Cyrille Borne est de retour ! Alleluia :)

Et il est plus fort que jamais. Dans un billet daté du 5 décembre 2014, Cyrille nous parle des conséquences de son coup de sang liée à la fermeture du blog-libre.

Il ne peut s’empêcher de citer un article que j’avais écris un peu sur le vif, surtout quand je parle d’Highlander, pour penser à la solitude que finissent par éprouver les vieux blogueurs quand il voit un des leurs claquer la porte dans un coup de sang.

Dans son langage fleurie qui n’appartient qu’aux sadiques profs de maths, il interprète mal mes propos, je le cite :

Les opportunistes qui ne ratent jamais l’occasion d’écrire un billet de blog. Je relisais le billet de Frédéric, et je suis quand même dérangé par ce genre de choses : J’avoue que je me sens tel un Duncan MacLeod dans Highlander, épée en main en face d’un immortel que je viens de tuer. Dans Highlander, c’est une histoire d’immortels, et l’idée c’est de dire qu’il ne peut en rester qu’un, donc ils s’entretuent. A chaque fois qu’ils coupent la tête d’un adversaire, il y a des éclairs partout, ils récupèrent la force de l’ennemi dans une espèce d’orgasme. Comprenez que Frédéric vient de me couper la tête et qu’il a mouillé son pantalon de bonheur, c’est un peu trop gore pour moi.[…]

Voila comment tailler une croupière en l’espace de 3 minutes. Je n’ai jamais prétendu que j’appréciais ce genre de final, mais j’avais l’impression, lors du coup de sang de Cyrille d’être un survivant. Tel un immortel qui sauve sa tête dans un combat sans pitié.

Manque de chance, Cyrille a décidé – et j’avoue que je le comprends en partie – de fermer les commentaires sur les billets. J’ai personnellement fait le choix inverse. Oui, c’est mon côté : « Venez m’en foutre plein la… », mais cela permet de crever l’abcès.

Je réponds donc ici à Cyrille, en lui faisant comprendre que l’opportuniste que je suis selon lui, en lui disant qu’il a mal interprété mon propos. Si j’avais utilisé une référence au film « The Last Man on Earth », il m’aurait qualifié de prétentieux.

C’est Cyrille, donc, il ne faut pas lui en vouloir. Enfin, cher sadique prof de maths, je t’invite à me répondre dans les commentaires que je laisse désormais ouverts jusqu’à 10 jours après la date de publication du billet.

Au plaisir de continuer à lire ta prose, ainsi que celle de Christophe et parfois celle de Damien, anciens participants du Blog-libre, époque « Cyrille Bornienne ».

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer