Lisez donc les licences utilisateurs, c’est assez intéressant… Car votre exemplaire de MS Windows ne vous appartient pas !

Quand on achète un ordinateur, la plupart du temps celui-ci est préinstallé (en violation de l’article L-122-1 du Code de la Consommation en France) du système d’exploitation MS Windows.

Au premier démarrage, il est demandé à l’utilisateur de confirmer qu’il accepte les termes contenus dans la licence. Et comme 95% des utilisateurs se contrefoutent de ces termes techniques, il clique sur la case « J’approuve les termes » et passe à la suite.

Cependant, il suffit de se pencher un peu, par exemple sur le point 8 de la licence d’utilisation de Microsoft Windows 7, récupérée depuis le DVD de restauration que j’ai effectué avant de poubelliser le Microsoft Windows 7 dont je n’avais que faire.

Bref, voici ce que dit le point 8, j’ai mis en gras les morceaux intéressants :

8. CHAMP D’APPLICATION DE LA LICENCE. Le logiciel n’est pas vendu mais concédé sous licence. Le présent contrat vous confère certains droits d’utilisation des fonctionnalités de l’édition du logiciel concédé sous licence. Microsoft se réserve tous les autres droits. Sauf si la loi en vigueur vous confère d’autres droits, nonobstant la présente limitation, vous n’êtes autorisé à utiliser le logiciel qu’en conformité avec les termes du présent contrat. À cette fin, vous devez vous conformer aux restrictions techniques contenues dans le logiciel qui vous permettent de l’utiliser d’une certaine façon. Vous n’êtes pas autorisé à :
· contourner les restrictions techniques contenues dans le logiciel ;
· reconstituer la logique du logiciel, le décompiler ou le désassembler, sauf dans la mesure où ces opérations seraient expressément permises par la réglementation applicable nonobstant la présente limitation ;
· utiliser les composants du logiciel pour exécuter des applications qui ne s’exécutent pas sur le logiciel ;
· effectuer plus de copies du logiciel que ce qui n’est autorisé dans le présent contrat ou par la réglementation applicable, nonobstant la présente limitation ;
· publier le logiciel en vue d’une reproduction par autrui ;
· louer ou prêter le logiciel ; ou
· utiliser le logiciel en association avec des services d’hébergement commercial.

En clair, on paye parfois plusieurs dizaines d’euros un logiciel qui au final nous est loué à la discrétion de Microsoft de le désactiver si on va un peu trop loin.

Concéder, c’est « Accorder, octroyer un privilège, une faveur. » Donc, les personnes qui considère que la version de Windows qu’elles ont pour interagir avec le matériel leur appartient ont tout faux.

Mais ce n’est pas tout…

Continuer la lecture de « Lisez donc les licences utilisateurs, c’est assez intéressant… Car votre exemplaire de MS Windows ne vous appartient pas ! »

C’est quand même con d’avoir raison trop tôt…

La musique louée est en train de dépérir… Après la fermeture des services musicaux DRMisé de Microsoft, c’est au tour du service de location de musique de Yahoo d’annoncer la fin de son existence pour septembre prochain.

Il y a plus de 2 ans, je parlais déjà de ce genre de service de location que je considérais comme une idiotie. Et je me cite :

[…]Sous la pression des requins…majors du disque, l’abonnement annuel passera d’ici le 1er novembre de 4,99$ à 9,99$, soit une augmentation du prix de 100,2% !

Quand à l’abonnement mensuel, il passe de 6,99$ à 11,99$, soit une augmentation de 71,5%

Tout cela pour du format WMA gavés de DRMs jusqu’à ras la gueule…

Ou comment les dirigeants des requins…majors du disque sponsorisent le copie non-authorisée des albums qu’ils essayent de vendre à des prix prohibitifs.

Autant louer un DVD me semble logique, autant la location de musique me semble être une aberration. J’ai comme l’impression qu’iTunes et les sites de ventes en ligne vont se frotter les mains…

En 2005, le service en ligne d’Apple n’avait pas encore atteint le milliard de morceaux vendus… Et en juin 2008, 5 milliards de morceaux avaient été écoulés

Allez, d’ici un an, on annoncera la fermeture des services de musique illimités des FAI… Qui prend le pari ? 😉

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer