Le blues du présentateur de distributions GNU/Linux.

Depuis des mois, voire des années, j’ai pu présenter une sacrée palanquée de distributions GNU/Linux sur ce blog. Sans oublier quelques BSDs de temps à autres, sans oublier un ou deux OS ésotérique. Mais j’avoue qu’en ce moment, la lassitude m’assaille.

Distrowatch est une de mes sources principales d’informations, et je ne trouve rien de franchement très excitant à me mettre sous la souris. Parler de la millionnième dérivée d’Ubuntu, euh… Comment dire cela ? Pour paraphraser un certain président de la Ve République : « Ca m’en touche une sans me faire bouger l’autre ».

Aujourd’hui, Red Hat a annoncé la version béta de la Fedora Linux 19. Alors que je préparais l’article, je ne voyais pas vraiment ce que j’aurais à rajouter à ce que j’avais rédigé à l’époque de la version alpha. Que pourrais-je dire ? Que l’installateur s’est amélioré ? Quelle information ! Que l’ensemble est rapide, quelle nouvelle. Non, tout ce que je peux dire, c’est que la Fedora Linux 19 est bien partie pour être une bonne version. Pas de quoi faire un article de 300 ou 400 mots.

En ce moment quand je suis les dernières sorties de Distrowatch, je me dis : bah, c’est tout ? Plus aucune distribution révolutionnaire ? Plus aucune distribution qui essaye de réinventer la roue pour le meilleur ou pour le pire ?

Car maintenant, et depuis plusieurs mois, c’est toujours la même chose : dérivée d’Ubuntu ou de Debian GNU/Linux, aidé en cela par les sorties consécutives de la Ubuntu 13.04 et de la Debian GNU/Linux.

Je pourrais toujours parler de la Debian GNU/Hurd, mais son utilisation dépasse largement mon niveau de nerditude. Il n’est pas dit que je ne ponde pas un article d’ici quelques jours pour la Debian GNU/Hurd, mais il faudra vraiment que je me mette en mode « j’ai plus de vie sociale » pour y arriver.

Je suis désolé pour le côté : « Je suis en pleine dépression, faites pas chier ! » mais l’actualité des distributions GNU/Linux est si peu intéressante que je ne peux pas vraiment faire autrement. Bah, il y aura bientôt sûrement une distribution de derrière les octets qui me remontera le moral 😉

20 réflexions sur « Le blues du présentateur de distributions GNU/Linux. »

  1. faut pas se forcer ! Dans mon cas je peux rester sans bloguer s’il ne se passe rien. En tout cas, ayant connu très peu de distributions (Ubuntu versions 5.10 à 10.10 > GNOME 2) puis à Debian (Squeeze > GNOME 2, puis Sid > GNOME 3), je suis curieux des tests que tu publieras à l’avenir. Fedora, Mint, Suse ou Megeia sont des distrib qui m’intriguent par ex 😉

  2. Heu ton captcha est « blanc » – 8 = null
    Chaud lol

    Sinon de toute façon, l’intérêt de tester une Mageia finale… on verra ce genre de test partout, comme pour une Ubuntu officielle.
    A la limite des dérivés intéressants pour avoir un avis : que penser de Xfce sur Ubuntu, Gnome-Shell, etc.

    1. Pour le captcha, je vais peut-être en changer d’ici quelques jours. Sinon, je ne trouve plus l’intérêt d’il y a quelques années. Certaines distributions ont tué l’intérêt qu’on pouvait y porter.

  3. Plus aucune distribution révolutionnaire ? Plus aucune distribution qui essaye de réinventer la roue pour le meilleur ou pour le pire ?

    Et si c’était ça… La nouveauté !?
    Les « grandes » distributions Linux ont une identité forte et n’en change pas. Les choix sont réfléchis et entérinés longtemps avant d’être appliqués : il n’y a pas de navigation à vue.
    Les nouvelles versions n’apportent pas toujours de grandes nouveautés, mais il n’y a jamais de régressions.
    Moi, je trouve cela fantastique. La qualité, ça ne fait pas toujours bander mais qu’est-ce que c’est appréciable.

    Allez, courage, il y aura bien un truc nouveau, prometteur et « en cours de développement » (ça fait mieux que « buggé ») qui va sortir !

    1. Entierement d’accord avec Rujenh, on est en phase de stabilisation.

      Pour les nouveautes il va falloir maintenant s’orienter vers des distributions pour des plateformes alternatives tournant sur Linux, pour Raspberry PI ou tablettes.

      Je ne sais pas si tu as l’equipement pour, mais apparament la derniere OpenSuSE propose un mode d’installation special pour les tablettes, ca vaudrait le coup de tester je pense 🙂

  4. Je comprend très bien ton billet frederic.

    ça fait un an que je ressens ça. A l’heure actuelle, il n’y a aucune distribution que j’ai envie de tester.

    Je regrette toujours l’excellente pardus qui malheureusement est en train de devenir un fork de debian. Je l’ai testé et malheureusement c’est encore un peu jeune, alors que la version originale était très avancée pour une distrib partie de rien. Et surtout elle sortait de l’ordinaire.

    Je fais le même constat depuis plusieurs années. On essaie d’innover au détriment de la stabilité.
    J’ai adoré gnome 2 que je trouvais plus stable que KDE. Au final il a disparu et on a gnome 3 que je trouve mal fini.KDE 4,E17, j’accroche pas. XFCE, il s’améliore mais il faut aimer les applis par défaut. Au final je ne trouve plus mon bonheur sous linux.

    C’est malheureux de dire ça mais j’en ai un peu marre d’avoir l’impression d’utiliser un OS en version Bêta. Peu importe la distribution chaque version apporte son lot de nouveautés mais aussi de galères inattendues.

    Il y a six mois je me suis monté un PC avec…. Windows Seven. A chaque fois que je basculais de linux sous XP pour une appli particulière je pleurais tellement ça me rager de continuer à utiliser cet OS.
    Maintenant je constate que microsoft a sorti là un OS bien fichu. Bon je ne parlerai pas de windows 8 qui subit la loi des OS pourris une version sur deux.

    Le constat depuis ma migration vers Seven (Je ne pensais vraiment qu’un jour ça irait dans ce sens là):
    – c’est du crosoft mais je n’ai aucune instabilité, c’est plus rapide que Vista.
    – la productivité, ça me rappelle un billet de cyrille borne à ce sujet. Je n’essaie plus de passer des soirées à comprendre ce qui ne marche pas.
    – Je trouve les applis qui me conviennent tout en restant dans la gratuité légale.

    J’aime cet OS car je sais ce que je fais et ce que j’installe car je m’arrache toujours autant les cheveux quand je dois dépanner un proche qui a acheté son pc acheté en supermarché avec son lot d’applis merdiques.

    Je continue à installer linux sur des ordis d’amis qui sont tombés en rade. Parce que c’est que du bonheur d’installer un OS en une demi heure sans avoir à installer quoi que ce soit après. Pour une utilisation basique bien entendue. Et surtout je n’ai plus à gérer les soucis divers et variés de sécurités et autre plantage.

    Car il y a une chose que j’aime sous linux, c’est que madame michu n’a pas beaucoup de chance d’avoir
    foutu en l’air son OS sauf si elle a cliqué sur l’icone « Terminal ».

    Bon allez, je posterai un commentaire plus positif quand j’aurais réussi mon nième tentative d’install d’arch linux 😀

    Courage, linux n’est pas mort, il a juste un passage a vide 😉

    1. Je regrette toujours l’excellente pardus qui malheureusement est en train de devenir un fork de debian. Je l’ai testé et malheureusement c’est encore un peu jeune, alors que la version originale était très avancée pour une distrib partie de rien. Et surtout elle sortait de l’ordinaire.

      Je suis d’accord que la nouvelle génération de Pardus n’est pas franchement « bandante ».

      Je fais le même constat depuis plusieurs années. On essaie d’innover au détriment de la stabilité.
      J’ai adoré gnome 2 que je trouvais plus stable que KDE. Au final il a disparu et on a gnome 3 que je trouve mal fini.KDE 4,E17, j’accroche pas. XFCE, il s’améliore mais il faut aimer les applis par défaut. Au final je ne trouve plus mon bonheur sous linux.

      Xfce peut utiliser des applications Gnome sans trop de problème. Ensuite, j’adore Gnome 3 et je considère être plus « productif » qu’avec Gnome 2.

      Il y a six mois je me suis monté un PC avec…. Windows Seven. A chaque fois que je basculais de linux sous XP pour une appli particulière je pleurais tellement ça me rager de continuer à utiliser cet OS.
      Maintenant je constate que microsoft a sorti là un OS bien fichu. Bon je ne parlerai pas de windows 8 qui subit la loi des OS pourris une version sur deux.

      MS-Windows 8 est une passerelle d’essai pour forcer la main vers Blue ou MS-Windows 9.

      Sinon, NT 6.1 est pas si mal que cela, en effet.

      la productivité, ça me rappelle un billet de cyrille borne à ce sujet. Je n’essaie plus de passer des soirées à comprendre ce qui ne marche pas.

      Suffit d’utiliser des distributions qui fonctionne en utilisant le principe du KISS. Jamais dépassé deux heures sans pouvoir débloquer un problème. Et encore, deux heures en comptant large. C’est pour cela que je considère que les distributions simplificatrices scient la branche sur laquelle elles sont assises.

      Je trouve les applis qui me conviennent tout en restant dans la gratuité légale.

      Pareil pour moi. Le seul logiciel non libre de ma machine, c’est Adobe Flash.

      J’aime cet OS car je sais ce que je fais et ce que j’installe car je m’arrache toujours autant les cheveux quand je dois dépanner un proche qui a acheté son pc acheté en supermarché avec son lot d’applis merdiques.

      s/applis merdiques/applis pour simplifier la vie de l’utilisateur.

      Je continue à installer linux sur des ordis d’amis qui sont tombés en rade. Parce que c’est que du bonheur d’installer un OS en une demi heure sans avoir à installer quoi que ce soit après. Pour une utilisation basique bien entendue. Et surtout je n’ai plus à gérer les soucis divers et variés de sécurités et autre plantage.

      Linux me sert essentiellement à récupérer les données de PC vérolés pour les remettre à zéro par la suite.

      Bon allez, je posterai un commentaire plus positif quand j’aurais réussi mon nième tentative d’install d’arch linux 😀

      Et dire que j’ai installé Archlinux sans me prendre la tête. Et même si les scripts font peur, ils sont aussi simple qu’un cliquodrome, car en plus on peut controler ce qu’on installe.

      Car il y a une chose que j’aime sous linux, c’est que madame michu n’a pas beaucoup de chance d’avoir
      foutu en l’air son OS sauf si elle a cliqué sur l’icone « Terminal ».

      Et encore. Il suffit d’une mise à jour faisandée. Ce qui peut arriver à tout le monde.

  5. Oui il ne faut pas se décourager !
    L’intérêt avec Linux, c’est que l’évolution est permanente. Chacun peut y trouver son compte.
    A la maison, je n’utilise plus Windows, devenu trop terne à mes yeux (mais un bon OS quand même). J’ai utilisé Ubuntu, puis Archlinux, et j’ai testé différentes distri dans VBox. Un peu lassé moi aussi, je suis revenu à Ubuntu pour sa simplicité de config et d’utilisation. Mais je suis toujours l’actualité grâce à des sites comme le votre !

    1. La simplicité d’Ubuntu ? Il faut déjà savoir qu’on peut enlever des logiciels en mode « bureau » en cliquant avec le bouton droit dessus. C’est pas franchement si facile que cela à trouver.

      Le nouveau Windows « long terme », à savoir 7 (ou NT 6.1) est pas trop mauvais en effet, même s’il souffre de certaines technologies comme la pale copie de sudo en mode graphique qu’est UAC.

  6. Bonjour

    comme je l’ai expliqué chez Cyrille (http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2013/05/05/Billet-invit%C3%A9-%3A-Choisir-une-distribution-GNU/Linux-%3A-une-d%C3%A9cision-personnelle), je suis passé sous Linux (LinuxMint en ce moment mais Mageia 3 me tente bien…) au détriment de Windows.

    Oui, Seven tourne bien. Oui, Windows 8 n’est pas extraordinaire. Oui, il y a de nombreux softs sous Windows qui tournent bien. Même s’ils sont lourds et très (trop ?) complets, Outlook et Office restent pour moi, qui les utilisait quotidiennement, « supérieurs » à leurs équivalents sous GNU/Linux !

    Mais, ce qui me gène le plus chez Microsoft ce sont les multiples failles non corrigées et les backdoors qui trainent… Microsoft a beau multiplier les déclarations comme quoi il ne surveille pas nos emails mais il ne se prive pas de récupérer des infos sur ses OS… On se moque de qui 😉

    PS : le capcha est sympa pour réviser mes tables de multiplication 😉 Mais un seul chiffre apparait dans la case réponse ;-(

    1. Je n’ai rien à rajouter à ton commentaire, sinon que pour certaines utilisations, des outils comme MS-Office sont surdimensionnés. Comme la personne qui utilise PhotoShop pour retailler deux ou trois photos par an.

  7. C’est vrai qu’en ce moment ça tourne un peu en rond…
    Mais je suis sûre que bientôt un petit mec dans un coin va nous sortir une distribution qui va nous tirer une petite larme. Qui va nous montrer qu’il n’y a pas que les grandes qui comptent!

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer