Je sais que je vais me mettre à dos la blogosphère linuxienne francophone…

…Mais je m’en bats la bijouterie familiale à un point. Quand le plus méchant prof de maths français avait son blog, il crachait volontiers sur le logiciel libre sur le plan bureautique et il avait parfaitement raison.

Du peu que je peux lire de la blogosphère linuxienne francophone, en dehors des articles qui intéressent trois pelés et un tondu fondus de technique – avec du vent dans le dos – sur l’agrégateur qu’est le journal du Hacker, ou le zombiesque Planet-Libre (du moins quand il sera de nouveau en fonctionnement), c’est d’un ennui mortel.

On voit des articles qui sont des recyclages de textes qui auraient pu être écrits en 2015-2016. On ressort ad nauseam les mêmes arguments, les mêmes auto-congratulations dans les commentaires, etc…

Comme si le monde du libre bureautique n’avait pas changé d’un iota en 5 ans. Comme si entre temps des projets n’étaient pas morts, d’autre n’étaient pas nés.

Comme si rester dans des recettes qui font que le monde du libre bureautique restera dans les 2% de parts de marché jusqu’à la fin des temps en pensant qu’un jour cela fonctionnera, ça faisait avancer le schmilblick.

Comme si croire qu’on pourrait avoir la même interface avec des écrans de 6 pouces (téléphones portables), 15 à 24 (ordinateurs) voire 30 à 35 (télévisions connectées) alors que tous les acteurs qui l’ont tenté ont fait marche arrière…

J’ai jadis critiqué les libristes puristes qui ne voyaient l’informatique qu’avec des oeillères et en psalmodiant « liberté, liberté, liberté » et peu importe si la moitié du matériel n’était pas fonctionnel.

Je pourrai faire la même chose avec des personnes qui répètent jusqu’à la nausée les mêmes rengaines – souvent démontée par des recherches de quelques minutes sur un quelconque moteur de recherche – sur telle ou telle distribution. Comme si cela pourrait faire avancer la cause de la liberté logicielle.

Continuez donc, mais ce sera sans moi. Je n’aime pas les choix de certaines distributions ou de certaines technologies qui pourraient même guérir des écrouelles tant elles sont parfaites.

Vous comprendrez pourquoi je préfère maintenant me détourner du monde du logiciel libre et me tourner vers un monde où on ne vous jugera pas sur votre distribution ou sur votre environnement de bureau. Celui de la rétro-informatique où on peut discuter entre pro-Commodore, pro-Atari, pro-Spectrum, pro-Amstrad sans tomber dans les guerres de religions.

Et putain que ça fait du bien. D’ailleurs, je suis en train de me réconcilier avec chaque marque de la grande époque où l’informatique avait encore une visage humain et où on ne se masturbait pas sur le nombre d’images par seconde en 1080p… À moins que la norme soit désormais celle de la 4K et du photo-réalisme dont on peut se contrefoutre dans un doom-like.

Allez, je vous laisse, et je vous souhaite une bonne continuation !

17 réflexions sur « Je sais que je vais me mettre à dos la blogosphère linuxienne francophone… »

  1. Je te comprends parfaitement. Bien que perso, je ne suis pas attiré par les sirènes du retro gaming.

    Et tu n’as pas tord de dire que le libre reste coincé dans le passé de part sa vision.

    Et je vais être honnête, la communauté a bien changé. Empreinte d’une hypocrisie crasse sous couvert d’un pseudo attachement à l’open source. Dans bien des débats, l’argument ultime pour attirer le chaland est que c’est gratuit.

    Je ne perd plus mon temps à discuter, t’a beau exposer des faits réelles, ca fini par du mensonge, de la négation et de la mauvaise fois.

    J’ai même commencé à supprimer mes comptes sur des sites de bug report, forum, etc… dans la sphère linux.

  2. « […] parti de rien pour arriver nulle part » comme disait Groucho Marx, serait-ce le destin irrémédiable du Linux bureautique ? Plus le temps passe, plus je me dis aussi que rien ne s’arrangera. Les projets qui valent le coup techniquement, et pourraient le niveau vers le haut, manquent de bras, les DGLFI fleurissent plus que jamais, tout comme les DE qui n’apportent rien de neuf. Dispersion et dilution, les deux mamelles du Linux de bureau…

    Bref, ça fait des années que j’ai arrêté de recommander Linux, et ce n’est pas demain la veille que je recommencerai. Ma belle-fille s’est acheté un portable neuf sous Windows, je n’ai même pas cherché à l’en dissuader, et quand sa sœur passera elle aussi à la caisse, je réagirai de la même façon. Je suis trop vieux pour croire aux révolutions.

    1. Sur sa je ne te suit pas des masses , il y a quelque années acheter un pc avec windows 7 coûter cher… Mais le même pc sans OS diminuer fortement le prix d’achat.. je ne sais pas si ses encore le cas ^^ après 16 ans sous linux… J’en oublie les os Microsoft

      1. La licence du pc acheté par monsieur tt le monde n’était pas au tarif d’une licence hors OEM.
        Et depuis windows 10, windows c’est « gratos » si tu a update de 7+ vers 10.

        Mais je préfère largement payer plus et avoir moins de soucis que de ne pas payer et passer mon temps à chercher des contournements.

    2. Tout simplement les systèmes d’exploitations ne sont plus bandant. Quel jeune informaticien a envie de créer un environnement de bureau? ou a envie de programmer un traitement de texte? Les jeunes préfèrent programmer des robots ou autres iot ou faire de l’IA. Et l’Open source est le model numéro 1 dans les universités et centres de recherche. Alors qu’il y a 30 ans, il n’y avait que des logiciels propriétaires de SUN ou IBM ou Microsoft.

  3. Bonjour,

    Un Land Allemand souhaite passer sa suite office / ses systèmes d’exploitations vers le libre.
    Nous nous souvenons tous de la ville de Munich et de son passage au libre…

    Bonne lecture

    https://linux.developpez.com/actu/328915/Linux-et-non-Windows-Le-Schleswig-Holstein-un-Etat-federe-allemand-veut-faire-passer-25-000-PC-a-Linux-et-LibreOffice-le-plan-prevoit-une-migration-a-LibreOffice-a-l-horizon-2026-Linux-suivra/

    On verra bien ce que cela donnera.

    1. Ca fera comme pour Munich. Ils veulent juste réduire les couts et au final, ca coutera plus. C’est pas par ce que ca fait 2 ans qu’ils testent certains éléments que le passage de X postes se fera sans douleur que du contraire.

      Et d’ici 2026, pas mal d’eau aura coulé sous les ponts.

        1. Ha oui l’argument de la gendarmerie. Qui est juste la seule à l’avoir fait. Ca fait 13 ans et bizarrement, personne d’autre dans les ministères ou d’autres pays l’ont fait.

          C’est le problème avec les linuxiens, c’est qu’on te sort des arguments qui datent de plus loin que la préhistoire (je parle en terme informatique).

          Linux en terme de bureau ne percera jamais. Tant que la communauté sera dans le jugement et portant le regard sur la passé plus que l’avenir, rien ne pourrait changer pour linux DE.

  4. Je vais rajouter mon petit cas perso qui suivra bien l’ambiance générale des commentaires ici.
    J’utilise des distributions Linux depuis 2008 environ. Et ça commence à me gaver.

    D’une part, je trouve que cela ne progresse pas. Et surtout dans le domaine de l’affichage.
    Firefox est incapable de lire une vidéo sur You Tube sans saccader comme un parkinsonien, le lecteur de vidéo intégré à la distribution me découpe les films avec du Tearing insupportable, etc…

    Et aussi et surtout, les rares personnes qui trainent encore sur les forums linuxiens ont une mentalité de merde. Si cela ne fonctionne pas c’est que mon matos est exotique , c’est que j’ai bricolé quelques choses. Ce qui est faux bien entendu. Mon matos est totalement standard.
    Et de toute façon je n’ai comme unique réponse que  » chez moi ça marche  » ou encore le célèbre  » signale le problème  »
    Bien entendu le signalement du souci le réglera sans aucun doute, on peut toujours rêver vu comme la gestion de l’affichage est la dernière roue du carrosse de Linux depuis toujours.

    Bref j’arrive dans une période ou doucement mais surement, je réinstalle Windows sur tous mes PC
    Ce qui me permet de constater au passage, que l’argument de la prétendue lourdeur d’un Windows ne tient plus du tout la route fin 2021, alors que c’était la raison principale de ma fuite de Vista vers Ubuntu à la fin des années 2000 pour soulager mon PC à l’agonie. Dernier avantage technique qui s’envole donc…

    Il ne reste donc à Linux que l’argument de l’alternative pour la personne foncièrement allergique au monde propriétaire, avec donc un intérêt éthique évident, mais sans aucun argument d’excellence technique. Bref pour moi en tout cas, rien de bandant.

  5. Boudiou comme disait ma grand-mère, quelle tristesse dans ce post et ces commentaires, moi je suis un newbie depuis 2007, je ne comprends pas l’argument selon lequel rien ne bouge dans le monde du libre, vous avez vu çà ou ?

    Même Micro$oft se met au libre, le libre ce n’est pas seulement votre petit desktop que vous avez apparemment du mal à paramétrer, le libre c’est tous les serveurs dans le monde qui tournent sur Linux, c’est même la station spatiale qui est pilotée avec Linux. Alors ramener le libre à une macro dans LibreOffice que vous n’arrivez pas à faire fonctionner, je trouve l’argument un peu mesquin. Mais sous Linux, vous pouvez aussi installer des logiciels propriétaires qui peut-être vous apporterons une entière satisfaction. Enfin et j’en termine là, c’est quoi cette opposition entre Windows çà fonctionne bien et les logiciels libres c’est cata.

    Vous en faîtes quoi de la liberté de choisir, alors oui quand c’est gratuit ce devrait être un argument mais le libre montre que ce n’est pas le cas. Par contre rien ne vous empêche de soutenir financièrement un projet qui vous plaît, ainsi si vous voulez une modification, une fonction supplémentaire vous pourrez le demander gentiment aux développeurs.

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer