Allez, au revoir, diaspora* et merci pour tout.

C’est la deuxième (??) fois que je quitte l’alternative la plus célèbre au fesseur de caprins. La première fois, c’était en 2012. Puis, j’avais attendu que Framasoft ouvre son pod pour retenter ma chance.

J’y suis retourné en octobre 2014, espérant que l’expérience serait meilleure. La mise à mort de Google Plus en avril 2019 avait amené un peu d’air frais, mais c’était retombé comme un soufflé trop cuit.

Je dois dire que je n’allais plus vraiment sur le pod framasphere* qu’une fois de temps à autre, pour y poster un lien, mais cela faisait des mois que je n’avais plus eu la moindre information un tant soi peu intéressante à mettre sous la souris.

Comme je l’avais écrit en 2014 :

J’ignore combien de temps j’aurais ce compte sur le pod de framasoft. Peut-être que l’aventure s’arrêtera dans une semaine ou dans trois ans. Pour tout dire, je m’en contrefous complètement.

J’ai donc franchi le pas cet après-midi. Il faut dire que l’article d’Arpinux m’a aidé à prendre conscience ce que je refusais d’admettre : on s’emmerde ferme sur diaspora*.

Bien pensé, le coup du chaton, mais mon compte est désormais fermé. Ce n’est pas pour autant que le fesseur de caprin me reverra en fanfare.

Si je dois y retourner, ce sera pour me tenir informé de ce qui n’est pas visible ailleurs. Dommage que le monde du libre qui aurait pu se démarquer sur les services – en dehors de l’excellent peertube – tombe dans les mêmes travers que les services classiques, en rajoutant une dose de « bienveillance » qui est une manière déguisée d’aseptiser les propos au final.

Diaspora*, c’est pas la joie.

Mercredi dernier, j’ai cloturé mon compte diaspora*. Je l’avais ouvert avec enthousiasme et curiosité il y a plusieurs mois, en décembre 2011.

Et déjà au mois de mars, j’exprimais des doutes prononcés sur la viabilité à terme du réseau social.

Donc, mercredi dernier, j’ai sauté le pas. Et j’ai dit adieu à mon compte diaspora* que je n’avais plus utilisé depuis un certain temps.

Comme je le précisais en mars dernier :

De plus, il n’apporte vraiment rien de plus par rapport à un Facebook ou un GooglePlus. Il manque cruellement de notoriété et cela étant un cercle vicieux, on trouve toujours les mêmes personnes avec les mêmes messages.

Sans oublier les manques énormes de l’interface : pas d’édition simple pour mettre du texte en gras, en italique, en souligné. L’insertion d’images et de vidéos qui fonctionnaient une fois sur deux, la perte de contrôle sur les images mises en ligne sur le réseau, alors que le contrôle des données par l’utilisateur se veut complet, tout cela joue en la défaveur d’un réseau qui aurait pu être une alternative à Facebook et GooglePlus.

D’ailleurs, une question : pourquoi cette utilisation de chatons pour forcer l’utilisateur à rester ?

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer