Vieux Geek, épisode 268 : ah, le ZX81, mon premier coup de coeur informatique.

J’ai eu souvent l’occasion de dire que j’ai commencé l’informatique avec l’Amstrad CPC. Mais ce n’était pas mon premier coup de coeur informatique.

Non, le tout premier avait eu lieu alors que j’avais à peine sept ans avec le ZX81 de Sinclair. Il était vendu 690 francs à l’époque. Pour mémoire, en 1981, le SMIC brut à temps plein était d’un peu de plus de 3000 francs. C’était quand même une sacrée somme qu’il fallait sortir.

Fin 2020, le ZX81 coûtait l’équivalent de 265,20€ et le SMIC brut de 1981 donnerait 1154,98€. Pour mémoire, le SMIC brut pour un temps plein c’est 1554,58€ début 2021.

Bref, autant dire qu’il coûtait un bras. Les défauts étaient nombreux : pas de sortie son, seulement 1 Ko de mémoire vive – autant dire que les extensions 16 Ko étaient monnaie courante – pas de magnétophone pour enregistrer ou récupérer des programmes.

Mais le pire, c’était son clavier franchement atroce : un clavier membrane qui vous donnait des envies de balancer l’ordinateur par la fenêtre au bout de 5 minutes d’utilisation. Cerise pourrie sur le gâteau moisie, les touches étaient multifonctions… Une galère donc pour la saisie.

Cependant, cela n’empêcha pas le ZX81 d’avoir connu un des premiers jeux en 3D, « 3D monster maze ».

Le plus simple est de vous montrer le tout en vidéo.

En 1982, Sinclair proposa un ordinateur un brin plus évolué, le ZX Spectrum, avec plus de mémoire, une sortie son et des touches « chiclet » un grand de confort par rapport à son prédecesseur. Mais 1982, c’est aussi l’année de la sortie du Commodore 64 avec son vrai clavier… Autant dire que sur le plan de l’ergonomie, il n’y avait pas photo.

Malgré tout, la production du ZX81 s’arrêta en 1984… Combien de personnes ont été dégoûtés temporairement de l’informatique à cause de ce clavier ? Cette information est malheureusement inconnue !

10 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 268 : ah, le ZX81, mon premier coup de coeur informatique. »

      1. On va mettre cela sur le compte du premier lundi déconfiné 🙂
        Il y a du son jusqu’au bout cette fois.
        A pluche.

  1. quelques coquilles inhabituelles aussi ou répétitions étranges. On va mettre ça sur le compte de la nouvelle adresse :p. Je te laisse bien relire… »un grand de confort » ?

    Mais oui, j’ai haï immédiatement les touches gomme du ZX quand je l’ai essayé mais j’aimais bien le look, ce qu’il faisait etc. J’ai eu des souvenirs sur l’ORIC 1 et l’Atmos aussi, dont le clavier était plus recommandable. Imaginez un ordinateur rouge, aujourd’hui. Il y eut aussi le Philips VG5000 arrivé après la bataille, dans les bizarreries de l’époque avec un clavier mal foutu en chiclet. Ou le TI99 qui reste dans ma mémoire pas si morte. Je te passe l’exelvision de l’école primaire aussi là encore avec un clavier discutable. Et dire que j’écris sur un chiclet plutôt confortable depuis.

  2. C’est également la première bécane qui me soit passée entre les mains.
    C’était un cadeau de Noël de mes voisines qui n’en trouvaient aucune utilité et me l’avait prêté.
    Il y avait un petit clavier mécanique qui se fixait, enfin à dire vrai, qu’on pouvait essayer de fixer sur le clavier a membrane.
    Je me rappelle bien faire des tests pour taper du texte pour m’écraser le moins possible le bout des doigts.
    La machine se branchait sur la prise de l’antenne, elle était donc compatible avec notre bonne vieille Radiola et ses boutons à ressort qui était juchée sur le frigo de la cuisine.
    Je me souviens avoir rentré un certain nombre de ligne de code pour au final voir apparaître un dessin représentant des gratte-ciel.

    Quelques années plus tard, vers 1986 ou 87, je passais mes mercredi après-midi au club informatique sur des Sharp MZ-80k, To7-70, ou Macinstosh Plus.
    Je me souviens aussi d’un Goupil qui avait un moniteur monochrome ambre et sur lequel on faisait tourner un pinball au design de fil de fer.

  3. Ah, le ZX81… Avec Hebdogiciel et un lecteur de cassettes, on apprenait la patience et la ténacité (sauf pour les deulignes bien sûr ^^). Le clavier était nul, le système de mots-clés par touche souvent énervant et la mémoire rachitique mais le résultat était toujours fascinant pour le gamin que j’étais à l’époque. Il faudrait que je le ressorte de sa boîte un jour, tiens…

  4. Il a été aussi notre premier ordi. Mon père l’avait acheté en kit à souder, car c’était moins cher. Je me souviens qu’on était enthousiasmé dans la famille par cette petite machine. Mon père, ma mère et moi recopiions des listings de livres et magazines. Je m’étais adapté assez vite aux touches multifonctions et puis ça permettait de réduire le nombre de pressions et de préserver nos doigts. On avait aussi l’extension de 16K mais gare au moindre choc car cela faisait relancer la machine et on perdait le programme !

  5. Haaaaa le ZX81. C’est à lui que je dois d’être devenu développeur. J’avais 13 ans lorsqu’en classe nous avions eu notre premier cours de programmation. (J’avais déjà eu une initiation au logo à l’âge de 11 ans)
    Je me souviens de ce clavier avec touche à bulle d’air qui finissait par s’user à force d’utilisation. Et les énormes télés cathodiques où ils étaient tous reliés.

    Nostalgie 😀

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer