Quand les pro-anoréxie et l’industrie de la mode ont du sang sur les mains.

Le décès récent du mannequin Ana Carolina Reston n’est pas le premier que le monde de la mode et sa tendance pro-anorexie professionnelle – que son hypocrisie fondamentale tend à nier – rencontre.

Non seulement la maigreur pathologique, due à l’obligation d’être limite squelettique pour avoir du boulot dans le monde de la mode, d’Ana Carolina Reston (qui avait le poids physiologique de santé d’une gamine de 12 ans mesurant 1,65 m…), mais il y a eu des morts sur scène.

En août 2006, une autre mannequin est morte, après un régime alimentaire – aussi débile que la course aux mannequins squelettiques des maisons de coutures – extrémiste : feuilles de laitues et coca light durant 3 mois !

http://hebdo.nouvelobs.com/p2194/articles/a324902.html

[…]
Avant elle, Luisel Ramos, une jeune Uruguayenne de 22 ans, est morte d’épuisement, le 2 août dernier, à la fin d’un défilé. Durant des mois, elle se nourrissait de feuilles de salade et de Coca light.
[…]

Combien de cadavres squelettiques faudra-t-il pour faire disparaitre l’hypocrisie des maisons de coutures ? Combien de jeunes femmes devront s’affamer et crever pour le plaisir des créateurs de mode ?

A quand la mort de cette tendance extrémiste et porteuse de mort ?

Vous pouvez surfer l’esprit libre, il n’y a ni trackeurs ni cookies sur ce site. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer