Juste une mise au point…

Sur un billet que j’ai décidé de détruire car les commentaires tournaient – par moment – purement et simplement au lynchage, j’annonçais que j’arrêterais de parler du logiciel libre.

Plusieurs heures de réflexion, des remarques sensées – entre autres – d’un certain Sébastien, mainteneur d’un certain planet m’ont fait réfléchir et décider de pousser ce coup de gueule qui sera aussi une mise au point.

Tout avait commencé sur le test dans une machine virtuelle – hérésie pour certaines personnes, outil bien pratique pour d’autres personnes – d’une distribution linux qui souffrait d’un bogue majeur et franchement critique : l’installateur sensé simplifier la tache des personnes voulant découvrir cette distribution aux bases assez intéressantes se vautrait malencontreusement.

Certaines personnes me tombèrent alors dessus, prétendant que le bogue venait de l’interface clavier / chaise – en clair l’utilisateur – et non du logiciel comme cela fut prouver quelques heures plus tard par la sortie d’une image ISO corrigée.

Certains « pontes » de la communauté du logiciel libre se mirent alors à augmenter des critiques sur des billets différents, qui se basait sur des données vérifiables, bien que l’intérêt des dits-billets ne fut pas transcendant, ce que j’admets sans aucun problème avec le recul.

Si une distro est mal fagotée, il faut le dire, et ne pas s’enfoncer la tête dans le sable telle une autruche en attendant que la tempête soit passée.

Autre point : j’avais pour politique une modération minimale des commentaires, voulant prévilégier la liberté d’expression. Désormais, je compte faire une modération plus forte, même si cela m’emmerde prodigieusement. Car cela a valu des « flamewars » sur les commentaires.

Troisième point : mon site est un blog, pas un webzine. Je ne suis pas un journaliste, mais un blogueur. Donc, si j’ai envie de dire une chose, je la dirais. Si j’ai envie de dire : tel logiciel plante à mort, je le dirais.

Parler d’un logiciel ce n’est pas lui « lécher le cul ».

Bien que je n’ai jamais lu l’Hebdogiciel, je revendique l’esprit de cette époque. Celui qui voulait une informatique à visage humain, avec des gueulantes quand cela était nécessaire. Bref, un article ne se résume pas à une recopie « bête et méchante » de communiqué de presse.

D’ailleurs, mes premières lectures informatiques sont celle d’un certain « Amstrad 100% » qui n’hésitait pas à descendre en flamme un jeu pourri quand il était testé.

Quatrième point : cela fait des années que je suis un passionné – au sens noble du terme – du logiciel libre, n’hésitant pas à critiquer des logiciels libres quand c’était nécessaire. Le libre, comme le logiciel propriétaire – même si certains préfère le terme privateur – n’est pas parfait.

C’est un fait indéniable. Autant l’admettre. Les personnes – devrait-on dire – les prosélytes du logiciel libre vont en dénaturer l’esprit.
Pour moi, ces personnes veulent faire de l’informatique basée sur du logiciel libre un monde de « costard-cravates », le petit doigt sur la braguette, les cheveux coupés en brosse.

Désolé, mais quand je vois les principaux membres actifs de la communauté du libre, que ce soit Saint Ignucius, Linus Benedict Torvalds, John Maddog Hall, Bruce Perrens, c’est souvent en chemisette ou en tee-shirt, les cheveux dans le vent.

L’informatique libre, telle que je l’aime et que je veux la voir continuer d’exister, c’est une informatique à visage humain, qui admet ses erreurs. Pas une qui la nie.

Pour finir cette gueulante, je tiens à remercier – liste non exhaustive, désolé pour les oublis !!! : Ricard, Afby, The_Glu, utodeb, Shaffe, Costalfy, Moloko, Ghost of Kendo, Marco, 3po, Antistress, Prometee, Insomniaque, Djib et  Thierry Andriamirado pour leurs commentaires constructifs qui m’ont permis de réfléchir à la rédaction de ce billet.

J’ai tellement donné au libre – traductions, rédaction de pages wiki, rapports de bogue, évangélisme et il m’a tellement donné en retour qu’un départ à la cloche de bois aurait été stupide.

Pour les personnes qui ne peuvent pas supporter mes billets : la toile est assez grande pour trouver des billets uniquement « laudateur » sur le logiciel libre sans que vous veniez me faciliter le transit intestinal.

Certaines personnes considèreront cette remarque comme une forme d’insulte, je dirais simplement que c’est mon franc-parler.

Car comme a dit Prometee sur son commentaire :

« Enfin, je rappelle à tout ceux qui critique ouvertement et avec rage les billets de ce blog que avoir un esprit libre c’est aussi accepter la différence. »

Maintenant, retour aux choses sérieuses 😉

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer