Pacman 6.0, un coup de pied dans les « roustons » des ArchJaro ?

Comme en moyenne une fois par an – même si la dernière fois remonte à octobre 2019 – le gestionnaire de paquets d’Archlinux du doux nom de pacman, connaît une mise à jour majeure.

Dans l’article, je parlais des problèmes de compatibilité avec un outil de « haut niveau », pamac. En effet, la migration de la version 5.1 avec la 5.2 avait mené à l’ouverture de deux bugs.

[…]
Cela a été aussi un passage douloureux pour l’excellent pamac. Après deux rapports de bug, un concernant la compilation, l’autre concernant l’utilisation, le gestionnaire de logiciels est compatible avec pacman 5.2.

Autant dire que grâce à la grande gueule que je suis et qui est détesté par une partie du monde libre francophone, certaines des personnes en question pourront continuer à utiliser une manjaro ou une base archlinux avec pamac sans prise de tête. Du moins, à la prochaine version stable, le paquet pamac-aur-git que je maintiens étant fonctionnel 🙂
[…]

Cette fois la migration est un peu plus douloureuse. Sur le rapport de bug que j’ai ouvert, le développeur qui répond au pseudonyme de Guinux est assez clair, je le cite :

The port to libalpm 13 is not trivial and I don’t have a time ATM to do it. Be patient.

On peut traduire ainsi :

Le port vers libalpm 13 n’est pas trivial et je n’ai pas de temps en ce moment pour le faire. Soyez patients.

Toutes les versions proposées de pamac sur AUR sont concernées. Et surtout, cela montre la fragilité des archjaro : des distributions reprenant en plus de pamac les outils de bas niveau (comme les outils de détection matériels mhwd et leur interface du nom du gestionnaire de paramètres Manjaro) sont cassées pour cet outil important.

En avril 2020, je parlais de ce genre de créatures hybrides qui finissaient toutes par mourir. Les principales ?

Et c’est sur un fil du forum de cette distribution que j’ai vu qu’on proposait de commettre une énorme erreur : bloquer la montée en version de pacman tout en laissant les autres logiciels se mettre à jour.

Je cite :

It might be possible to add pacman to IgnorePkg until this one is fixed, requires manual work though.

Que l’on peut traduire par :

Il pourrait être possible d’ajouter pacman à IgnorePkg jusqu’à ce que celui-ci soit corrigé, mais cela nécessite un travail manuel.

C’est surtout une énorme bêtise… Oui, j’aurai pu utiliser le mot commençant par c, c’est de ce niveau.

Le wiki d’archlinux précise en toute lettre que les mises à jour partielles ne sont pas supportées. Je cite donc le wiki en question :

Arch Linux is a rolling release distribution. That means when new library versions are pushed to the repositories, the developers and Trusted Users rebuild all the packages in the repositories that need to be rebuilt against the libraries. For example, if two packages depend on the same library, upgrading only one package might also upgrade the library (as a dependency), which might then break the other package which depends on an older version of the library.

That is why partial upgrades are not supported.

Que l’on peut traduire par :

Arch Linux est une distribution de type « rolling release ». Cela signifie que lorsque de nouvelles versions de bibliothèques sont poussées dans les dépôts, les développeurs et les utilisateurs de confiance reconstruisent tous les paquets dans les dépôts qui doivent être reconstruits pour les bibliothèques. Par exemple, si deux paquets dépendent de la même bibliothèque, la mise à niveau d’un seul paquet pourrait également mettre à niveau la bibliothèque (en tant que dépendance), ce qui pourrait alors casser l’autre paquet qui dépend d’une ancienne version de la bibliothèque.

C’est pourquoi les mises à niveau partielles ne sont pas prises en charge.

On peut se passer de pamac, mais pas de pacman qui lui est un outil système et qui doit être mis à jour quoiqu’il arrive.

Vous comprenez maintenant pourquoi j’avais descendu en flamme Garuda Linux et pourquoi je la déconseillais.

Le conseil lu sur le forum ne fait que confirmer que les personnes derrière le projet n’ont pas toute conscience de la possibilité d’exploser une installation en vol avec ce genre de pratiques. Mais, bien entendu, je dis cela, mais je dis rien au final.

13 réflexions sur « Pacman 6.0, un coup de pied dans les « roustons » des ArchJaro ? »

  1. Ca va faire mal 🙂
    Patience et longueur de temps
    Font plus que force ni que rage.
    Dit le proverbe.
    A pluche.

  2. pacman 6 🙂
    ça a cassé packagekit chez moi, j’ai masqué les services lié en attendant la mise à jour du paquet pour alpm. Rien de grave mais il aurait été préférable d’avoir une petite new sur la home de archlinux.org

  3. Ah, Pamac HS pour le moment ? Ouais, pas cool pour ceux qui préfèrent passer par un outil en GUI…

    De son côté, pas de problème avec Yay (les autres, je sais pas) : le PKGBUILD a été mis à jour (seulement pour faire recompiler le paquet) quand Pacman 6 est arrivé en stable, donc lui, au moins, il marche toujours.

  4. Pacman 6 sa sent la grosse upgrade , je me demande si sur Endeavour os tu va en parler aussi !? Sa pourrait éviter la création de poste doublon a répétition

  5. Monsieur Fred, rien à voir, mais si tu cherches ton album Live de Sabbath avec Dio, tu le trouves sur Discogs, en CD, pour un peu moins de 20 euros (port compris)

    Bonne journée

  6. Salut,
    Ailleailleaille … que ça va faire bobo !! En tant que maître auto-proclamé du PowerKéké , pour mes maj, je passe exclusivement par Pamac et celui-ci à la bonté de m’informer quand une maj risque de flinguer un point crucial de mon système !

    N’ayant pas une passion pour les emmerdements, je m’en tiens donc au fameux adage :
     » la patience est mère de sûreté » … en attendant que tout s’arrange, je fais péter une partie de Sudoku !

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer