Vieux geek, épisode 331 : Visicalc, la première « killer app » de l’informatique personnelle.

Avant toute chose, il faut définir le terme de « killer app » que l’on peut traduire en français par « Application phare ». C’est un logiciel qui justifie à lui seul le fait de s’équiper d’un ordinateur précis.

Ce qui colle parfaitement avec Visicalc, le premier tableur de l’histoire de l’informatique personnelle. Publié en 1979 par Software Apps – qui est en réalité le duo Dan Bricklin et Bob Frankston – ce logiciel mythique a pour but de simplifier un besoin : la création de tableaux complexes sans passer par les archaïques craies et tableaux noirs.

Un ordinateur n’étant qu’une gigantesque calculatrice en son coeur – si on simplifie un peu ! – Dan Bricklin et Bob Frankston se sont dit qu’il était bête de ne pas exploiter la puissance de calcul de l’Apple II pour se simplifier la vie.

C’est ainsi qu’ils développent le premier tableur de l’histoire. Évidemment, il est assez archaïque et complexe d’utilisation au départ. Le manuel faisant dans les 250 pages. Mais pour l’époque, c’est un succès instantané.

Imaginez que vous êtes un comptable à l’époque. Que vous deviez tout vous farcir à la main, avec une calculatrice pour les calculs complexes. Grace à Visicalc, vous pouviez vous créer des feuilles de calculs avec tout ce qu’il fallait pour calculer automatiquement les résultats dont vous aviez besoin. Vous passiez peut-être une semaine pour fabriquer les feuilles nécessaires, mais après, c’était du plaisir.

J’ai donc récupéré une image de Visicalc pour Apple II pour vous le montrer en vidéo.

Vous avez pu le voir, c’est assez rustique, mais il faut se replonger en 1979 sur un Apple II. Ce devait être une claque monstrueuse. Visicalc existera pour d’autres plateformes comme le PC sous MS-DOS jusqu’en 1983.

Par la suite, ce sera la « killer app » du PC sous MS-DOS qui prendra le relai, j’ai nommé Lotus-1-2-3.

4 réflexions sur « Vieux geek, épisode 331 : Visicalc, la première « killer app » de l’informatique personnelle. »

  1. salut,

    avant visicalc ou pouvait remplir un tableau et faire les calculs en BASIC. J’ai appris aux des employés d’un service gestion à faire ça circa 1978 dans le cadre de mon mémoire au CNAM:
    https://www.worldcat.org/title/essai-dintroduction-dun-micro-ordinateur-a-disposition-des-utilisateurs-dans-un-service-de-gestion/
    Utiliser un tableur c’est plus facile et rapide, bien sûr. Cependant dans ma vie de consultant j’ai vu des tableurs (mal) utilisés en guise de base de données, conduisant à des résultats erronés…

      1. J’ai un souvenir précis: le chef de l’entrepôt des fromageries BEL à TANGER gérait ses stocks avec un tableau EXCEL. Les stocks étaient faux, un erreur d’écriture de données ou (pire) d’un formule de calcul dans une cellule étant trop facile à faire et pas facile à détecter. Ceci ses passait dans des temps très anciens (à l’été 1991) A l’occasion de la même mission de conseil en logistique j’ai pu observer:
        – un exemple de corruption « cheap »: voyant des gendarmes prêts à l’arrêter le chauffeur du camion de livraison Tanger => Marrakech sort deux calendriers Bel pour les leur offrir, mais refuse de leur donner des fromages (« désolé c’est interdit par le patron, je risquerai mon emploi ») et me dit en repartant: « tu comprends, le camion n’est pas en règle… »
        – que les épiciers dans les villages vendent la Vache qui Rit à la portion pour s’adapter aux faibles revenus des clients.
        – que les grossistes de Marrakech entassent les cartons jusqu’au plafond sans étiquettes ni fiches et mémorisent cependant le contenu de chacun d’entre eux associé à sa localisation, ce dont je serai bien incapable. Et sans ordinateur, bien sûr.

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer