Archlinux et la mise à jour moisie de Samba, suite mais pas fin ?

Dans un précédent article, je parlais de l’arrivée d’une version moisie – une version de développement vieille de près de 4 mois – de Samba sur Archlinux.

Outre le fait qu’il y avait un bug lié à Python 3.8 qui cassait le fonctionnement de samba-tool, une deuxième couche du problème est rapidement apparu, et ne concerne que certains périphériques.

La version 4.12.0 – on en est à la 4.12.0-3 en ce 2 avril 2020 – est arrivée sur les dépôts de test. J’ai donc profité de l’occasion pour débloquer les paquets ignorés. Un redémarrage plus tard, j’avais toujours le même problème : impossible d’accéder aux partages de ma FreeBox Revolution serveur.

Après quelques recherches, je me suis aperçu que le code de la FreeBox pour cette fonctionnalité est restée bloquée sur le protocole SMBv1… Un bug a été ouvert sur l’outil de suivi de Free en octobre 2017 et n’est toujours pas clos.

Si on en croit les commentaires, c’est le passage du code en GPLv3 qui bloque la montée en version du protocole.

Bref, c’est la mouise… Comment le contourner ? Si vous avez un périphérique bloqué sur cet ancien protocole déprécié et que vous utilisez une Archlinux, il faut modifier le fichier /etc/samba/smb.conf et rajouter dans la section [global] ceci, dixit un message de David C. Rankin sur la liste de publication arch-general.


client min protocol = NT1
server min protocol = NT1

Une autre option étant d’employer CORE à la place de NT1.

Au démarrage suivant, on accède à nouveau aux partages au protocole obsolète SMBv1, la preuve en image.

Cependant, il reste un énorme problème : on ne peut pas créer, copier ou supprimer de fichiers sur le partage samba en question… J’ai ouvert un fil sur le forum d’Archlinux. Il faudra juste que j’ouvre un bug dès que possible, mais avec le confinement, j’ai d’autres choses à faire !

Je contourne actuellement le problème en utilisant le protocole afp directement dans Caja. Un peu laxatif, mais c’est toujours mieux que rien 🙂

Bref, une affaire à suivre 🙂

21 réflexions sur « Archlinux et la mise à jour moisie de Samba, suite mais pas fin ? »

  1. En gros, mise à part Python c’est ce que je pensais dès le 30 mars.
    Le problème était apparu en 2018 avec Windows 10 qui bloquait le protocole V1
    Courage, avec ma box sfr je n’ai plus que le ftp, ils ont supprimé SMB.
    Peut être que la freebox est accessible en ftp:
    ci après le lien vers ma page web ftp avec box sfr

  2. Salut,moi de mon côté,aucuns problèmes, il faut dire aussi que je n’utilise aucunes box de qui que ce soit mais un modem routeur pro de netgear et mes partages disque dur et matériels tout fonctionne depuis toujours, mes distros ,sont Linux Mint 19.4, fedora 20, ubuntu 18.4 et kubuntu pour cette dernière la 14.4, et oui encore, ben tout est fonctionnel, de plus cela fonctionné déjà avec ma Mandrake, alors question, quelle est la différence entre vos box et mon modem???
    PS: Je précise n’ai jamais utilisé de box de mon FAI qui est Orange
    Bonne journée

  3. aucun problème pour moi avec arch stable

    mais je force le MAX et ne pas forcer le serveur si on l’utilise, cette version est trouée ! (pour un accès à ma box, bien sûr je n’ai pas sanba d’installé, uniquement le client)

    [global]
    client max protocol = NT1
    client min protocol = NT1

  4. Je te répond ici sur ton commentaire.

    > Je te dis simplement qu’il est mieux d’avoir une version supportée par les développeurs d’un logiciel donné. Ça t’évite d’avoir des ennuis à terme.

    Quel genre d’ennuis, je n’en ai jamais vu ou entendu parlé et depuis le temps que debian est là on en aurait vu. Je sais pas mais c’est toujours la famille de distribution qui est la plus populaire et de loin. Du reste elle est tellement imparfaite qu’elle sert de base dans des projets les plus populaires…

    > Sur le plan des serveurs, tu me diras en grand expert de l’informatique que tu es, quelle est la distribution reine dans ce domaine pour les hébergeurs ?
    Debian est une distribution qui est connue pour proposer des versions anciennes au nom du slogan : « on est stable, point final ». Très bien. Je dis juste que certaines distributions sont plus orientées serveurs comme d’autres bureautiques.

    Le truc c’est que pour dire ça tu montres que tu n’as pas utilité de ton pc de manière professionnel. Perso, je ne peux pas me permettre d’y mettre une arch, madame travail et a besoin d’un truc fiable et répondant toujours présent.

    Bah oui c’est sur que les gars sérieux ne vont pas mettre du archlinux en serveur… Je dois être autant expert que toi puisque tu as toujours raison mais à ma connaissance debian veut être le système universel, ça veut pas dire pour tout le monde mais pour tout besoin ou utilisation, que ce soit sur du embarqué, du serveur, du client, du bureau… Aussi les serveurs sous debian sont souvent des universités, collèges, écoles, des associations … qui n’ont pas ou peu de ressources ou d’aides de l’état, qui ont donc besoin d’un truc sérieux, qui est fiable, stable, facile à maintenir et qui dure dans le temps sans avoir besoin de réinstaller, ils vont pas se tourner vers du Fedora qui bouge trop et qui ne garantie pas le passage d’une version à une autre avec succès ou sans gros changements, ils ne vont pas mettre une rolling qui demande d’être toujours derrière son cul et surtout bouge trop vite, ils ne veulent pas non plus être tributaires des besoins d’une société qui doit se faire de l’argent, donc pas d’ubuntu, il ne reste que debian. Les petites entreprises mais aussi les grandes, utilisent debian pour d’autres raisons. Désolé de te le dire, la part de serveurs de debian n’est que la partie visible de l’iceberg, il y a bien plus d’utilisateurs client avec.

    Et pour finir avec mes connaissances, je vais juste faire un parallèle de bigleux avec l’automobile, c’est pas parce-que j’utilise ma voiture qu’en ville, qu’elle n’est pas capable de faire de l’autoroute et inversement…

    Sinon et c’est la que tu mélanges tout mais tu le fais exprès, si debian n’est que pour serveur, et bien désolé mais linux aussi puisque c’est unix et unix est surtout connu pour du serveur… Sauf apple…

    > Les faits restent les faits. J’ai pris LibreOffice car c’est un logiciel dynamique qui connait deux versions majeures par an avec des améliorations non négligeables à chaque fois.

    Sauf que debian maintient les programmes en son sein. Là où archlinux et d’autres ne font que mettre à jour si une version amont est dispo, debian elle corrige les failles qui se trouve dans les versions qu’elle distribue. Donc désolé mais dans le monde réelle et notamment pro, on ne change pas du jour au lendemain.

    > Même MS-Windows est devenu une pseudo-rolling release. Comme quoi 😉

    Ah bah maintenant on va prendre micosoft en exemple, pas de commentaire…

    > Mon Archlinux a plus de deux d’âge, a connu une migration d’un disque dur vers un nvme, une dizaine de version de noyau, 3 générations de Mate et elle tient encore la route. C’est tout ce que j’ai à dire.

    Ah je peux pas en dire autant puisque mon changement de pc date de cette année, mais rien d’exceptionnel en soit, j’ai des PC sous debian depuis 2006 sans aucunes réinstallations.

    1. On est reparti…

      Réponses rapides :

      1) Vu l’âge de la distribution, il est normal qu’elle est servi de base à d’autres. Ensuite, la popularité, ça veut tout et rien dire. Certains dictateurs étaient populaires après tout !

      2) « Le truc c’est que pour dire ça tu montres que tu n’as pas utilité de ton pc de manière professionnel. Perso, je ne peux pas me permettre d’y mettre une arch, madame travail et a besoin d’un truc fiable et répondant toujours présent. »

      Je n’utilise pas mon ordinateur pour du professionnel ? Si tu le dis… Toutes mes démarches informatiques personnelles ou professionnelles sont faites dessus. Donc…

      3) Je n’ai jamais prétendu avoir toujours raison. Je laisse ceci aux fanboys. Sinon, trève de plaisanteries, j’ai toujours dit que les postes de collectivité devaient se tourner vers du fixed.

      4) La plupart des voitures sont capables d’aller sur routes classiques et axes à grande vitesses.

      5) « Sinon et c’est la que tu mélanges tout mais tu le fais exprès, si debian n’est que pour serveur, et bien désolé mais linux aussi puisque c’est unix et unix est surtout connu pour du serveur… Sauf apple… »

      Linux n’est pas un Unix, il s’en inspire. Les fixeds sont idéales pour du serveur, je l’ai toujours dit.

      6) « Sauf que debian maintient les programmes en son sein. Là où archlinux et d’autres ne font que mettre à jour si une version amont est dispo, debian elle corrige les failles qui se trouve dans les versions qu’elle distribue. Donc désolé mais dans le monde réelle et notamment pro, on ne change pas du jour au lendemain. »

      On arrive bientôt à la guérison des écrouelles ? 🙂

      7) Je prenais Windows 10 pour ce qu’il est : un OS en semi-rolling release qui détient plus de la majorité des parts du marché des OS pour PC. Une paille, en effet.

      Tu es convaincu que la fixed est un modèle indépassable. Je ne le pense pas, spécialement pour le particulier. Tu connais mon point de vue, toute ta prose ne m’en fera pas changer.

      Les fixed pour les particuliers, c’est devenu un aberration en 2020. D’ailleurs, si je devais installer un serveur, je prendrais du CentOS récent. Au moins, je serai tranquille pour 10 ans, au lieu de 5 avec une Debian.

      Ce n’est pas à une distribution de maintenir des logiciels, c’est aux développeurs de le faire. La distribution doit proposer des logiciels, point barre.

      1. Bonjour Fredéric,
        On sent que Sebastien.C est un fervent défenseur de Debian.
        En ce qui concerne les entreprises, toutes celles dans lesquelles j’ai travaillé faisaient tourner les serveurs soit sous Red Hat soit Windows xxxx server.
        Est-il besoin de lui rappeler que Apple a monté ses OS à partir de BSD (Unix like) ?
        Pour ma part, je suis entré dans le monde Linux avec PCLinuxOS. Mais vu la petite taille de l’équipe (et les récents soucis de santé de son principal acteur), j’ai cherché des « plans B ». Aujourd’hui, je suis principalement sur EndeavourOS, Manjaro (base Arch)et MX-Linux (base Debian).
        J’en profite pour passer l’info que sous cette dernière l’accès à une Freebox Revolution fonctionne, mais on est sur un noyau 4.19 et composants Samba 4.9.5.
        Bonne journée.

        1. Bonjour.

          Fervent défenseur est un bas mot 🙂

          En ce qui concerne RedHat (et par extension CentOS), il faut dire qu’un support minimal de 10 ans, ça aide. Derrière RedHat, il y a désormais un certain IBM, ce qui ne peut jouer qu’en la faveur du duo RH/CentOS.

          Normal que le support Samba de la FreeBox fonctionne encore. Toute distribution se limitant à un Samba 4.10.x sera fonctionnelle. Mais à terme, soit Illiad modifiera le firmware de la freebox revolution, soit l’accès au disque via samba sera mort.

          1. Ou bien politique purement commerciale de Illiad pour forcer les détenteurs de Freebox Revolution à passer à la Delta ….

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer