Systemd est-il en train de gagner petit à petit la guerre d’usure des systèmes d’initialisation ?

Ah, systemd… Jamais une technologie n’aura été autant détesté et controversée dans le monde du logiciel libre. En dehors des pages pamphlets qui tiennent plus de l’envie de casser Lennart Poettering qu’autre chose, la part de marché des systèmes d’initialisation à la sysvinit sont en train de se réduire lentement mais sûrement.

Dans les grandes distributions, il ne reste plus que les versions supportées de la Ubuntu jusqu’à la 14.04 LTS inclues (et sa tripotée de dérivées), la Slackware Linux, les Debian GNU/Linux Squeeze et Wheezy, la Gentoo Linux, la Crux, la NuTyX et la nichesque 0Linux pour ne pas utiliser systemd. J’espère ne pas en avoir oublié 😉

Dès la version 14.10 de la Ubuntu, systemd sera supporté (et activé par défaut ?), Debian GNU/Linux Jessie marquant le passage au nouveau système d’initialisation. J’avais parlé d’une distribution purement idéologique sortie en février 2013, la LSD Linux, LSD = Less SystemD.

J’ai donc voulu voir presque 18 mois après le précédent article où en était la LSD Linux qui me semblait purement idéologique dans sa conception.

La première chose qui m’a frappé, c’est que les dernières modifications sur les paquets sont vieux de plusieurs mois. En effet, si on prend la dernière modification enregistrée pour les dépots stables, à savoir « updated xterm », on s’aperçoit que la modification a été enregistrée en… février 2014 !

Et pour la partie instable ? C’est « added various ports », qui date du mois de mars 2014.

Autre indice qui pourrait laisser penser qu’une odeur prononcée de sapin se promène dans l’air ? La dernière image iso disponible au téléchargement date du… 30 décembre 2013. C’est une image avec KDE SC en 32 bits.

Je veux bien que la GoboLinux soit restée au point mort durant plusieurs années, mais qu’une distribution qui se veut être une rolling release (dixit sa page d’accueil) et ne propose pas d’ISO d’installation depuis plus de 7 mois… Mais récupérons donc la dernière ISO disponible.

J’ai donc lancé l’ISO dans une machine virtuelle.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm32 -hda disk.img -cdrom KDE-i686-20131230.iso -boot order=cd &

J’ai demandé directement l’installation pour avoir un système installé et donc ayant plus de mordant.

L’installateur est très classique, et reprend les grandes étapes de ce que doit faire un outil d’installation. Inutile de s’apesantir outre mesure ici. Quelques captures d’écran pour montrer les principales étapes suffisent.

A la différence de ma première tentative, la partition de swap est prise en compte.

Après l’installation, j’ai demandé à connaître la liste des mises à jour en utilisant la commande : sudo spm repo -csu

Chose notable, le noyau n’en fait pas partie. J’avoue que je n’ai pas fait compiler les mises à jour. Et si peu de mise à jour disponibles pour une distribution pur rolling release… Surtout pour une installation basée sur une iso vieille de près de 7 mois.

Autant dire que la distribution est morte ou au mieux en piteux état.

Laissons-lui encore du temps pour voir si on peut sortir le cercueil ou pas.

C’était prévisible dès sa naissance, et cela pourrait être considéré comme une preuve que les distributions créée dans le but de faciliter le transit intestinal de Lennart Poettering et des autres développeurs derrière systemd ne servent à rien.

11 réflexions sur « Systemd est-il en train de gagner petit à petit la guerre d’usure des systèmes d’initialisation ? »

  1. Ha, ce merveilleux monde du libre offre finalement + de facettes que ce que l’on pourrait croire. Du « c’était mieux avant » systemd (ce dont je ne sais foutre rien, puisqu’alors je trainais encore en redmondie) jusqu’à l’innovation « disperso-progressive » qui ne sert en fin de compte pas à grand-chose (pas longtemps, en tous les cas). La bonne mesure doit-être quelque part entre les deux !

    1. Le système d’initialisation de la Gentoo ? Même Sabayon est passé à Systemd. Et cela pourrait rendre plus difficile la migration des paquets de la Archlinux vers la Manjaro Linux. Fork complet en vue comme pour la Chakra Linux ?

  2. Je crois que le choix est finalement très simple à comprendre, pour cela il faut peut-être se rapeller les origines de linux:
    -Si tu souhaites t’impliquer dans ta distro, si tu veux en connaître les finesses, si tu veux décider ce qu’il doit être vraiment installé y compris les services -> exit SYSTEMD. Ta liste de distros citées est cohérante avec cet faît

    Pour tous les autres, SYSTEMD rempli son contrat: Prendre de plus en plus le controle de votre système d’exploitation et donc s’étendre de plus en plus au sein de celui-ci.

    Ceci n’est pas une critique.

    Je crois que c’est un faît qui n’est pas près de changer. Et si il change pour moi linux ne sera plus linux

    Bien à toi

    Thierry

    1. Le problème est que le mouvement anti-systemd est plus souvent une volonté de casser Lennart Poettering plus que de proposer une alternative constructive.

      Je trouve systemd plus simple à gérer qu’un OpenRC par exemple.

      En tout cas, la distribution LSD qui est purement idéologique est bien partie pour aller rejoindre les nombreuses distributions défuntes.

  3. Le problème est que le mouvement anti-systemd est plus souvent une volonté de casser Lennart Poettering plus que de proposer une alternative constructive.

    Cette phrase est seulement une tentative pitoyable de détourner l’attention du véritable problème -> machin-d est une merde qui fini d’enterrer la modularité du système que l’on pouvait jusqu’à présent composer un peu comme on voulait pour le remplacer par un truc monolitique qui sous couvert d’une pseudo simplicité à la surface est un bloatware et une véritable usine à gaz bien loin de la philosophie unix qui va venir s’incruster comme un vulgaire morbac dans les systèmes linux sans possibilité de retour en arrière.

    Ce type, franchement on s’en tamponne complètement de qui il est, mais visiblement beaucoup de ceux qui participent à l’écosystème des logiciel libres ont les chevilles tellement grosses comme des montgolfière que dès qu’ils font de la merde, que ça se voit et qu’on leur en fait la remarque, ils ne peuvent s’empêcher de venir jouer les calimero en essayant de faire croire que ce sont des attaques personnelles dirigées contre leur poovre petite personne alors qu’on leur dit seulement que leur code est pourri et ça, c’est franchement pitoyable comme méthode de défense.

    Cependant, ça ne sert carrément à rien d’argumenter, toute les attention-whores ont déjà pris le parti de cette daube.

    Cela dit, de nos jours, c’est important de contenter le peuple.

    1. On y va gaiement, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un commentaire digne d’une fosse septique à ce point depuis longtemps.

      Cette phrase est seulement une tentative pitoyable de détourner l’attention du véritable problème

      C’est vrai, revenons à l’époque d’avant systemd où dès qu’on changeait de distribution, il fallait tout réapprendre.

      -> machin-d est une merde qui fini d’enterrer la modularité du système que l’on pouvait jusqu’à présent composer un peu comme on voulait pour le remplacer par un truc monolitique qui sous couvert d’une pseudo simplicité à la surface est un bloatware et une véritable usine à gaz bien loin de la philosophie unix qui va venir s’incruster comme un vulgaire morbac dans les systèmes linux sans possibilité de retour en arrière.

      Il est vrai que les anciens systèmes ne sont pas dépassées par l’évolution des logiciels. Et quand on lit : « un vulgaire morbac », ça fait vraiment penser que le mouvement contre systemd attaque directement Lennart Poettering et les personnes qui développent systemd.

      Ce type, franchement on s’en tamponne complètement de qui il est, mais visiblement beaucoup de ceux qui participent à l’écosystème des logiciel libres ont les chevilles tellement grosses comme des montgolfière que dès qu’ils font de la merde, que ça se voit et qu’on leur en fait la remarque, ils ne peuvent s’empêcher de venir jouer les calimero en essayant de faire croire que ce sont des attaques personnelles dirigées contre leur poovre petite personne alors qu’on leur dit seulement que leur code est pourri et ça, c’est franchement pitoyable comme méthode de défense.

      Quand vous aurez des arguments de ce style, vous ne vaudrez pas mieux que la daube que vous dénoncez.

      Cependant, ça ne sert carrément à rien d’argumenter, toute les attention-whores ont déjà pris le parti de cette daube.

      Donc je suis un attention-whore. Whore, c’est une putain en anglais non ? Merci de me classer dans les personnes qui en sont à se prostituer pour attirer l’attention.

      Cela dit, de nos jours, c’est important de contenter le peuple.

      Oh, le bel argument pour cacher le « c’était mieux avant ».

      Utiliser une adresse yopmail me fait penser que vous n’avez pas le courage de votre opinion. Je suppose que votre IP qui pointe sur une ville du Languedoc Roussillon doit être aussi forgée.

      Ah, la facilité d’utiliser une adresse jetable pour poster un commentaire qui se la joue « pauvre victime » des personnes qui considèrent qu’il faut savoir évoluer.

  4. Bah ca fait quelque mois maintenant que la guerre est fini et que systemD a gagné de toute façon. Depuis l’officialisation de systemD comme nouveau système d’init par Debian a mit fin à la guerre et a déclaré vainqueur systemD. Et le grand perdant c’est Upstart qui a été déclaré comme système qui va mourir à partir de la 14.10.

    Après il y a bien openRC mais ca va se limiter au distribution BSD et à des part négligeable dans le monde GNU/Linux.

    Bref il n’y a plus de guerre depuis quelque mois désormais.

    1. OpenRC, c’est juste Gentoo Linux, donc loin d’être une part négligeable, même si la Gentoo Linux pour êtres humains, Sabayon Linux a migré vers systemd.

      Il y aurait un projet pour proposer OpenRC sur Manjaro : https://wiki.manjaro.org/index.php?title=OpenRC,_an_alternative_to_systemd

      Mais elle dépend sur des technologies comme ConsoleKit qui empestent le sapin à dix bornes à la ronde.

      http://www.freedesktop.org/wiki/Software/ConsoleKit/

      « ConsoleKit is currently not actively maintained. The focus has shifted to the built-in seat/user/session management of Software/systemd called systemd-logind! »

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer