Après l’énième épisode de la guerre des inits, un autre épisode de la guerre contre les bloqueurs de publicités.

Décidément, en ce moment, c’est la période rêvée pour observer les guerres de tranchées sur internet. Après un épisode cocasse sur la guerre des inits qui fait passer la communauté du libre pour une classe de maternelle malpolie, voici un nouvel épisode de la guerre des publicitaires contre les bloqueurs de publicités.

Dans un article paru sur la version électronique du journal « Les Échos », on apprend que le syndicat des régies publicitaires françaises va coller un procès au postérieur des bloqueurs de publicités, adblock plus en premier.

Les pertes seraient estimées – via un doigt mouillé au carré ou au cube ? – à environ 20 à 40% selon le GESTE, dixit l’article des Échos :

[…]Le phénomène inquiète forcément le milieu de la publicité et tous les sites qui en vivent (le Geste estime ainsi que l’audience exposée à la publicité baisse de 20 % à 40 %), d’autant que les méthodes des sociétés qui éditent ces logiciels sont fortement remises en cause.[…]

J’ai déjà exprimé plusieurs fois mon point de vue sur la question, et ma réponse est simple : les régies publicitaires ont abusé de la publicité et certains sites aussi. Par conséquent, il ne se prennent qu’une juste punition en retour.

J’utilise un bloqueur de publicité depuis des années, donc je suis un méchant internaute qui vole les sites ? Continuez à me culpabiliser avec de la morale à 0,02€, vous ne ferez que me convaincre que je suis dans mon droit de choisir ce que je veux afficher sur mon écran.

Car les régies publicitaires n’ont pas encore compris une chose essentielle : Internet n’est pas un média passif, comme la télévision, la radio ou la presse écrite papier.

L’utilisateur est libre – oh, la méchante liberté – de voir ce qu’il a envie de voir. Il n’y a que de rares sites que je visite sans bloqueurs de publicité : NextInpact, Metal3D, UniversFreebox et Distrowatch. J’ai dû en oublier un ou deux, désolé pour eux.

Un filtre à publicité est nécessaire si on ne veut pas être obligé de recourir à des soins ophtalmologiques ou d’oto-rhino-laryngologie à cause de publicités visuelles ou auditives trop agressives.

On me dit souvent qu’un bloqueur devrait avoir le comportement suivant : tout accepter et bloquer au fur et à mesure. Pour moi, un bloqueur de publicités doit être comme un pare-feu. N’autoriser qu’au cas par cas. C’est une mesure d’hygiène informatique, je m’en suis expliqué en mars 2014.

Le GESTE et les régies publicitaires n’ont pas compris l’overdose que subissent nombre de personnes. Pour reprendre Laffer, « Trop de pubs tue la pub ». Si Adblock plus passe l’arme à gauche, sa succession est toute trouvée : AdBlock Edge.

Il n’y a pas de solutions miracles pour financer les sites, mais si je vais sur un site d’actualités et que je me retrouve avec un placard qui mange 10% de la page, je penserai au scandale du Doritos Gate.

Le duo site d’actualités et placard publicitaires est un mélange détonant… On peut alors émettre des doutes plus ou moins justifiés sur l’objectivité du contenu. À moins que ce ne soit une forme de « paranoïa » soft ? 🙂

Enfin, je pose la question… Mais j’ai déjà la réponse avec le Doritos Gate ou cet article satirique d’Actu-SEO.

12 réflexions sur « Après l’énième épisode de la guerre des inits, un autre épisode de la guerre contre les bloqueurs de publicités. »

  1. Franchement, la guerre des « inits », 99% des utilisateurs linuxien s’en fiche royalement.
    Et même 99,99 %.
    Que les 0,01 % restants se tape dessus, ça fera des morts avec de la chance 🙂
    Pour la publicité, bon ok, le jour où AdB+ (c’est lui qui est visé par la plainte je pense, non ?) coule.
    Avec tous les forks, va falloir refaire 14616451 procès derrière 🙂

    1. Franchement, la guerre des « inits », 99% des utilisateurs linuxien s’en fiche royalement.
      Et même 99,99 %.

      Mais cela impacte le monde GNU/Linux dans son ensemble.

      Pour la publicité, bon ok, le jour où AdB+ (c’est lui qui est visé par la plainte je pense, non ?) coule.
      Avec tous les forks, va falloir refaire 14616451 procès derrière 🙂

      Justement, c’est une guerre perdue d’avance.

    2. Je dirais plutôt que 0,1% seront réellement ennuyés par systemd
      19,9% ont peur à cause du FUD qu’ils ont lu mais ne seront pas impactés
      80% s’en fichent royalement 😉

  2. Ne pas oublier que les bloqueurs de publicités, bloquent également tout les traceurs qui seraient autrement « invisibles ». C’est en tout cas le cas pour Ghosthery.

    Il est exact de dire que c’est à nous de décider ce qui s’affiche sur nos écrans (et de décider ce qui est téléchargé dans notre cache). Si on me me force à subir de la pub, c’est simple. Je cesserais de visiter ces sites. C’est donc du perdant-perdant pour les régies pub, quoi qu’elle fasse.

    Au pire, pour lire « Les Echos », un navigateur texte peut bien faire l’affaire. Cela me surprendrai que Lynx soit capable d’afficher des pubs sapin de Noel…

  3. Perso je suis déjà passé à Adblock Edge depuis que la version normale a décidé de laisser passer la pub des gens qui paient pour.

    Pour le reste bloqueur de pub ou pas, je banni d’office le site concerné quand j’estime que ça devient intrusif. Y compris ceux qui te pètent un popup à la tronche pour gratter un Like fesseur de carpins 😉

  4. « AdUnblock » vous aide à convaincre les internautes de désactiver leur bloqueur.
    C’est ce que l’on peut lire sur un site qui combat les bloqueurs de pub, autant dire que ce genre d’endroit risque de ne pas me revoir de suite et surtout qui n’arrive pas à me convaincre.
    A pluche.

  5. Bel article Frédéric, Quelqu’un affirmera bien un jour que certain pourcentage de notre cerveau devrait être préempté, au titre que notre vie est aussi la leur. Le rapace est partout, il se reproduit naturellement dans tout éco-système. La solution au problème dans l’IT s’appelle le libre. Que vous viviez longtemps.

    Libres Amitiés,

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer