all » ? Un fidèle lecteur m’a écrit il y a quelques jours pour me suggérer de parler d’un problème inhérent selon lui aux distributions linux : leur rejet de la simplicité.

Je ne reproduirais pas le message en question, mais tout ce que je peux dire, c’est que cette personne a une dent contre les interfaces qui se démultiplient, spécialement les interfaces nouvelles générations qui ont fait leurs premières armes l’année dernière.

Un reproche que l’on fait souvent aux interfaces graphiques utilisateurs des distributions linux, c’est leur foisonnement. Contrairement au duopole Microsoft-Apple où chacun des adversaires impose sa vision de l’interface graphique comme étant ce que recherche l’utilisateur (en lui imposant au passage sa vision des choses), le monde du logiciel libre est celui qui refuse l’idée de la taille unique, en clair imposer à l’utilisateur débutant comme à l’habitué la même interface, avec les mêmes icones, les mêmes raccourcis claviers, etc…

D’un coté on impose l’interface, et l’utilisateur fait son choix souvent en fonction de ses besoins ou de ses finances, de l’autre, on laisse l’utilisateur choisir ce qui lui convient le mieux à l’utilisation.

C’est pour cela que l’on a 3 grands noms dans les environnements de bureau, Gnome, KDE SC et Xfce, mais aussi un nombre conséquent de gestionnaires de fenêtres plus ou moins complet, allant d’Openbox à RatPoison, en passant par fluxbox, windowmaker ou encore wmfs.

Ce n’est pas que les distributions refusent la simplicité, elle préfère promouvoir un ou plusieurs choix (en fonction de la cible d’utilisateurs qu’elles visent), car tout le monde n’a pas les mêmes besoins, ni les mêmes envies.

Dans ce cas, les distributions les plus ouvertes sont, par ordre alphabétique : Archlinux, Crux Debian, Fedora, Frugalware, Funtoo, Gentoo.

Car soit elles ne mettent en avant aucune interface, soit elles proposent les principales individuellement.

Choisir pour l’utilisateur ou laisser l’utilisateur choisir, à vous de voir la voie que vous préférez !

12 réflexions sur « Les distributions n’aiment pas la simplicité… »

  1. J’ai un peu de mal avec l’idée que le choix serait forcément incompatible avec l’idée de simplicité. Si je pousse ce raisonnement jusqu’à un extrême absurde je pense que l’on pourrait faire de même avec les supermarchés. Afin d’éviter au consommateur d’avoir a se farcir tout les rayons et d’avoir à trancher entre quinze marques de pains de mie et presqu’autant de marques de croquettes pour son chat : on lui prépare un panier tout prêt qu’il n’a plus qu’a payer en passant à la caisse. Bon s’il n’a pas de chat, c’est pas grave : il trouvera bien un moyen de recycler ces croquettes.

  2. Je crois qu’on confond tout : Microsoft est une entreprise qui fait un produit, Apple est une entreprise qui fait un produit. Ils ont donc forcément une ligne directrice, une interface bien à eux.

    Le libre c’est pas une entreprise, c’est un principe. C’est une mixture, un foutoir, et ça bouillonne comme la surface du soleil, des choses apparaissent d’autres meurent.

    Canonical fait Ubuntu, et bien qu’ils supportent des projets dérivés, ils se concentrent sur 1 seule interface : Unity. Mais elle ne plait pas aux gens et ceux-ci sont donc demandeurs d’alternatives…

  3. le nombre d’utilisateur donne d’autant plus raison à src
    Une société qui est en position de monopole ne peut pas s’amuser à faire n’importe quoi (vista) ,il faut éviter l’amalguame microsoft apple , microsoft = logiciel.
    apple = écosystéme logiciel + matériel +sav.
    linux=initiative logiciel gratuit.

  4. Dire que les gens n’aime pas Unity c’est un peu penser pour eux.

    J’utilise Ubuntu depuis quelques années et j’apprécie Unity que j’utilise tous les jours au travail mais aussi à la maison. J’ai aussi testé GNOME Shell qui est très bien aussi, mais n’est malheureusement pas très stable sur Ubuntu.

    La stabilité, je pense que c’est le vrai problème de ces deux nouvelles interfaces, que ce soit Unity ou GNOME Shell.

    La diversité des interfaces, pourquoi pas… Mais là ça commence à faire un peu trop et je pense que c’est au détriment de la stabilité.

    Au temps de GNOME 2 qui était intégré à la fois dans Fedora et Ubuntu et dans d’autres distributions aussi, je pense que l’interface était plus stable, car testée par les deux communautés.

    Aujourd’hui les forces sont réparties, pour une meilleure diversité semble-t-il, mais aussi une moins bonne stabilité à mon humble avis.

    1. « Dire que les gens n’aime pas Unity c’est un peu penser pour eux. »

      Et les personnes qui n’aiment pas Unity et qui justifie leur choix, on pense aussi pour elles ?

      Sinon, rien à rajouter 🙂

    2. Le but n’est pas de relancer le débat sur Unity, mais de dire que les gens sont demandeurs des interfaces alternatives. Il suffit de voir le ramdam qui a été fait sur Mate et Cinamon, ou même sur Mint.

  5. bonjour

    petite précision : ma requête ne se limitait pas aux interfaces mais aussi à nepomuk et à akonadi. Je suis en train de tester Opensuse kde (je suis sous LMDE) et en consultant le forum de cette distribution j’ai le sentiment que des utilisateurs galèrent avec ces deux services.
    En gros, pour affiner le débat, ces deux services semblent intéressants mais un peu difficiles à maitriser, ce qui pourrait à terme limiter leur usage. Votre avis ?

    Quant aux interfaces, bien sûr que le choix est une liberté (tout étant relatif par ailleurs). Je voulais préciser que ces nouvelles interfaces ne semblent pas avoir été développées en association avec des specialistes en interfaces et qu’elles manquent notamment d’intuivité.

    1. Bonjour 🙂

      petite précision : ma requête ne se limitait pas aux interfaces mais aussi à nepomuk et à akonadi. Je suis en train de tester Opensuse kde (je suis sous LMDE) et en consultant le forum de cette distribution j’ai le sentiment que des utilisateurs galèrent avec ces deux services.

      Pour les services internes à KDE, je ne saurais dire, n’ayant plus utilisé KDE depuis sa version 4.3… Donc en gros, deux bonnes années 😉

      En gros, pour affiner le débat, ces deux services semblent intéressants mais un peu difficiles à maitriser, ce qui pourrait à terme limiter leur usage. Votre avis ?

      Les deux sont complémentaires, l’un s’intéressant à tout ce qui est PIM (courrier et assimilés), l’autre au bureau. Mais normalement, ce sont des logiciels plus « conviviaux » qui les utilisent.

      Quant aux interfaces, bien sûr que le choix est une liberté (tout étant relatif par ailleurs). Je voulais préciser que ces nouvelles interfaces ne semblent pas avoir été développées en association avec des specialistes en interfaces et qu’elles manquent notamment d’intuivité.

      Le problème est que ce qui peut-être intuitif pour une personne ne le sera pas pour la personne juste à coté. Sinon, il est vrai que parfois faire appel à des spécialiste en ergonomie ne serait pas une mauvaise idée 😉

  6. Bon je met mon grain de sel car je vois pas en quoi les interface gnome 2 ou 3 et kde 3ou 4 ne sont pas intuitifs? faut pas non plus avoir un diplome, on clique sur le menu pour faire apparaitre les programmes, ect…
    je peu dire la meme chose de apple, ou je me sentais con car c’etait la premiere fois pour moi et j’etais perdu. et pire de seven ou j’ai été perdu et pas a mon aise, pourtant j’ai connu windows de 3.1 a xp avant d’etre sous linux. Donc c’est quoi intuitif?

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer