La résurrection de la NuTyX, 3 jours après sa mise à mort… Ou pourquoi le monde des distributions GNU/Linux est immature donc non fiable.

Je comptais ne pas en parler, mais la résurrection en 72 heures chrono – ou presque – de la NuTyX alors que l’annonce de la mort de celle-ci avait été annoncé sur Distrowatch, capture d’écran de l’annonce sur distrowatch à l’appui, la page ayant été effacée par l’équipe de NuTyX.

Mais par « chance » ou simplement par un flair que j’ai appris à développer, j’avais fait une capture d’écran de la dite mort. Donc voici ce qu’affichait le site avant de nous sortir maintenant une annonce technique remplies de « nouveautés » concernant le projet.

Le coup de la mise à mort de NuTyX avait déjà été faite en décembre 2012 avant qu’un bon semestre plus tard, le projet ne reparte de plus belle. Au moins, il y avait un délai qui avait été respecté… Ici, cela tient du changement d’avis comme une girouette agitée par une tornade F5 sur l’échelle de Fujita.

Avant qu’on me dise que c’est de l’attaque frontale, je ne dirai qu’une chose : quelle crédibilité accorder à un projet qui annonce sa mort le mercredi d’une semaine donnée et qui revient à la vie le dimanche suivant…

Cela me fait penser à un cas de résurrection qui donna naissance à une religion qui compte environ 2,4 milliards de fidèles par foi ou par tradition.

Vous comprendrez aisément pourquoi j’avais décidé en novembre 2019 d’arrêter de parler des distributions GNU/Linux autrement que pour me moquer d’un monde dont l’immaturité est telle que les projets naissent et meurent avant de renaître parfois à la vitesse du son.

Quelle crédibilité accorder au monde du logiciel libre avec ce genre de retournement de veste digne d’un certain Jacques D ?

Sur ce, je vous laisse, et je retourne dans un domaine qui est sérieux et crédible : celui de la rétro-informatique.

PS : j’allais oublier une autre idiotie qui touche le monde du libre, celle de la quête de pureté du projet ArtixLinux dont j’ai parlé dans la vidéo ci-après :

Bref, le cul va rester durant quelques années dans les ronces…

51 réflexions sur « La résurrection de la NuTyX, 3 jours après sa mise à mort… Ou pourquoi le monde des distributions GNU/Linux est immature donc non fiable. »

  1. Une des raisons pour lesquelles j’ai arrêté le prosélytisme linuxien… Certes, il y a Slackware, Debian/Ubuntu, Arch, Red Hat/Fedora et quelques autres qui ont au moins 15 ans au compteur en continu et sans drama, mais entre les DGLFI qui sont retirées de l’affiche avant que la colle ne soit sèche et celles qui font le yoyo, c’est dur d’être pris au sérieux. En plus de la dispersion à outrance des bureaux/formats de paquets/systèmes d’init (liste non exhaustive)…

    1. Je te comprends parfaitement. Mieux vaut rester dans le groupe Slackware, Debian, Ubuntu, ArchLinux, EndeavourOS, Manjaro, RedHat et Fedora pour avoir un tant soit peu de sérieux.

      On va quand même rajouter OpenSuSE à la liste avant que les fans du caméléon ne hurle trop. Le reste… Bref, inutile d’en rajouter plus.

      J’aurais pu écrire au mot près ta dernière remarque…

  2. Je comprends le point de vue, je suis même globalement OK avec l’idée.
    Mais je ne peux pas me résoudre à bouder mon plaisir. NuTyX, avec tous les défauts qu’elle a, c’est quand même :
    -une distribution francophone basée sur LFS (pas un Nième respin) et *utilisable*
    -une philosophie propre pour la gestion de package
    -philosophie accompagnée de CARDS, un gestionnaire de package original qui fait très bien le taff
    C’est pas rien tout ça.

    1. LFS est un manuel à l’origine. Les catégories de NuTyX ? Ça me fait penser aux meta-paquets d’autres distributions.

      Enfin pour Cards, il utilise des recettes proche de celles utilisées par Crux et sa « descendante », Archlinux.

      Bref, pas grand chose de nouveau final, si ce n’est l’utilisation de projet et de concepts déjà employé auparavant… Comme le font toutes les distributions, y compris les distros mères.

      1. Mouais, un manuel… C’est une jolie façon de minimiser les choses, on doit au moins te laisser ça 😀
        Il y a une différence entre le manuel de mon appareil à raclette et celui de la fusée Ariane, tous les guides ne sont pas forcément évident à suivre (encore moins à bien suivre).

        Collections, meta-paquets, autres joyeusetés, OK la roue n’est pas réinventée -et c’est une bonne chose au passage- mais NuTyX a le mérite d’avoir pensé et mis en place son propre système. Pour ce qui est de Cards l’inspiration vient bien de Crux, mais c’est bien un gestionnaire de package autonome et non un wrapper autour de pkgadd et autres softs. Card est un programme original écrit en C++ (berk) dont l’histoire, si elle t’intéresse, est racconté dans la FAQ du mois dernier : https://www.youtube.com/watch?v=x2QPzkDj3kU

        Contrairement à ce qu’on pourrait croire je ne défend pas NuTyX, ce n’est même pas la distro que j’utilise au quotidien, je suis simplement admiratif du travail qui a été fait pendant plus de 10ans parce qu’il faut bien reconnaitre que de gros efforts ont été déployés et que le résultat est la. La meilleure ? Non. La plus stable ? Non. La plus complète ? Toujours pas. Mais un travail artisanal au sens noble du terme, qui va avec les hauts et les bas de l’artisan en question, et qui réussit l’exploit dans le monde des distros Linux pour g33k5 de mériter sa place.

        Pour cet histoire, en bref, Fluctuat nec mergitur !

        1. Pour le manuel, ce n’est pas moi qui le dit, c’est le site lui-même. https://www.linuxfromscratch.org/

          Je cite :

          Linux From Scratch is the main book, the base from which all other projects are derived.

          Que l’on peut traduire par :

          Linux From Scratch est le livre principal, la base sur laquelle tous les autres projets sont dérivés.

          Pour l’inspiration, c’est évident que Crux – et par extension Archlinux – a servi et pas qu’un peu.

          Un projet intéressant, mais à la vie agitée, aux grandes déclarations à l’emporte-pièce comme la mise à mort et la résurrection presque plus rapide que celle écrite dans les évangiles du Nouveau Testament…

          Peut-on lui accorder un quelconque crédit après cette résurrection plus que rapide ? J’avoue que je ne le pense pas outre mesure.

  3. Ce n’est donc pas « le monde des distributions GNU/Linux » qui est immature donc non fiable, mais « certaines distributions GNU/Linux ».

  4. Et pendant ce temps toujours pas de support complet des écran HDR sous Linux

    Ca va faire encore du monde qui va go Windows 10/11 plutot que de rester sous Linux et son xorg nullissime qu’il est temps de faire crever

    1. Je n’ai pas d’écran HDR, donc cela ne me gène pas. Sinon, trève de plaisanteries. Le support matériel s’améliorera vraiment le jour où l’offre des distributions GNU/Linux se sera « rationalisée »… Autant dire par avant une bonne décennie au minimum.

      Xorg a fait son temps et a été utile à son époque. Lui donner une retraite bien méritée serait une bonne chose en effet.

  5. il y a qui derrière cette distribution ? des gamins baveux et boutonneux ? ou des gens et une entreprise sérieuse ?

    vous prenez la Fedora ou openSUSE ou Ubuntu ou mint etc… derrière il y a une entreprise sérieuse qui tient la route, et pas un ou quelque petite popette prépubère.

    1. Une entreprise, ça peut couler… C’est pourquoi j’utilise Debian dont l’aspect communautaire me convient bien.
      D’autres modèles fonctionnent. Celui de Red Hat/Fedora, c’est un peu donnant-donnant… On fournit un support à la communauté qui fait office de bêta-testing pour la distribution commerciale.
      La Slackware tient depuis 25 ans avec un seul développeur…

      Pour l’avoir un peu utilisée, la NuTyx est une distribution très agréable. Bien sûr, l’offre logicielle y est assez réduite.

  6. Comme par hasard tu as des captures d’écran des annonces, on pourrait presque croire que tu as une dent contre la distribution en question.
    La cerise sur le gâteau c’est ton petit chouchou la EndeavourOS qui apparait dans les distributions sérieuses à recommander, sans compter la Manjaro qui a accumulé les gaffes au fil de son existence…

    1. On commence avec l’expression préféré des chercheurs de véritude. Ça commence bien. On embraye ensuite sur une supposée « haine » contre le projet concerné.

      Je connais simplement l’histoire du projet et je sais qu’une première mise à mort avait été annoncée en 2012. Une aussi rapide résurrection montre simplement que l’équipe change d’avis très rapidement. Pour la capture d’écran, je me suis dit que cela pourrait servir au cas où. Je ne pensais pas en avoir l’utilité aussi vite.

      À vrai dire, je n’en ai rien à faire que le projet soit vivant ou mort. Ce n’est pas un projet apte à aider à la rationalisation de l’offre en terme de distributions GNU/Linux qui se fait attendre depuis au moins 5 à 10 ans.

      EndeavourOS est un installateur avancé pour Archlinux et difficilement une distribution à part entière. Manjaro a accumulé les gaffes, je ne dis pas le contraire. Mais au moins, son public est plus « humain lambda » que celui de projets pour geeks adepte de stimulation mentale.

  7. Entreprise, association, communauté…
    Debian ne semble pas prête à disparaître et il n’y a pas d’entreprise commerciale derrière (et ce, même si elle est suffisamment utilisée en production).

    1. @Reno

      Pas d’entreprises derrière Debian? C’est de l’humour j’espère?
      https://www.debian.org/partners/
      Google, Hewlett Packard, IBM, 1&1..Du bon gros capitalistique bien gras….
      Faite de beaux rèves…. 🙂
      Avec le livre il y’a la façade…Et les magouilles d’arrière cuisine…Cela reste développé par de l’Humain ^^

        1. Bonsoir @Reno.

          Je ne confond pas, le lien pointe bien vers « partners ». Sans leurs contributions debian ne serait pas debian…Intel, par exemple, est un très gros contributeur…D’ailleurs dans le lien que tu mentionnes, en bas de page :  » Personnes et organisations soutenant Debian
          Beaucoup d’autres personnes et d’organisations font partie de la communauté Debian : »
          Et tu retrouves dessous :
          https://www.debian.org/partners/ Donc ils font partie de la communauté Debian…
          Malgré son contrat social…Elle ne marche pas à l’amour et aux fleurs !! 😀 Il faut de la monnaie sonnante et trébuchante..D’ailleurs beaucoup de développeurs bossent dans une entreprise utilisant Debian….Le jours ou leurs boite bosserant avec RH, ils iront développés sur Redhat.

  8. Je suis quand même heureux de voir TNuT revenir sur sa décision, ok c’est un nerveux tout sec ou un sanguin compulsif mais je pense que les créateurs ont tous ce genre de défaut consubstantiel il faut faire avec ou aller voir ailleurs:-) Il a fini par se convaincre que son travail ne servait à personne d’autre que lui et quelques utilisateurs plus ou moins fidèle de sa distribution et il n’a pas apprécié que des contributeurs déblatèrent sous le manteau pour dénigrer NuTyX ce qui est une réaction ô combien humaine même pour le plus stoïque des êtres humains, je ne suis pas persuadé qu’un contributeur du noyau fasse de vieux os si Linus apprenait qu’il critiquait le Chef et/ou son travail.
    Concernant la philosophie de NuTyX Thierry a lui même dit que son OS est plus une POC qu’une distribution grand public à vocation universelle (d’ailleurs qui peut penser à l’universalité dans le monde Linux 🙂 ). J’en reviens à la métaphore du rayon de supermarché chère à Tonton : l’utilisateur fait son choix parmi les articles semblables qu’il trouve, il en essaie plusieurs et décide d’en retenir un qui est adapté à ses besoins et qui présente le meilleur rapport qualité-prix même si intrinsèquement il n’est pas parfait.
    Notre monde virtuel est devenu une caisse de résonance pour les torrents de haine des associaux et des SDF qui ne trouvent plus de place dans la vie réelle, qui se réfugient derrière un écran pour éviter d’affronter le monde qui les entoure devenu leur enfer éternel.

    1. Je t’avoue que je ne suis pas au courant des relations des membres de l’équipe de NuTyX et je dois dire que je m’en porte tout aussi bien.

      NuTyX est sur un marché – celui des distributions pour uber-geeks – qui est déjà fourni de projets largement mieux implantés et parfois plus anciens : Archlinux, Crux, Slackware pour ne citer que les premiers noms qui me viennent à l’esprit.

      Un critère primordial à mes yeux, c’est la taille de la logithèque. Un autre, la taille de l’équipe. En dehors d’une équipe de moins de 5 individus présents depuis le début du projet, c’est non merci.

      Pour ta conclusion, je dois dire qu’elle m’a bien plu.

      1. Thierry l’a dit lui-même, il a conçu NuTyX il y a près de 15 ans pour répondre à ses besoins personnels qui étaient limités à un OS bureautique et pour la navigation Internet et il a pensé que ce qui était bon et suffisant pour lui le serait sans doute pour nombre d’autres utilisateurs ce qui, à l’usage, s’est révélé notoirement faux d’où son dernier abattement psychologique qui a failli conduire à l’arrêt total du projet.
        Comme tout produit sur étagère, encore faut-il qu’il trouve son public ce qui n’a pas été le cas. Il faut donc en rester sur la volonté de développer/maintenir un projet personnel qui puisse intéresser quelques férus de Linux comme moi avoir la prétention de conquérir le monde (ou la Suisse ou le libre francophone).
        Quoiqu’il en soit, rien ne justifie qu’on s’en prenne personnellement à TNuT ou à son investissement dans son projet, ceux qui n’y croient pas ou qui le trouvent trop limité ont largement le choix par ailleurs. Mais, force est de constater que les pieds nickelés en sandales et vautrés dans leur canap’ une main bien enfoncée dans le calbute et la Kro dans l’autre ont de l’énergie et du temps de dézinguage à perdre, dommage qu’on ne puisse pas en faire un métier il s’en ferait des grosses en or…. non en BitteEnCoin 🙂

  9. Le titre est quand même faux par sa généralisation excessive et, surtout, nuisible car toute personne qui tombe sur lui au hasard d’une recherche google (le titre apparaît dans la liste des résultats) et qui n’est pas « branchée » sur ce monde-là va en tirer (ou conforter) l’impression que linux, c’est pas sérieux. Elle ne lira même pas l’article et les commentaires. C’est dommage. En fait, ce n’est techniquement pas un titre putaclic car tu ne monétises pas ton site mais ça en reprend les codes.

    PS. Je n’ai jamais utilisé la distribution en question donc je n’ai aucune opinion sur elle mais, effectivement, ces revirements brutaux ne donnent pas vraiment envie « d’y aller ».

    1. Le monde du logiciel libre n’a pas eu besoin de cet article coup de gueule pour ruiner sa crédibilité.

      Une personne qui a besoin de certains logiciels professionnels ne passera pas sous Linux à cause de l’absence des dits outils.

      Bref, facile d’accuser l’article alors que j’ai des faits vérifiables.

      1. Les professionnels ne sont pas la cible dont je parlais (et je suis sûr que tu l’as bien compris). Je parlais de tous les gens (beaucoup plus nombreux) qui utilisent leur PC pour surfer, gérer leurs photos, lire leur messagerie, etc… et pour lesquels de nombreuses distributions conviennent parfaitement (souvent plus d’ailleurs que Windows car ils y sont relativement à l’abri des virus et autres bestioles du fait du moindre intérêt des pirates pour une cible tellement plus petite que Windows).

        Tes faits vérifiables ne concernent que très peu ou pas du tout cette cible et pourtant ce titre ne peut que leur faire peur s’ils tombent dessus par hasard. Je trouve ça dommage et j’imagine que ce n’est pas ton but.

        > Bref, facile d’accuser l’article alors que j’ai des faits vérifiables.

        Des faits vérifiables que le monde des distributions Linux est immature et donc non fiable (c’est ton titre) ??? Comment crois-tu que l’utilisateur lambda qui s’interroge sur le sujet va comprendre cette phrase ? Réponse : Linux, ça craint, restons sous Windows ! C’est ce que tu veux ? Tu penses que ça reflète la réalité de ce que peut apporter Linux à cette majorité d’utilisateurs lambda de desktop ?

        1. Le problème que j’ai soulevé de nombreuses fois, c’est la multiplication sans fin des distributions. Ta phrase met en avant ce problème, je te cite : « pour lesquels de nombreuses distributions conviennent parfaitement »

          Justement, trop de choix tue le choix.

          Tes faits vérifiables ne concernent que très peu ou pas du tout cette cible et pourtant ce titre ne peut que leur faire peur s’ils tombent dessus par hasard. Je trouve ça dommage et j’imagine que ce n’est pas ton but.

          Cette cible est formatée par l’utilisation de logiciels plus ou moins professionnels, du genre le dernier Photoshop cracké par le petit neveu qui ne s’intéressera sûrement jamais à Linux. Et tant mieux pour elle, car elle serait effrayée du merdier qu’est devenu le monde du libre.

          Des faits vérifiables que le monde des distributions Linux est immature et donc non fiable (c’est ton titre) ??? Comment crois-tu que l’utilisateur lambda qui s’interroge sur le sujet va comprendre cette phrase ? Réponse : Linux, ça craint, restons sous Windows ! C’est ce que tu veux ? Tu penses que ça reflète la réalité de ce que peut apporter Linux à cette majorité d’utilisateurs lambda de desktop ?

          Encore faudrait-il que l’utilisateur lambda tombe sur cet article. Linux, ça craint oui. Avoir 250 distributions clones pour la bureautique, ça craint.

          Ne pas avoir de ports natifs pour certains logiciels difficilement contournables, tel un PḧotoShop ou encore un support presque aussi bon des formats MS par LibreOffice, ça craint.

          Je vais te dire une chose : avec l’arrivée de MS-Windows 11, je ne conseillerai à personne à passer sous Linux, car les mêmes conneries déjà faites lors de l’arrivée de MS-Windows Vista, puis de MS-Windows 8 reviendront.

          Le monde linux est immature pour la bureautique et surtout pour satisfaire l’utilisateur lambda.

          Mon article est un coup de gueule. J’ai choisi Linux en sachant que jamais je n’aurai de logiciel pro cracké par le petit-neveu d’un utilisateur lambda.

          J’en ai fait mon deuil, mais la plupart des personnes verront que leurs logiciels préférés ne fonctionnent pas et n’iront pas chercher plus loin, sans avoir à consulter mon article.

  10. Mwouais, de toute façon, les distros développées par trois poilus…C’est pas viable….Encore moins sans version « serveur/entreprise »…Il est temps que le coté soixante-huitard attardé du libre ouvre les yeux…
    Fini les barbes et les chemises à fleurs et les « Anars » bidon (qui payent leurs impots comme tous le monde ^^). Nous sommes au 21 eme siècle, le soleil se lève quotidiennement avec nous ou sans nous, il ne sert à rien de rester dans le passé.
    Pour un projet, il faut des ressources financières, que ça plaise ou non, c’est une réalité. Les serveurs ne fonctionnent pas à l’amour…Au moment ou Windows 11 pourrait permettre un afflux vers Linux du fait de la configuration minimum et l’obligation future de webcam…Je ne serais pas étonné que le coche soit manqué de nouveau…

    1. Personne ne basculera de w10 à Linux au motif que leur pc n’est pas compatible w11.
      Ils resteront sous w10 voir basculer ont vers 7 ou 95.

      Et c’est du vu et vécu… Et c’est pas faute d’avoir proposé d’installer une Mint. Les gens sont formatés Windows des l’école élémentaire, et les réflexes conditionnés sont durs à perdre.

      A+

    2. Est-il utile que telle ou telle autre distribution GNU/Linux ait à concurrencer MS Windows avec tel ou tel autre logiciel bureautique, PAO, etc. ?

      C’est un constat, force est de constater que nombre de distributions suffisent pour ce faire.

      Maintenant, pour pérenniser son travail, il est certain qu’il vaut mieux choisir une distribution ayant des ressources fiancières et humaines suffisantes.

    3. Sans être pessimiste, le coche sera loupé, c’est garanti. Chaque nouvelle version de Windows qui devait être un tremplin pour Linux a été au final un trampoline craqué. Le nombre de nouveaux libristes a été tellement marginal qu’il en a été presque nul au final, et Windows 11 ne fera pas exception. Les insatisfaits râleront, feront le dos rond et attendront que Microsoft les satisfasse d’une façon ou d’une autre, comme à chaque fois. Ça bougera d’autant moins que les migrations seront gratuites que Windows 11 sera à terme installé sur les PC neufs. Sans compter WSL…

      L’histoire n’est qu’un éternel recommencement, et le restera tant que le monde du libre restera dans la dispersion et le nombrilisme (put@1n que ça fait mal de dire ça, quand même)…

  11. Les choix d’Artix sont un peu déroutants mais comme j’en ai une d’installée au départ j’avais installé les depots Archlinux. Maintenant j’ai pu les desactiver et retrouver tous mes logiciels ou équivalent dans les depots Artix en activant Universe. Tout y est meme imprimante et scanner. Pour les navigateurs j’ai le choix entre Brave et Unggogled Chromium et Firefox ESR, pour Firefox normal activer depot Omniverse.

    1. Dommage que le dit dépot universe ne soit pas activé par défaut, car sans celui-ci, c’est une logithèque qui perd tout son intérêt… Ou presque.

      Ils auraient dû appliquer une telle purge avec une copie conforme – modulo les parties liées à systemd – de la logithèque d’Arch… S’ils veulent se séparer d’une bonne moitié des outils, c’est leur problème, pas le mien.

    2. Je n’ai pas encore pris le temps de lire le wiki d’Atix pour activer des dépôts non officiels je vais chouffer ça tantôt mais si c’est juste pour avoir des navigateurs, des courrielleurs ou des pilotes graphiques, je n’en ai pas réellement besoin.

  12. 1) Les gens quand ils achètent un Macbook, ils ont un MacOS
    Savent-ils qu’ils ont un Unix ? non
    Est-ce qu’ils s’en soucie ? non

    2) Quand ils achètent un PC, ils ont Windows
    Est-ce qu’ils s’en soucie ? je crois pas non plus

    3) Les gens achètent ce que tu leur vends
    Qu’il y ai 4 ou 300 distrib linux n’y changera rien

    Après viens le problème de la logithèque
    Un éditeur va t’il porter son soft sur un OS qui a 3% de part de marché ? non
    Conclusion: GOTO 3)

    1. @drendolen

      Là, W11 offre une opportunité rare de permuter (si la configuration minimale du système n’évolue pas, et que Microsoft s’entête à imposer la webcam, ce qui risque d’être difficile en entreprise).
      Beaucoup de PME n’ont pas les moyens de changer leurs parcs, lorsque l’on sait que des PC d’à peine deux ans ne supporteront pas Windows 11. Alors oui, beaucoup resteront sur 10…Mais il y’a une chance viable de proposer autre chose…Les gens tendront l’oreille à une solution évitant de renouveler trop rapidement leur matériel. Je connais une petite PME utilisant Ubuntu et étant très content de cette dernière…La Gendarmerie, qui n’est pas une petite structure, à montrée qu’une alternative était possible, avec des économies importantes à la clé.

      1. Oui, mais il y a une grosse structure pour les outils employés par la gendarmerie : Ubuntu. Comprenne qui voudra. Quant aux PME, elles ont souvent des ordinateurs qu’elles poussent au maximum. Et comme Win10 sera supporté jusqu’en 2025…

        Linux sera encore une fois le cocu de l’histoire.

        1. Et encore 2025, voire plus. Au boulot, l’appli de gestion principale est accessible en partie via navigateur Web et pour le reste en GUI selon les services. On se trimballe du Windows 7 sur certains postes. Le navigateur et Office suffisent pour faire le taf, et les configurations des pc sont clairement ridicules. Tant que le serveur Oracle tiens la charge, le boulot peut être fait.

          Après les entreprises ont pas 15000 softs dispo pour des besoins spécifiques, tu en a peut être 3 sur le marché. Honnetement, quand tu as 4 prestataires différents pour l’infrastructure serveur (Hardware, base Oracle, Applis métier) plus le service info maison pour la gestion du parc de plus de 100 postes (qui gère la base bureautique), tu veux juste que ça fonctionne.

          Et j’ai envie de dire que le prix est secondaire. Une tablette pour prendre des commandes au restaurant c’est 1500€ configuré, sachant que la licence Win10 n’est pas présente (On voit l’hologramme de demande d’activation en bas à droite de l’écran) et on en a 8.

          Alors clairement, le boss qui gère un CA de 30 millions s’en fout clairement de savoir ce qu’il y a sur le capot, c’est juste un outil, et l’idéologie n’as pas de place dans le business.

          1. @Guillaume

            Je travail dans une entreprise de plusieurs dizaines de millers de salariés, avec un cout moyen qui avoisinait les 100 euros par siège (Logiciels et hardware compris) mensuel. Grace à de très efficaces négociations, le cout avoisine maintenant les 120 euros par siège et par mois.

            Quand tu as ce volume, n’importe quel dirigeant tendra l’oreille si tu peux faire diminuer le cout de cet outil.
            Nous avions notre SI, nos serveurs…Tout n’était pas rose, mais c’était fiable les services en permanence accessible…Nous dirigeants ont décidés de s’engluer encore plus dans du Microsoft, avec le « dieu rédompteur » Sharepoint….^^
            Ils ont compris, mais trop tardivement que faire marche arrière serait difficile, voir quasi impossible.
            Au final c’est une forme de proxénétisme numérique…

        2. Bonsoir Frédéric,

          « Oui, mais il y a une grosse structure pour les outils employés par la gendarmerie : Ubuntu.  » Oui tout à fait, c’est ce que je voulais dire dans mon propos, certainement maladroitement…Linux et grosse structure ne sont pas des gros mots. Comme quoi les alternatives à MS existent…
          « Quant aux PME, elles ont souvent des ordinateurs qu’elles poussent au maximum » Oui encore une fois j’ai du m’exprimer de travers, mais justement le passage à Win 11 sera problématique….Le support de Win 10 jusqu’en 2025 peut-être, mais je ne serais pas étonné que d’une manière au d’une autre certaine fonctionnalités d’office 365 impose Windows 11.

          Et histoire de vous voir sous votre meilleur profil !! : »D’après document d’assistance mis en ligne sur le site de Microsoft peu après l’annonce de Windows 11, la configuration matérielle requise comprendra une webcam dès 2023. “À compter du 1er janvier 2023, tous les types d’appareils, à l’exception des ordinateurs de bureau, doivent disposer d’une caméra orientée vers l’avant” annonce Microsoft. Tous les appareils fabriqués après cette date devront s’y conformer. » 🙂
          https://www.phonandroid.com/windows-11-microsoft-exigera-pc-webcam-2023.html

    2. Pour ta conclusion, une offre moins fragmentée serait un avantage pour avoir des ports natifs. Et ce n’est pas les flatpak ou les snaps qui changeront au fait qu’il y a 75 voire 80% de distributions à destination bureautique inutiles.

      1. Autour de moi, je constate que l’utilisation de GNU-Linux à des fins personnelles est aussi un acte militant (logiciel libre, pas-ou moins- de GAFAM, …).
        Ce sont des raisons non déshonorantes.

  13. Window, OSX, …de l’histoire ancienne?
    Nous constaton, tant pour le particulier que pour le professionnel, une montée de l’utilisation (et achats) de Chromebook. Une autre voie à ne pas négliger.

      1. En effet…
        Ceci semble désormais mature et en terme d’administration de flotte informatique ça a aussi des avantages. Pour le client final, pas de maintenance de l’OS. …
        Il est aussi possible de conteneuriser les application GNU-Linux.

        1. Oui, mais un Chromebook, c’est 6 ans de MAJ maximum (à compter de la date de commercialisation du modèle). Donc, c’est pas non plus une alternative si intéressante sur le long terme (et on en revient au même problème que des machines parfaitement fonctionnelles – surtout les Chromebooks où on aura généralement une défaillance de la batterie avant toute autre panne – deviennent inutilisables car plus maintenues, au moins sur l’OS pour lequel elles étaient destinées).

  14. Salut,

    Entre Balzac le créateur et Sainte-Beuve le critique, l’histoire a retenu le créateur.

    Nutyx existe depuis 15 ans… et elle restera peut-être dans les mémoires.
    Les critiques de l’ensemble des distros tomberont rapidement dans un oubli éternel.

    A moins que le critique se fasse créateur.
    Sainte-Beuve s’y est essayé… et il n’a pas connu le succès.
    Tux’n’Vape si tu m’entends !

    1. Salut.

      On m’a tellement forcé à lire du Balzac quand j’étais au collège et au lycée que je ne peux plus le voir en peinture.

      Pour NuTyX, elle restera ou pas dans les mémoires. Personnellement, je m’en contrefiche.

      Quant à la Tux’n’Vape, étant donné que c’était une Manjaro Linux pure et dure, elle continue de vivre après sa mort bien aidée par le toxique milieu francophone libriste.

  15. Je pense qu’on est en présence des raisons pour lesquelles les seules distributions fiables sont les grosses machines portées par des entreprises, et les quelques distributions communautaires maintenues par des équipes vraiment énormes.

    Reste donc, Debian, Ubuntu, Red Hat, Fedora, Gentoo-Calculate et ; au risque de dire un gros mot ; Arch Linux. Le reste, on ne peut pas compter dessus. Et les dérivées premières, secondes, etc.. qui ne sont que des forks de forks de forks, on oublie.

    Il arrive qu’une respin intéressante fasse son apparition, en proposant juste de faciliter l’installation d’une distro ne disposant pas d’interface graphique. Si la respin disparaît, les paquets sont encore dans les dépôts. Comme pour une Endeavour qui s’appuie presque uniquement sur les dépôts Arch, en dehors du fond d’écran et d’un ligthdm personnalisé. Alors, ça va. Si l’équipe se barre, on a quand-même une Arch Linux fonctionnelle.

    Un projet comme Nutyx, qui consiste à réinventer l’eau froide parce qu’il est trop compliqué d’ouvrir un robinet, on peut encore se demander à quoi ça sert. Il faut vraiment aimer se triturer les méninges, et ne pas avoir besoin de son PC.

    La seule distro du genre à avoir tenu le coup alors qu’elle n’était développée que par un seul mec, c’est la Slack. Avec des hauts et des bas. Mais elle est encore là. Pour le reste, il suffit que le développeur pique une crise de nerf, que sa bonne femme se barre en claquant la porte ou qu’il trouve un job auquel il doit consacrer tout son temps, et c’est fini.

    Que le gars veuille se créer son propre système d’exploitation, parce qu’il sait le faire, ça le regarde. Si ça foire, il ne s’en prend qu’à lui, et sait forcément pourquoi ça ne va pas, puisque c’est avec ses orteils qu’il a codé ses logiciels.
    Ce n’est pas une raison pour vouloir convaincre ses semblables de l’accompagner dans sa chute sous prétexte qu’il arbore le masque du grand libérateur qui va révolutionner… l’informatique. Parce que c’est bien là le genre d’argument que tiennent les moutons qui le suivent.

    Les mêmes se demandent pourquoi Linux ne conquiert pas plus de parts de marché dans le domaine de l’informatique à usage domestique. Tout en oubliant qu’ils ont des téléphones, des décodeurs et des postes de télévisions dont le système d’exploitation dispose d’un noyau Linux.

    S’ils savaient faire la différence entre un noyau et un système d’exploitation, peut-être cesseraient-ils de produire ce genre de distributions pour nombrilistes et autres passionnés d’onanisme numérique.
    Ce jour là, ils trouveront dans le miroir de leur salle de bain les réponses aux questions qu’ils se posent chaque fois que l’envie leur prend de s’attaquer au grand capital, au chinois du FBI, et laboratoires pharmaceutiques qui ont retardé la sortie de Windows 11 pour les rendre dépressifs et vendre plus de médocs.

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer