« When the broken bow : We, the Dangerous Weapons », merci Bandcamp !

Bandcamp, dois-je le répéter encore une fois ? – est une mine d’or. Surtout quand on prend le temps de fouiller un peu, et surtout d’utiliser les recommandations.

Grace à Bandcamp, j’ai fait exploser ma bibliothèque musicale. Et il y a quelques jours, je tombe sur une recommandation qui m’intrigue : « We, the Dangerous Weapons » du groupe « When The Broken Bow ». J’avoue que la pochette d’un album joue beaucoup pour me forcer à l’écouter.

Je mets le le lien de coté, et le soir même, je lance la lecture. Et boum ! La claque, dès les premières secondes.

Et arrivé à la moitié des pistes, j’avais déjà dégainé mon compte paypal pour acheter l’album. Mais parlons d’abord rapidement du groupe. C’est un trio, formé par Ali Ippolito (piano et chant), Justin Stimson (à la basse) et Quentin Whitman (percussions), originaire de Portland, Oregon.

Le trio propose un rock assez doux, très classique et très mélodique. La piste d’intro propose une musique appaissante, presque une berceuse. Cette mise en bouche permet d’introduire un rock reposant, dont le duo piano-chant d’Ali Ippolito apporte un coté « sucré ».

Continuer la lecture de « « When the broken bow : We, the Dangerous Weapons », merci Bandcamp ! »

Kanji : quand on mélange du rock français avec un groupe uniquement féminin, résultats garantis.

Je ne suis pas un grand fan du rock français, et encore moins des groupes entièrement féminin. Mais je l’avoue, j’ai découvert via Noomiz une pépite, le groupe Kanji qui m’a réconcilié avec du rock français interprété par un trio féminin.

J’ai commandé leur premier EP « Les fleurs de cerisiers », et j’avoue que j’ai pris une claque en pleine tronche. Le genre de claques qu’on aime à recevoir :

L’album commence avec un morceau dynamique « Message ». Suit un titre un peu plus ballade « Plaine ».

« Dame la chance » vient en troisième et montre encore plus l’étendue du talent du trio. Surtout la montée en puissance du titre.

Montée en puissance qui continue avec « Soir et… »

L’ensemble se termine avec un morceau acoustique, qui donne le titre à l’EP.

Ce qu’ont ressent tout au long de l’EP, c’est la maitrise de la voix et des instruments. Le jeu n’est pas volontairement lourd pour cacher qu’on ne sait pas aligner trois notes à la suite. Pas comme feu les massacr’académiciens de TV Bouygues 😉

Si vous voulez du bon rock en français, écoutez donc Kanji… Vous serez agréablement surpris. Surtout l’EP qui est excellent et vraiment pas cher du tout. A vous de voir maintenant.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer