Vieux Geek, épisode 257 : Doom press release beta, une étape importante du premier Doom.

En novembre 1992, id Software commença à travailler sur le successeur de Wolfenstein 3D. John Carmack veut pousser le réalisme plus loin. Tom Hall travailla sur le document connu sous le pseudo de Doom Bible et id commence à laisser courir le bruit qu’un jeu développé par eux va rendre Wolfenstein3D obsolète. L’annonce est faite dès janvier 1993. J’ai pu retrouver une page avec l’annonce officielle annonçant le jeu à l’origine pour le troisième trimestre de 1993.

Les mois passent, et après plusieurs versions alpha destinées aux testeurs du jeu, id Software envoie à la presse vidéoludique une bêta non sonorisée du jeu, avec des versions quasi-finales de trois niveaux : la demo map 1 alias E1M2, « Nuclear Plant », la demo map 2 alias E3M5, « Unholy Cathedral » et la demo map 3 alias E2M2, « Containment Aera ». Nous sommes le 4 octobre 1993 et le jeu doit sortir le 31 octobre, soit 27 jours plus tard.

Bien que la bêta dédiée à la presse ait une date limite de fonctionnement, celle du 31 octobre 1993, on peut récupérer cette préversion avec un outil appellé fakedate qui trompe le moteur du jeu.

Dans la vidéo qui suit, j’ai essayé de montrer les différences entre la bêta et ce que la version finale proposera. Outre le fait que les bibles maudites, les dagues démoniaques, les coffres ou encore les lances diaboliques ont été enlevées, on voit aussi qu’il y avait un score, la possibilité d’avoir plusieurs vies. Des héritages de Wolfenstein 3D qui avait permis à id Software de financer tranquillement le développement de Doom.

Je dois dire que le BFG9000 avec son nombre incroyable de balles de plasma me fait sourire, mais moins le moteur du jeu qui souffre pas mal. Évidemment, il y a eu des modifications heureuses, comme la nouvelle version de l’âme perdue. Autant dire qu’en l’espace de moins d’un mois, id Software avait abattu un boulot monstrueux.

Un « crunch » – comme l’on dit de nos jours – dont le résultat donnera un des titres les plus célèbres du jeu vidéo des années 1990.

Une réflexion sur « Vieux Geek, épisode 257 : Doom press release beta, une étape importante du premier Doom. »

  1. C’était des génies. Je me rappelle avoir lu que John Carmarck avait regardé une tonne de VHS de conférences de math et consulté d’autres sources pour créer le moteur 3D. Révolutionnaire à l’époque, j’y jouais sur un 386.

    Ca me revient. Tout ça est expliqué dans le livre « Game Engine Black Book: Doom » par Fabien Sanglard (https://fabiensanglard.net/gebbdoom/index.html), disponible gratuitement.

    Aussi, j’aime bien ce reportage « A visit to id Software », tourné un mois avant la sortie de Doom. Les sous-titres sont disponible. https://www.youtube.com/watch?v=HpEBUV_g9vU

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer