Dead Can Dance en 1984… Quel impact ;)

1984 : trois ans après que le groupe se soit formé sort l’album éponyme aussi connu sous le titre de « The Fatal Impact ».

Encore très fortement imprégné de cold wave et de certains rythme que Ian Curtis, mort 4 ans auparavant, n’aurait pas renié (comme la piste 4 « Fortune » ou encore la piste 2 « The trial »).

D’ailleurs, sur certains titres, on s’attendrait à entendre la voix sombre de Ian Curtis, tant les rythmes font penser à un « Unknown Pleasure » ou un « Closer« .

Cependant, les influences « tribales » qui seront le coeur de l’ultime album sorti 12 ans plus tard se font déjà sentir dans les percussions qui rythme « Frontier », le premier morceau où la voix si reconnaissable de Lisa Gerrard se fait entendre.

Cet album est cependant assez inégal, et il faut dire que sur les 14 pistes, seul une grosse poignée tire son épingle du jeu : « Frontier », « East of Eden », « Musica Eternal Garden Of The Arcane Delights » (déjà le goût pour les titres long qui peupleront les albums suivant, le record devant être « Fortune Presents Gifts Not According To The Book » de l’excellent « Aion« ), « Carnival of light » et « In Power We Entrust The Love Advocated ».

Bref, ne serait-ce que cette grosse demi-douzaine de titres, cela vaut la peine de l’acheter, pour découvrir les débuts d’un groupe qui fit les grandes heures du label 4AD dans les années 1980-1990.

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer