Savoir se replonger dans ses archives musicales…

Cela permet de retrouver quelques pépites. Il y a environ 18 mois, j’étais dans la fouille systématique des netlabels, qu’ils proposent de la musique sous licence libre ou en « tous droits réservés » en libre téléchargement.

Fouillant ici et là, j’étais tombé sur le netlabel allemand Ideology, spécialisé dans la musique électronique et ambiante.

Et j’avais pu trouver deux opus qui m’avait particulièrement tapé à l’oreille, à savoir Mind Trips de Michael Hoffmann, et Tesaurus de Monokle.

Le premier album joue sur le rythme presque hypnotique des percussions pour permettre à l’auditeur de couper tout lien avec le monde extérieur et pouvoir ensuite se concentrer sur une tache précise. Avec des pistes durant de 8 à 18 minutes, on pourrait presque dire que c’est la musique ambiante progressive 😉

Le deuxième album est déjà plus classique dans sa composition. C’est une musique tout en piano, clavier, guitares douces, mélodies planantes, bref, la musique qu’on écoute pour s’endormir le soir.

Le seul point négatif, c’est l’absence des pages dédiées sur le site du netlabel ideology. Et l’obligation de passer par scene.org pour récupérer les albums.

Bonne écoute.

De l’art et de la manière de montrer l’inutilité flagrante de l’Hadopi.

Hadopi, la loi rédigée pour les majors du disque, pour les quelques artistes richissimes qui planquent leurs argent dans des paradis fiscaux, et qui coûte 12 millions d’euros à l’Etat français pour être un simple machine à envoyer du spam, est une loi plus qu’inutile, et surtout le premier pas vers la mise en place du filtrage du réseau, tout cela pour faire ressembler internet à une gigantesque galerie commerciale.

Des artistes ont depuis longtemps compris que le modèle de vente de galettes plastifiées est moribond, et cela fait 10 ans que le changement vers la dématérialisation est en route. En gros, depuis l’épopée de Napster vers 2000 – 2001.

Des artistes établis ayant même franchis le pas de proposer leurs musiques sous contrats Creative Commons : Nine Inch Nails pour ne citer que le plus célèbre, et qui avec son album Ghost I-IV dont la première partie était librement disponible a été une des meilleures ventes sur Amazon en 2008.

Mon prof de maths préféré l’a déjà écrit, dans un excellent billet dans laquelle il montre les limites de l’offre légale de la musique dématérialisée.

Une autre méthode pour prouver l’inutilité de l’Hadopi ? Ecouter des artistes indépendants, qui seront certains de recevoir plus qu’une aumone sur chaque vente faites de galette / mp3.

Dans cette catégorie, je classe des artistes comme ceux sur Dogmazic franchement peu connu du grand public, habitué à avoir les oreilles lessivées par la soupe que les radios et télés à clip passent à longueur de journée : Lady Gaga, Christophe Maé, Christina Aguilera, les artistes « made in » Massacr’Academy, etc…

C’est en fouillant sur la toile que j’ai trouvé des artistes comme Frau (et son sublime coffret deluxe dont je sais que les 15$ qu’il m’a couté, iront directement dans sa poche, pas dans celle d’une société de répartition des droits qui n’enrichit que les plus riches), ou encore Josh Woodward, Roger Subirana.

Des plateformes comme Noomiz m’ont fait connaitre des groupes comme Bats On A Swing, Pique La Lune!, des artistes comme Moon Rambler.

En sautant de liens en liens, on peut tomber sur des artistes comme Agnès Méric ou encore Semper Eadem.

Bref, sans avoir besoin de copier illicitement le top 50 qui monopolisent les radios car sponsorisés par un des géants des galettes plastifiées, on peut se faire une culture de qualité, largement plus variée que ce que l’on entend.

Et puis, il y a une autre méthode, franchement improductive, c’est de parler sur un média, ayant pas mal de passage, d’un outil en java (donc pas franchement léger) qui permet d’utiliser le « successeur » des réseaux en pair-à-pair pour faire des copies illicites de contenus protégés.

Cyrille Borne a expliqué ceci dans son billet, donc, je ne m’attarderai pas dessus, si ce n’est sur un effet collatéral qui risque de faire passer les utilisateurs de logiciels libre pour des contrefacteurs.

Surtout quand on s’aperçoit que le billet a été rédigé par une personne ayant pas mal de pouvoir sur le média en question. Et à grand pouvoir, grande responsabilité !

Cela risque de détruire les efforts des autres rédacteurs de ce média, ainsi que des libristes qui comme moi en ont fait partie. L’article en question n’est rien  de moins que – à mes yeux – une incitation à copier illicitement. Ce qui est une bétise, car cela va renforcer, mathématiquement, la volonté de filtrer l’internet.

A croire que certaines personnes oublient que l’on peut faire du mal au logiciel libre avec un seul article… Le genre de mal qu’il est très dur après de soigner.

Avis personnel que je partage entièrement ! 🙂

5 albums de musique libre type ambient à découvrir.

En fouillant sur le net, et via la liste proposée par le blog « Disruptive Platypus« , voici 5 albums de musique libre type ambient que je voudrais vous faire connaitre, bien qu’on pourrait doubler, tripler ou quadrupler la liste sans problème.

Ce sont mes coups de coeur, basés sur une recherche rapide sur la liste des NetLabels proposée par par le blog « Disruptive Playtipus« . Je rajouterais les découvertes intéressantes dans des billets ultérieurs.

Cependant, j’ai quelques critères :

  1. Des albums de minimum 30 minutes
  2. Disponible en flac ou mp3 320 au minimum
  3. 5 pistes au minimum
  4. Ergonomie et assez rapide aux publications

Ensuite, je joue au feeling, et la jacquette doit m’interpeller… Ce qui est ensuite moins évident et complètement subjectifs. 😉

Continuer la lecture de « 5 albums de musique libre type ambient à découvrir. »

Circles and Lines : un bon netlabel pour l’ambient.

L’ambient music est, dixit wikipedia :

Le terme, inventé par Brian Eno, faisait au départ référence à la vocation du genre à constituer une musique d’ambiance ou, plus précisément, une musique « de fond » (Eno avait justement composé un premier album d’ambient intitulé Music For Airports). Par la suite, c’est plus la prédominance des nappes et l’absence de beat qui ont servi à définir le genre.

J’avoue que c’est un genre de musique qui trouve grace à mes oreilles, et j’en écoute souvent quand je rédige des tests de distributions.

C’est en farfouillant sur dogmazic que je suis tombé sur le netlabel « Circles and Lines« . Il propose une trentaine d’EP et d’albums. Je n’ai pas eu le temps de tout écouter, mais pour les moment, j’avoue que j’ai eu des coups de coeur pour Quiet Planet et Bad Weather.

Si vous aimez la musique électronique, essayez donc ce netlabel qui propose presque uniquement du flac, ce qui est assez sympa à noter 😉

Bonne écoute !

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer