Un tour rapide de FreeBSD 8.0 – 64 bits.

Après mes déboires avec PC-BSD 8.0 alpha, j’ai donc décidé de tester la base à savoir FreeBSD 8.0. Après avoir récupéré l’image ISO du DVD, j’ai lancé une machine virtuelle VirtualBox pour lancer cet unix.

FreeBSD 8.0 64 bits

Dès le démarrage, on peut choisir aisément le lieu d’installation. Le choix du clavier découle ensuite.

Pour me simplifier la tache, j’ai utilisé les options par défaut, que ce soit pour le partitionnement, le choix des paquets à installer, ou encore l’installation du chargeur de démarrage.

Les seules options que j’ai modifié, c’est l’activation du dhcp automatisé, ainsi que de pointer directement sur le CD pour l’installation.

Après la copie de la base, j’ai rajouté les paquets pour avoir KDE 4.3.1 (légèrement plus à jour que l’exemplaire de Gnome proposé). J’en ai profité pour enlever les documentations traduites qui ne me sont d’aucune utilité (grec, allemand, espagnol, italien, etc…).

Une fois les paquets ajoutés, on passe à l’ajout d’un utilisateur avec droits classiques, une des bases de la sécurité informatique.

Ensuite, on entre le mot de passe de root, puis on peut redémarrer le système fraichement installé.

Passons maintenant à l’activation de Xorg. Pour pouvoir lancer Xorg en mode de détection automatique, il faut modifier le fichier /etc/rc.conf, en rajoutant :


hald_enable="YES"
dbus_enable="YES"

Après un redémarrage du système, on peut utiliser Xorg en mode détection automatique de matériel. Cf ctte page du manuel : http://www.freebsd.org/doc/en_US.ISO8859-1/books/handbook/x-config.html

Pour avoir le script startx, un petit pkg_add -r xinit permet de rajouter le paquet manquant 😉

Enfin, il suffit de taper en mode utilisateur simple un petit :

echo "exec /usr/local/kde4/bin/startkde" > ~/.xinitrc

Et un petit startx nous lance un KDE 4.3.1 de bon aloi 😉

Cf cette page du manuel : http://www.freebsd.org/doc/en_US.ISO8859-1/books/handbook/x11-wm.html

Il faut rajouter la traduction française, ce qui se fait en console root, et en entrant :

pkg_add -r fr-kde-l10n-4.3.1

On peut maintenant avoir un KDE 4.3.1 en français. Avant de redémarrer KDE, j’ai ajouté des droits pour que l’utilisateur principal puisse utiliser su et se connecter temporairement en root. J’ai modifié les droits de l’utilisateur :

pw groupmod wheel -m fred

Reste deux points à régler : l’affichage et le son qui ne fonctionne pas. Commençons par le son.

Après m’être connecté en root via su, j’ai tapé :

kldload snd_driver

Ensuite, j’ai su quel était le circuit son employé, avec un petit :

cat /dev/sndstat

J’ai donc modifié l’entrée snd_ich_load du fichier /boot/defaults/loader.conf.

Cf la page du manuel : http://www.freebsd.org/doc/en/books/handbook/sound-setup.html

Ne reste plus que la résolution de l’écran à ajuster. La solution semble être d’utiliser un xorg.conf personnalisé. Et de copier le fichier suivant dans /etc/X11/xorg.conf :

Section « Device »
Identifier « Configured Video Device »
Driver « vesa »
EndSection

Section « Monitor »
Identifier « Configured Monitor »
HorizSync 30-70
VertRefresh 50-160
EndSection

Section « Screen »
Identifier « Default Screen »
Monitor « Configured Monitor »
Device « Configured Video Device »
DefaultDepth 24
SubSection « Display »
Depth 24
Modes « 1024×768 » « 800×600 » « 640×480 »
EndSubSection
EndSection

Décidément, la détection de la résolution depuis Xorg 7.4 est un casse-tête constant 🙁

Une fois le Xorg mis en place, la résolution est enfin correcte. Dans le KDE installé, il manque une pièce indispensable. Amarok. On peut installer celui-ci très simplement : avec l’outil pkg_add.

pkg_add -r amarok-kde4

Amarok 2.1.1 nous accueille alors. On peut ainsi aussi rajouter des outils plus sérieux comme OpenOffice.org (qu’il faut apparemment recompiler depuis les ports), Mozilla Firefox 3.5.

FreeBSD semble être un excellent OS, mais il est encore assez peu convivial, me faisant penser aux distributions linux d’il y a environ une demi-douzaine d’années.

Peut-être qu’une version 9 ou 10 de FreeBSD pour avoir un niveau de finition digne des distributions linux actuelles. Pour tout dire, je préfère largement OpenBSD, que je trouve plus abordable que FreeBSD sur certains plans.

Mais après tout, les goûts et les couleurs…

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer