Et si Microsoft avait besoin de repartir de la feuille blanche ?

MS-Windows Vista est un monstre de complexité, tout comme les logiciels récents, qui sont toujours plus complets, toujours plus complexe, toujours plus gourmands.

Alors, il faut se l’avouer, une personne qui utilisent ses deux doigts pour taper une lettre mettra toujours autant de temps à taper une lettre avec un MS-Word 6.0 pour MS-Windows 3.1 sur un 486 DX2 66Mhz épaulé de 8 Mio de mémoire et 200 Mio de disque que sur un MS-Word 2007 sur un Athlon64 X2 3800+ épaulé de 2 Gio de mémoire vive et 500 GiO de disque dur avec MS-Windows Vista.

Tout au plus, aura-t-il gagner un peu de souplesse à l’utilisation, mais sa vitesse de frappe sera sensiblement identique. Seul un apprentissage de la dactylographie lui serait alors bénéfique.

Quand Apple a racheté Next vers 1998, Mac était dans le creux de la vague, et le viellissant MacOS (7.5 à l’époque) commençait à sentir ses articulations craquer sous le poids du code datant parfois de 1984, même si entre temps, une transition avait été effectuée du code 68000 vers du code pour PowerPC.

Ce qui allait devenir MacOS-X, connu alors sous le nom de Rhapsody se basait sur NeXTStep, un OS basé sur des principes unix – donc des bases plus que solides, mais surtout, qui ne se trimballait pas une nécessaire compatibilité avec des logiciels mac assez vieux.

MacOS-X n’avait alors de Mac que l’appellation. Lors de la sortie de MacOS-X 10.0 en 2001, un « boite » permettait de faire fonctionner les vieux logiciels pour Mac via une émulation.

Bien entendu, au fil des versions, les besoins en vieux logiciels pour Mac ont été réduit à néant ou presque. D’ailleurs, c’est avec la sortie de MacOS-X Leopard en 2008 qui a signé la mise à mort de l’émulateur.

Prenons le cas de MS-Windows Vista. Il n’est pas issu de la branche originelle de Windows, celle d’une surcouche graphique pour DOS, comme cela fut le cas pour les Windows 1 à 4.90 (Windows 1.0.x en 1985, 2.0.x en 1987, 3.0.x en 1990, 3.1x en 1992 et 1993, Windows 4.0 alias Windows 95, 4.1 alias Windows 98 et 4.9 alias Windows Millenium).

MS-Windows Vista n’est autre que Windows NT 6.0. La branche NT (pour New Technology) se base sur du code développé à l’origine en commun avec IBM pour pondre ce qui devait être OS/2 3.0.

Mais vers 1991, Microsoft abandonne IBM et lance « officiellement » le développement de la branche professionnelle de NT, dont le premier sera Windows NT 3.1 en 1992.

1993 vera la sortie de NT 3.5, 1994 celle de NT 3.51. Les trois premières versions de Windows NT – et de leur équivalent serveur – reprennent l’interface graphique de Windows 3.1x, mais diffère en deux points précis :

  • C’est un OS à part entière, pas uniquement une surcouche de DOS
  • C’est un OS entièrement 32 bits, contrairement à un mélange infame de code 16 et 32 bits comme cela sera le cas pour les windows 9x / Millenium

1996 : sortie de Windows NT 4.0
1999 : le code de NT 5.0 est enfin finalisé pour une sortie en février sous le nom de Windows 2000.

C’est – je parle par expérience personnelle – mon MS-Windows préféré.

2001 : NT 5.1 alias Windows XP sort, devenant le premier NT grand public.
2006 : NT 6.0 sort après bien des péripéties.

Donc, si l’on regarde, Windows Vista est le fruit d’une branche née 15 ans auparavant. Autant dire que l’héritage est important. Ce qui doit finir par rendre le code difficile à maintenir, surtout qu’il faut détruire le moins possible le support du code prévu pour les Windows précédents.

Le futur Windows se7en dont on ne sait pas grand chose si ce n’est qu’il est prévu pour 2010 dans le meilleur des cas sera la fin de course de cette branche NT.

Pour plusieurs raisons : la vieillesse du code. Car il doit bien rester du code d’origine du premier NT plus ou moins retravaillé, du code conservé pour la compatibilité, etc…

Il serait donc primordial que Microsoft reparte de zéro, sur des bases saines pour pouvoir construire une nouvelle génération de Windows moins gourmande, moins difficile à maintenir, au prix de la mise à mort de générations entière de logiciels.

Dans un autre domaine, il suffit de voir à quel point cette décision difficile à prendre est bénéfique. Je ne prendrais que le cas de la Fondation Mozilla qui a fêté en mars dernier les 10 ans du projet mozilla.

Quand en mars 1998 le code est libéré – qui est alors une pré-alpha de ce qui aurait être Communicator 5.0, du travail est effectué dessus durant environ 6 mois avant que la décision ne soit prise : le code est trop dur à maintenir, il faut repartir à zéro.

Bien entendu, la sortie prématurée de Netscape 6.0 courant 2000 (basé sur Gecko 0.6) fait mal au projet, mais permet de prouver que cette idée était finalement la bonne. Même s’il a fallu attendre Mozilla Firefox 1.0 pour que la machine soit lancée pour un succès marquant du projet.

Si Microsoft veut redorer son blason auprès de ses utilisateurs fidèles – ceux qui ont choisi en pleine conscience d’utiliser leurs logiciels – après le demi-succès de Windows Vista plus que vertement critiqué à sa sortie, il faudra un jour passer par cette étape.

Et peut-être faire ce qu’avait fait Apple avec le rachat de Next : partir d’une base unix en utilisant une interface graphique qui cache le côté ésotérique de cet OS, sa ligne de commande. Ce serait peut-être le moyen d’éradiquer les virus, les espiogiciels, bref tout ce qui fait partie des ennuis de la vie du windowsien moyen.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer