« Quand la pâtisserie s’en mêle… » de Marylin Masson : une comédie romantique qui ne tombe pas dans le mièvre !

L’actualité linuxienne manquant franchement d’attrait en ce moment, j’ai eu envie de vous parler d’un livre que m’a indiqué Agnès de Destinations Passions. J’ai profité d’une offre éclair à 0€ sur ce roman qui est à 1,50€ autrement.

Et ici, je dois vous faire un aveu. Un aveu qui va me coûter nombre de railleries. Je suis un indécrottable romantique. J’adore « Orgueils et Préjugés », spécialement l’adaptation avec Colin Firth et Jennifer Ehle. Voila, ma confession diabolique étant terminée, autant passer au roman de Marylin Masson.

On dit souvent que les comédies romantiques sont stéréotypées, que c’est dédié aux indécrottables sentimentaux, et qu’il n’y a pas un livre sur la question pour rattraper l’autre.

Pour reprendre une phrase politique française prononcée avril 1995, « Je vous demande de vous arrêter ! ».

Ici, nous avons le classique duo des deux personnages qui font une rencontre fracassante avant que la situation n’évolue en faveur des dits personnages.

Continuer la lecture de « « Quand la pâtisserie s’en mêle… » de Marylin Masson : une comédie romantique qui ne tombe pas dans le mièvre ! »

« La tentation de la pseudo-réciproque » de Kylie Ravera… Ou comment l’auto-édition remonte un peu dans mon estime.

Je dois dire que récemment l’auto-édition était tombé très bas dans mon estime, vu les magouilles que j’avais pu constater et qu’Agnès de Destination Passions a listé.

Suite au conseil de « The SF Reader » sur twitter, j’ai téléchargé gratuitement le premier tome de l’eptalogie de Kylie Ravera, « La tentation de la pseudo-réciproque ».

L’histoire commence en un froid mois de février par une disparition mystérieuse du côté d’un lycée prestigieux qui accueille les classes préparatoires aux grandes écoles, Pépin-Le-Bref. Dès le premier chapitre, nous voyons le pauvre Peter Agor en train d’attendre avec une douloureuse impatience sa note du dernier contrôle de maths… Qui est aussi cultivé que sadique.

Continuer la lecture de « « La tentation de la pseudo-réciproque » de Kylie Ravera… Ou comment l’auto-édition remonte un peu dans mon estime. »

« Il faut marier Bertrand » de Philippe Saimbert : mission impossible ? :)

J’ai été contacté il y a environ un mois par Philippe Saimbert qui m’a proposé de découvrir son deuxième roman, « Il faut marier Bertrand« .

J’ai donc lu ce livre avec un peu de retard, toutes mes excuses à l’auteur mais ma liste d’attente sur ma Kindle (oui, je sais, la Kindle ça pue, c’est pas libre… Allez donc vous raser, messieurs les barbus, vous allez marcher sur vos poils faciaux) était longue.

Je dois dire qu’en trois jours, la lecture était finie. C’est une comédie à l’humour parfois potache, mais qui dépeint bien l’ambiance d’un cercle de quadras, plus ou moins célibataires, plus ou moins fêtard, plus ou moins déjantés, dirigé par le grand chef du groupe, Philippe. Le tout se passant dans le Béarn, connu pour sa gastronomie généreuse…

Continuer la lecture de « « Il faut marier Bertrand » de Philippe Saimbert : mission impossible ? 🙂 »

Samedi Cinéma : « Wonder Boys » ou quand le milieu des écrivains part en sucette !

Au début des années 2000, je m’étais constitué un collection honorable de DVD, montant à une soixantaine de galettes cinématographiques.

Dans le lot, j’avais trouvé un film qui m’avait tapé dans l’oeil car le scénario était intéressant, « Wonder Boys ». Film sorti en 2000, on trouve dans la distribution : Michael Douglas, Tobey Maguire (plus connu pour son rôle dans Spiderman), Frances McDormand, Robert Downey Jr (Iron Man), Katie Holmes ou encore Rip Torn (Z dans la série des « Men in Black »)

Wonder Boys (2000)

L’action se passe dans une université de Pittsburgh. Grady Tripp (Michael Douglas) est un prof de littérature qui sept ans plus tôt a écrit un best-seller… Et plus rien depuis.

Amant de la directrice Sarah Gaskell (Frances McDormand), il s’occupe d’écrivains en devenir, dont James Leer, un petit génie (Tobey Maguire). Alors que le WordFest arrive, son directeur litteraire Terry Crabtree (Robert Downey Jr) se pointe pour avoir des nouvelles du roman de Grady. Et lui poser un ultimatum…

Et la situation part rapidement en sucette, surtout après un incident où un James Leer complètement dépressif assassine sans le vouloir le chien de l’époux de la directrice…

J’avoue que ce film me parle pour plusieurs raisons : d’abord car l’histoire se passe dans un milieu où l’écriture est primordiale, étant moi-même un écrivaillon qui se cherche sans vraiment se trouver pour le moment 🙂

Mais aussi pour les personnages, avec un Michael Douglas qui semble être un hippie sur le retour ou le plaisir de voir Rip Torn jouer l’écrivain blasé qui pond tous les 18 mois un nouveau livre qui se vend sans problème. Sans oublier Robert Downey Jr qui joue le rôle d’un directeur littéraire un peu étrange.

Si vous ne connaissez pas ce film, c’est l’occasion de voir Katie Holmes et Tobey Maguire au tout début de leur carrière.

Quelques films vu récemment… Le retour :)

Depuis 3 mois, je n’avais pas fait de billets sur les films que j’avais vu récemment. Voici donc le retour de cette chronique que je vais essayer de rendre plus régulière.

Premier film : « Le plus beau métier du monde ».

Dans ce film de 1996, Gerard Depardieu joue le rôle d’un professeur d’histoire-géographie qui après avoir récemment divorcé, se fait muter d’un lycée d’Annecy en banlieue parisienne pour continuer à voir ses enfants.


Muté dans le collège « Serge Gainsbourg », il tombe sur la classe la plus calamiteuse, la « 4ième techno ». Entre son appartement à la cité des Muriers, où un caïd mène sa loi, un voisin (Daniel Prevost) qui se résume à un oeil dans l’entrebaillement d’une porte, son ex-femme (Michèle Laroque) et un principal dépassé par les évènements (Guy Marchand), on a droit à une succulente comédie, qui montrait des aspects bien sombre de l’enseignement en zone sensible.

Sur certains plans, on pourrait penser que le film a été tourné aux alentours des années 2004-2005…

Ce film fait rire, mais aussi réfléchir à la dure vie des professeurs, le plus beau métier du monde, selon le réalisateur du film.

Deuxième film, largement plus sombre : « La Chute »

Ce récit des dernières semaines de la vie d’Adolf Hitler dans son bunker de Berlin est impressionnant par le jeu d’acteur des différents personnages historique.

Bruno Ganz qui incarne Hitler nous montre un homme qui veut emporter dans sa folie destructrice le peuple allemand qui l’a amené au pouvoir 12 ans plus tôt.

On voit aussi l’enfermement idéologique des dignitaires du régime, comme l’empoisonnement des 6 enfants de Magda et Joseph Goebbels.

Un film très dur, mais aussi très intéressant pour le côté réalité historique de l’ensemble.

La semaine prochaine – ou la prochaine chronique – sera un peu moins sinistre 😉

Films vus cette semaine, deuxième édition ;)

Pour continuer dans la tradition instaurée par ce billet, voici les films vu cette semaine avec une spéciale comédie et parodie.

Les mariés de l’An II.

Dans ce film de 1971, Nicolas Philibert (Jean-Paul Belmondo) débarque en 1787 en Amérique du Nord, passager clandestin dans un navire de commerce. 5 ans plus tard, ayant grimpé tous les échelons, il est sur le point d’épouser une héritière, mais il ne peut pas. Il est déjà marié…

Il doit alors retourné en France, en pleine période révolutionnaire pour retrouver son épouse, Charlotte (Marlène Jobert), pour obtenir le divorce… Et le voila plonger dans les troubles menés par les chouans.

Comédie romantique, qui a le bon goût de ne pas trop dénaturer l’histoire, elle montre des révolutionnaires un peu frappadingue, des contre-révolutionnaires un peu caricaturaux mais tellement vrai.

Une heure et demie de plaisir, passé à rire.

La folle histoire de l’espace.

Dans ce film parodie de Mel Brooks, sorti en 1987, on a droit à une parodie des grands standards de la science fiction, spécialement la première trilogie de Star Wars (Episode 4, 5 et 6).

Les personnages sont truculents, et les clins d’oeil énormes. Citons au passage :

  • Dark Vador qui devient Casque Noir
  • Ian Solo qui devient Yop Solo
  • Yoda qui devient Yaourt

Sans oublier des clins d’oeil aux appellations fantaisistes, spécialement le passage en « vitesse démesurée » qui vaut son pesant de rigolade.

Comme toujours avec Mel Brooks, cela vole en dessous de la ceinture, les allusions sexuelles sont nombreuses et truculentes.

Peut-être la meilleure parodie des années 1980.

Pas grand chose cette semaine, il faut dire que je suis en train de lire le cycle de « La Fondation » d’Isaac Asimov et que cela est passionnant 😉

Films vus cette semaine, première édition ;)

J’ai décidé de faire un article hebdomadaire – ou à tendance hebdomadaire – sur les films que j’aurais vu. Deux à trois films par semaine, cela n’est pas si mal que cela, surtout sur une année.

Cette semaine, trois films.

1) P.R.O.F.S

Avant que Patrick Bruel n’explose dans la chanson, il a été acteur, et un de ses meilleurs rôles fut dans la comédie P.R.O.F.S de 1985.

Jeune prof de français, entouré d’une bande de joyeux lurons, il intègre un lycée aux profs plus caricaturaux les uns que les autres. Charles Max (qui ressemble à Marx), un prof de maths sorti du giron militaire, une prof de chimie violente et limite nostalgique des années 1930, une documentaliste un peu coincée, bref, une sacrée galerie de portraits.

Avec sa bande de profs déjantés, le film montre des profs qui sont parfois plus mômes que les élèves. Surtout quand la bande des profs déjantés décident de faire « la loi »…

Un film dont on a du mal à se lasser, pour passer une heure et demie de franche rigolade. Et dans lequel on apprend une figure de rhétorique, l‘épanadiplose.

2) District 9

Afrique du Sud. Depuis 20 ans, un vaisseau extra-terrestre flotte au dessus de la ville de Johannesbourg. Les extra-terrestres – surnommé mollusques – sont expulsés par une multinationale, la MNU. Le film joue sur le coté « embarqué » de l’expédition qui finit par mal tourner… Le tout sur un mode documentaire qui rend l’histoire encore plus envoutante.

Avec des extra-terrestres faisant pensé à certains monstres du jeu Half-Life, on pourrait se croire dans un navet de série Z de science-fiction. Ce qui est loin d’être le cas. Et nous fait poser des questions sur la tolérance, la différence, et jusqu’où l’appat du gain peut aller.

Une agréable surprise, car je m’attendais à un sacré navet, autant le dire ainsi ! En espérant que la suite qui semble être logique ne soit pas purement commerciale !

3) Capricorn 1 :

Dernier mais non des moindres, ce film sorti en 1978, reprend une thèse – fumeuse ? – des complotistes, comme quoi la mission Apollo 11 n’a jamais alunie. En déplaçant la cible de la Lune vers Mars, ce thriller montre une mise en scène d’une arrivée sur Mars tournée en studio.

Thriller haletant, sûrement un des meilleurs dans son genre, il vaut le coup d’être vu, même si certaines longueurs sont parfois notables. J’ai bien aimé, ayant gardé le souvenir d’un passage à la télévision il y a une grosse dizaine d’années. Sur certains aspect, cela fait même penser à « North by Northwest », plus connu sous le nom de « La mort aux trousses » d’Alfred Hitchcock.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer