Acide Sulfurique ou soporifique ?

Une amie m’avait conseillé de découvrir l’écrivaine Amélie Nothomb avec son titre « Acide Sulfurique » sorti en 2005.

Couverture du livre "Acide Sulfurique" d'Amélie Nothomb

Pour mémoire, dans ce court roman en quatre parties d’à peine 200 pages, Amélie Nothomb nous plonge dans ce qui semble être le jeu ultime en matière de télé-réalité : un camp de concentration.

Si en 2005, grande époque des émissions à la Big Brother, le roman pouvait être intéressant, il a très mal vieilli. Non seulement l’intrigue est on ne peut plus prévisible, c’est surtout l’ennui qui marque la lecture de ce texte. J’avoue que je n’ai mis que 4 heures à boucler le livre.

Il est vrai que l’intrigue est intéressante, mais le texte n’est pas assez approfondi, comme si on sentait que cela ennuyait Amélie Nothomb de pousser un peu plus loin sa réflexion. 50 ou 100 pages de plus pour approfondir l’ensemble n’aurait pas été un mal.

A moins que cette volonté de faire court était un moyen de montrer la vacuité des émission de télé-réalité à la Big Brother ?

En tout cas, en ce qui me concerne, ce sera non pour la suite des oeuvres d’Amélie Nothomb.

3 réflexions sur « Acide Sulfurique ou soporifique ? »

  1. Les romans de Nothomb laissent souvent ce goût amer du mal fini. Exception faite de ses livres semi autobiographiques. Par exemple je te conseille stupeur et tremblements qui est un délice ou métaphysique des tubes. Les thèmes s’écartent du sentiment de malaise bigbrother etc mais c’est un régal a lire…

  2. Bien d’accord avec TimCruz, ses oeuvres semi-autobiographiques sont un vrai régal, avec des descriptions dignes des meilleures répliques de House ! Stupeur et tremblements se passe dans une boîte japonaise et décrit un magnifique choc des cultures entre Belgique et Japon. Métaphysique des tubes est peut-être le moins bon des 3, mais reste d’une certaine qualité, avec une réflexion intéressante sur la prime enfance, l’enfance, l’adolescence. Enfin, le must à mon goût, c’est Le sabotage amoureux ! Avis très personnel, j’en conviens, mais qui devrait faire l’effet à beaucoup de monde d’une madeleine de Proust, car il parle de l’enfance, des jeux d’enfants (en particulier des simili-guerres de nos chers bambins), de l’école, et de tout ce qu’on vit dans l’enfance.

  3. Ce livre n’est effectivement pas non plus mon préféré, en tout cas je te conseille de tenter ta chance avec certains autres de ses ouvrages qui sont très intéressants à lire.

Les commentaires sont fermés.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer