Billet de vacances : « Know Thyself » de Aephanemer, ou quand le metal instrumental devient francophone.

Si on dit metal en musique, tout de suite, on pense à la Scandanvie, région où le metal est un style de choix, avec sa tripotée de dérivées.

Mais en faisant des recherches sur Bandcamp, je suis tombé sur le premier album de Aephanemer, un musicien toulousain du nom de Martin Hamiche. Le site officiel étant disponible à l’adresse : http://www.aephanemer.com/

Avec son premier album, « Know Thyself », il nous offre du bon gros metal classique, très mélodique, qui ne tombe pas dans la facilité des guitares tellement saturées qu’on se demande si elles ne vont pas tomber sous le poids des accords, ni de la batterie tellement omniprésente qu’on se demanderait si le batteur n’est pas un clone de feu John Bonham puissance 10.

Entre les pistes très travaillées, dont certains frôle les sept minutes, on a du bon gros metal instrumental, très mélodique, agréable à l’écoute. J’avoue que dès que j’ai entendu la première piste, j’avais un a-priori favorable.

Les pistes s’enchaînent sans lasser l’auditeur, spécialement si on aime rester dans le « classissisme » du metal qui a toujours fait ses preuves.

C’est un album qui m’a parlé tout suite. Un coup de coeur comme on en a rarement. La piste de fin est un peu anachronique, car uniquement acoustique et au piano, avec un rythme qui fait penser à un célèbre jeu popularisé par une console très peu connue en son temps, la Game Boy.

Inutile de me le demander, j’ai déjà commandé un digipack signé, qui m’attendra (avec un peu de chance) dans ma boite aux lettres quand je reviendrais de vacances 🙂

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer