Biganos : une ville qui prend le pari de la culture vivante.

J’ai pris un peu pas mal de retard dans la rédaction de ce billet, mais j’avoue que je ne trouvais pas l’inspiration pour le rédiger. Vendredi 17, la bibliothèque de Biganos proposait un concert d’un artiste de Bordeaux, Tiou.

Flyer du concert de Tiou à Biganos

C’est vrai, ce n’est pas parce que Biganos est une bourgade de 9000 habitants qui est plus connue pour son entreprise de fabrication de pâte à papier que la culture vivante n’a pas droit de cité.

Je connaissais déjà les créations de ce jeune artiste bordelais, car j’avais fait sa connaissance via sa page sur MySpace.

Le concert qui a duré une petite heure a été l’occasion pour Tiou de jouer avec le public, surtout à la fin du premier titre « Cent Titres », il invitait à remplir les premiers rangs qui étaient vides.

Alternant les chansons mélancoliques avec d’autres titres plus « déjantés », spécialement « Joe le Flingueur » qui est un petit bijou de paillardise, Tiou a montré l’étendu de ses talents, jouant aussi bien du saxophone, que du piano et de l’accordéon.

J’avoue que je me suis particulièrement poilé lors de sa reprise d’un standard de Françoise Hardy, connu pour sa vidéo donnant le mal de mer… Il faut dire que Tiou a tout fait pour montrer un aspect moins « fleur bleu » au titre.

Au final, j’ai passé un bon moment, et j’avoue que je ne regrette pas ma soirée. Si vous avez l’occasion de pouvoir aller le voir, foncez, vous ne serez pas déçu.

Sa page sur MySpace liste les prochains concerts, et son planning est bien chargé jusqu’en juillet 2011… En attendant, je l’espère, un premier CD pour bientôt.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer