Un an après la mise à mort de MS-Windows 7, où en est-on ?

Il y a un peu plus d’un an – j’écris ce billet le 19 janvier 2021 – que Microsoft a débranché la prise de MS-Windows 7. J’ai voulu savoir où en était au niveau de la répartition de OS de bureau. J’avais écrit dans un billet de décembre 2019, que ce serait encore du 90-9-1 : 90 personnes allant vers MS-Windows 10, 9 vers MacOS-X, la dernière se tournant vers une distribution GNU/Linux.

Il faut être réaliste, comme pour la mise à mort de MS-Windows XP en 2014, les distributions GNU/Linux ont été les grandes perdantes dans l’histoire. Plus occupées à se battre entre elles – du moins les communautés en question – au lieu de fédérer les efforts et de proposer des alternatives viables, en proposant moins de distributions, mais plus qualitatives.

La plupart des personnes utilisant un ordinateur n’en ont strictement rien à faire de la liberté logicielle. Ce n’est pas ainsi que le monde du libre bureautique pourra se faire une place au Soleil.

Je cite un morceau de choix de l’article en question auquel je ne changerai rien, tant cela éclaire la réalité :

[…]
Car le nerf de la guerre, c’est de passer à l’étape de l’applicatif : la plupart des personnes sont habituées à leur Photoshop, InDesign, Illustrator – piraté ou légitime – et n’en auront rien à foutre des équivalents libres dont l’ergonomie est parfois si mauvaise qu’une gastro-entérite foudroyante serait moins douloureuse à supporter.
[…]

En dehors de LibreOffice, Mozilla Firefox et FreeCAD (peut-être ?), je ne vois pas vraiment de logiciels applicatif qui tiennent la dragée haute à leurs équivalents non-libre. GIMP est très bien, mais il lui manque un élément essentiel : le support de la quadrichromie.

On dit souvent qu’une simple image vaut plus que mille mots. Voici donc – selon StatCounter – les parts de marché des OS en décembre 2020. MS-Windows : 76,56% – MacOS : 17,1% – Linux : 1,93% – ChromeOS : 1,72%

Si on regarde sur les évolutions sur un an, de décembre 2019 à décembre 2020, MS-Windows est passé de 77,64% à 76,56%, MacOS de 16,46% à 17,1%, Linux de 1,85% à 1,93% et ChromeOS de 1,45% à 1,72%. Les parts de marchés sont bien stabilisées désormais.

Mais c’est au final idéal pour les experts auto-proclamés linuxien qui ne savent taper que trois lignes de commande dans un terminal du genre :


sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade
sudo apt-get dist-upgrade

Personnellement, je ne suis pas étonné d’une telle stagnation. Ce n’est pas en produisant ad nauseam des distributions GNU/Linux qui ne diffèrent que par un fond d’écran que la situation changera. Mais mon discours et est restera inaudible car les théoriciens pensent mieux connaitre le monde que l’utilisateur avancé.

Au final, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, non ? 🙂

Allez, bonne fin de journée !

21 réflexions sur « Un an après la mise à mort de MS-Windows 7, où en est-on ? »

  1. > En dehors de LibreOffice, Mozilla Firefox et FreeCAD (peut-être ?), je ne vois pas vraiment de logiciels applicatif qui tiennent la dragée haute à leurs équivalents non-libre.

    Krita peut-être ?

  2. Dans les logiciels Libre qui supporte le CMJN en natif il y a Scribus et on peut ajouter une extension qui permet la gestion de la quadrichromie dans Gimp avec l’espace de couleur CMJN utilisé par tous les imprimeurs.
    https://generation-linux.fr/2009/06/24/installer-le-greffon-separate-pour-gimp-en-64-bits/
    En fin d’année notre bon vieux Pc sous Windows XP nous a lâché, je te dis pas tout ce qui pose comme petits ennuis (imprimante, scanner, douchette).
    A pluche.

  3. Bonjour et bonne année
    Salut ok,je suis presque en accords avec ce que tu dis, mais tu occulte un fait non négligeable, c’est la vente forcé d’un os comme ceux de Microsoft que l’on retrouve invariablement sur les PCs du commerces avec des vendeurs qui la plupart du temps ni connaissent rien en informatique et ne donnent pas les bon conseils avant de démarrer son système.
    Nous n’avons pas le choix du système, et nous sommes donc obligé de s’acheter ses composant à part pour monter son propre PC ou alors passer par un monteur!! et ensuite installer son système préféré!!
    Bonne journée

    1. Le bon vieil argument de la vente liée… Désolé de te le dire, mais même en vendant des machines prééquipées d’une distribution Linux, comme le fait – ou l’avait fait ? – DELL, tu auras toujours une bonne âme pour installer un Windows piraté en utilisant un argument à la fois vrai et faux qu’on ne peut rien faire sous Linux… Et oui, sans applicatif à la Photoshop, Indesign – par exemple – le monde du libre bureautique restera embryonnaire.

      1. Salut Fred
        Ok mais tu oublies aussi que les personnes ont étaient conditionnées à Windows, endoctrinées, ils n’ont connut rien d’autre, ils pensaient que l’informatique s’arrêtait là!! alors comment veut tu changeais des années d’endoctrinement informatique propriétaire et fermé?
        Moi pour ma part je suis un curieux par nature et je ne prends jamais rien comme acquit de certitude
        Je connais l’histoire des DELL mais IBM aussi en son temps l’avait fait, mais sans de la PUB associé, comment veut tu aussi que les gens accrochent, du Microsoft on en bouffe sans arrêt et comme nous vivons dans un monde de moutons près à l’abattoir, les gens ne réfléchissent pas plus longtemps pour savoir si il n’y a pas mieux ailleurs!
        Si les conditions avait été différentes sans hégémonie de Microsoft alors tout autre aurait été le monde du libre, serte tu as raison en disant que qu’il y a trop de discordances entre les différentes distro, se serait mieux d’harmoniser tout ça, mais c’est ce qui fait ça force quelque part, du Linux se retrouve partout cependant, donc on ne peut pas dire non plus que c’est une faillite intellectuelle!
        Bonne journée
        PS: Je dois avoir d’autres argumentations mais j’y réfléchis avant

        1. Le formatage, je ne l’ai pas oublié. Sinon pourquoi KDE propose une interface à la Windows par défaut ? 🙂

          Même avec la publicité associée, si l’applicatif ne suit pas, ce sera un échec. Cf l’expérience d’OS/2 d’IBM qui a fait une force de frappe autrement plus importante à l’époque que le monde du libre actuel.

          Monde de moutons ? C’est quand un peu fort. Simplement, les personnes ont suffisamment d’emmerdes pour ne pas se prendre la tête avec l’informatique.

          Linux est partout, sauf sur les postes bureautiques, c’est le grand échec du monde du libre ici qui voulait libérer les utilisateurs.

          Tu finiras par arriver tôt ou tard à la conclusion à laquelle je suis arrivé il y a plusieurs années : le monde du libre linuxien est ultra-fragmenté, ultra-concurrentiel et incapable 95% du temps de conjuguer les efforts sur des projets quasi-identiques.

  4. Coucou fred,
    Rien a ajouter, le monde Linux fait toujours des caprices et le récent changement de politique autour de CentOS par RedHat en apporte la preuve : RockyLinux d’un côté, AlmaLinux de l’autre… C’est toujours plus facile de faire des caprices que de se pencher sur ce qui pourrai améliorer l’expérience utilisateur et ainsi attirer du monde.

    LibreOffice est très bon ceci dit, les formats les plus répandu sont ceux de MS-Office et on sait ce qui se passe lorsqu’on ouvre un document « un peu exotique » venant de MS-Office vers LibreOffice. L’inverse fait le même résultat mais ce sens est moins répandu…

    @+
    @+

  5. alors Bonjour,
    le pourcentage d’utilisateurs Linux, les 3 lignes de commandes utiles… comment dire ? Je m’en moque bien. Question confort, je suis mieux sous Linux. Coté softs, j’ai largement assez sous Linux. La vente liée est très accessoire, un PC équivalent sans Windows coûte souvent plus cher qu’avec. J’ai déjà perdu 3 Windows que Microsoft considérait piratés ou qui me demandaient le setup du DVD pour réparation et n’ai fait aucun effort pour les 2ème et 3ème fois. Un OS que je ne peux pas tester, réinstaller et effacer sans limitations n’a aucune chance chez moi. En plus quand je suis en plein écran sur Gimp ou Firefox, qui voit que c’est sous Manjaro, Debian ou autre ?
    Sous Linux depuis longtemps et par pure paresse 😉 !

  6. Tout d’abord, bonne année à tous.
    Une fois de plus, Fred, je partage ton avis…tant que les applicatifs ne suivront pas…autant uriner dans un kazoo (je trouve ça moins snob que de pisser dans un violon).
    J’ajouterai que tant que le monde « pro » ne sera pas converti…il y a peu de chances de voir les lignes bouger.
    je radote…je sais !
    Mais je martèle un exemple personnel : mes clients bossent tous sous MS Office. Si ils reçoivent un doc au format libre avec la moindre petite incompatibilité : panique à bord.
    Ce qui me surprenait : ce sont de grosses structures internationales, avec des effectifs conséquents, qui pourraient vraiment économiser des sommes rondelettes en basculant sur du libre.

    Les habitudes prises (ou contraintes consenties selon où l’on se place) au bureau conditionnent les habitudes que nous aurons à usage perso et contribuent à perpétuer le recours au format proprio.

    Et je suis le premier « coupable » …je continue d’avoir recours à MS Office pour mes docs persos : je n’ai pas envie de devoir changer mes habitudes, encore moins pour devoir me réhabituer à certains menus ou rencontrer des incompatibilités (rares et somme toute mineures).

  7. Darktable, par exemple, qui vaut largement Photoshop.

    Après, ce n’est pas toujours un problème d’existence d’un équivalent valable sous Linux. J’ai un proche, ingénieur du son, qui travaille avec Pro Tools. Il reconnaît que Ardour (+ Jack) est vraiment à la hauteur mais on lui demande de produire son travail au format projet Pro Tools, pas au format projet Ardour. Il y a aussi un manque d’envie de changer ses habitudes de travail quand il s’agit d’un logiciel complexe qui demande des semaines d’apprentissage pour l’utiliser efficacement et le configurer aux petits oignons.

    Mais pour Mr Michu qui surfe sur internet, écrit une lettre de temps en temps et visualise ses photos, je ne vois pas ce qui manque. C’est juste qu’il achète un PC (de moins en moins, d’ailleurs) avec Windows dessus et ne se pose pas de question, ce que je comprends parfaitement. Dans ces conditions, le nombre (aberrant, sans aucun doute) de distributions n’y est pour rien. Pas sur que ceux qui satisfont leur ego d’avoir une distribution à eux s’impliqueraient dans le travail plus discret de faire évoluer un logiciel.

    PS. Pour Junior qui joue, c’est pas encore ça mais ça progresse.

  8. sur le papier il y a en effet plein de gens qui se foutent de ce qu’il y a sur le PC, n’y connaissant rien. leur source d’approvisionnement est le supermarché, la fnac etc…t’es pas près de trouver une bécane linux alors.
    le geek prescripteur ? un doux rêve aussi.
    il a fallu que je mette volontairement un dual boot sur le PC des parents pour qu’ils admettent que mint faisait aussi ce qu’ils voulaient, soit pas grand chose à part internet et trier les photos.

    La quadrichromie sur photoshop et l’ergonomie de office par rapport à libre office c’est déjà du détail trop pointu. quand on voit ce que Microsoft sait fourguer comme trucs mal fichus ces temps ci… led habitudes sont le coeur du problème maintenant, pas comme dans les années 70 80 où l’on découvrait ce secteur.

  9. Psychologie et philosophie commerciale ça vous parle ? Marketing et l’analyse comportementale aussi ?

    Petite question, si vous allez dans votre centre commercial, et pour le produit alimentaire que vous cherchez on vous propose 2 choix :

    1 – 1 emballage avec un super design, une photo appétissante du produit, un slogan qui te tape dans la tète et un logo super bien travaillé. Le tout vendu à 200 euros par une entreprise commerciale

    2 – le même produit sans emballage, entouré de plastique transparent, le truc peu ragoutant quoi ….. et ce truc est gratuit.

    Bah 99% des gens vont choisir de payer car ils se disent que derrière y a une société commerciale, que des études ont été faites, qu’il doit y avoir une bonne dose de sécurité (alimentaire) derrière, que des ingé bac +10 se sont creusés la tete pour te faire ce produit.

    Android c’est du linux et c’est gratuit, mais derrière t’as une entreprise commerciale qui s’appelle google, bah les gens ne vont pas chercher plus loin et en plus google c’est commercial et ça leur parle. Ils vont pas aller chercher un autre système d’exploitation qui peu planter et ne plus pouvoir appeler.

    Les gens ont déjà leur boulot qui leur prend la tète, les gosses à aller chercher et à faire manger le soir.
    S’occuper de sa maison de la bagnole. Qu’est ce que tu crois ? Qu’ils vont perdre du temps à apprendre à installer linux pendant des heures et des heures ?

    Non, sur leur ordi ils ont windows parce que ca fonctionne. Désolé de dire ca, mais j’ai testé windows 10, et c’est pas mal pour quelqu’un qui n’y connait rien…..

    perso j’ai commencé linux en 2006 avec ubuntu, j’ai fait pas mal de distrib et maintenant sous manjaro.

    1. Ah, ce que l’on enseigne dans les écoles de commerce ? 🙂

      Il y a aussi l’idée répandue et pas forcément fausse du « si c’est gratuit, nous sommes le produit ». Il est vrai que Linux est loin d’être utilisable sorti de la boite.

      Après, il faut se souvenir du sketch des Inconnus, « Les publicitaires » avec le mantra : « Il ne faut pas prendre les gens pour des cons, mais ne pas oublier qu’ils le sont ».

      Un peu excessif, mais pas complètement faux. C’est que l’on disait aux élèves d’écoles de commerce quand j’étais en faculté dans les années 1993-1995.
      https://www.youtube.com/watch?v=WIxS9-xhGfM

  10. hello,

    si il devais y avoir une vrai révolution bureautique linux pour faire face à windows, elle se ferait en chine.

    Linux à son côté DIY qui demande du temps que les gens n’ont pas.

  11. Excusez mon très mauvais Francais, mais ce n’est pas toute faute à les differentes distro. Vous avez oubliez un tres important particulier: SATAN SECURE BOOT. Oui! Le secure boot a eté designé pour render tres plus difficile, surtout sur les machines les plus modernes, installer Linux.

    1. Entre 2012 et 2015, je veux bien l’admettre. Mais de nos jours, une distribution Linux qui ne serait pas compatible avec SecureBoot, c’est plutôt rare à trouver : toutes les principales (Debian, Fedora, Arch, Ubuntu, Mint, Manjaro…) parviennent à démarrer sur des machines avec SB actif depuis quelques années, maintenant.

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer