Le coût de la gratuité des sites grâce au financement publicitaire, c’est 10% à 15% de votre bande passante ?

Après avoir lu un article sur le coût économique et écologique de la publicité papier en boite aux lettres sur le site de l’UFC Que Choisir qui coûte 231 millions d’euros par an aux contribuables au niveau du recyclage, j’ai voulu savoir, par curiosité, quelle était la proportion de la bande passante consommée par la publicité sur les sites internet.

Ouvrons une parenthèse.

On justifie la gratuité des sites internet par l’utilisation de la publicité, comme pour l’existence de chaînes de télévision ou de radio. Mais il y a une différence. La radio et la télévision sont des médias passifs, dans le sens où les interactions sur les contenus sont proche de zéro, en dehors des votes plus ou moins faisandés à base de SMS payants que l’on trouve (trouvait ?) à l’époque des Loft Story et autres télé-crochets.

Sur Internet que l’on réduit souvent au web, l’utilisateur peut décider s’il veut ou pas afficher tel ou tel contenu. Ce qui est une différence de taille. En clair, l’utilisateur ne peut pas être considéré comme une oie qu’on gave sans qu’elle puisse rien y faire.

Fermons cette parenthèse.

Pour faire une expérience rapide, j’ai pris mon navigateur internet. J’ai rajouté un profil nu, sans le moindre bloqueur de pub, ni de flingueur de cookies. Et mon profil qui utilise adblock edge et Ghostery.

Ensuite, j’ai décidé d’enregistrer des versions filtrées et non filtrées des sites listés ci-dessous. Il m’a suffit par la suite de calculer la différence de taille entre les deux versions.

  1. ZdNet.fr
  2. Clubic.com
  3. Korben.info
  4. Cdiscount.com
  5. 01net.com
  6. Youtube.com
  7. Dailymotion.com
  8. amazon.fr
  9. Fnac.com
  10. PriceMinister.com

Je ne peux pas tester tous les sites, mais j’ai essayé de faire un panel aussi large et varié que possible.

Continuer la lecture de « Le coût de la gratuité des sites grâce au financement publicitaire, c’est 10% à 15% de votre bande passante ? »

« Fliquez, fliquez, fliquez-moi » : comment l’internaute est fliqué sans le savoir… Ou presque ;)

Après le scandale de Prism, il faut l’admettre : l’internaute ignore qu’il se flique tout seul. Du moins, il laisse les sites le fliquer sans vraiment qu’il en ait conscience.

Pour montrer la vitesse de circulation des informations et le flicage qui en résulte, deux outils utilisables sur Mozilla Firefox, vous savez le navigateur qui a été jadis à la mode avant d’être détroné par des personnes ne voyant que la vitesse et donc que par Chrom(ium)e au final.

C’est l’extension Ghostery, qui liste les trackers déposés par les sites à l’insu de l’internaute et l’outil développé par la Fondation Mozilla, Collusion, qui permet de voir la vitesse de propagation et le partage des informations. Et inutile de le préciser, j’utilise AdBlock Edge pour ne pas être envahi par le viol rétinien qu’est la publicité.

J’ai voulu me livrer à une petite expérience intéressante pour savoir le nombre de trackers publicitaires ou de statistiques je pouvais récolter en surfant sur quelques gros sites. Pour chaque site visité, je vois la propagation de l’information.

J’ai donc visité, en partant de la page about:home de mon Mozilla Firefox compilé maison de ce matin, ( Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64; rv:24.0) Gecko/20130617 Firefox/24.0), les sites suivants :

La vidéo est suffisamment claire, raison pour laquelle je n’ai rajouté aucun commentaires écrits dessus. Clubic annonce 11 ou 13 trackers, Manuel Dorne 8 ou 9. Et la moitié des trackers sont publicitaires. Autant dire que pour simplifier la vie de l’utilisateur en lui proposant d’utiliser son compte FaceBook ou Disqus ou Google, on finit par le fliquer sans qu’il s’en aperçoive. Et on finit par se faire du fric sur le dos de l’internaute.

Maintenant, vous comprendrez pourquoi en plus d’un bloqueur de publicité, utiliser un outil comme ghostery est indispensable pour préserver ce qu’il reste de vie privée à l’utilisateur. Après, c’est vous qui voyez !

Décidement, la course au scoop fait rage…

Et détruit le peu de crédibilité qui reste à la presse informatique, malheureusement. Bis repetita…

Ce matin, sur mon flux google+, je me demandais qui de clubic ou de generation-nt se jetterait sur l’annonce en avance de l’arrivée de Mozilla Firefox 6.0.

Finalement, c’est un site un peu plus obscur, oubliant qu’il existe aussi des versions de Mozilla Firefox pour MacOS-X et Linux qui publie un article.

Generation-NT est quand à lui plus prudent : il annonce la disponibilité, mais rajoute un paragraphe savoureux pour couvrir ses arrières au cas-où :

Attention : officiellement, la version finale ne sera disponible que ce mardi 16 août sur le site de la fondation. Mais dès aujourd’hui vous pouvez télécharger Firefox 6 directement sur les serveurs ftp de Mozilla. Cette version est 100% fonctionnelle, mais il y a une (faible) probabilité qu’il ne s’agisse pas de la version finale qui sera dévoilée mardi. Quoi qu’il en soit, si c’est le cas, la différence sera extrêmement faible, et rien ne vous empêchera de re-télécharger le navigateur pour le mettre éventuellement à jour.

Comme pour la sortie de la version 5.0, il faut se souvenir que :

  1. Le logiciel est disponible dans environ…75 langues. Qu’on multiplie par 3 versions (Windows, Mac, Linux), ce qui ne fait que 225 fichiers à mettre à jour sur chaque miroir…
  2. Tant que l’annonce n’est pas faite, Mozilla Firefox 6.0 n’existe officiellement pas.

Maintenant, n’y a-t-il pas pire sourd que la personne qui ne veut pas entendre ?!

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer