L’asus eeePC 1005 HAG, le retour après 7 années d’absence :)

En mai 2015, je parlais de l’utilisation d’un eeePC 1005 HAG, un notebook avec un écran de 10 pouces en affichage 16:9. À l’époque, j’utilisais Archlinux avant que celle-ci ne laisse tomber les ordinateurs 32 bits en novembre 2017.

Cependant, je n’ai pas utilisé la machine en question durant près de 3 ans à cause d’un chargeur défectueux. Moralité, c’est un jour en faisant des recherches sur eBay que j’ai pu trouver un chargeur compatible à petit prix (15€ environ pour être plus précis).

Mon premier choix a été d’installer une archlinux32 avec un noyau LTS. Cependant, j’ai tellement eu d’ennuis avec l’installateur dont des clés gpg complètement explosées en vol qu’il a fallu que je tourne vers un autre choix.

J’aurais très bien pu pousser le geekisme au maximum et installer un OpenBSD, étant donné que j’aime bien cet OS et le détourner en station bureautique. Mais je me suis dis que la reconnaissance du matériel pouvait être capricieuse et aléatoire.

Dans le monde du Linux 32 bits, il ne reste plus grand monde : Slackware et Debian GNU/Linux pour être plus précis. J’aurais très bien pu me tourner vers ma distribution de coeur, à savoir la Slackware en la passant en current, mais je me suis dis qu’une Debian GNU/Linux testing avec Xfce, ça rentrerait très bien dans le Go de mémoire vive du notebook.

Pourquoi Debian GNU/Linux testing ? Simplement pour ne pas me retrouver avec un trop grand écart de différence entre mes ordinateurs du monde archlinuxo-manjaresque pour LibreOffice. La Debian GNU/Linux 11.4 ne propose par défaut qu’une version 7.0.0 alors que la version « still » est en 7.3.x et la version « fresh » est en 7.4.0.

Étant donné que je compte utiliser le notebook comme une station de travail nocturne sur mes projets scripturaux en cours – même si Grammalecte n’est pas utilisable à cause de la petite taille de l’écran – la solution Debian GNU/Linux testing était la solution la plus pragmatique.

Ce que j’apprécie, c’est la durée de vie de la batterie. Elle frôle les 5 heures malgré l’âge du notebook. Il est à la limite de l’increvable 🙂

Le seul hic ? Le circuit wifi n’est pas compatible avec ma Livebox 5 fibre. Tant pis. J’utiliserai le notebook en connexion filaire sur la Livebox, soit en partage de connexion avec mon téléphone portable.

Le plus important ? Pouvoir réutiliser cet ancêtre basé sur un Intel Atom N280.

Savoir être pragmatique, c’est souvent utile dans le monde du logiciel libre !

22 réflexions sur « L’asus eeePC 1005 HAG, le retour après 7 années d’absence :) »

  1. Une petite « revolution » ces petites machines, aisément détronées par l’arrivée des tablette.
    J’avais un petit acer en équivalent, mais qui est mort. Avec 160Go de HDD et 2Go de ram. Même winXP a assez rapidement dégagé. J’ai testé une version embedded, mais microsoft c’est vraiment trop lourd (j’aurais pu essayer avec le recul un win2000, mais je n’aime pas avoir un OS obsolete).

    Debian avait également retenu mon choix à l’époque, ca tourne bien mieux, mais il faut se rendre à l’évidence, un firefox ou libreoffice de lancé et la machine n’en peut déjà plus.

      1. ouch 2 minutes ça calme !
        Je viens de regarder sur mon PC portable : 1 seconde pour lancer LibreOffice ( j’utilise l’extension Gnome Shell « Applications Startup Time Measure » pour voir le temps de démarrage de l’appli )

  2. j aime bien ce genre de petit netbook petit et leger …

    en ce moment on se bat ( https://github.com/aarch64-laptops/debian-cdimage/issues/16#issuecomment-1211326195 ) pour avoir un linux qui tourne a peu pres sur nos galaxy book s snapdragon (j en ai achete un pas trop cher d occase sur ebay) mais les progres sur linux n avancent pas vite … pour linux sur arm je crois qu il aurait mieux valu un vieux lenovo (mais plus gros et plus lourd) ou alors alors le thinkpad x13s (mais comme il est recent il est cher …)

  3. j’en avais essayé un, je me souviens même plus de la marque.
    c’était un atom 32 bits, j’avais mis dessus Windows xp, je crois.

    Dommage que ça n’existe plus.

    Il vaut mieux un bon portable 15 pouces, un peu plus encombrant certes, mais plus efficace.

    1. J’ai un vieux portable 15 pouces – équipé d’un Intel T4200 qui remonte à 2009-2010 – que j’utilise régulièrement. Évidemment la résolution est meilleure, mais l’encombrement est plus important.

  4. Je me souviens que ma fille avait un HP mini 110 avec Windows Starter pour la fac et elle chopait toujours des virus , alors je lui avais installé Debian et elle en était contente, je pense qu’elle l’a toujours mais elle ne s’en sert plus. Moi j’ai récupéré un vieux Toshiba de 2009, j’ai installé une Slitaz mais j’arrive pas à faire fonctionner l’imprimante réseau et les autres distributions Linux il fait un bruit d’enfer, sans doute le disque dur qui chauffe parce que en fin de vie.
    A pluche.

  5. Encore possesseur d’un EeePC 701 (mais plus utilisé depuis longtemps) qui, après formatage, tournait sur Debian avec LXDE. Il a fini sa carrière comme player audio (avec DAC USB).
    Afin d’éviter le son du ventilo (petit mais des fois un peu trop bruyant), j’avais dû le débrancher. Pour ce faire, il y fallait accéder par le clavier. Et, malheureusement, une touche fut perdue.
    Par nostalgie, je l’ai gardé. Il est bien rangé dans sa house (fournie d’origine). Souvenirs, souvenirs…

  6. Fred sous debian ohhh qui lu crus, dommages pour le wifi sinon il aurait etait opérationnel a 100 % comme quoi notre bon vieux matos toujours au top 🙂

    1. Comme je l’ai précisé, c’est un choix purement pragmatique. Archlinux32 ne semble pas être dans un état des plus satisfaisant et je suis gentil en disant cela.

      Pour le Wifi, je pense que c’est une limitation du matériel. Bah, ce n’est pas non plus très grave. Il me servira quand je serai en déplacement. C’est plus pratique à transporter qu’un portable avec un écran 15 pouces 🙂

  7. J’avais d’occaz un petit notebook Asus sans ventilo avec une Debian Xfce, pour brancher le DAC Usb relié à l’ampli, qui me servait de media center.
    Et aussi pour lire les vidéos via VLC ou certaines plateformes, le tout relié en HDMI sur l’écran externe, mais force est de constater que ce genre de petit pc rame très vite sur des vidéos encodées en x265, ou même sur du Full HD 1080p, ça rend l’expérience assez désastreuse.

    Du coup, obligée d’utiliser mon vieux Toshiba gaming de 2012, avec Debian Xfce, en 17 pouces, puissant, qui fonctionne à la perfection, mais qui est bruyant, normal il faut refroidir tout l’attirail.

    Heureusement pour les vidéos, et la musique, le ventilo reste assez discret, mais audible si on a une bonne ouïe.

  8. Salut Fred,

    Au cas où finalement tu voudrais un clef USB wifi, si cette machine a un port USB2 libre je te propose la D-Link DWA-131.

    Ça se trouve partout, notamment chez LDLC: https://www.ldlc.com/fiche/PB00091958.html pour presque 11 € TTC. J’en ai un sur une tour sans carte WIFI interne (à tour donnée, on ne regarde pas la carte wifi), cela fonctionne bien.

    Le pilote pour Linux rtl8192eu est là: https://github.com/Mange/rtl8192eu-linux-driver

    Il faut juste mettre le pilote rtl8xxxu sur liste noire car il est moins bon, comme indiqué.

    PS le branche Linux 5.18 a été déclarée en fin de vie par Greg K-H. Mais bon je suppose que Debian la maintiendra ou peut te fournir un « backport ».

    1. J’avoue que je considère avoir fait suffisamment de frais sur cet ordinosaures. Quand j’ai besoin de connexion réseau, je passe par un cable ethernet branché au cul de la Livebox.

      Quant au noyau, étant donné que testing est en pleine activité, il sera remplacé par un noyau 5.19.x d’ici quelques jours.

      Debian n’attendant qu’une chose : savoir quel noyau sera le LTS de l’année 2022. Je penche pour le 6.0 en cours de développement.

  9. Te voir sur debian mais si c’est par pragmatisme me fait tout drôle.
    Le truc qui me fait tiquer c’est le choix de testing, honnêtement c’est pas la plus fiable des deux (entre sid et testing), il va avoir des moments où un paquet va passer dans testing mais pas les dépendances en question et du coup ça va poser soucis, quand c’est un paquet peu important pas de problème mais si c’est un truc plus important ça va te faire un merdier. Pour ça deux façon, le pining en rajoutant sid mais en le rendant moins prioritaire que testing, ou bien de passer en sid avec les dépôts testing. Le plus simple et stable étant ce deuxième choix.

    Maintenant pour une machine qui va en fin de compte peu servir, stable aurait été un meilleur choix, avec du backport pour libreoffice par exemple. Je sais ce que tu en pense mais sur de vieilles machines, le fait de devoir mettre à jour fréquemment bouffe pas mal de ressources. Puis bien choisir les applications, sur mon i586, tous les truc comme firefox, chrome, thunderbird etc, je ne peux pas, c’est juste trop lourd et lent, claws-mail pour le mail est vraiment pas mal, par contre le navigateur j’ai pas encore trouvé un truc vraiment top, je tourne sur midori ou netsurf ou encore dillo. Libreoffice, je l’ai remplacé par abiword et gnumeric, sinon si tu as de la place calligra (kde) reste bien plus léger que libreoffice.

    Bonne continuation.

    1. Réponses rapides.

      C’est du pur pragmatisme. Si Archlinux32 avait été en meilleur état, je ne me serai pas posé la question. Vu que le 32 bits est en fin de vie, j’avais le choix entre Debian et la Slackware current. J’ai préféré Debian pour avoir mes logiciels traduits 🙂

      Pour tout ce qui est backport et pinning, je préfère ne pas y toucher. Je préfère un ensemble homogène, d’où mon choix de testing. Sid ? Le jour où j’en aurais marre d’attendre certains logiciels 🙂

      Pour LibreOffice, je n’ai pas vraiment le choix. Tous mes documents orientés bureautique sont créés avec LibreOffice qui gère les formats ODF comme un chef.

      Autant rester avec le grand chef ici 🙂

  10. Bonjour Fred,

    Pour un ordinosaure sans wifi et visiblement peu utilisé, j’aurais quant à moi privilégié une debian stable avec libreoffice en flatpak pour avoir une version fraiche de ce logiciel sans avoir à faire fréquemment des mises à jour pour le système.
    C’est ce que je fais sur mes vieux pc.

    A + et longue vie à cet eeepc.

    1. Bonjour.

      Par principe, je ne veux pas utiliser les flatpaks, les snaps et autres appimage. Je préfère largement une version native qui sera un brin plus légère, sans avoir à se trimballer les dépendances d’un flatpak donné.

  11. Salut Fred,
    Tout à fait en accords avec toi,les flatpaks et consort sont d’une lourdeur sans nom, sur une ubuntu astro nouvellement mise à jour ceci m’étaient imposés,j’ai donc vite viré ces monstruosités car cela me prenait toute la place sur mon DD qui n’est pas très véloce de mon portable dédié, c’était le cas de firefox et d’autres logiciels qui étaient passés en flat, hors justement lorsque je fait de l’astrophoto cela m’en prend énormément, surtout si je fais des séances de plusieurs heures, je préfère et de loin nos bons vieux packages bien huilés.
    Bonne journée

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer