Et si le modèle d’une version tous les 6 mois était en voie d’essoufflement ?

Dans un article assez saignant, Cyrille Borne parle de manière peu élogieuse des distributions comme les ubuntu-like, je cite :

Conclusion Linuxienne. Après ma petite semaine de vagabondage en famille, un coup de yum update, yum upgrade et me voilà en firefox 3.5.4, je me dis que ce n’est pas si mal, lorsque l’on sait que Léonidas est une version qui sera dépassée d’ici une quinzaine de jours. Quand au mois de décembre, on rappellera aux ubunteros qu’il est possible d’installer openoffice par les paquets deb, ou qu’on donnera des méthodes de compilation pour installer de nouvelles versions, sous Fedora si on garde le cap qui a l’air d’être celui de cette distribution, on sera certainement à jour dans les logiciels sans effort. A méditer.

Il est vrai que l’idée séduisante de sortir tous les 6 mois (en moyenne) une nouvelle version de la distribution avec les logiciels à jour lors de la sortie est à première vue très bonne. Cependant, ce rythme impose un « cul de sac » : les évolutions minimes d’une version en attendant la version + 1 qui fera le saut qualitatif sur l’environnement de bureau (gnome, kde, xfce pour citer les 3 principaux).

Evidemment, on me dira que la course à la dernière version n’est pas non plus la panacée, mais elle permet une chose : d’être protégé en cas de problème de sécurité. Et surtout ne pas se traîner durant des mois une version obsolète d’un logiciel, souvent rustiné à mort, histoire de le faire rentrer dans un cadre bien précis.

Le grand public est habitué – avec l’illégale vente liée – à une nouvelle (hum !) génération de Windows en moyenne tous les 2 à 3 ans. En 15 ans, le grand public a eu droit à :

  • Windows 4.0 alias 95 en 1995
  • Windows 4.1 alias 98 en 1998
  • Windows 4.1.1 alias 98Se en 1999
  • Windows 4.9 alias Millenium en 2000
  • Windows NT 5.1 alias XP en 2001
  • Windows NT 6.0 alias Vista en 2007
  • Windows NT 6.1 alias 7 en 2009

Soit une moyenne d’une version tous les deux ans. Mais prenons l’informatique libre sur deux ans, donc quel était les versions des logiciels libre principaux ?

Actuellement, nous en sommes à :

Autant dire que les versions ont connu une voire deux ou trois générations. Le pompon étant le noyau linux qui a connu 8 versions majeures en l’espace de 2 ans.

Je me demande si l’avenir n’est pas plus dédié à des distributions qui proposent à un instant T une version installable, puis qui serait continuellement mise à jour, à l’image de ce que propose ArchLinux ou encore la version de développement de la Frugalware Linux.

Car l’informatique – libre ou pas – est en constante évolution. Et ce qui semblait être le haut de gamme se retrouve 6 mois plus tard complètement obsolète. Je ne prétends pas détenir la vérité, mais j’ai pu constater depuis mon retour sur Archlinux (en mai 2009) que je n’ai jamais prise la distribution à défaut. Et j’ai connu quand même 4 versions majeures du noyau (de la 2.6.28.x à la 2.6.31.5 actuellement), deux générations de Gnome (la 2.26 et la 2.28), sans oublier une nouvelle génération d’OpenOffice.org.

Et tout cela sans jamais rajouter le moindre dépôt tiers ni avoir besoin de réinstaller. Ce qui aurait été surement inimaginable sur une distribution classique.

Maintenant, je ne cherche à convaincre personne, je ne fais que parler de ma propre expérience et de ce que je constate.

Je m’attends surement à des torrents de commentaires trempés à l’acide sulfurique. Mais de cela, je considère que c’est normal quand on se pose des questions.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer